Participez à nos côtés à la reprise d'un spectacle mis en scène et chorégraphié par Guesch Patti, d'après "Autoportrait" d'Edouard Levé !

Large_cover-1417118837

Présentation détaillée du projet

Vous connaissiez Guesch Patti égérie des années 80?

Mais saviez-vous que, si sa carrière dans la chanson a marqué les esprits, c'est par la danse que tout a commencé?

Alors il est grand temps de découvrir son univers chorégraphique à l'occasion de la reprise de son premier spectacle "Re-VUe" !

Une création à l'image de cette artiste aux multiples facettes, entre danse, théâtre et littérature.

 

 

Pic3-1416145081

 

 

Présenté à la Ménagerie de Verre au printemps 2014 en clôture du Festival Étrange Cargo, "Re-VUe" a connu un accueil des plus chaleureux de la part du public et des professionnels. Devant un tel enthousiasme, le Théâtre de Vanves  (déjà accueilli Guesch avec l'hommage à Pina Bausch) a souhaité poursuivre l'aventure pour une nouvelle soirée exceptionnelle le 29 janvier 2015 dans le cadre de la 17e édition du Festival Artdanthé.

 

Une nouvelle version et une nouvelle équipe

Deux mois pour remonter un spectacle, c'est très court ... mais nous ne pouvions pas reculer devant un challenge aussi excitant ! C'est pourquoi nous vous proposons aujourd'hui de nous accompagner dans la réalisation de ce nouveau projet ...    

 

 

Pic_4-1416263617                              

 

 

Quelques mots de Guesch Patti au sujet de "Re-VUe"

 

L’humain a toujours refusé l’idéal : il préfère le rêver, garder ce déséquilibre pour pouvoir le penser inaccessible. Il en enlève, il en rajoute et il se cogne à l’histoire au fil d’une mémoire encombrée d’oublis.

Une défense suspendue dans le temps. « Revue », revoir, revisiter, visite intérieure.

Comment se dessaisir de soi.

Comment se débarrasser des blessures.

Comment corriger le trait. 

Au début…

Juste un geste.

Je rentre à la maison.

Nous cherchons des réponses dans l’autre, dans l’art, mais l’art n’est pas une réponse, ou alors juste pour soi.

Cela excite nos désirs.

Ce désir, qui est par essence une dynamique conflictuelle, peut convoquer nos différentes humeurs et se dissoudre dans une image, une parole, un geste.

Dans l’instant, l’imaginaire s’échappe, s’affole, s’enfuit à la surface. Il se reconstruit, émerge et resurgit dans l’oubli.

Le mouvement même non abouti, interroge l’esprit et l’espace ; le recommencer change le sentiment et l’oblige à évoluer par intuition.

Les planètes se croisent à droite, à gauche et de temps en temps elles se touchent.

Quelle est la part de leur choix dans ce hasard ?

Les interprètes sont réunis par accident. Ils se rencontrent. Ils se frôlent. Ils ne se connaissent pas ou alors depuis toujours.

Ils  sont créateurs du moment artistique, devant tous.

Quand les artistes entrent en scène, le public se reconnaît, les reconnaît comme êtres étranges, familiers, humains qui quittent leur coulisse pour saluer au début du travail. Un spectacle afin d’explorer la différence entre l’idée que l’on a de soi et ce que les autres y voient.

Est-ce là que quelque chose résiste ? 

 

Dessin_re-vue_ok-1416336601              

 

 

Quand la presse parle de "Re-VUe"...

 

 

Toute la Culture.com

"La Re-Vue littéraire de Guesch Patti à l’Etrange Cargo"

11 avril 2014

Le plateau blanc de la Ménagerie n’est pas vide, il est ponctué d’une table et de quatre chaises. Des feuilles manuscrites jonchent une partie de l’espace et un livre sera bientôt brandi Autoportrait d’Edouard Levé. Une première phrase se fait entendre « j’oublie ce qui me déplaît ».

Quatre chaises pour quatre interprètes, et quels interprètes ! Ils sont vêtus de noir et n’ont pas l’air très contents de se retrouver là. La musique se fait symphonique sous les notes «happantes» de Gavin Bryars et les protagonistes se mettent à danser en duo dans une gestuelle qui emprunte au classique et au modern jazz. Les bras sont des ailes. Ils se lèvent haut. Les pas se font généralement lents avant de prendre quelques accélérations qui ici contraints par la situation , ne pourraient pas aller loin de toute façon.(...)

Le spectacle est étrange et quel meilleur compliment pourrait-on faire à la programmation de l’Etrange cargo qui offre ce spectacle en clôture. Spectacle aux frontières forcément. Celle de la fiction, du théâtre et de la danse. Les mots d’Edouard Levé sont une toile de fond surréaliste qui devient ici monologues dialogués complétement incongrus : « j’aime la pluie d’été » peut être succédée par « les flamands roses me semblent irréels ». Au fil de l’action, les quatre font société, se sourient, tentent un pas de valse et une déambulation très glamour en talons hauts.

Il y a dans ce spectacle une forme de nostalgie et de langueur qui se dégagent. La danse est faite d’alternances, de pauses et quand on commence à s ‘installer dans ce qui pourrait ressembler à un récit, le quatuor change tout. (...)

Contrairement à ce que propose Sartre, ici la porte reste ouverte, mais elle ne semble pas les inviter à retrouver leur liberté. Morts, fantômes ou juste humains qui ont asse morflé pour être adulte et conscients de la mainmise des faux-semblants sur leur vie. Re-VUe tente de se libérer des pollutions pour toucher au profond. On en sort, étrange, le mot est juste, alors on peut le répéter, et voilà une bonne chose que d’être conduit sur la route de cet état-là.

Amélie Blaustein Niddam

 

 Les Echos.fr

"Lendemain de Guesch Patti"

11 avril 2014

« Re-VUe » ou le retour de Guesch Patti en danseuse-chorégraphe à la Ménagerie de verre dans le cadre du Festival Etrange Cargo. Touchant.

Guesch Patti danse ? Vraiment… loin des années « Etienne » (son tube des années 1980), Guesch Patti revient à ses premiers amours. (…)

Une table, quelques chaises… La Guesch fragile évolue dans son habit de scène noir, ample jupe, haut vaporeux. «Re-VUe » c’est un peu son portrait en creux avec des mots de l’écrivain, Edouard Levé. Une femme parfois à la dérive, souvent touchante. Ne cherchez pas la grande danse : ici la gestuelle est avant tout un langage pour dire de petites émotions.(…) On sent l’interprète au bord des larmes lorsqu‘elle vient saluer après une belle chorégraphie de fin. Un spectacle afin d’explorer la différence entre l’idée que l’on a de soi et ce que les autres y voient » résume Guesch Patti à propos de Re-VUe. Le chaleureux accueil du public vaudra ce soir-là tous les discours.

Philippe Noisette

 

Pic2_ok-1416339233

 

Télérama Sortir

"Surprise, Elle le tient bien …"

9 avril 2014

Cette fois, c’est pour de bon ! Guesch Patti, auteur de l’inoxydable tube Etienne, rêvait depuis l’enfance de devenir danseuse et chorégraphe. Elle signe enfin sa première chorégraphie, intitulée Re-Vue, pour quatre interprètes dont elle-même « Je commence tard mais je compte bien rattraper le temps pour être en accord avec moi », glisse cette femme magnétique. Une surprise dans une carrière (trop) show-biz ? Pas temps que ça. Car Guesch Patti, de son vrai nom Patricia Porasse, a toujours préférée les chaussons de pointes aux bottes du rock. (…)

De Roland Petit à Joseph Russilio, elle démarre sa carrière sur les chapeaux de roues… Puis passe à autre chose. Jusqu’à ce que la danse refasse surface au gré de performances, comme par exemple le spectacle Elle sourit aux larmes (1995),  « cousu » pour elle par cinq amis chorégraphes. Avec Re-Vue, Guesch Patti a le sentiment de « rentrer à la maison » et ça la rend « heureuse. » Elle entend bien continuer à chorégraphier « encore trois ou quatre spectacles » . Pas pour faire des « chefs-d’œuvre, mais bâtir une œuvre à soi ».

Rosita Boisseau

 

Libération

"Guesch Patti, côté Danse"

10 avril 2014

Elle l’avait cherchée et son Etienne lui colle encore aux basques. Cette chanteuse sexy et drôle, disque d’or en 1988 qui lui valut une victoire de la musique la même année , ne l’a guère laissé respirer. Mais la donzelle, qui ne s »en laisse pas compter a su aussi retourner à ses premières amours, la danse grâce notamment à sa complicité avec des chorégraphes contemporains dont Daniel Larrieu, Odile Azaguri. Il n’est pas rare de la croiser toujours souriante dans les salles de spectacle. Cette semaine elle est sur scène, dans le cadre du festival Etrange Cargo pour sa propre Re-VUe. (…)

A la Ménagerie elle propose une visite intérieure pour se « dessaisir de soi, se débarrasser des blessures, corriger le trait » (...) Ciao Etienne, salut Guesch.

Marie-Christine Vernay

 

 

Pour les plus curieux, découvrez ici quelques extraits de la première version ...

 

 

Et pour en savoir plus sur

"Autoportrait" et son auteur Edouard Levé, c'est ici !

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte de 8000€ servira à nous soutenir dans la réalisation globale du projet :

- organisation des auditions des nouveaux interprètes

- location des studios de répétitions (décembre-janvier)

- financement des éventuels nouveaux décors et costumes (décembre-janvier)

- financement d'une partie des coûts de production, communication et diffusion (décembre-janvier)

 

 

Et si nos contributeurs sont généreux au-delà de nos espérances et que notre collecte dépasse le montant initialement fixé, cela nous permettrait d'envisager une création lumière et/ou la réalisation d'un film

(comme celui que vous pourrez visionner en bas de page) avec nos 3 nouveaux interprètes masculins !

 

 

Dsc00027ok-1416339186

Thumb_guesch_4_ok-1416432213
Re-VUe de Guesch Patti

GUESCH PATTI  La danse lui manque, c'est sa vraie base. Elle se sent danseuse avant tout. A quatre ans la danse, à neuf ans et demi l'Opéra, à 14-15 ans Roland Petit. Puis une pause jusqu'à vingt et un ans. Là, en huit mois de travail intensif, elle est repérée par la directrice du Ballet d'Amsterdam qui lui propose une carrière d'Etoile. Pour des... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonjour et déçu, grandement, j'apprends l'annulation du spectacle, par manque de collecte... Quoi qu'il en soit, votre talent résonne inépuisablement. Je vous souhaite ce que j'ai reçu de vous, le même écho de forces sensibles et vous dis MERCI (même si pour moi, c'est pas assez ;) ) Merci Guesch
Thumb_default
QUE LA FORCE SOIT AVEC VOUS !
Thumb_default
J'ai hâte !