Il était une fois, au sommet d'une colline moldave, un royaume déjanté à la hauteur des rêves et des couleurs tziganes...

Large_couv32

Présentation détaillée du projet

Sor_genese

 

L'histoire d'un double héritage

 

Alors que nous nous plongions dans des recherches sur la ville très médiatisée de Buzescu « le paradis tzigane de Roumanie », la rencontre de Voicu, étudiant en cinéma installé à Paris, nous a définitivement mise sur la voie. Il nous fait découvrir un village pérché au sommet d'une colline moldave, où prospère depuis plusieurs siècle une communauté rom démesurément aisée et indépendante.

 

Voicu et sa famille vivaient en Moldavie jusqu’à la chute de l’URSS. En 1991, le père de Voicu, Veaceslav Sereda, réalisait un documentaire sur le bulibasa (chef des Roms) de Moldavie, père de l'actuel bulibasa, Artur. Quelques mois plus tard, la famille quittait le pays, laissant aux archives nationales la bobine du film en question.

     

                                               Veaceslav Sereda    

Capture_d_e_cran_2013-03-15_a__10.57.36    

                                                   Voicu Sereda                                             

Capture_d_e_cran_2013-03-15_a__13.38.17                           

                                                 

Nous avons tout de suite eu envie de retrouver et de faire revivre ce film parti aux oubliettes. C'est ainsi que nous avons rencontré Veaceslav, le père charismatique de Voicu, qui a soutenu avec enthousiasme notre idée et nous a, vingt ans après, ouvert les portes de la colline des tziganes en nous mettant en relation avec l'influente famille de bulibasa.

 

En intégrant les images de Veaceslav, nous souhaitons parler de l’héritage entre un père, bulibasa de l’époque, son actuel successeur, Artur et son petit-fils de 9 ans.  Au-delà de la succession chez ces Roms, il s’agit aussi d'un héritage entre un père et son fils, de leur passion commune pour le documentaire...

 

Nous projetons d'effectuer le tournage sur un mois, accompagnées de Voicu Sereda, le fils de Veaceslav Sereda, qui aura le rôle d'interprète et de fixeur.

 

 

Synopsis_sor

 

Une liberté à la tzigane

 

A deux pas de la forteresse de Soroca, haut lieu de l’histoire moldave, prospère la plus grande communauté Rom de Moldavie. C’est au sommet de la colline, offrant une vue imprenable sur la région, que les familles tziganes les plus aisées ont érigé des maisons tout droit sorties du pays des merveilles d’Alice.

 

Ici, il n’est pas question de payer ses impôts, de déclarer ses enfants à l’Etat ou de passer par la justice moldave pour régler ses différents ; l’unique loi est celle dictée par le bulibasa Artur, chef des Roms. Ce dernier défend l’héritage et la liberté de sa communauté selon les préceptes inculqués par son père, Mircea, lui-même bulibasa à l’époque de l’Union Soviétique, âge d'or de Soroca. Aujourd'hui, c'est à son fils de 13 ans qu'il transmet tout son savoir pour le préparer à devenir son successeur. A travers ces trois générations, se dessine l'évolution de la communauté rom de Soroca, partagée entre un héritage précieux et une modernité croissante.

 

Au sommet de cette colline semble donc exister un univers parallèle, un monde sur mesure, déjanté, à la hauteur des rêves et des couleurs tziganes. A mi-chemin entre tradition et american dream, chaque détail du quotidien, chaque fête, chaque vêtement est pensé pour afficher sa réussite aux yeux de ceux qui n'y ont jamais cru. Une exubérance qui en dit long sur une communauté qui a trop manqué de légitimité et écrit son histoire dans l’ombre des différentes nations où elle s’est établie. 

 

La plus belle définition de liberté ne serait-elle pas celle des tziganes, qui vivent selon leurs principes, envers et contre tous ? Une prise de liberté qui finalement expliquerait les difficultés d'intégration rencontrées par les roms dans un monde sur-réglementé...

 

Artur_kiss

                                   Artur Cerari et sa femme Layla Cerari

 

Histoire_-_copie

 

La capitale rom de Moldavie

 

La présence tzigane à Soroca remonte au XVème siècle. Etienne le Grand aurait fait venir la communauté, spécialisée dans les techniques d’extraction et de traitement des métaux, pour forger les armes de son armée, alors en guerre contre l’empire ottoman. 

 

L’âge d’or de la communauté tzigane de Soroca remonte à l’époque soviétique. Enrichis par des activités commerciales, les roms ont fondé un véritable empire économique, largement au dessus de la moyenne moldave.

 

Fortement affaiblis à la chute de l’URSS, de nombreux tziganes de Soroca peinent aujourd'hui à maintenir le niveau de vie acquis par leurs parents. Toutefois, l’apparence d’une liberté reste au centre de toutes les attentions. Derrière certaines façades aux allures majestueuses, les familles s’entassent dans une pièce à vivre chauffée au poêle...

 

 

Bloc_kiss_2

 

Note_d_intention_sor

 

Tout au long de ce film aussi complexe que divertissant, nous découvrirons le mode de vie déjanté d’une famille, qui lutte pour la souveraineté de sa communauté. Il s’agira de capter directement le réel et d’en transmettre la vérité, le tout plongé dans un univers visuel et sonore à la Kusturica.

 

L'histoire d'une communauté sur trois générations...

 

En utilisant des flashbacks mettant en scène le bulibasa Mircea, père d'Artur, nous voulons rétablir un lien, retranscrire la continuité d'un héritage tzigane transmis de père en fils. C'est avec les leçons reçues par le petit fils et futur chef que nous découvrirons les fondements de cette communauté.

 

Depuis l'âge d'or soviétique du grand-père jusqu'au monde en crise qui se dessine pour le petit-fils, nous illustrerons l'évolution et l'histoire d'un peuple qui s'efforce d'exister comme une société à part entière.

 

Côtoyer le rêve...

 

L’ambiance générale du film sera celle d’un monde folklorique et décomplexé ; ce qu’on pourrait définir de "kitsch artistique", mêlant baroque flamboyant, couleurs vives, musique, personnages extravagants, histoires invraisemblables, exagération et magie réaliste...

 

Des couleurs vives...

 

Pour l’image, il s’agira d’accentuer la dissonance entre l’atmosphère nuageuse et grisâtre des villages moldaves et l’univers coloré et artificiel de la colline investie par les tziganes.

Les couleurs vives sont caractéristiques de l'univers Rom. Par dessus tout, le rouge, omniprésent, représente la joie de vivre, l’amour, la puissance, le pouvoir, le plaisir, le luxe, la richesse, l’appétit, mais aussi le spectacle. Nous mettrons donc en valeur cette couleur et privilégierons une image chaude, saturée et contrastée. D’autre part, les éclairages de couleurs chaudes aux teintes monochromes serviront à créer une ambiance de fable moderne, une esthétique hors du temps et donnera à l’image un effet intemporel et chimérique, mais réaliste. 

 

Un univers sonore à la tzigane...

 

Nous alternerons un son diégétique qui fait partie de l’action et relève de la narration, telle que la musique jouée par les Roms eux-mêmes et une musique extra-diégétique extérieure à la narration et qui sera ajoutée à l’action.

Il s’agira d’accentuer le contraste entre l’aspect paisible du quartier ressemblant aux banlieues aisées américaines, coquettes et calmes, et le folklore traditionnel plutôt criard.

 

Bloc_kiss_1

À quoi servira la collecte ?

Ticket_de_caisse

 

Par ailleurs, nous disposons de la majorité de l'équipement nécessaire pour effectuer le tournage : Canon 5D Mark II (grand angle), Canon 600D (téléobjectif et 50mm) et d'un zoom H4N.

 

Si nous dépassons notre objectif l'argent nous servira à :

- la création d'une bande originale 500 euros

- l'achat de trois disque durs de 500 Go 288 euros

- sous-titrage du film 500 euros

- la location d'une salle pour la projection 200 euros

Thumb_photos_jm
Marion et Jeanne

JEANNE NOUCHI - réalisatrice Après des études de cinéma à Paris X et un voyage d’un an en Amérique latine, elle décide de lancer sa carrière dans le milieu documentaire. Elle a notamment réalisé un documentaire sur le système D cubain (nominé au grand prix du festival Grand Bivouac) et des reportages pour la télé libre. MARION VERLE -... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_cam__quip_e
Bonne chance pour la dernière ligne droite!!
Thumb_default
Ce projet à l'air vraiment stylé, porté par des profils très intéressants (aussi bien les "filmés" que les "filmeurs"). Je vais bientôt en Moldavie, je vais voir si je peux faire un détour par cette ville^^...
Thumb_default
une seule contrepartie please: un beau film