Ce projet consiste en l'auto-édition de 250 exemplaires d'un recueil de témoignages de femmes autour de leur expérience du voyage.

Large_image

The project

Melanie_faure    

 

 

Une invitation. Celle de revenir sur un “voyage”. Un voyage ancien, présent ou futur. Un voyage terrestre ou symbolique. Un voyage solitaire ou collectif. Un voyage d’un jour, d’une semaine, d’un mois, d’une année ou d’une vie. Un voyage organisé ou spontané. Un voyage subi ou choisi. Un voyage langoureux ou douloureux. Un voyage studieux ou ennuyeux. Un voyage actif ou passif. Un voyage avec ou sans but. Un voyage avec ou sans arrière-pensée. Un voyage comme “aller vers... puis revenir”. Un aller-retour qui n’est pas forcément inscrit dans l’espace, qui peut être intérieur. Revenir sur leur voyage et le partager.

 

Racine, origine, déménagement, choc culturel, désorientation, découverte, aventure, déracinement, frontière, écart culturel, racisme, observer l’autre, exil, dépaysement, incompréhension, construction personnelle, être sur la route, les autres face à soi, altérité, langue d’origine, langue d’accueil, bilinguisme, ne pas savoir parler la langue de l’autre, l’amour au-delà des frontières, vivre à l’étranger, revenir, patrie, attachement à une terre, “avoir le cul entre deux chaises”, l’appel du voyage, la peur de l’inconnu, la peur de l’autre, la peur de se perdre... et tant d’autres thèmes comme autant de balises. Il ne fallait pas déborder de ce cadre. Et qu’il était vaste, ce cadre ! Le monde entier était à nous.

 

 

Charl_ne_del_rosario_2

 

 

Je ne sais plus quand tout ceci a commencé. Je ne sais plus quelle forme cela devait prendre. Je ne sais plus d’où me venait cette idée. Mais cette idée a traversé le temps. Cette idée est restée en moi, toute petite, et elle me disait : “quand tu auras le temps”. Le temps, je n’en ai pas forcément eu plus qu’avant, disons que l’idée avait fait son chemin, qu’elle s’était nourrie de ce que je voyais et entendais, et qu’il était grand temps pour elle d’être proposée. A des femmes. A des femmes que je connais, que je côtoie, que j’aperçois. A des femmes voyageuses. Qui ne vivent pas forcément dangereusement, elles non plus.

 

L’idée était de rassembler des textes, des textes écrits par des femmes. Pour notre genre et pour le style, pour la sensibilité et pour notre émancipation, pour le dire et pour le faire. L’idée était que chacune d’entre nous écrive un texte. Le domaine sera la littérature, le support sera le papier, la forme sera l’écrit. Des mots, rien que des mots. Des mots écrits dans l’intimité. Des mots venant de soi et allant vers l’autre. Des mots qui prendront le temps d’être choisis, travaillés, écrits, dévoilés.

 

Vingt femmes qui ont en commun un pays, la France, une langue, le français, une volonté, le partage. Elles n’habitent pas forcément en France, ne sont pas forcément françaises et ne sont pas forcément écrivains. Elles ont entre 14 et 70 ans, viennent de différents milieux sociaux et ont des parcours de vie en tout genre. Vingt femmes qui ont fait l’effort de l’écriture. Elles n’étaient pas écrivains. Elles le sont devenues.

 

 

Euph_mia

 

 

Lancé en Avril 2012, le projet touche à sa fin, un an après. Une année passée à échanger avec chacune d’entres elles, à les inciter à en dire un peu plus, ou un peu moins, à les pousser, tout doucement, à descendre un peu plus en elles-mêmes, pour aller puiser dans l’essence même de leur féminité en mouvement, une féminité proche de l’autre, de l’inconnu, de tout ce qui est étranger ; au plus près du corps qui parle mieux que les mots, du corps éprouvant les secousses et les tremblements du voyage, ce corps que l’on couvre, que l’on protège, que l’on met à mal, que l’on rend plus fort, plus résistant, plus puissant. Une année d’une expérience de partage et d’échange, dans l’intime et dans la reconnaissance, et dont le résultat dépasse largement ce que j’attendais. Alors, c’est avec beaucoup d’émotions que je remercie, au nom de l'Association "Du Souffle Aux Mots", chacune de ces merveilleuses femmes ayant écrit pour l’Autre. Voilà un don de vous-mêmes qui ouvrent cœurs et frontières. Et puisque ce projet se concrétise en une auto-édition, nous sommes allées au bout de notre rêve à voir ce livre exister en tant qu'objet, objet qui voyagera autant que nous avons voyagé.

 

 

 

Why fund it?

2000 euros nous sont demandés pour l'impression et le façonnage de 250 exemplaires du recueil.

 

 

Un recueil de 235 pages

Au format 15*21

Extérieur Rives blanc 250g

Intérieur Focus Book White 90g

 

Avec une couverture dessinée et conçue par Charlène del Rosario.

 

 

L'imprimeur sollicité sera l'Imprimerie du Crestois, implantée dans la ville de Crest, dans la Drôme. C'est chez eux que j'ai imprimé mes deux premiers livres. Ayant été satisfaite par leur travail et étant convaincue par leur démarche écologique, c'est vers eux que je souhaite me tourner de nouveau.

 

 

 

Je tiens à préciser qu'il y aura une inévitable latence entre l'encaissement de la collecte et l'envoie des contreparties. N'étant pas en mesure d'avancer cette somme pour lancer la procédure d'impression du livre au plus vite, je dois attendre d'avoir atteint (ou non) la somme espérée avant de commencer le processus d'impression. Il vous sera alors demandé un à deux mois d'attente avant l'envoie et la réception des exemplaires du roman.

 

 

(Si le montant est dépassé, nous pourrons imprimer plus d'exemplaires)

Thumb_262505_10150253979003733_2562541_n
Stéphanie Quérité

Après une Licence en Anthropologie, j'ai fait un voyage de six mois en Inde du Nord durant lequel j'ai tenu un blog (http://euphemia.uniterre.com). A mon retour, j'ai écrit un récit de voyage à partir des articles publiés le long de mon itinérance. Je l'ai ensuite auto-édité et imprimé à 300 exemplaires. Sa diffusion a été une réussite. J'ai ensuite... See more

Newest comments

Thumb_default
bravo Stéphanie!
Thumb_default
bonne réussite
Thumb_default
Joli projet encore Biz biz steph' j'espère que tout va bien pour toi et ta famille ;) Dod