En Alaska, un peuple en perdition se bat pour ne pas disparaitre. Son seul espoir de survie, il le doit à un jeune Français de 23 ans.

Large_sbdl

Présentation détaillée du projet

 

Une langue meurt tous les 15 jours. Selon une estimation de l'UNESCO, sur les 6000 à 7000 qui sont aujourd’hui parlées à travers le Monde, la moitié aura disparu avant la fin du siècle. 

 

Un constat, une projection, qui semblent si loin de nous. Si peu réels. Mais à l’autre bout du Monde, des hommes et des femmes vivent cette souffrance et se battent pour ne pas devenir de simples statistiques.   C’est là bas que nous voulons vous emmener. A l’autre bout du Monde : en Alaska

A la découverte du peuple Eyak, et de leur combat pour sauver leur langue, et avec elle, leur histoire. Tout un pan de leur identité oppressé par la culture américaine dominante, puis poussé vers la clandestinité et enfin, l’oubli.

 

 

386994_3875509203748_1622998898_n

 

 

Marie Smith Jones est morte en 2008. Elle était la dernière locutrice de l’Eyak. La langue s’est donc officiellement éteinte avec elle, laissant comme orpheline toute sa tribu. Avant de mourir, « Chef Marie » aurait dit à son peuple qu’il n’avait pas à pleurer sa disparition, car elle sentait que « quelqu’un viendrait de très loin pour leur venir en aide ». 

Et elle ne s’est pas trompée. Deux ans plus tard, un jeune Français de 21 ansGuillaume Leduey, arrivait de son Havre natal, à quelques 7400 kilomètres de là, pour découvrir le peuple Eyak. Un peuple dont il avait appris la langue, seul, grâce à des encyclopédies, des archives, internet. Tous l'accueillirent alors comme un prophète, comme celui qui pourrait les sauver.

 

Deux ans plus tard, en 2013, il est assistant de recherches linguistiques pour l’université de Fairbanks et a déjà rédigé plus de 3000 pages manuscrites d’un futur dictionnaire Eyak-Anglais. Il y travaille à plein temps, depuis chez lui en Normandie, et chaque été, il revient en terre Eyak, à Cordova, pour aider ces amérindiens à réapprendre leur propre langue. Entre cours de prononciation, rites ancestraux, et découverte de l'autre. 

 

377336_3875510923791_1018191302_n

 

L’instinct de survie d’un peuple en perdition a croisé le chemin d’un jeune français qui a décidé de lui consacrer une partie de sa vie.  Ensemble, ils partagent désormais un même combat : faire vivre l'héritage des Eyak. Ancêtres des premiers, passion du second. 

 

 

 

 

Voici l'histoire que nous voulons vous raconter... Vous nous suivez?

... Nous qui? Bonne question.

 

Marie-Christine Carfantan et Vincent Bonnay 

 

La première est auteur et réalisatrice pour une société de production parisienne spécialisée dans le documentaire : Peignoir Prod. Elle est notre plume. A son actif, déjà plusieurs films de 52' en tant que co-réalisatrice et auteur (Diffusés sur LCP, France 3, France ô, Equidia) et de nombreuses réalisations de reportages en format magazine (Equidia).

 

Le second est Journaliste Reporter d'Images. "Monsieur Camera" de l'équipe. De retour d'un an à New York où il a travaillé pour l'agence de presse Keep In News, couvrant l'actualité pour les chaines de télévisions françaises (TF1, M6, l'AFP, TV5 Monde), il travaille aujourd'hui principalement pour la chaine d'information I>Télé.

 

574622_3875515323901_555308116_n

 

Notre collaboration a commencé sur les bancs de l'école de journalisme et n'a jamais cessée. La rédactrice et le JRI, la plume et la caméra. Deux regards qui portent dans la même direction... vers l'Alaska !

 

À quoi servira la collecte ?

 

L'Alaska, c'est loin, très loin !  Le premier voyage pour rencontrer Guillaume et les Eyak a été une aventure personnelle. Son financement aussi ! Mais grâce à lui nous en avons aujourd'hui la certitude : ce combat est une histoire incroyable, cette histoire mérite de vous être contée et par conséquent, notre film doit exister !

 

Ce que nous avons : Le matériel

 

- Une caméra professionnelle et les accessoires (Canon XF300 ou Sony PMW 150)

- Un reflex numérique et les accessoires (Canon 60D + Objectifs : 50mm et 18-270mm)

- Un trépied caméra (Manfrotto) et photo

- Equipement son : Kit micro HF Sennheiser G3

- Equipement lumière et pieds 

 

Ce que nous voulons : Partir

 

C'est là que votre soutien intervient. L'Alaska en plus d'être une contrée lointaine est une terre gigantesque et sauvage. Chaque déplacement en est d'autant plus compliqué et onéreux. Aucune route ne mène à  Cordova par exemple. La terre du peuple Eyak n'est accessible qu'après plusieurs heures de route puis de ferry... Pour l'autre périple jusqu'a Bethel, à l'Ouest du territoire, il n'y a qu'une solution : l'avion... Imaginez!

 

 

Sbdl_cartel

 

Voici un récapitulatif des différentes étapes en terme de transport:

 

- Paris-Anchorage (A/R) : 1400

- Anchorage-Cordova: (A/R) : 200

- Anchorage-Bethel (A/R): 300

- Anchorage-Fairbanks (A/R) : Covoiturage

 

 

Ce qui fait un total d'environ 1900€ par personne soit : 3800€

A ce prix il nous faut ajouter une marge en cas d'imprévus, dépenses supplémentaires (location de voiture envisagée) mais aussi l'évolution du prix des billets et autres frais. Nous intégrons aussi les 8% versés à Kiss Kiss Bank Bank. 

 

Vous savez tout. Nous vous sollicitons parce qu'il n'est pas chose aisée que de se lancer dans l'aventure mais grâce à vous, nous l'espérons, nous pourrons réaliser "Sur le bout de la langue" et ne pas rester "sur le bord de la route"... faute de budget. 

 

Embarquez avec nous pour l'Alaska et aidez-nous à faire monter à bord de ce projet le plus grand nombre !

 

'AwA'ahdah (Merci en Eyak)

 

Thumb_carr_
ShutterProd

Nous sommes deux jeunes journalistes professionnels. Une plume et une caméra. Divers expériences ensemble et chacun de notre coté, du documentaire au reportage d'actualité, de la politique à la découverte. Deux regards qui aujourd'hui portent dans même direction : L'Alaska.

Derniers commentaires

Thumb_default
Hello ! Ou en etes vous de votre projet? toujours pas recu de DVD.... Eric
Thumb_celte_m
BRAVO ! AIDEZ LES iI reste 22 H
Thumb_12331167_s
Votre projet est magnifique !!! Je vous soutiens car vous pourriez être mon fils, vous en avez l'âge et votre engagement me bouleverse... Il y a de si belles choses sur cette terre, de si belles personnes, il faut que ça se sache, juste pour ne pas perdre l'espérance. Merci à vous 3 et bonne chance !