Soutenez un court-métrage réunionnais réalisé entre La Réunion et Madagascar sur un thème sensible: le traffic d'organes.

Large_thumb_img_e2401_1024-1506623537-1506623547

Présentation détaillée du projet

Tsipika (La ligne) est un projet de court-métrage de fiction qui sera réalisé par Ophélie Galant, avec le soutien de la Région Réunion.

 

Scénario original développé dans le cadre d’un atelier d’écriture du G.R.E.C.

 

Production : EVIL WAYS PRODUCTIONS et TIEN BO PRODUCTIONS

Format : 18 minutes

Lieu de tournage : Océan Indien ( Réunion / Madagascar )

Date du tournage : Novembre 2017

 

Aidez-nous en participant au financement de ce beau projet en apportant votre contribution sur la partie que nous allons tourner à Madagascar. Nous vous en sommes déjà tellement reconnaissants. 

 

L'HISTOIRE

 

LANA est une jeune femme qui vit à l'île de la Réunion.

Sa soeur HELENE a un petit garçon ELIE qui est en attente d'une greffe d'organe.

Elle demande à Lana de se rendre dans un pays pauvre de l'Océan Indien afin de régler les problèmes administratifs de la transplantation que son fils doit faire dans un hôpital là-bas.

Dans cet hôpital il est question d'organes achetés au marché au noir.

A son arrivée, Lana rencontre SOA, une jeune prostituée qui fait irruption dans sa chambre d’hôtel.

Cette jeune femme sera pour Lana un personnage-miroir qui va lui ouvrir les yeux sur l'exploitation de la misère et mettre son objectif en péril.

Lana découvrira lors de son voyage une réalité bien différente de celle qu'elle avait imaginée en partant. C'est le récit d'un parcours initiatique, celui qui va permettre l'émancipation de cette femme privilégiée loin de sa cage dorée.

Mais parfois la volonté de changer se paie au prix fort.

 

CE QUE VEUT VOUS RACONTER L'AUTEURE

 

C'est lors d’un voyage en Californie que j’ai entendu parler de ces histoires de trafic d’organes. Je voulais me rendre seule à Tijuana, à la frontière mexicaine.

En cherchant comment faire, j’ai entendu l’histoire de ce garçon qui avait été drogué et qui s’était réveillé dans un bain de glace, un organe en moins. Un téléphone laissé près de lui pour appeler les secours.

Cette histoire avait fait son cheminement dans ma tête.

Comme mon personnage principal, je vis à l'île de la Réunion.

Mon histoire se déroule dans un pays pauvre imaginaire de l'océan Indien, limitrophe à la Réunion.

Je n'ai pas voulu mettre en avant un pays en particulier, mais juste d'un côté, un univers aisé, propre, occidental et de l’autre, la pauvreté, le système D, la rue et l’insécurité.

Dans la même idée de ne pas dénoncer une population en particulier à l'instar de Wajdi Mouawad quand il écrit INCENDIES.

J'ai voulu construire mon histoire autour de deux univers bien distincts. Avec deux points de vue sur deux mondes si proches géographiquement et pourtant que tout oppose : La Réunion et un autre pays qui pourrait être Madagascar, Mayotte, les Comores ou encore l'Inde.

Le cinéma m'apparait comme la possibilité de relier ces deux mondes.

Ce pays imaginaire est à La Réunion ce que le Mexique est à la Californie. D’un côté un univers aisé avec un choix de lumières plates, synonymes d'un bonheur artificiel. De l’autre la pauvreté éclairée par une lumière contrastée, symbole d'une société authentique.

La première partie est tournée à La Réunion, région de France, riche et développée, dans l'Océan Indien. Tout est propre et symétrique. Les couleurs sont froides (dominante bleue) et le rendu tend à montrer un univers sécurisé, aseptisé : le personnage d’ HELENE qui ne sort pas de sa cage dorée, une bâtisse luxueuse en bord de mer, un cocon où chaque chose est à sa place.

 

Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__17.37.32-1506346697                          Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__17.37.41-1506346728

 

La composition du cadre correspond à l'esprit des deux soeurs. A ce moment du film Lana montre un début d'émancipation avec ses tatouages et ses piercings.

La seconde partie sera tournée à Madagascar entre Tana et Diego (pays choisi pour le tournage) afin de perdre le spectateur et qu'il ne sache pas où il se trouve.

Je veux montrer une ville où tout paraît déstructuré. Une circulation anarchique où des étales semblent envahir les trottoirs, où tout y est rafistolé et surpeuplé. Misère et luxe s’y côtoient, de vieilles Renault 4L croisent des 4X4 flambants neufs et les hôtels de luxes se mêlent aux taudis les plus miséreux.

 

Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__17.42.35-1506346988                         Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__17.41.49-1506347007

 

L’ambiance sera poussiéreuse. Les lumières seront saturées et chaudes. Des lieux sales mais colorés donneront un cachet, à l'instar de la colorimétrie que nous retrouvons dans La cité de Dieu de Fernando Meirelles ou encore dans Rize de David Lachapelle.

Cette confrontation chaud/froid de la lumière reste cohérente dans la dualité du film. 

La ligne est un film tourné en format Cinémascope 2,35. Ce format permet à la fois de faire des gros plans tout en conservant un large espace pour l’arrière-plan, ce qui est donc très intéressant pour les paysages omniprésents dans le film.

 

L'EQUIPE

 

BEHIND THE SCENE

 

Nous sommes une double équipe Malgache et Réunionnaise. 

A l'image nous pouvons compter sur NICOLAS BERTEYAC assisté de NATHAN LACANAL et de NABIH DAY.

 

A la mise en scène pour aider avec bienveillance la réalisatrice, MARINE HERVE notre 1ere assistante réalisatrice, MELANIE SEGUER-GUITTON coach et rôle d'Hélène, MI RAVAINO story boardeuse et assistante plateau et NICOLAS GUENIOT en conseiller technique. 

 

A la production EVIL WAYS PRODUCTIONS, SEBASTIEN COMBEAU , EWP MADA et TIEN BO PRODUCTIONS suivi par SOASOA RATSIFA assistée par BINTCHOO et MIRANDRA.

 

A la comm, GERSANDE AMADO ET BERYL COUTAT.

 

Au son, CHRISTOPHE ROBERT.

 

Nous avons la chance d'avoir des compostions originales du chanteur et compositeur Théo Rakotovao, plus connu sous le pseudonyme à Madagascar de « MIKEA ».

 

                                  

                                     Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__18.11.34-1506348729

 

ET CEUX QUE L'ON VOIT

                 

                                 Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__18.01.12-1506348287

                        Ophélie Galant - Réalisatrice et comédienne - Rôle de Lana 

 

 

12487298_524675797709888_3505437072324727073_o-1506348416

                                            Alida Mattiti - Comédienne - Rôle de Soa 

 

 

              Capture_d_e_cran_2017-09-25_a__18.03.30-1506348556

                     Mélanie Seguer - Guitton - Coach et comédienne - rôle d'Hélène

 

CALENDRIER DE TOURNAGE :

DU 2 au 6 : tournage Réunion

Du 7 au 10: tournage Tana 

Du 11 au 14: tournage Diego

À quoi servira la collecte ?

Tsipika (La Ligne) est un projet soutenu par la Région Réunion à hauteur de 50% de notre budget (pour les dépenses locales uniquement). C'est pourquoi nous sollicitons votre aide concernant la partie tournée à Madagascar.

 

L'entraide et "la débrouille" sont des termes qui nous sont très familiers et nous sommes portés par la passion, l'amour du cinéma, et par beaucoup de bienveillance les uns envers les autres. 

 

J'espère que ce projet vous inspire et que vous aurez envie d'apporter une pierre à l'édifice aussi petite soit elle car nous sommes nous même sur un petit cailloux et avons envie de réaliser nos rêves avec nos amis malgaches. 

 

Pour que le tournage se déroule au mieux nous avons estimé à travers notre budget prévisionnel qu’un minimum de 5 000 euros serait nécessaire pour le bon fonctionnement du tournage à Madagascar. 

 

TIEN BO Productions percevra l'intégralité de la collecte en vue de réaliser ce court métrage.

Voici le détail budgétaire prévisionnel :

- Nous avons 7 jours de prépa entre Tana et Diego avant le tournage.

Du coup le logement, les transports et les défraiements pour le chef opérateur, la coach et la réalisatrice ( Réunion ) + l'équipe malgache: 3500 € 

Billet d’avion Réunion-Madagascar pour la prépa : 1500   

 

Mais si nous allons plus loin ensemble: 

6000€ permettront de compléter notre budget billet pour le transport du reste de l’équipe réunionnaise au moment du tournage.

Avec 7000 € on finance tous les billets d’avion et ça c'est cool. 

Avec 8000 € là on inclus le défraiement d’une partie de l’équipe de tournage, les transports et le logement. 

Avec 9000 € on peut tous manger, dormir, se déplacer et ça c'est encore plus cool.

 

Un grand merci à vous tous pour votre soutien. Comme dit kréol: Tien bo larg pa! 

Traduction: Ne lâche rien. 

 

 

Thumb_img_4628-1506665265
Ophélie Galant

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. J’ai commencé par des nouvelles, et me suis découvert un peu plus tard une passion pour le cinéma. Depuis toute petite je fais des films : le camescope JVC de mes parents, la caméra de mon option cinéma que j'ai suivi depuis la seconde, m'ont permis d'expérimenter. Après mon bac littéraire... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Toujours aussi acharnée et performante ! UN GRAND BRAVO POUR TON PROJET. je n'ai aucun doute sur son aboutissement. J'espère assister à la séance inaugurale de ton film Tsipika. A très bientôt. Bises Robert

Vous aimerez aussi

Widget_jacques_observe_-_copie-1506449060-1506449073
ZAMO présente