Un joli projet d'édition : les méditations d'un jardinier dans la ville (en format tête-bêche !). A votre bon cœur...

Large_kkbb_tb-1426959845

Présentation détaillée du projet

Le projet est simplement d'éditer un  livre original. Un auteur soutenu par un éditeur sollicite(nt) votre soutien. Voici l'histoire de ce projet. Merci d'avance!

 

Printemps 2014. Un retraité, jardinier amateur, plante sa bêche et ses pensées vagabondent... Sa bêche bêche, sa tête aussi. Donc ça bêche dans la tête, ça écrit ce qu'il voit, ce qu'il trouve dans le sol, les voisins les passants, tout ça, poème de la vie qu'on pourra donner à lire (ça peut pas faire de mal). D'où le projet, formé et lancé par Solilang, éditeur à Limoges, d'un petit livre qui s'intitulera Tête bêche, une bonne trentaine de strophes, de pages qui sont autant de petits coups de bêche.

 

D'où aussi l'idée de passer par cet appel à contributions qui permet d'ajouter du lien social. Le sujet s'y prête.

 

Juste un petit bouquin de rien du tout, même pour cela il faut quelque argent. L'éditeur, après les amis, les proches, a aimé ce texte, a aimé ce titre, et de fil en aiguille le livre sera édité en format tête-bêche.

 

Format tête-bêche ?

                                      

                                                  Résultat de recherche d'images pour "livre tête bêche"

                        

Vous avez déjà vu un livre présenté tête-bêche ? ça se lit aussi bien d'un côté que de l'autre; en le retournant comme une crêpe on en découvre un autre, imprimé à rebours du premier avec la tête en bas. Oui, un peu comme une carte à jouer (et pas exactement comme le spécimen ci-dessus).

 

 

                                 Cartes_tetebeche-1427361170

 

Oui, un peu comme une carte à jouer, avec la différence qu'on aura deux livres en un et non pas deux fois la même figure. Je ne suis pas clair ? De toutes façons vous le verrez quand il sera  sorti. Et dans cet autre livre, dans cet autre poème il sera question de musique. De flûte plus précisément. Car notre retraité (ainsi peut-on le définir) est tout autant amateur de musique que de jardinage. Il chante aussi, ne vous déplaise, en vrai (en chœur) ou dans sa tête; sa retraite enfin lui en laisse le temps. Il chante et il joue de la flûte. Alors on ira flèche au but, pardon, de bêche à flûte (haha) bêche-flûte ou vice-versa ad libitum. Le 2e texte, disposé tête- bêche donc, s'intitulera Flûte alors. C'est un poème en vers - mais pas des vers de terre cette fois.

 

                                   Seau-1426959662

                                Qu'y a-t-il dans ce seau ? Des vers de terre ?...  

 

Le mot de l'éditeur

Notre auteur est un jardinier qui aime à méditer, même si c'est en fait moi qui l'édite.  Solilang  en est bien honoré. Le livre de la bêche et de la tête est complété par une flûte, qui n'est pas plus traversière que le jardin : les accents circonflexes forment un chapelet de chapeaux qui protègent notre jardinier.

Ce n'est pas non plus une flûte à bêche, et la poésie est l'art de faire ποιεῖν de ses mains, et elle laisse le lecteur tout retourné, comme la terre fouillée.

Le livre de poche se fouille donc ainsi, dans les deux voire tous les sens. Bonne lecture à venir...

Jean-louis,

Solilang - Salves d'Espoir

...........................................

 

(Le retraité remercie l'éditeur d'avoir consenti à ce montage tête-bêche à double double sens qui comble ses rêves de jardinier amateur. La flûte associée à la poésie, comme dans certain festival très amical où chaque année au mois de juillet je vais avec ma flûte. Cela s'appelle "Samedi poésie dimanche aussi" ; pour en savoir plus c'est sur internet, voir le lien à la fin de cette présentation).

 

                    Img_2235-1427376875

 

 

Small is beautiful...

 

C'est un peu mince, me direz-vous, ce bêchage, ces racines, tout ça. Et qu'avez-vous contre la minceur? La flûte aussi est fluette, c'est son charme. Cela dit vous avez raison, le projet serait bien léger et s'étoffera de la présente opération de lancement et d ses contreparties. Telle a été la proposition amicale de l'éditeur, et l'auteur s'y est rallié bien volontiers.

 

"Dans mon jardin vous viendrez, d'ailleurs ce n'est pas mon jardin...", dirai-je à la façon de Prévert (*), j'y suis arrivé comme ça un jour, et je ne fais, nous ne faisons, la famille les amis et moi, que nous ajouter à son histoire comme chacun de nous s'ajoute à l'histoire de la terre et des hommes. Mais dans mon jardin vous viendrez, s'il vous plaît, et on y passera de bons moments. Premier aperçu dans la vidéo.

 

(*) Dans ma maison vous viendrez // D'ailleurs ce n'est pas ma maison //Je ne sais pas à qui elle est // J'y suis entré comme ça un jour...

(Jacques Prévert, Paroles) (**). C'est comme cela aussi que je vois l'endroit où je vis. Nous  ne sommes que de passage.

 

(**) L'auteur a été bibliothécaire, il cite toujours ses sources. Tiens, à propos de source, il y en a une sous le jardin, qui alimente le puits en permanence, quelle chance...

 

                                   Seau-1426959662

                             ...à moins que ce ne soient des nouilles chinoises ?

 

Petite précision au sujet du délai très bref retenu pour ce projet : il doit sortir pour Lire à Limoges, à la mi-avril. Vous voyez que ça urge!...

 

Que faire encore pour l'accompagner : collectionner des mots, des objets, des couleurs. Inviter les voisins, inviter les lointains (vous ?). Inventaire infini des plantes sauvages ou cultivées poussant ici, ou cultivées devenues sauvages ; lire et écrire encore des tas et des tas de textes de jardin ; on pourrait même les mettre en musique, ou les accompagner. On va le faire, on les lira quand vous viendrez dans mon jardin. Ce sont les contreparties que nous vous proposons, et on espère que vous viendrez nombreux.

 

Jardin littéraire

 

Voici déjà (il y en a bien d'autres) Le Liseron, de Maurice Rollinat (1846-1903) (et on reparlera de Maurice Rollinat) :

 

LE LISERON

Le liseron est un calice // Qui se balance à fleur de sol. // L'éphémère y suspend son vol // Et la coccinelle s'y glisse. // Le champignon rugueux et lisse // Parfois lui sert de parasol ; // Le liseron est un calice // Qui se balance à fleur de sol. // Or, quand les champs sont au supplice, // Brûlés par un ciel espagnol, // Il tend toujours son petit bol // Afin que l'averse l'emplisse : // Le liseron est un calice.

 

                                    Seau-1426959662

...ou bien des racines de liseron ? Bon sang mais c'est bien sûr ce sont des racines de liseron ! Et au milieu on voit des "glucks" -- c'est du moins ainsi que les a baptisés le jardinier amateur... et il ne croyait pas si bien dire.

 

Et pour vous mettre en appétit...

 

...voici le début, la première page - l'incipit, comme on dit, de Tête bêche:

 

"J'avais deux bêches, deux bêches à dents. Motoculteur non pas de motoculteur c'est trop rapide trop bruyant. J'avais deux bêches à dents, j'en ai même trois à présent. Celle de la maison d'avant, qui n'a plus que trois dents la quatrième est cassée ce qui n'en fait pas un trident pour autant. Celle de la maison d'aujourd'hui que j'ai trouvée dans la cabane du bas et qui neuve devait être d'une jolie couleur rouge car il en reste un peu sur le haut du fer, mais trop fragile, les dents se tordent ça bêche mal. J'en ai maintenant une troisième flambant neuve, de couleur noire qui peu à peu s'écaille laissant place au brillant vif de l'acier, quatre dents solides et profilées comme des épées pour piquer ou tailler trancher terre, fendre les mottes. Une vraie bêche de soldat jardinier.

 

/ À nous deux terre noire sabre au clair avec ma bêche noire"

 

(premier slash, premier de toute une série de coups de bêche)

 

Jean Péchenart, Limoges, mars 2014 (ce n'était qu'un début)

 

(et en prime, le début de Flûte alors

"Flûte alors // dit le pianiste du Titanic // au bout de cinq à six semaines // sur son île déserte au milieu // de la mer des bambous des roseaux // qu'il tailla donc avec soin et avec un biseau // et alors il se mit à la flûte" ...

fermez les guillemets et la parenthèse).

 

           Img_2218-1427376347

 

Graine de sagesse, grain de folie

 

Cette histoire de jardin est une histoire d'amitié. Merci à mes amis Isabelle et Michel pour leur aide précieuse pour la réalisation de cette présentation.

 

Ne dévoilons pas plus ce que vous lirez. Sachez seulement que notre beau jardin (nous sommes deux à le cultiver et heureusement qu'elle est là), ce beau jardin un peu cultivé mais pas trop, est situé au cœur de la ville, comme un théâtre ouvert donnant vue sur la ville et réciproquement, avec les voisins de chaque côté et au voisinage de la cité Louis-Casimir Ranson que j'abrège en LCR, ne vous déplaise, avec la terre en-dessous, ci-gît le passé, le ciel là-dessus, la ville autour, les gens qui passent les souvenirs et les idées aussi, la tête qui bêche qui bêche, il y a de quoi faire.

 

Pour en savoir plus sur l'histoire de l'habitat social à Limoges cliquez sur le lien ci-dessous:

(mais n'oubliez pas de revenir nous voir ensuite. Merci d'avance!)

https://www.limogeshabitat.fr/notre_histoire.html

 

Pour en savoir plus sur Samedi Poésie Dimanche Aussi (évoqué plus haut) cliquez sur cet autre et venez nombreux :

http://poesie.baz.free.fr/

À quoi servira la collecte ?

La collecte sera utilisée pour imprimer le livre et les affiches.

Le budget total de l'opération est de 2200 € TTC

 

200 € pour frais administratifs du distributeur (Pollen qui va rendre le livre disponible auprès de tous les libraires de France)

500 € de frais de composition et d'édition

1300 € pour l'imprimeur (399 exemplaires)

Frais de marketing : 200 € pour des affiches, kakemono présentant l'auteur, etc.

 

Pourquoi ne demandons-nous que 777 € de collecte pour la souscription ?

Parce que le risque est assumé par l’Éditeur Solilang, qui ne travaille pas à compte d'auteur. Nous avons choisi 777 € car c'est un compte rond, qui va nous permettre d'évaluer l'intérêt du public pour cet auteur et son ouvrage.

 

Que se passe-t-il si nous dépassons, voire pulvérisons le montant de la collecte ?

Eh bien, le livre paraîtra quand même :-)  Et les souscripteurs ont  de toute façon des avantages que n'auront plus les acheteurs en librairie.

Si nous dépassons la souscription, pour chaque tranche de 200 €, nous offrions à chaque souscripteur un nouveau poster secret des plantes du jardin...

 

 

SOLILANG est une maison d'édition d'une dizaine d'années qui publie dans le domaine du voyage, de la recherche scientifique ( psychanalyse et linguistique) et aussi des auteurs qui sont limousins.

Voir le site : www.solilang.net

 

 

 

Thumb_saleves_de_beche-1426598743
L'esprit d'Eloi

L'auteur : Jean Péchenart, plus ou moins jardinier, plus ou moins philosophe, écrivain amateur, musicien amateur. Aime le mot "amateur" qui vient d' "aimer". Est né en 1950 à Sedan. Habite Limoges. A enseigné les lettres et la langue française en plusieurs lieux (Luang-Prabang, Pithiviers...), fut un temps comédien, un temps trop bref ; puis conservateur... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Meilleurs voeux pour les heures qui restent, si les derniers contributeurs arrivent à franchir victorieusement toutes les étapes du paiement ! ; - )
Thumb_default
Belle aventure! merci de nous permettre de la partager ♥
Thumb_default
Bravo !