Participez à la production d'un court métrage qui donne un regard différent sur la schizophrénie.

Large_the_curse_of_b_photo__2_-1463590996-1463591006

Présentation détaillée du projet

L’Origine du Projet

 

La lecture d’Antonin Artaud, à 17 ans, a été déterminante dans mon parcours artistique. Ses écrits ont trouvé un écho dans ma vie personnelle, et j’en suis venu tout naturellement à fréquenter des personnes sensibles au point d’être touché par cette problématique. Les questions de ‘’santé mentale’’ n’ont plus quitté mon travail, depuis (au grand dam de certaines de mes amies), puisque dans tous les scénarios que j’écris, les personnages ont toujours une faille psychologique qui les rend, certes, fragiles et du coup, on ne peut plus attachants. Car c’est bel et bien la société qui est malade et nous rend ainsi. C’est ce que je veux montrer par ce film.

 

Mon scénario est le fruit de recherches, j’ai regardé des dizaines et des dizaines de documentaires, je lis depuis toujours les écrits de Foucault, de Jung,… ainsi que des auteurs qui ont écrit sur leur profond mal être dans la société, comme Unica Zurn, Sylvia Plath, Janet Frame, et bien d’autres. Il est, aussi, le résultat de rencontres, et fut écrit sur base des souvenirs de mon meilleur ami

 

A en discuter avec des comédiennes et des techniciens pendant la préparation, je me suis rendu compte que, dans le petit monde du théâtre et du cinéma, cette histoire avait un écho dans le sens où chaque personne rencontrée en connaissait une voire plusieurs qui avait vécu un tel désarroi. C’est exactement le dernier plan de mon film ; le désarroi rencontré par le personnage principal féminin que les voix intérieures ont poussé à faire des choses qu’elle ne voulait pas. 

 

 

 

Fiche technique

Durée: 20 min

Genre: Fiction / Drame

Support: Blackmagic URSA

 

Blackmagic-ursa-6-1463922812

 

 

 

‘’The Curse of B.’’ nous raconte la ‘’bouffée délirante’’ dans laquelle sombre Barbara après que ses 3 ordinateurs aient été hackés. On découvre par la suite qu’elle faisait une fixation sur diverses problématiques sociétales, comme la malbouffe, les vaccins à outrance, etc… et que, donc, son mal être était déjà bien présent. Elle devient parano, dans son deux pièces, et une voix intérieure lui commande de partir, à pieds, vers la Hollande. Nous la suivons quittant Bruxelles, de nuit, et affrontant ses démons intérieurs sur le chemin vers la Hollande.  

 

Les "démons" de Barbara se cachent-ils réellement ici ?

 

Pc_d_mont__1-1463867182     

 

 

Les plans seront assez classiques, au début ; champ-contrechamp, caméra fixe… Pour, au fur et à mesure que le trouble s’installe en Barbara, devenir plus mobile. Jusqu’à être portée quand nous suivrons Barbara dans sa fuite vers la Hollande. La caméra collera au plus près d’elle afin de faire ressentir au plus près son malaise. Le tout sera filmé de manière la plus réaliste possible. 

 

Le son nécessitera un travail conséquent, puisqu’il faudra rendre compte des sons, des bruits qu’elle entend, de ceux qu’elle croit entendre, ainsi que des voix qui lui parlent. Et ceci en étant le plus crédible qui soit. Je veux, tout autant, que le film puisse s’écouter à la radio.

 

Manger-monsanto-1024x721-1463909389

 

 

Le tournage se déroulera sur une journée et 5 nuits. Une journée pour contextualiser le personnage de Barbara, et 5 nuits car son délire schizophrène commence en soirée et se déroule toute la nuit durant.

 

Il me faut, maintenant, mettre cette histoire en image pour rendre hommage à mon ami. Pour rendre compte du profond malaise que vivent ces personnes en crise. Et pour que l’on arrête de faire de graves amalgames entre schizophrénie et passage à l’acte meurtrier.  

 

 

Ob_4ab809_vaccins-contagieux-dangereux-1463909447

 

 

Le tournage aura lieu en septembre 2016 à Bruxelles et dans le Brabant. 

 

N.B : Le personnage de son amie Laura est développé en rôle principal dans un court métrage, déjà écrit, que j’aimerais tourner juste après celui-ci.

 

 

André Adeline (réalisateur)

 

 

 

Les actrices

 

Barbara : Guylène Olivares

 

Guyl_ne-1463440505

 

Guylène Olivares est une actrice française formée au conservatoire de Montpellier et à l’Insas à Bruxelles. Elle fait partie durant 5 ans de la compagnie Jours Tranquilles (Lausanne) mais joue aussi pour les metteurs en scène : Stéphane Arcas, Jean-François Noville, Guillaume Istace, Gisèle Vienne et Etienne Bideau-Rey, Denis Marleau, Sabine Durand, Julien Bouffier, Mélanie et Estelle Rullier, … Elle sort des limites du théâtre avec Ugo Dehaes (chorégraphe), Bernard Gaube (peintre) et Nommo (musique) pour des spectacles/performances. On peut la voir au cinéma dans le long métrage de Harry Cleven « Trouble » et dans divers courts métrages. Elle réside à Bruxelles depuis plus de 20 ans.  

 

Laura : Zoé Kovacs

 

Zo__3-1464779189

 

Depuis toute petite Zoé aime danser,  chanter et jouer. A 8 ans elle entre à l'école de danse "La leçon", elle y étudiera la danse, quotidiennement, jusqu'à ses  13 ans. Depuis ses 7 ans, elle participe à de nombreuses productions du Théâtre Royal de La Monnaie en tant que figurante et choriste enfant. Elle termine ses secondaires par 3 ans en humanité artistique option français parlé avec comme professeur principal Dominique Serron. En 2000, elle obtient  un premier prix en art dramatique au conservatoire Royal de Liège. Depuis elle a principalement participé à de nombreuses créations pour le théâtre jeune public,  notamment avec les Zygomars,  la Galafronie et l'Agora theater. Elle a interprété Michèle dans "Self Service" d'Anne-Cécile Vandalem. Il y a 3 ans elle a créé sa compagnie "Groupe Object".

 

 

L'équipe

 

Réalisateur : André Adeline

 

 

Kino_carolo_le_film_d_andr_-1463775112

 

J’ai déjà réalisé plusieurs films expérimentaux (documentaires et courts métrages), je fais des recherches picturales expérimentales en photo, en peinture, en arts plastiques, en général. Ceci dit, le Cinéma et la Photographie restent les domaines dans lesquels je me sens le plus à l'aise pour exprimer ce qui me tient à coeur de dire. J’écris de plus en plus et veux, maintenant, me tourner vers un cinéma plus narratif. Rien n'est plus excitant que de voir prendre vie un personnage qu'on a pensé, écrit, créé. Mes modèles sont Maurice Pialat, l'école D.I.Y. new yorkaise (de la nouvelle vague au mumblecore), Mike Leigh et John Cassavetes. 

 

 

 

 

 

Régisseur général (assistant réalisation) : Frédéric (Fredo) Marchal 

 

Fredo_1-1463863074

Photo : Ketchup Book

 

C'est en 2011 que Fredo s'aventure dans le milieu cinématographique en s'inscrivant par hasard sur un site en lien avec le cinéma et le théâtre. Il y découvre un univers qui va l'aider à extérioriser certains aspects de sa personnalité. Il devient "silhouette", et enchaîne les petits rôles (cinéma, courts-métrages et télévision). Au mois de juin 2012, il joue son premier rôle dans une pièce de théâtre. L'histoire d' "un rebelle planqué dans un couvent, il fuit les ennuis". En avril 2013, il ressent le besoin de changement, de bousculer sa vie (encore) et il décide de tout "plaquer" pour partir à l'aventure. Ses premiers pas vont le guider vers le chemin de Saint-Jacques de Compostelle sur lequel il restera plusieurs mois à parcourir 2000 km. La découverte de soi, S'écouter, Se rencontrer... Etre soi-même tout en admirant le mouvement de la vie... Une sacrée aventure!  Aujourd'hui, Fredo continue son chemin en s'épanouissant sur les plateaux de tournage en tant que régisseur, dans son "atelier" avec ses bois/bâtons de marche (sculpture) et avec ses personnages (pirate, druide,...) qui animent du jeu de rôle grandeur nature pour les enfants et adolescents.

 

 

Scripte : Mafalda Jares

 

Mafalda_1-1464341977

 

Mafalda s’est passionnée pour les arts du spectacle et particulièrement pour le cinéma à l’âge de 9 ans. Elle entama 6 années d’études de théâtre. En parallèle, elle fit un an à l’ABC Studio au BOZAR (tournage de fiction, reportage et animation) et à 13 ans elle fit l’Atelier Alfred, où elle réalisa son premier court métrage. Durant ses secondaires, elle continua à jouer avec différents types d’art (dessin, peinture, sculpture, photo, impro,…) en plus de ses cours et des projets de tournages. Elle fit ensuite un an de communication à l’UCL, avant d’entamer une première année à l’Inraci. Depuis elle participe à divers tournages, sous différentes casquettes, notamment en tant que scripte, assistante réal., électro, monteuse, actrice et régisseuse.

 

 

1er assistant caméra : Quentin Cludts

 

Moi03-1463906528

 

Quentin fait ses 2 dernières années d'humanité en audio-visuel et prend très vite goût à l'image. Il entame des études de cinéma à l'Inraci de 2005 à 2007. Par la suite il prend une année sabbatique pour voyager avec son sac à dos à l'autre bout du monde. A son retour en 2009 Quentin reprend une formation d'un an en tant que vidéaste puis travaille à son compte pendant 2 ans. N'ayant pas assez de contrat pour pouvoir vivre il change complètement d'orientation et après une nouvelle formation il travaille comme technicien dans les casinos. Après 2 ans de bons et loyaux services il remarque que ce job n'était pas fais pour lui et que la vidéo lui manquait. Après avoir démissionné, Quentin part pendant 9 mois en Nouvelle Zélande avec un « working holliday Visa » et le projet d'en faire un reportage. Le voici de retour en Belgique depuis juillet 2015 avec le but de pouvoir vivre de sa passion. Actuellement il suit des cours de pilotage de drone pour pouvoir faire des prises de vues aériennes pour le cinéma et autres activités.

 

 

Ingénieur du son : Robin Schouten

 

Robin-1463861427

 

Robin a étudié à l'Inraci pendant 3 ans mais n'a pas terminé le cursus. Il travaille beaucoup pour des événements festifs (concerts, spectacles,...) et plus administratifs (conférences, débats,...) où il s'occupe généralement du son et/ou des lumières. Il fait aussi partie de l'équipe audiovisuelle de la VUB (AV Services) en tant qu'assistant son mais où il apprend aussi à cadrer et à faire du montage en direct pour le streaming. 

 

 

Assistant Caméra : Georges Depraetere

 

Georges-1463863663

 

Georges termine actuellement des études en vidéographie à l'école Agnès Varda à Bruxelles. Adepte des nouvelles technologies, il consolide régulièrement ses apprentissages dans le domaine du multimédia à Lynda.com (site de elearning). Tourner un vrai film (comme il dit) sera pour Georges sa première expérience avec la Blackmagic URSA (caméra de cinéma numérique) qu'il connaît sur le bout des doigts.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Après maintes et maintes vicissitudes, j'ai enfin réussi à réunir, autour de moi, une équipe d'enfer, qui croit au projet.

Tous bénévoles.

Ceci dit, un film ne peut pas se faire uniquement sur du bénévolat. Voici, donc, la manière dont nous répartirons vos dons ;  

 

Location du matériel : 1150 euros

Catering : 600 euros

Défraiement de l'équipe : 400 euros

Assurance : 300 euros

Post Production : 500 euros

 

Si l'objectif de notre collecte est dépassé, vos dons supplémentaires serviront :

 

- si nous dépassons les 4000 euros ; à soigner d'autant mieux la post production dans le but de présenter notre film en festivals.

- si nous dépassons les 5000 euros ; à rémunérer correctement l'équipe qui a accepté de s'investir bénévolement dans le projet jusqu'à présent.

 

 

 

Thumb_kino_ca-1463949665
Artaud le Momo

Réalisateur : André Adeline J’ai déjà réalisé plusieurs films expérimentaux (documentaires et courts métrages), je fais des recherches picturales expérimentales en photo, en peinture, en arts plastiques, en général. J’écris de plus en plus et veux, maintenant, me tourner vers un cinéma plus narratif.

Derniers commentaires

Thumb_default
" Converser est un art qui réclame la liberté et l'impulsion d'un silence initial. " A.F Petit clin d'oeil .. Stay optimistic ! Amandine :-)
Thumb_default
Bonne chance pour votre projet.
Thumb_default
Avec tous nos encouragements, bonne réussite à toute l'équipe. Bernard Mottier et madame....