La culture de la rue peut-elle faire tomber la barrière de la langue ? Aidez-nous à réaliser un documentaire à travers la France & l'Espagne

Large_banner_siml

Présentation détaillée du projet

 La Rue est mon Langage / Street is my Language / La Calle es mi idioma… est un projet collectif de documentaire sur le thème de l’art de rue et la barrière de la langue.

Porté par 3 protagonistes, il se déroulera tout au long du mois d'Août 2014 en France et en Espagne et pourquoi pas le Portugal

 

 

 

Dsc_1088_copie

 

                         

                          -------------------------------------------------

                          -------------------------------------------------

 

 

Dsc_1110_copie2

 

 

                          -------------------------------------------------

                          -------------------------------------------------

 

 

Dsc_1123_copie

 

Nous partons dans le but de faire nous même de l'art de rue afin d'alimenter notre réflexion sur ce thème là. Chaque jour nous filmerons notre évolution et celle du spectacle de rue afin d’analyser les rapports avec la population et les différentes problématiques que nous rencontrerons. 

Nous désirons ne pas nous imposer un trajet tout tracé. La surprise des rencontres peut nous amener dans des endroits que nous ne supposons même pas encore. Le retour sera prévu pour début septembre à Grenoble.

 

Pour nous, la diffusion du documentaire fait complétement partie du projet. En effet nous avons déjà pris contact avec certaines salles culturelles de Grenoble afin de projeter notre documentaire. Mais nous désirons également continuer à interroger sur l’espace public et son occupation. C’est pourquoi nous allons à notre retour créer un mini cinéma de rue avec un vélo et un triporteur. Le but sera de diffuser le documentaire puis d’enchainer avec le spectacle « Street is my Language » construit pendant le voyage. Nous comptons déjà parmi nos amis des artistes, jongleurs, danseurs, musiciens désirant ajouter leur grain à ce projet. Le but étant que le spectacle ne stagne jamais, se nourrissant des multiples rencontres et des différents intervenants même le voyage terminé.

 

Pourquoi ?

 

   Car de nos jours on peut constater que l’espace public est principalement un lieu de passage. Les personnes s’y croisent sans se voir, sont ensemble sans l’être. La rue est pourtant un espace commun, l’endroit collectif que toute personne, quel que soit son histoire, fréquente. Les espaces sont définis : on se cultive à tel endroit, on fait la fête dans tel autre, on se rencontre autre part. La rue ne doit être qu’un canal, et la foule un flux constant.

 

 

Dsc_0986

 

 

L’art contextuel et les arts de rue tentent de changer cette tendance. En investissant la rue, ils modifient l’espace, bloquent le flux, la foule. En attirant le regard, ils transforment ce lieu de passage en lieu de rencontres. Seulement on peut observer que l’art de rue se limite de plus en plus aux festivals qui lui sont consacrés. Quel est alors le sens de l’art de rue s’il s’enferme dans ces évènements ? L’art de rue doit être surprenant, il doit s’imposer là où on ne l’attend pas, il doit devenir quotidien.

Les récents mouvements sociaux ayant eu lieu un peu partout sur le globe ont poussé de nombreuses personnes, à non pas seulement manifester dans l’espace public, mais à occuper illégalement des places, des rues... Qu’il s’agisse des Indignés, de la Puerta Del Sol, de la place Taxim, des Révolutions Arabes... Tous ont vu leurs villes changer sous la foule désireuse de changement. Mais est ce que ces occupations été dues à une effervescence militante ou bien ont-elles vraiment changé le regard du peuple sur l’espace public?

 

C’est pourquoi nous ressentons le besoin de rencontrer nos voisins d’un soir, d’échanger nos expériences de vies, de partager un moment « T » en commun, de s’ouvrir à l’autre mais aussi de voir l’autre s’ouvrir à nous. C’est ainsi que la démocratisation de la culture trouve son réel sens. Il ne s’agit pas uniquement d’amener la Culture aux gens, mais de leur amener le fait que c’est eux, même sans avoir de talent particulier, ou de pratique, qui sont la Culture. Ils la composent, la créent. Démocratiser la Culture, c’est redonner du pouvoir aux gens !

 

 

Dsc_0894

 

 

 « Street is my language » est un projet qui trouve son sens dans cette démarche.

 

À quoi servira la collecte ?

 

Avec 800 euros:

 

- Nous pourrons acheter du matériel sonore de meilleure qualité

- Nous investirons dans du matériel informatique de type disque dur et carte SD afin d'assurer nos images et de pouvoir monter notre documentaire en toute sécurité

- Vous nous permettrez également de voyager dans les meilleures conditions possibles et de limiter ainsi tout imprévu

- Enfin cette collecte nous servira à investir dans du matériel de qualité pour les projections hors les murs (Vidéo projecteur, écran, enceintes, microphones…) ainsi que dans la communication du projet (flyers, affiches, stickers…)

 

Nous avons d'ores et déjà commencé à mettre la main à la poche. Nous nous sommes procuré une caméra, guitare, ampli, instruments de jonglerie. Nous avons aussi prévu de subvenir à nos besoins par nos propres moyens, notamment pour manger et dormir. Tout ce que vous nous apporterez nous donnera la possibilité d'effectuer le voyage dans des conditions plus sûres, ce qui permettra de pousser plus loin la réflexion sur ce lieu de rencontres et de partage que nous avons en commun. 

 

Thumb_logo_siml
Street is my Language

Ce projet est porté par 3 jeunes Grenoblois désireux de comprendre et de faire connaître ce lieu de vie et de partage qu'est l'espace public. L'équipe se compose de : - Malorie 21 ans, actuellement en formation audio-visuelle - Aurelien 23 ans, également étudiant en Carrière Sociales https://soundcloud.com/bagasse-baratas-1 - et moi-même, Sofian 26... Voir la suite