"SQU'ART" est un documentaire qui va à la rencontre des squats ouverts au public à Toulouse, Berlin, Barcelone et Turin. Il donne la parole aux militants qui font vivre ces espaces alternatifs où se développent l'art, le militantisme, l'autogestion et bien d'autres choses grâce à l'occupation.

Large_logo_squ_art_1

The project

SQU'ART TURINO

"Dans l'Art il faut faire abstraction de toutes les habitudes" -  (Jean Dubuffet)
Le projet SQU'ART est né de l'idée de faire découvrir les lieux culturels autogérés en Europe, nommés « SQUART » par certains sociologues. Il s'agit de lieux existants depuis plusieurs mois ou années et qui ont pour but premier de promouvoir d'autre modèle de vivre ensemble. Spectacles vivants, expositions, lieux de création artistique, la diffusion de la culture rencontrent l'éducation, le logement, la politique et intègrent la culture comme composante naturelle du projet.

Ainsi l'accès à la culture et à l'art pour tous est assuré par la mise à disposition d'un lieu faisant naître des rencontres singulières entre artistes et population, créant un lien social dans la cité entre les habitants du quartier et les résidents du squat. Il est essentiel de noter qu'il s'agit de lieux ouverts à l'extérieur, refusant le cloisonnement. Ces lieux développent des projets globaux propres aux sites et à leurs résidents mais partageant de nombreux points communs entre eux : remise en cause du tout marchand, prise de conscience écologique, décroissance, organisation horizontale sans hiérarchie, autogestion, et sont souvent portés par des associations ou des individus sur une base de bénévolat.

Enfin, en redonnant vie à des lieux sans locataire, ils pointent du doigt les carences de régulation du marché immobilier où des espaces viables sont laissés à l'abandon laissant ainsi le patrimoine se dégrader. Ils dénoncent par la même occasion le manque de logement décent pour tous.

L'occupation de ces lieux les fait évoluer dans une sphère judiciaire allant de l'illégalité totale à la légalité partielle ou complête, devenant même dans certains cas dépendants de l'État, avec locaux prêtés, cahiers des charges et subventions publiques ou encore propriétaire de leurs espaces.

Le but de ce projet est de faire un documentaire (2 heures 30) non commercial permettant la découverte de ces lieux dans quatre villes concernées par le mouvement squat : Barcelone, Toulouse, Berlin et Turin. Ce long métrage sera diffusé largement dans l'ensemble des festivals de documentaires en France, mais aussi en Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord et du Sud. Il sera aussi proposé à la diffusion dans toutes les villes visitées permettant d'avoir un impact au niveau local, régional, national, et européen. Une plateforme internet interactive sera construite afin d'héberger le film, les interviews en intégralité, des séquences bonus ainsi que les images d'archives qui nourrissent le film. Et tout film libre de droit se rapportant aux squats.

  SQU'ART 2

Note d’intention :


« SQU’ART » est un documentaire non commercial et libre de droit d’environ 150 minutes construit autour d’interviews croisées par thématiques entre des individus résidants à Berlin, Barcelone, Toulouse et Turin. Sur ce dialogue construit par interviews interposées sera intégré des illustratives permettant de souligner les propos des individus interrogés. Ces illustratives permettront aussi de développer des arcs scénaristiques tels que l’existence d’un squat de sa création à son expulsion. Nous nous appuierons aussi sur des sources préexistantes comme les articles de presse, les photos et les vidéos faites autour de certains lieux visités. Le scénario croisera une structure thématique et une structure chronologique. Le montage devra combiner des phases explicatives basées sur les interviews et des phases plus dynamiques, permettant d’alterner différents types de montage. L’habillage reprendra des caractéristiques graphiques trouvées sur les squ’arts. Il sera intégré aussi de façon ponctuelle des éléments de compositing tels que du split screen ou des mosaïques afin de retransmettre l’effervence de certains squ’arts et la concomitance de certaines actions tout en permettant de fournir de nombreuses informations sur un laps de temps plus réduit. Nous utilisons un canon 5d Mark qui nous permet aussi de travailler sur la profondeur de champ. Le changement du flou à la mise au point permettra de  créer un contexte de découverte, qui rejoindra l’état du spectateur découvrant des lieux lui étant inconnu tout en permettant d’avoir recours de façon ponctuelle au floutage de certains témoins sans gâcher le dispositif de rapport direct à la parole délivrée. En effet, à Turin, il sera nécessaire de protéger certains témoins qui pourraient être potentiellement mis en danger par leur prise de parole (ratonnades, poursuites judiciaires, emprisonnements, hospitalisations forcées en milieu psychiatrique sont fréquents sur cette ville selon les dires des militants sur place). L’étalonnage permettra de développer une charte graphique propre à chaque ville afin de rendre compte des atmosphères spécifiques et des cultures artistiques propres à chaque ville tout en facilitant la reconnaissance du lieu de tournage. La musique sera de la captation de concert, utilisée avec l’accord des groupes filmés. Le film n’utilise pas de voix-off qui ferait perdre en poids la parole recueillie. Grâce à ces différents partis-pris de réalisation et une observation participative, nous pourrons faire un film dynamique, sur un sujet singulier, souvent méconnu.

  Présentation de quelques lieux avec lesquels nous travaillons :





La Chapelle Atelier Idéal à Toulouse


 
 
Pour aller plus loin : http://www.atelierideal.lautre.net/spip.php?rubrique1

La chapelle Jeanne d’arc, située 36 rue Danielle Casanova à Toulouse est un lieu occupé depuis le 4 Juillet 1993.

L’association Planète en Danger investit la chapelle à l’issue d’une action de rue pour dénoncer la mainmise de la promotion immobilière sur l’aménagement de la ville.

Le lieu, en déshérence depuis plusieurs années, appartient à l’association diocésaine. Jiri Volf, poète tchèque, a fini ces jours dans cette chapelle désertée.

Jiri Volf avait écrit que la chapelle était " l’atelier idéal ". L’expression restera. Des adhérents de Planète en Danger et d’autres créent une nouvelle association, l’Atelier Idéal, dont le but sera de s’occuper de la chapelle.

La chapelle est souvent entretenue et des travaux ont lieu régulièrement pour embellir et sécuriser l’espace. L’association ne reçoit aucune subvention. Son activité et les cotisations de ses membres sont ses seules ressources. Cela n’empêche pas de faire vivre le lieu, même si cela limite parfois la réalisation de certains projets.

Depuis 2009, la Mairie de Toulouse a fait préemption sur une nouvelle tentative de vente du lieu par l’Archevêché de Toulouse. Depuis, des négociations sont en cours entre le nouveau propriétaire (la Mairie) et l’Atelier Idéal pour envisager la pérennisation du lieu et le maintien de l’autonomie du projet.

 

 

artkatraz

 


ARTKATRAZ CSO à Barcelona


 

ARTKATRAZ est l'un des premiers squats de Barcelone à nous avoir accueuilli. Nous sommes arrivés environ six mois après l'ouverture du lieu. Juste sur ce laps de temps, ils avaient déjà mis en place sur le site : un skatepark, un jardin biologique, une vingtaine d'habitations, des salles de bain et deux cuisines, un atelier de couture, et bien d'autres choses. Ce lieu se veut être un espace qui serve à la population, avec du sport, yoga, danse, cours de cirque, ateliers de répétition. Et un incroyable cabaret tous les dimanches, fait en collaboration avec un autre squat voisin, la Nave Especiale, squat d'activités artistiques. Tout cela dans un cadre de gratuité. Nous avons décidé de travailler avec eux face à l'ampleur du projet et le succès rencontré auprès de la population et surtout l'énergie dégagée par ce collectif. Ce lieu a été expulsé en juin 2011...

Qui suis-je ?




Yohan Pappalardo : Réalisateur, cadreur, preneur de son, monteur.

Passionné de science humaines (une licence de psychologie), de politique et anciennement étudiant en Master art du spectacle cinéma, audiovisuel et multimédia, je me suis intéressé à ce sujet lorsque je vivais à Toulouse, ville riche en lieux alternatifs. Ce projet est en préparation depuis deux ans. En effet, depuis la germination du projet et sa concrétisation, de nombreuses étapes ont eu lieu. En premier lieu, affiner le sujet. Ensuite, vérifier auprès des squats la faisabilité d'un tel projet. Établir une note d'intention, ainsi qu'un carnet de route. Puis commencer à réfléchir à la composition d'une équipe technique, pour pouvoir réaliser le projet. Et enfin dernière étape avant la réalisation, la recherche de subventions afin de pouvoir réaliser le projet (nous avons obtenu une aide de la faculté Paul Valéry à Montpellier, du Crous de Montpellier, du département de l’Hérault, et du Programme Européen Jeunesse en Action que nous remercions encore).

Étant moi même ancien étudiant en cinéma, j'ai pu expérimenter et acquérir une solide expérience de tournage, aussi bien en tant que technicien (postes très variés allant de machino, à électro, accessoiriste, preneur de son, caméraman, directeur de la photographie, monteur) qu'en tant que réalisateur. J'ai réuni autour du projet "SQU'ART" une vingtaine de collaborateurs qui m'épaulent bénévolement sur ce film que ce soit au cadrage, à la prise de son, à la traduction sur place ou à la post-traduction, au montage ou au mixage son.

Vous trouverez ci dessous une sorte de pré-générique


Assistant réalisateur : Daniel Edom

Cadre
: Yohan Pappalardo, Daniel Edom, Valériane Valentin, Rémi Jeandrieux, Funghi Klaustrophobia.

Prise de son
: Daniel Edom, Yohan Pappalardo.

Interprètes tournage : Barbora Belohlava, Marion Valadier, Daniel Edom, Sarah Lucide, Ferry Hupkens.

Traducteur post prod : Neus Elfa Puel, Alexandra Gigant-Thomas, Jenna Faure, Natacha Roscio, Tilly Van
Paassen, Chloé Mulheran, Nina Pace, Anna Giraud, Laura Teixan, Bianca Morgan, Olivia Hedon, Mahé Ren et ceux qui vont nous rejoindre incessamment sous peu.

Mixage son : Colin Charles, Jean Raziel Ezequiel Rendon-Moulin.

Montage et habillage, compositing, colorimétrie: Rémi Jeandrieux

En espérant vous ajouter à ce générique en tant que contributeurs et pour ceux qui le souhaitent à la traduction.

Why fund it?

SQU'ART est un documentaire bien avancé dans sa réalisation. Nous avons déjà effectué de nombreux tournages dans les villes visitées. Les fonds récoltés serviront à financer un ultime retour sur Turin et Berlin. Ces tournages permettront de récupérer quelques interviews, images d'archives et images illustratives que nous n'avons pas eu l'opportunité d'avoir lors de nos précédentes visites.
Voici le détail du budget prévisionnel pour une équipe composée d'un cadreur, d'un preneur de son, et d'un traducteur pour une durée d'un mois environ :

 

Trajet Berlin : 500 euros
Hotel Berllin : 300 euros
Nourriture : 300 euros
Trajet Turin : 500
Logement Turin : 300 euros
Assurance voyage : 100 euros

 

Achat kit épaule pour canon 5d Mark II : 250 euros
Un disque dur pour stocker les donnés et un de sécurité : 250 euros
Location zoom pour un mois : 100 euros

 

Nous tenons à remercier nos partenaires qui nous ont permis de réellement faire avancer le projet :


Faculté Paul Valéry FSDIE

CROUS de Montpellier

Département de l'Hérault

Programme Européen Jeunesse en Action.

 

 

Le film SQU'ART est un projet non commercial et libre de droit.

Thumb_44651_1489592453131_1633581947_1202541_4457511_n
yohanpappalardo

Jeune réalisateur de 28 ans. J'ai fait des etudes de psychologie (L3) à l'université Le Mirail à Toulouse suivi d'un Master Art du spectacle cinema, audiovisuel et multimedia à Paul Valery à Montpellier. Je suis actuellement sur un long metrage de documentaire: SQU'ART.

Newest comments

Thumb_44651_1489592453131_1633581947_1202541_4457511_n
C'est clair. La je suis en train d'organiser tout le tournage, c'est bien cool. Ca va me faire plaisir d'y retourner, de revoir les gens et de pouvoir parler de l'évolution de la situation depuis 2010. Et y a tellement de choses intéressante qu on a pas eu le temps de filmer la derniere fois, que ca va etre énorme de pouvoir récuperer ce qui manquait pour faire ce film. Trop bon, trop content. :D
Thumb_default
Coucou c'est Sylvain. Je suis super content que la collecte est réussie. Ca va te permettre de concrétiser ton rêve, et ca, ca n'a pas de prix.... ENORME!!!!!
Thumb_44651_1489592453131_1633581947_1202541_4457511_n
Un moment trop bien, un moment de soulagement intense: la collecte est réussie!!! Voilà une bonne chose de faite. Ouf, c'était chaud, mais on a réussi. Un grand merci à tout le monde, que ce soit les gens qui ont parlé autour d'eux, ceux qui ont regardé la bande annonce (quasi 900 ip différentes en 2 semaines), ceux qui ont fait un interview en ligne de moi, ceux qui ont donné de l'argent pour atteindre l'objectif, vous nous avez permis d'atteindre 2600 euros de dons en seulement 50 jours, tous ceux qui me donnent un coup de main sur le projet, que ce soit les traducteurs, l'équipe technique et évidemment un grand merci à tout les lieux et à toutes les personnes qui ont décidés de me faire confiance et de participer aux films. Un énorme MERCI à tout le monde, et ca me tarde de vous montrer ce film qui je l'espère sera à la hauteur du challenge, je fais tout pour en tout cas... [;)] A très vite. Yohan Pappalardo, porteur du film documentaire : "Squ'Art".