Grâce à votre soutien, nous pourrons réaliser une semaine de résidence pour la pièce chorégraphique TROIS SOUFFLES et une représentation publique dans le théâtre de l'hôpital Charles Richet. Elles seront ouvertes aux patients de l'hôpital, à leur famille et au personnel. Elles viendront enrichir l'expérience que les patients auront traversée au cours des 20 ateliers de danse menés avec eux en amont. TROIS SOUFFLES interroge la question de l'héritage en danse, à travers le prisme de la respiration.

Large_visuel_kkbb

Présentation détaillée du projet

DANSE A L'HOPITAL CHARLES RICHET (VAL D'OISE)

Le projet de médiation mené par Christina Towle et Laurence Pagès depuis fin novembre 2012 au sein de l'hôpital Charles Richet (Val d'Oise) allie pratique, échanges et rencontres artistiques. Il est construit autour d’un noyau central : l’animation d’ateliers de danse contemporaine pour les résidents longue durée de l’UHPAD – Unité d’Hébergement pour personnes âgées dépendantes – et de l’ULSD – Unité de Soins Longue Durée – de l’hôpital Charles Richet de Villiers-le-bel. Ces résidents sont lourdement dépendants, souffrant de différentes pathologies physiques et psychiques (notamment maladies d'alzheimer, démence sénile, etc...).

 

LES ATELIERS

Grâce à un financement conjoint de l'hôpital Charles Richet, de la DRAC Ile de France et de l'Agence Régionale de la Santé, nous menons depuis novembre des ateliers de danse auprès d'un groupe de 12 patients. Le contenu de ces ateliers est directement lié à une recherche chorégraphique engagée en 2009, autour du souffle comme matière chorégraphique, et, plus précisément, à la création d'une pièce chorégraphique, TROIS SOUFFLES, dans laquelle nous explorons le potentiel respiratoire en danse en nous inspirant du souffle de trois chorégraphes emblématiques pour faire émerger une nouvelle danse. (Nous vous présenterons le propos de cette pièce un peu plus loin).

 

Nous partageons les fruits de cette recherche dans le cadre des ateliers en abordant le mouvement et la danse par le biais d'un travail du souffle, notamment à travers la musicalité et les micro-gestes associés au souffle. Nous invitons les patients à faire l'expérience de leur corps comme une matière vivante, créatrice et une source d'inspiration. Nous les amenons à ressentir les volumes respiratoires dans le corps, à imaginer des trajets du souffle qui se dessinent à l'intérieur. Ces exercices éveillent l'imaginaire, la sensorialité tout en créant une sensation de bien-être. Pour accompagner cette pratique, nous leur proposerons de visionner des œuvres de danse contemporaine et, sur place, des improvisations et des extraits de notre répertoire.

 

Conçu dès le départ de manière globale, ce projet "danse à l'hôpital" associe ces ateliers à des moments de rencontre entre les patients et les intervenantes dans un contexte, cette fois, de création artistique.

 

>>> LA RESIDENCE DE CREATION ET LA PRESENTATION PUBLIQUE A L'HOPITAL

Nous sollicitons ici votre soutien pour cet aspect-ci du projet, à savoir la réalisation d'une résidence de création et d'une représentation publique au sein même de l'hôpital, ouverte aux participants, aux autres patients de l'hôpital, à leurs proches, au personnel soignant. Elle pourra avoir lieu en juillet 2013. La présentation publique sera alors suivie d'une restitution du travail mené avec les patients, par les intervenantes et les patients eux-mêmes. Si cela s'avère possible, cette restitution pourra avoir lieu à travers une petite forme dansée, sur scène. Elle aura lieu quoi qu'il en soit à travers une discussion, des témoignages et (encore au stade du projet) la projection d'un reportage photo sur les ateliers.

 

Le but de ces répétitions et de cette représentation publique de TROIS SOUFFLES est de permettre aux patients et à leur entourage de faire le lien entre ce qu'ils ont vécu lors des ateliers et un travail chorégraphique. Elles viendront parachever les 20 ateliers menés en amont. Tout l'intérêt réside dans le fait qu'en s'inscrivant dans la vie de l'hôpital, en étant ouverte, chaque jour, aux patients, ce processus de création soit l'occasion qu'ils fassent part de leurs impressions et qu'un échange, une rencontre renouvelée se produisent.

 

Img_0556-light Présentation d'une étape de travail de TROIS SOUFFLES au KLAP, Marseille (© Agnès Mellon)

 

La représentation publique de TROIS SOUFFLES et la restitution des ateliers sera l'occasion de partager avec les autres patients de l'hôpital, leur famille et le personnel, éventuellement aussi des personnes extérieures et des professionnels de la danse, le parcours traversé au cours des ateliers. Ce partage contribuera à valoriser l'investissement et l'engagement des participants et à les impliquer dans le processus chorégraphique d'un spectacle professionnel. Il favorisera enfin l'expérience d'une relation nouvelle des patients entre eux, des patients avec leur entourage familial ou le personnel soignant.

 

LA PIECE CHOREGRAPHIQUE TROIS SOUFFLES

 

Plongée progressive dans un univers sonore, résonnant, ponctué de bruissements et d’onomatopées, cette pièce chorégraphique pour quatre interprètes est née d’une recherche menée par Christina Towle et Laurence Pagès, sur les potentialités du souffle et la musicalité du mouvement comme matière chorégraphique. Elle est en cours de création. La première aura lieu le 21 septembre 2013 à la Fondation Royaumont (95).

 

Img_7783

Résidence de création de TROIS SOUFFLES à la Ménagerie de verre (© Anne Girard)

 

> L'ORIGINE DE TROIS SOUFFLES

L’origine de ce projet tient à la rencontre en 2008 entre les deux chorégraphes au sein du programme pour jeunes chorégraphes, « Transforme », mis en place par Myriam Gourfink à l’Abbaye de Royaumont. C’est là qu’ensemble, elles mettent en place un mode singulier d’écriture partitionnelle du souffle.

 

Gallotta_3

Exemple de partition de souffle

 

Pendant deux ans, elles perfectionnent ce mode d’écriture, tout en collaborant ensemble à la création de deux solos dont le souffle est la matière chorégraphique : Corps de luttes, sur l’apnée, créé par Laurence Pagès en 2009, et Airtight, sur le rapport entre la respiration et la gravité, créé par Christina Towle en 2011. Avec la création de TROIS SOUFFLES, elles décident de développer, ensemble, leur démarche de recherche et de création chorégraphique sur le geste respiratoire.

 

Dchantier_1156_168-light

Présentation d'une étape de travail de TROIS SOUFFLES à Danse en chantier, Paris (© Roger Fusciardi)

 

> SE COULER DANS L'EMPREINTE RESPIRATOIRE D'UN AUTRE

Les interprètes s’emparent, pour construire de nouvelles danses, de la trame du souffle observée dans trois extraits d’oeuvres emblématiques : un solo de Kazuo Ohno, Hommage à la Argentina (1977…) ; un solo d’Odile Duboc O.D.I.L (2006) ; un duo tiré de Mammame de Jean-Claude Gallotta (1985). Pour les danseurs, se confronter, se frotter à la respiration de quelqu’un d’autre n’est pas un acte anodin. Marcher dans l’empreinte respiratoire d’un autre, c’est se saisir de sa structure respiratoire pour développer sa propre danse ; c’est aussi être traversé de manière fantomatique par la danse d’un autre.

 

Img_7798

 

> HOMMAGE RESPIRATOIRE, HOMMAGE CREATEUR

 

De ce processus émergent des trames respiratoires porteuses de danses aux couleurs et aux tons radicalement différents : un souffle empêché, irrégulier pour une danse toute en tension, des apnées pleines pour une danse de suspensions et de subtils changements dynamiques, un souffle ludique et un corps sonore dans une danse drôle et onomatopéique. Dans cette traversée d’une palette riche en émotions et qualités de mouvement, apparait la multiplicité des états de corps que le souffle peut provoquer. La trame respiratoire, elle-même porteuse de sens, permet de construire des relations fortes entre les interprètes et suscite autant de l’émotion, de la dérision que du saisissement.

 

Img_1162-light

© Agnès Mellon

 

Cette démarche ouvre un questionnement à la fois artistique et politique sur l’héritage, sur l’usage contemporain de la tradition, sur la place accordée aujourd’hui aux « références » (œuvres, maîtres, figures historiques) : Dans TROIS SOUFFLES, les héritages sont porteurs de créativité. Au fur et à mesure de l’avancée du travail de création, une danse bien différente des œuvres d’origine s’est construite, tant dans la gestuelle que dans le rapport à la théâtralité. Pourtant, presque par devers nous, quelque chose de l’esprit de l’œuvre d’origine subsiste.

 

Le souffle dans TROIS SOUFFLES est incarné, matière que l’on sculpte, malaxe, triture. Matière de l’artisan telle le bois de l’ébéniste, la glaise du céramiste, le verre du souffleur de verre... Le défi est de rendre visible le souffle dans la danse, d’en faire le personnage principal, le héros de cette histoire.

 

Img_0636-light

© Agnès Mellon

 

 

Img_0810-light

© Agnès Mellon

À quoi servira la collecte ?

TROIS SOUFFLES a reçu un précieux soutien de la part de l'ARS/DRAC Ile de France et de l'hôpital lui-même pour la réalisation des ateliers auprès des patients de l'hôpital Charles Richet. Mais cela ne suffit malheureusement pas à finaliser notre projet initial d'intervenir auprès des patients, non seulement à travers des ateliers de sensibilisation à la danse mais aussi à travers notre présence, en tant qu'artistes, à travers des répétitions et une représentation publiques de notre projet de création en cours. La collecte présente, dans le cadre de Kiss kiss bank bank permettra la réalisation d'une semaine de résidence pour la création TROIS SOUFFLES dans la salle de théâtre de l'hôpital Charles Richet.

 

Elle permettra le financement :

 

- du salaire des 4 interprètes durant 5 jours :

150 euros TCC X 4 interprètes  X 5 jours = 3000 euros TCC

 

- des frais de transport pour les 4 interprètes et les 2 chorégraphes

200 euros TCC

 

- des repas durant la résidence

10 X 5 jours X 6 artistes = 300 euros TCC

 

- de la conception et impression d'un livret en 50 exemplaires, conçu à partir des témoignages des patients et de photos prises lors des ateliers et, si cela est possible, de la représentation publique par les patients. Ce livret, offert aux patients, à leur famille et au personnel soignant, leur permettra de conserver une mémoire écrite et visuelle de cette aventure.

500 euros TCC

 

TOTAL : 4000 euros TCC

 

Dchantier_1165_173-light

© Roger Fusciardi

 

Thumb_visuel-a-un-fil-kkbb
Cie du petit côté

LA COMPAGNIE DU PETIT COTE Créée en 2002, la compagnie du petit côté est une compagnie de danse contemporaine dont Laurence Pagès assure la direction artistique. Influencée par l’expérience du butô, elle cherche à faire naître la danse de l’exploration de matières sensorielles, du souffle et de l’énergie. Depuis le projet "Cadrage-débordement"... Voir la suite