La collecte sert à financer un film documentaire sur les ultras du club al-ahly, devenus les gardiens de la révolution en Égypte malgré eux.

Large_titel_kisskiss

The project

al-Ahly Ultras - Les gardiens de la révolution

 

Al_ahly_wallpaper_by_omar_mo

 

Le sujet

Le film documentaire al-Ahly Ultras – Les gardiens de la  révolution surprend par la présentation d'une groupe de supporters d'un club de foot à Caire qui s'est engagé dans la bataille pour une Egypte démocratique et laïque. Les fanatiques tant décriés s'organisent autour des valeurs issues d'un autre monde et défendent ces valeurs au mépris de leurs vies, sans lâcher pour autant leurs attitudes violents.

Ils ne font pas distinction entre musulmans, coptes ou tout autre croyance religieuse parce que ce qui les réunit et les unit c’est leur appartenance au même qu’ils supportent de toute leur âme.

« You will never walk alone »

Leur structure hiérarchisée leur permet d’être bien organisés et de pouvoir défendre physiquement les valeurs de la liberté dans les batailles de la rue.

Le film veut faire le portrait de ce groupe.

Dab61_120202011350-egypt-7-horizontal-gallery

 

Les dessous de la situation actuelle en Egypte

Aujourd'hui les ultras du club de foot égyptien al-Ahly se trouvent à travers les troubles de la révolution dans une situation bien particulière. Ils ont participé avec le peuple à la lutte contre la tyrannie de l’ancien régime et se battent contre une nouvelle dictature.

Comment ils-sont arrivés là?

Au cinquième jour de la révolution sur la place Tahir au centre de Caire, des hommes de main du président Moubarak, à cheval et armés des barres de fer ont tenté de faire irruption sur la place pour disperser les manifestants avec une violence aveugle.

C'est grâce aux supporters de al-Ahly qu’ une tragédie à été évitée de justesse. Ils ont fait face à cette attaque et ont repoussé les assaillants au prix de deux morts et une cinquantaine de blessés dans leurs rangs.

Ce jour là, supporters de al-Ahly ont donné un signe fort au régime Moubarak..

Les supporter d’al-Ahly sont pour leur grande majorité, issus des couches populaires les plus défavorisées qu’elles soient musulmanes ou coptes sont forcés de se politiser et prennent activement part au processus de la révolution.

Le jour marquant le premier anniversaire de la révolution, des homme du système sécuritaire de l’ancien régime Moubarak prendront leur revanche pendant un match contre le club de al-Masry à Port Saïd.

15 minutes avant la fin de la rencontre, toutes les forces de la police ainsi que les agents de sécurité du stade disparaissent et une foule de supporters adverses armés, envahissent les tribunes des ultras. Les portes derrière les supporters de al-Ahly étaient fermées et il n'y avait pas de fuite possible. Ainsi 70 ultras ont été tué à l'arme blanche, jetés par dessus des tribunes ou écrasés dans un mouvement de panique. Après une enquête officielle il été clair que d'ancien dignitaires du régime ont organisé le massacre. Dernièrement, 21 entre eux ont été condamné à mort.

Juste après ce drame de Port Saïd, d'autres clubs des ultras se sont déclarés solidaires avec les ultras de al-Ahly et ont enterré leurs rivalités et anciennes disputes . La révolution a uni des adversaires contre un ennemi plus grand qu'eux et se battre pour une cause juste. Le maillot du club al-Ahly est depuis très présent pendant toute manifestation et les supporters s'organisent de mieux en mieux pour soutenir la volonté du peuple.

Les ultras respectent la vote du nouveau président Moursi comme légitime et démocratique, mais quand celui a essayé de faire passer des lois jugés anti-démocratique, ils sont à nouveau descendus dans la rue. Ils ont développé un esprit politique qu'ils cultivent de plus en plus et ils se sont montré très critiques envers toute tentative d'installation d'une nouvelle dictature.

Pour soutenir les gens sur la place Tahir, ils ont ainsi organisé un transport pour les blessés lors des manifestations. On dit qu'ils vont secourir les gens au mépris de leur propre vie et il est vrai que beaucoup entre eux laissent chaque semaine leurs. Le maillot du club al-Ahly est ainsi devenu un symbole de lutte pour la liberté et de la démocratie. Les habitants de Caire ont leur choisi un surnom depuis: Les gardiens de la révolution.

Afp_120202_wa90q_egypte_affrontements_sn635

 

Le film

Pour le film je choisirais après un temps de recherche et de casting deux personnes issus du milieu des ultras d'al-Ahly. Ils doivent être des religions différentes.

On les voit discuter ensemble du dernier match, ils passent du temps dans la maison qui sert à accueillir les supporters. C'est un second chez soi pour chacun d'eux. On fait connaissance avec le milieu des ultras.

Puis on les voit seul avec leurs familles respectives chez eux. On fait connaissance avec les différents milieux, religions et cultures de leurs origines.

On les voit sur leurs lieux de travail (s'il y a !) ou la caméra montre comment ils se débrouillent pour gagner leurs vie. Ils expriment leurs désirs, leurs espérances pour une vie meilleur dans un futur proche. Ils sont partagé par le chemin déjà parcouru, l'un soutient le nouveau pouvoir politique l'autre le méprise. Parfois il y a très forte discussion entre eux, mais jamais c'est la rupture définitive. C'est cet amour partagé pour un club de foot qui soudent leur amitié. C'est une situation exceptionnelle dans un pays qui a du mal à trouver son chemin et qui apparaît déstabilisé et divisé une année après la révolution.

Ils célèbrent ensemble chaque match de foot et aussi quand le peuple manifeste, ils prennent position à nouveau pour veiller à sa sécurité. Ils ne se laissent pas diviser par une classe politique et militaire qui essayent de prendre le pouvoir.

Les deux personnages forment le noyau de la narration du film. Autour apparaissent d'autres personnages: D'autres supporters, membres de leurs familles, leurs amis. Tous cela forme un certain image de la société égyptien d'aujourd'hui.

 

 

Why fund it?

La collecte sert à financer la production du film dans sa totalité.

Il est envisagé de rester au total deux mois au Caire avec deux aller-retours entre le temps, qui permettent de regarder et interpréter les images tourné sur place et de réagir aux changements si nécessaire.

Dans le budget sont inclus les frais sur place, ainsi les salaires de gens travaillant pour le film au Caire et en Europe. En effet je prévois de tourner avec une équipe égyptienne que j'ai rencontré à travers un autre film documentaire tourné pendant 2011/2012 et qui sert également autant interprète, fixeur, ingénieur de son, chauffeur etc.

Le montage d'images sera effectué avec mon propre matériel.

Le mixage et étalonnage sera financé par la collecte et pour cela j'envisage de travailler avec Marc Bader, un Franco-Allemand vivant à Prague dans son studio en Tchéquie.

Le film sera tourné en vidéo HD et il aura une durée de 52 min

Thumb_andreas_01
inca

CURRICULUM VITAE ANDREAS LANDECK né le 3 mars 1975 à Stuttgart Allemagne PRIX FESTIVALS Filmfest Eberswalde 2012 1er prix Compétition international de film documentaire Foreign, réalisation Miriam Fassbender, montage Zerkalo International Film festival, Moscou, 2010 Prix Andrei Tarkovsky Der Aussiedler, réalisation Evgeny... See more

Newest comments

Thumb_default
keep up !!!!