Spectacle musical et percussif de danse-théâtre sur la thématique du temps. Poésie, humour et émotion sur un sujet plus vieux que le monde !

Large_photo_titre

Présentation détaillée du projet

LE SPECTACLE

 

Sept personnages liés à leur insu par une attente qui va s'éterniser jusqu'à l'absurde, se retrouvent dans une salle, lieu indéterminé, sorte de hall d'embarquement.

Les relations se nouent ; les masques tombent ; les rythmes de chacun se croisent, s'entrechoquent, trouvent une pulsation commune créant une histoire dansée et rythmée par la musique du quotidien.

 

Avec Gaëlle Levallois, Alexandra Karsenty, Anaïs Lairon-Reynier, Joël Briand, Bruno Coffineau, Basile Harel, Julien Knight

Mise en scène : Bruno Abadie

Musique : Bruno Coffineau

Création lumière : Antoine Dufour

Décor : Marc Etiève

Affiche et tableaux : Basile Harel

 

_m1t9518-copie-copie

 

LA FORME

 

Piégés par le temps qui semble soudainement les avoir laissés de côté, les sept personnages émanant d'époques différentes, s'accrochent aux bribes du rythme biologique qui les anime. Celui-ci, différent selon chacun, sera tour à tour somnolent, posé, agité ou hystérique et prendra des formes diverses : une danse, une séquence frappée sur un journal ou une valise, une chorégraphie collective, un claquement de talon, un tintement de verre...

Ces rythmes désordonnés qui progressivement s'affrontent, s'agglutinent, se lovent pour finir par fusionner dans une syncope commune, racontent au gré de la musique qui les accompagne l'histoire de ces sept anonymes qui finissent à force de collectivité imposée à révéler leur être intérieur.

Puis le coup de théâtre. Le rideau qui tombe. Les corps et les cœurs mis à nus pour générer une fraternité essentielle.

 

ARGUMENT

 

TEMPUS FUGIT : le temps fuit et ne s'arrête pas. Nous ne sommes rien sans lui et pourtant il n'a pas besoin de nous. Il est ce que l'homme a toujours cherché à maîtriser et pourtant, un jour ou l'autre, tous, nous nous soumettons à lui.

 

A l'origine du spectacle, il y a donc une réflexion sur la notion du temps et de l'attente, sur les rythmes qui diffèrent selon la personne, l'humeur ou la situation.

Le temps qui coule, avec ou sans nous, le temps linéaire.

Le temps qui ronronne, le temps circulaire.

Le temps instantané qui se consomme comme des soupes lyophilisées.

Le temps éclair, celui du flash d'appareil photo qui nous aveugle.

 

Comme pour mieux garder en creux la phrase de Peter Brook :

« Le rythme est le facteur commun à tous les arts ».

 

_m1t9469-copie-copie

 

MÉLANGE DES GENRES

 

A la base de l'élaboration du spectacle, il y a un parti pris : créer une pièce sans paroles portée par la simple présence d'une musique composée pour l'occasion et par des bruits et sons produits sur scène par les comédiens.

Pour donner corps au propos, figurent une multiplicité d'expressions artistiques : la danse (contemporaine, hip-hop, claquettes), les percussions (percussions corporelles, bruits d'objets), le langage corporel (mime, clown, personnage, acrobaties). Sans oublier d'instiller à l'ensemble l'humour, la poésie, l'émotion et la réflexion inhérentes à tout questionnement.

Tempo est un spectacle à la croisée de trois univers : celui des chorégraphies de Découflé, de la fantaisie de Tati et de la dynamique de Stomp.

 

MUSIQUE ORIGINALE

 

La partition musicale reflète le parcours vaste et varié de son compositeur, Bruno Coffineau. Elle emprunte en effet au classique la richesse des timbres et de l'interprétation qui offre une large palettes d'émotions ; au rock, l'énergie et l'attitude ; aux musiques populaires, la simplicité des parties mais la complexité des arrangements ; à la musique minimaliste, la structuration par boucles, et enfin aux musiques du monde, la diversité des rythmes et des modes.

Pour Tempo, Bruno Coffineau s'est attaché à composer des thèmes de styles et de rythmes différents pour coller à l'essence de la pièce. Il a travaillé avec la contrainte d'attribuer à chaque personnage un instrument, à la manière de la partition de “Pierre et le loup”. Violon, clarinette, flûte, trompette, saxophone, violoncelle et trombone redonnent ainsi leur voix aux personnages muets de la pièce.

La musique a été enregistrée par l'Orchestre de poche, formation de onze musiciens donnant une version miniature de l'orchestre de chambre en représentant les quatre familles d'instruments de l'orchestre classique (cordes, bois, cuivres, percussions) agrémentés d'instruments plus contemporains comme le saxophone, l'accordéon, la guitare ou la batterie.

La bande son du spectacle a été enregistrée en studio et est disponible auprès de la compagnie (9 titres, durée 30 minutes).

 

 

MISE EN SCÈNE ET MISE EN ŒUVRE

 

Le scénario a été conçu par Bruno Abadie et Bruno Coffineau, le premier à la mise en scène et en regard extérieur, le second sur le plateau et en regard intérieur.

 

Pour honorer la multiplicité de formes qu'exigeait l'écriture du spectacle, nous avons tenu à recruter des artistes de savoir-faire différents, venant d'horizons divers et à même d'apporter à la pièce leurs spécificités.

Ainsi Gaëlle Levallois a beaucoup travaillé le clown ; Alex Karsenty est danseuse ; Anaïs Lairon-Reynier a également travaillé le clown mais aussi l'acrobatie ; Julien Knight est circassien ; Joël Briand est danseur hip-hop ; Basile Harel a travaillé le moringue en plus d'être artiste plasticien, et Bruno Coffineau est musicien.

 

La création chorégraphique a été réalisée à partir d'improvisations et d'échange de savoir-faire au cours d'une longue résidence qui a permis à chacun d'enfiler tour à tour les bottes des autres. Danse hip-hop, chorégraphies contemporaines, claquettes, portés acrobatiques, body percussions et rythme en général ont été systématiquement explorés et travaillés de concert pour aboutir à une création collective orchestrée par Bruno Abadie.

C'est au fur et à mesure de ces improvisations et de l'avancement de la composition musicale que s'est créé le scénario final, avec la complicité de tous.

 

_m1t9485-copie-copie

 

Toutes les photos sont de Stéphane Redon.

 

 

LE THEATRE DES LUCIOLES

 

TEMPO sera donné du 5 au 27 juillet tous les jours à 22h20 au théâtre des Lucioles, lieu prestigieux du off s'il en est depuis une dizaine d'années.

 

"Depuis 2004, les professionnels, le public, les artistes, sont fidèles a ce lieu dont la programmation reconnue et appréciée en a fait un lieu incontournable d'Avignon. Deux grandes salles climatisées, une cuisine équipée, un bar, une terrasse ombragée, de vastes loges, le tout sur 650 m², en font un théâtre vivant, confortable et spacieux."

 

Nous sommes accueillis dans la grande salle de 140 places, qui dispose d'un très beau plateau. Merci aux directeurs Patrick et Ghislaine JOURNAUT qui nous ont fait confiance et ont fait le trajet jusqu'à Toulouse pour nous rencontrer, nous voir jouer, et finalement décider de nous prendre dans leur programmation.

 

http://www.avignonleoff.com/lieux-off/L/lucioles-theatre-des-1332/grande-salle-1814/

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

CRÉATION CONTEMPORAINE

 

Se lancer dans l'aventure de la création artistique est toujours une gageure. Ça  l'est d'autant plus quand la création est collective et ne repose sur aucun texte ou aucune musique existants. Mais c'est alors mener à bout un projet qui tient à cœur et dont la genèse, l'aboutissement et l'exploitation qui s'en suivent, ne sont jamais anodins.

Au-delà de la matière grise mise en œuvre, des idées de génie, des moments d'abattement et de découragement quand la boite à suggestions est tarie, le nerf de la guerre est et restera le financement du projet, car sans cela, pas de décors, pas de costumes, pas de projecteurs, pas de maquillage, mais surtout pas de salaire versé aux artistes pour la juste rémunération de leur savoir-faire, leur dynamisme, leur sueur, en définitive.

 

AVIGNON

 

Quand l'enjeu pose ses valises en Avignon, scène difficilement contournable en France pour la diffusion en dehors du territoire souvent principalement local des compagnies hors scènes nationales, le budget se taille la part belle ; en effet, à la location souvent exorbitante du théâtre, s'ajoute le logement de la troupe et de son équipe technique, qui à cette saison et sous ces latitudes, représente un investissement conséquent..

La solution de présenter un one-man show résout pour l'essentiel ces difficultés ; la gageure devient challenge quand sont réunis sur le plateau 7 comédiens et qu'en régie s'activent le metteur en scène et le régisseur son et lumière.

 

SE TOURNER VERS SON PUBLIC

 

La course aux sous commence alors, et même si la compagnie a les reins solides grâce à la qualité de ses pièces et de sa diffusion, même si des aides sont sollicitées et attribuées ça et là par diverses institutions, il n'en reste pas moins que le financement participatif qui se généralise en France permet à l'artiste de se tourner directement vers son public et de lui proposer de contribuer à boucler son budget à hauteur de ses possibilités, en échange d'un clin d’œil, d'un disque ou d'une entrée gratuite, qui contribuent aussi à resserrer les liens entre créateurs, artistes et public. Tout un chacun peut ainsi se transformer en mécène en herbe et contribuer au développement et au rayonnement de la culture, qui en France fait figure d'exception, dit-on !

 

Un immense merci donc pour vos dons.

 

 

IMPORTANT : exonération fiscale !

 

Pour chaque don, La Compagnie du petit matin vous remettra un reçu fiscal qui vous permettra de déduire 66% du montant de votre impôt dans la limite de 20% du revenu imposable.

Thumb_logo_cie_petit_matin
la Compagnie du petit matin

La Compagnie du petit matin est une Compagnie professionnelle de théâtre née en Janvier 2003 et basée à Toulouse. La Compagnie du petit matin est subventionnée par la Mairie de Toulouse et le Conseil Général de Haute Garonne pour ses demandes d'aide à la création et elle a obtenu sur 2 spectacles, l'aide à la diffusion du Conseil Régional de Midi... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
bon courage et plein de bonheur lors de la réalisation de votre projet!!!! Isabelle (Arts de la rue Bagnères de bigorre 2011)
Thumb_logo_cie_petit_matin
Ca y est, nous avons atteint et même dépassé notre objectif :-) Merci à tous et toutes les kisskissbankers de nous avoir soutenu dans ce projet. Le festival OFF d'Avignon est maintenu pour l'instant malgré les mouvements de grève qui s'intensifient. A suivre de près. Avec l'espoir - bien maigre - que le médiateur du gouvernement prenne en compte nos revendications d'intermittents et prenne position contre un Medef chaque fois plus hypocrite et envahissant :-(
Thumb_default
On vous soutient dans cette dernière ligne droite.