Les championnats internationaux de Chili con Carne se déroulent chaque année à Terlingua, petite ville fantôme de l'Ouest Texan.

Large_affiche

Présentation détaillée du projet

Il ne reste plus que quelques jours avant le terme de ce KissKissBankBank et l'objectif n'est pas atteint ! Partagez autant que possible ce projet pour que nous menions à bien la collecte ! 

 

Nous revenons tout juste du Texas où nous avons tourné pendant un mois. Ce financement permettra de couvrir les frais de la production du film : montage, mixage son et post-production. Merci encore pour votre soutien et pour vos messages qui nous sont parvenus pendant le tournage ! 

 

La production du film en chiffres:

 

Location Matériel = 275 Euros

Mixage Son = 500 Euros

Bande Originale + Enregistrement = 750 Euros

Etalonnage = 800 Euros

Montage + Post-Production = 1000 Euros

5% Commission KissKissBankBank = 175 Euros

 

___________________

 

Production du film = 3500 Euros

 

Un extrait du film:

 

 

La bande annonce:

 

 

 

 

 

CONSULTEZ LE DOSSIER DU FILM

 

 

 

 

 

PITCH DU FILM 

 

Une petite ville fantôme de l’ouest Texan, presque décor de cinéma, renaît chaque année lors des Championnats Internationaux de Chili con Carne. Cette année encore, on y couronnera un nouveau roi. 

 

Terlingua1

 

TECHNIQUE

 

Genre : Documentaire/Fiction

Format : Numérique, Full HD 1080

Durée prévue : 35 à 40 minutes

 

Dates de tournage : 17 octobre au 12 novembre 2013

 

SYNOPSIS

 

Une petite ville fantôme perdue au fin fond du Texas. 

 

On imagine assez facilement les vastes étendues se perdant à l’horizon au crépuscule: des montagnes tranchantes et une végétation à minima. Mais nous aurions peine à distinguer les nuances du sable local: du blanc d’Espagne à l’acajou, du blanc crème, du blanc de platine ou du blanc ivoire,du jaune de Naples, du jaune paille, du jaune safran ou encore du jaune miel mais aussi par des bruns: terre de Sienne, grège, alezan, caramel, tanné, cuivre ou orange brulée. Terlingua est située en plein coeur du désert de Chihuahua, à l’entrée du Big Bend National Park et à quelques cactus des bords du Rio Grande, frontière naturelle partagée avec le Mexique. 

 

Terlingua est une ville qui semblerait sortir tout droit de l’imaginaire d’un scénariste de western-spaghetti. Quelques vieilles bâtisses, dont on ne distingue que les murs en ruines, restent là comme prostrées. On y trouve aussi un magnifique Saloon qui remplit désormais la fonction de musée. Terlingua est en proie à la nostalgie : vestige du “rêve américain” porté par les ancêtres colons en quête de l’Ouest. Google Images, quant à lui, met en avant un cimetière authentique parsemé de vieilles croix en bois. On irait jusqu’à croire que la ville s’est tout doucement vidée de sa population pour alimenter cette belle sépulture. La fin de journée est chaude et les rues pleines de jeunes cowboys épuisés se pressant aux portes des saloons. De jeunes femmes blondes, cachées derrières leurs vieux fichus d’un blanc sali, laissent échapper quelques couinements à l’encontre de ces derniers. Tandis que leurs mères, implacables, montrent des traits tirés. La fatigue se ressent tout autant que la transpiration. Les portes battantes de quelques épiceries grincent de leurs vieux bois gonflés au malt. Les chevaux s’abreuvent et tout à coup nous retrouvons face à une réalité glacée. Le soleil brûle la rétine. La foule de gens a disparu. Les habitants ont déserté la ville quand les mines qui extrayaient le Cinabre ont fermé. Il est difficile de distinguer les rues voire la nature des bâtiments, le temps faisant son oeuvre. “Terlingua la prospère” n’est plus que l’ombre d’elle même et de son passé. 

 

A ce moment précis, le sable s’élève et nous souffle le visage. Un 4x4 suivi de sa caravane en métal galvanisé vient de passer et continue de nous éblouir. La route en contrebas laisse apparaitre une colonne de camping-cars. Autant de modèles ou de couleurs différentes que de fonctionnalités, tout s’organise lentement et à mesure que le flux se densifie. Toutes ces voitures semblent convergées vers un même point, c’est à dire droit sur nous. Les gens ont pris places à bord et sont prêts à faire la fête. Les voitures sont pleines à ras bord: on est venu en famille ou entre amis. L’ambiance est électrique bien que tous redoublent de politesse pour que ce chaos cesse. La procession est lente et pénible. On croirait assister à une scène biblique, telle une arche de Noé moderne. Cet afflux contrastant avec le grand calme que nous avions connu jusqu’à lors, nous ne le comprendrons que le lendemain matin. Ici et maintenant commencent les Championnats Internationaux de Chili con Carne et comme chaque année depuis 47 ans des milliers de “Chiliheads” se retrouvent à Terlingua pour couronner leur nouveau roi. Le roi du Chili con Carne. 

 

Au petit matin, le sable est subtilement humide. Il s’est refroidit au cours de la nuit et nous pouvons désormais y poser nos pieds nus, sans risques de brûlures. Une odeur de fumée s’est incrustée dans toutes la ville puisqu’à peine sortis de leurs voitures, tous ont sorti leurs barbecues. Nombre de barnums et autres tentes de fortune forment désormais des rues, des avenues, des places ou encore des parkings. Cet urbanisme éclair ressemble en beaucoup de point à un hôpital de campagne vers lequel tous ces gens auraient fui à la suite d’un scénario catastrophe. La petite ville de Terlingua renait. Il est tôt. Bien que la majorité soit encore endormie, les compétiteurs sont déjà entrain de rassembler leur matériel ou d’affiner leurs recettes. Tous devront cuisiner à ciel ouvert puisque c’est une des règles fondamentales de la compétition. Il est interdit de cuisiner dans une caravane ou tout abri similaire. Le plat doit être cuisiné entièrement sur place et depuis le début du concours. La viande de départ doit être crue, et non marinée. Tout ingrédient « de remplissage » comme les haricots, les pâtes, le riz ou la farine de maïs, est interdit. Les cuisiniers doivent impérativement goûter leur plat si on le leur demande, sous peine de disqualification. Les notes sont données sur des critères d’arômes, de consistance, de couleur rouge, de goût et d’arrière-goût. 

 

La tension est palpable. Dans quelques heures le nouveau roi sera présenté à ses sujets. 

 

ICONOGRAPHIE

 

Wolf_ropers_1887_01

 

Terlingua-ghost-town-4781

 

Terlingua_air

 

2012_04.10_bigbend_terlingua_0182_hdr-edit_sharpened

 

Terlingua_camp2

 

Terlingua_ticc4

 

Terlingua_ticc2

 

LE TITRE DU FILM

 

Le titre du film provient d'une histoire racontée dans le livre "a bowl of red" de Franck X. Tolbert (véritable anthologie du Chili). Un cowboy donne le chemin de Terlingua à des voyageurs " Allez vers le Sud depuis Fort Davis et vous arriverez dans un lieu où les arcs-en-ciel attendent la pluie et où les montagnes flottent dans les airs". Cette citation est reprise par certains chili-heads (maitre dans la préparation du chili con carne) pour parler de l'ambiance du Chili Cook-off de Terlingua. Il faut comprendre par là que le chili, le soleil et la tequila y créent une euphorie particulière. Il s'agirait aussi d'un phénomène climatique qui, combinant mirages et reflets, produirait une illusion : les montagnes se mettent à flotter au dessus du sol.

 

FINANCEMENTS

 

Le tournage du film est d'ores et déjà financer par la région Rhône-Alpes par l'intermédiaire de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) au titre de l'Aide individuelle à la création 2013. L'école Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon soutient également ce projet et apportera une aide logistique. 

 

Mais ceci ne concerne que le tournage!!!

 

Nous avons besoin de vos contributions pour la production du film. C'est à dire pour le montage, la post-production, le mixage son et l'enregistrement de la bande originale du film.  

 

 

 

CONSULTEZ LE DOSSIER DU FILM

   

À quoi servira la collecte ?

Tout simplement à produire le film. 

 

A ce jour, nous avons les financements pour partir tourner au Texas pendant un mois. Nous serons donc sur place du 17 octobre au 12 novembre : les championnats internationaux de Chili con Carne se déroulant cette année du 30 octobre au 3 novembre. 

 

Vos contributions seront nécessaires pour la production du film (Montage, Post-production, Mixage son et Enregistrement de la bande originale du film). Nous aimerions également rémunérer (même modestement) toutes les personnes qui travailleront sur le film.

 

 

Location Matériel = 275 Euros

Mixage Son = 500 Euros

Bande Originale + Enregistrement = 750 Euros

Etalonnage = 800 Euros

Montage + Post-Production = 1000 Euros

5% Commission KissKissBankBank = 175 Euros

 

___________________

 

Production du film = 3500 Euros

 

 

 

Thumb_photo_bio
pierre_gaignard

Né au Mans en 1986. Diplômé de l'Ecole d'Art Européenne de Bretagne en 2008 et de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon en 2010, Pierre Gaignard poursuit sa recherche, depuis lors, au sein de résidences artistiques, notamment à la Villa Arson de Nice, à l'Ecole Supérieure d'Art de la Réunion ainsi qu'à Sextant et Plus, à la friche La Belle... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
En attendant de voir le film et d'échanger autour d'un chili bien corsé, bravos pour la réussite de la collecte!;o) comme quoi ça peu marcher! c'est rassurant ! Kiss kiss à tous.
Thumb_default
Juste pour que la somme soit ronde! Magnifique projet! Vous avez passez l'objectif, incredible!! Le teaser est drôle! Bon boulot et grand bravo! biz! fanny
Thumb_default
Mes 1ers pas de kissbanker... Grâce à ma fille Océane que je souhaite un jour soutenir dans l'un de ses projets artistiques. Je suivrai avec attention The land where mountains float. Good luck Clotilde