Clisson se prépare à accueillir le Hellfest 2013 qui déboule avec ses milliers de fondus de métal. Deux mondes vont se rencontrer ...

Large_bandeau_facebook-1421836389

Présentation détaillée du projet

Bandeau_facebook-1421836528

 

Un film imaginé par Terence Leroy Beaulieu

Scénario de  Véronique Escolano, Terence Leroy Beaulieu

Réalisation : Terence Leroy-beaulieu, Véronique Escolano

Journaliste, documentaliste et reporter : Véronique Escolano

Opérateurs de prise de vues : Terence Leroy Beaulieu et Sébastien Vallée

Régisseur : PF

 

Production : Torréfacteurs d'images

Durée : 52 minutes

 

The Hell of Angels / L'enfer des anges - Documentaire de 52 minutes

 

Depuis quelques semaines, Stéphane vient presque chaque jour voir l’avancée du montage des scènes dans les grands champs. Maurice et Gaston ont pris pour thème de leur délire annuel, la Paradise fest … Le patron du Leclerc parfait ses commandes. Les cafetiers font leurs stocks. Les hébergeants locaux préparent les chambres. La ville décuple le nombre de ses toilettes publiques. Certains préparent leurs valises …

Toute la petite ville de Clisson est sur le pied de guerre avant l’arrivée des 100 000 festivaliers du Hellfest durant trois jours… Trois jours durant lesquels ils vont vivre avec l'enfer des anges noirs.

 

Stephane-sapin

 

SYNOPSIS

 

Depuis 2006, le Hellfest  l'un des plus grand festival international de musique métal, se déroule dans la petite commune de Clisson en Loire-Atlantique. La petite ville est le théâtre d’une effervescence et émulation festive et musicale durant trois jours au mois de juin.

Plus de 120 000 festivaliers de cinquante nationalités se retrouvent pour cet évènement.

Une ville éphémère, aux apparences extrêmes, va naître dans la ville. Un bouleversement important pour Clisson qui voit sa population augmenter massivement le temps du festival. L’arrivée colossale de fans de métal vient transformer le quotidien des Clissonnais. Deux mondes aux antipodes vont se rencontrer durant quelques jours.

 

La ville de Clisson et l'implantation du festival Hellfest 2013

Plan-hellfest

La population de Clisson est multipliée par 10 durant le Hellfest ...

 

NOTE D’INTENTION

 

Par « The Hell of Angels » nous désirons porter un regard avant tout humain et social sur le Hellfest. Ce n'est pas un film sur la musique métal et ses fans mais l'histoire de deux mondes qui vont se mêler. Les uns viennent pour assouvir leur passion pour cette musique, les autres les accueillent depuis 7 ans dans leur petite ville.

Nous désirons en tirer des moments de vie et de cohabitation que seul un festival comme le Hellfest peut produire. 

Satanisme, violence, extrémisme sont les préjugés classiques, plus ou moins répandus qui entourent la musique métal.

Nous chercherons à les faire tomber pour laisser apparaître les hommes et femmes qui vivent ce festival et découvrir ces points de rencontre où les deux mondent se mêlent.

 

Sequence-1

 

The Hell of Angels / L'enfer des anges 

 

Juin 2013, Clisson, son architecture italienne, ses halles moyenâgeuses, son vignoble, son château, son charme … tout est calme. La population semble se vouer à ses activités quotidiennes.

 

Des camions arrivent les uns après les autres. Des techniciens, bénévoles et ouvriers déchargent des tonnes de matériel et denrées sur le site du festival, à quelques enjambées du centre-ville.

Le Hellfest se met en place. C'est la 8ème édition du festival international de musique métal.

 

La charmante Clisson, invitant de prime abord plus à la contemplation qu’au gros son, se voit chaque année envahie par des hordes de fans de musique métal… qui investissent la ville par la route, le train dès le jeudi matin.


Qui sont ces festivaliers? Quels sont leurs codes, leurs rites et leurs pratiques spécifiques? Quels fantasmes génèrent-il? Ils nous raconteront leur vision de leur musique et de ses messages. Mais aussi l'accueil qui leur est fait par les autochtones.

 

Comment la bourgade, un tantinet bourgeoise et catholique, reçoit-elle et accueille-t-elle ces milliers de festivaliers? En perd-t-elle son calme et son latin ? Comment s’y retrouve-t-elle ? Comment gère-t-elle les détracteurs invoquant les nuisances provoquées par le festival? 

La ville de Clisson a-t-elle pu intégrer sereinement le Hellfest dans son calendrier? Quel est le regard des habitants sur cet évènement musical international? Quels bouleversements dans leur quotidien ? Comment est perçu le "off" du festival qui investit la ville de groupes locaux ? Quelles retombées pour leurs activités ?

Est-ce que les échanges et le partage existent avec le public du festival ?

Y’a-t-il une démarche volontaire des organisateurs ou de la ville pour permettre un rapprochement ?

 

Les populations se croisent hors du temps des concerts: dans les bistrots, au restaurant, à la boulangerie, à la maison de la presse, dans le grand magasin Leclerc où les caissières assistent à un drôle de bal entre ménagères et métalleux. Sur la place de l'église de la Trinité où les mariés du samedi croisent les festivaliers allant chercher leurs clopes au bureau de tabac…

Comment les deux populations se mélangent-elles, se regardent-elles, partagent, s’entraident, se respectent ou pas…?

 

Hébergés au camping, dans des maisons d'hôtes, ils côtoient les Clissonnais dans leur vie quotidienne durant ces trois jours. Certains sont même hébergés chez eux, partagent le petit-déjeuner, la salle de bain... 

 

Le Hellfest à Clisson est-il un exemple de cohabitation réussie, une exception ou un exemple de bonne entente commune à tous les festivals métal ? Durant ces trois jours les rencontres atypiques ne sont pas rares.

 

Qu’est-ce que le festival apporte à Clisson et aux Clissonnais? Des retombées économiques? Une notoriété internationale? Assurément!

Via le Hellfest, on parle d’elle dans tous les JT, la presse spécialisée et généraliste… Et les associations et commerçants de la ville semblent rivaliser d'ingéniosité pour donner un ton métal à leurs initiatives.

Le festival a-t-il créé une émulation dans la petite ville ? A-t-il eu une influence sur les Clissonnais? A-t-il donné le gout du métal, et créé un engouement  au-delà du temps du Hellfest, générant chez les jeunes l’émergence de groupes? Des amitiés sont elles nées grace au festival ? 

 

La polémique sataniste a été beaucoup relayée. Peut-on à l’inverse, se demander si le festival n’amène pas une ouverture d’esprit aux concitoyens?

Sept ans plus tard, y’a-t-il encore des appréhensions de la part dʼune partie de la population? De quelle manière cette intégration s'est-elle faîte? Quels efforts ont été nécessaires de part et d'autre pour rapprocher ses deux mondes?

 

Ce film est un focus sur "les points de rencontre" entre festivaliers et Clissonnais. Là ou ces deux mondes se mêlent, se frottent.

La ville n’a pas eu besoin de se créer son Voyage à Clisson ! Le Hellfest le lui amené, bouleversant les préjugés liés à la culture métal et brassant les hommes.

Nous tenterons dʼen être les témoins. C'est ce regard que nous désirons porter. Une approche intime et humaine de cette rencontre inhabituelle.

 

Mvi_9123

 

METHODE

 

Deux équipes et deux caméras, qui se sépareront pour effectuer diverses interviews (festivaliers et acteurs locaux) et qui effectueront un suivi au quotidien du off du festival, certains festivaliers mais aussi les principaux acteurs de la ville.

 

Nous suivrons d'une part des acteurs locaux: le maire, le curé, les commerçants, le vigneron, les hôtes, les habitants, le taxi, un hébergeur téméraire de féstivaliers, la boulangère, la caissière du Leclerc, les opposants au projet, les lycéens, des profs, des journalistes locaux …

 

Et d'autre part, les festivaliers de la région et venus de loin, le jeune Stéphane qui habite à coté, Karima qui vient d'accoucher et qui veut absolument aller au Hellfest, un groupe d'amis métalleux rencontrés en venant au festival, le jeune Stéphane qui a découvert le Hellfest l'année dernière, les organisateurs, techniciens, journalistes locaux et journalistes coutumiers des festivals européens, musiciens, bénévoles…

 

Ces rencontres s’effectueront avant, pendant et après le festival. Ce choix de personnages récurrents donnera un sens à cette immersion au cœur de l'évènement et plus de véracité aux propos.

Le but étant de mettre en évidence le regard posé des uns sur les autres. Et de dévoiler la réalité de ce moment particulier, extra-ordinaire. 

 

Mvi_9139

 

TRAITEMENT

 

Nous désirons que ce documentaire ait une allure cinématographique par l'image.

Des techniques de prises de vues (time lapse, travelling glidetrack…) utilisées comme transitions temporelles ou éléments d’articulations renforceront l’aspect cinématographique du film.

 

Une mise en image moderne et graphique viendra souligner l'univers du métal.

En parallèle nous mettrons en évidence la poésie du cadre qu'offre le paysage Clissonnais et son caractère typique.

 

Cette méthode permettra dans un premier temps de marquer l'opposition qui caractérise ces deux mondes, puis leur rencontre et finalement ce qui en résulte.

 

À quoi servira la collecte ?

Ce film a été imaginé et écrit trop tard pour lancer un quelconque plan de financement dans les réseaux traditionnels. Nous nous investissons tous en €nergie. Toute l'équipe y croit et donne son maximum pour réaliser ce film.  La post-production sera aussi un un beau tunnel.

 

Mais afin de pouvoir réaliser ce documentaire, nos besoins tant au niveau du matériel, qu'au niveau de la logistique même, sont assez importants.

 

Deux équipes vont tourner pendant plus de 15 jours i(nterviews, témoignages, suivis de festivaliers, images d'illustration) près de 18h par jour, avec des Canon 5D équipés d'enregistreurs son (hf et micros canon), follow focus, matte box à l'épaule et sur pied pour dynamiser les séquences.

 

Vous n'avez rien compris ok : c'est des DSLR (reflex numériques) qui sont équipés cinéma. :)

 

Nous amenons nous même une grande partie du matériel. La journaliste et les réalisateurs prennent sur leur temps libre. C'est une autoproduction et sans vous, on va avoir beaucoup de mal à le finir...

_____

 

Toute l'équipe vous remercie par avance de votre participation à ce projet quels que soient vos moyens 

 

ON A BESOIN DE VOUS- MERCI 

 

LA BIO DE L'EQUIPE :

 

Terence Leroy-Beaulieu - Réalisateur

 

  Est-ce par ses nombreux voyages ? Est-ce par ce qu’il a passé dix ans à la Réunion où il a créé sa boite de production Kisaprod, que Terence Leroy Beaulieu porte un regard curieux et acéré sur les mélanges et points de communion entre les populations? Surement. Alors, à son arrivée à Nantes il y a un an, il a été immédiatement happé par le brassage généré par le Hellfest et a logiquement pris la route de Clisson.  Après s’être frotté aux volcans de la Réunion, à avoir plongé sa caméra dans les ravines de l’ile, à avoir réalisé des émissions, des reportages et des magazines pour la télévision, des spots publicitaires, des clips… ce "tout-terrain" de l’image fait le saut du premier documentaire avec The Hell of angels. Aux ailes de ces anges noirs, anges bénévoles, anges gardien du temple du métal… il fait une plongée dans le chaudron d’une musique qui l’a toujours intrigué et dans un bouillon de cultures qui a pris d’une manière inattendue. Deux mondes et une rencontre.  

 

Véronique Escolano - Journaliste

 

Journaliste de presse écrite à Ouest-France depuis vingt ans et spécialisée dans la culture depuis dix ans, Véronique Escolano aime à pousser d'autres portes que celles de la presse écrite. Elle a ainsi collaboré à des émissions radios, des livres, des expositions... et anime des ateliers d'écriture. En voyant l’envie de Terence de réaliser ce film, elle a décidé de partir à l’aventure sur ce sujet qui n‘avait pas réellement été traité en profondeur.  Cette aventure puise dans le regard qu'elle aime à porter sur le monde:  celui de la rencontre, du frottement et finalement du mélange entre deux univers opposés en apparence. Un retour sur des terres clissonnaises où elle a grandi qui apporte une dimension humaine et proche des gens, son regard si humaniste et bon sur le monde ont séduit Terence qui n’a pas hésiter à s'entourer de cette journaliste au ton juste.  

 

Sébastien Vallée - "Multi pluridisciplinaire"

 

Installé à Château-Thébaud dans la vallée de la Sèvre, le bien nommé Sébastien Vallée est réalisateur, cadreur et monteur. Educateur spécialisé durant cinq ans, il a fait le choix de la caméra pour témoigner du monde qui le passionne, le questionne…  Après avoir croisé sa caméra et son regard avec Terence sur des projets annexes, il a logiquement intégré l’aventure et l’enfer des anges. 

 

Derniers commentaires

Thumb_torrefacteurimagesgrain
Alors là :) un Kissbanker de dernière minute ça s'arrose :) Encore merci Guillaume. Encore un ange qui nous épate. HOA TEAM
Thumb_guillo-pyla-bd-208-10ed0458-1426085163
Ben ça m'apprendra à fermer ma bouche !! Bravo les amis et longue vie à votre bébé...Bisous du cousin.
Thumb_default
Big KISS et on croise les doigts pour la suite ;-)