Développer un centre culturel à Cotonou : Un espace de libre échange et de libre expression artistique à disposition de tous

Large_plaquette_vraiment

Présentation détaillée du projet

UN ESPACE POUR LA CULTURE, regards croisés 

 

 

"Regards croisés", pour une connaissance et une reconnaissance mutuelles

 

Ce que l'on veut VRAIMENT c'est que tout le monde voit ce qui est VRAIMENT. Quelle est l'Afrique d'aujourd'hui ? 

Nous pensons la culture porteuse d'expression, d'échange et d'ouverture sur le monde, elle sera le moyen pour nous de présenter l'essence de l'Afrique, la vraie.  

 

UN ESPACE POUR LA CULTURE sera une aventure d'un an à Cotonou (Bénin) pour deux membres de l'association VRAIMENT (Clémentine de La Porte et Léa Perier), les deux autres membres feront le relais du projet à Paris. Il s'agira du développement d'un centre culturel de libre échange et de libre expression artistique à disposition de toutes et de tous. Il offrira aux artistes un endroit où se représenter, mais aussi des facilités de création collective ou individuelle, par la mise à disposition de matériel de travail. Au terme du projet, le lieu aura vocation à être autonome et pérenne grâce à la formation d'une équipe locale pendant l'année d'intervention. 

 

Un espace : des expositions, des concerts, des débats, des ateliers de création, des projections, des rencontres artistiques : une programmation régulière, éclectique et de qualité, pour un public large et varié. 

 

Le projet prendra résidence au Café des Arts, un café à Cotonou, dépourvu de ressources et de perspectives d'avenir, mais détenant une certaine teinte culturelle. UN ESPACE POUR LA CULTURE sera la transformation d'un café qui propose de la culture en un centre culturel qui sert du café. 

 

Plus qu'un lieu de création et de diffusion artistique, UN ESPACE POUR LA CULTURE apportera le reflet de notre Afrique. Un Webdocumentaire sera réalisé pour devenir une véritable interface entre France et Bénin : le miroir de la société béninoise d'aujourd'hui, à travers ses artistes, sa culture, et ses créations. 

 

 

 

Img_0676

 

"En Art point de frontière" Victor Hugo 

 

 

 

1. LES ENJEUX

 

 

L'IMAGE : OFFRIR UN REGARD REALISTE

 

 

QUI CONNAIT VRAIMENT CETTE AFRIQUE ? 

 

166717_10151113754232614_418314467_n

 

 

Dans l’inconscient collectif français, la vision que nous avons de l’Afrique est celle que nous nous laissons avoir, peut être même celle dans laquelle nous nous complaisons. Cette Afrique miséreuse, affamée et en retard ne serait-elle pas une image rassurante pour nous ?

Aujourd'hui, l'Afrique rendue visible est celle qui demande de l'aide : une Afrique pauvre et dépendante, et qui doit se développer sur notre modèle.

Quand nous avons rencontré l'Afrique, nous avons rencontré notre erreur : en pensant partir découvrir la misère au fond d'une case, nous avons trouvé cette énergie, cette vie, cette solidarité interne et cette humanité qui transpirent dans chaque moment.

Au delà de cela, nous avons pu voir que bien souvent, à Cotonou spécialement, ce qui a l'air pauvre de loin, n’est qu'une différence, une autre manière de vivre. Cotonou est un trompe l'œil : c'est une ville comme une autre, en Afrique, avec ses traditions, ses coutumes et son cadre propre. Bien évidemment, nous ne nions pas la part de pauvreté et de détresse qui existe au Bénin, notamment dans les villages reculés, mais nous souhaitons montrer une image nuancée, polymorphe de l'Afrique, mettant en avant une puissance inconnue en France, et des mœurs bien plus modernes qu'on peut le croire. A travers son projet, aux racines de son action, VRAIMENT veut rétablir cette image, permettre à la France d'entrevoir la culture africaine sans misérabilisme et avec réalisme : voir l'Afrique telle qu'elle est. L'enjeu principal sera de véhiculer l'image de l'Afrique : LA VRAIE.

 

LA CULTURE : L'OUTIL ADEQUAT AU SERVICE DE LA CONNAISSANCE ET DE LA RECONNAISSANCE

 

La culture, ensemble de connaissances, de savoir-faire, de traditions, et de coutumes propres à un groupe humain, à une civilisation, sera notre outil pour revaloriser cette image. La culture, en temps que miroir d'une société, apparaît comme l'instrument le plus pertinent pour fournir le reflet de l'ensemble africain.

L'outil n'est pas neutre, la culture implique l'ouverture sur le monde, l'éveil de l'esprit, elle est porteuse d'échanges et de rencontres. Grâce à l'échange culturel, deux sociétés lointaines deviennent plus aptes à la connaissance mutuelle, à la tolérance et donc au respect. La culture apporte la conscience citoyenne : l'écoute de l'un, et la rencontre avec l'autre. Dans le monde d'aujourd'hui, en totale globalisation, nous sommes persuadées que les relations tissées entre sociétés sont vouées à dépasser les frontières virtuelles créées par l'homme. Ainsi, nous nous définissons comme « citoyennes du monde ». Notre enjeu suivant est donc d'utiliser la mondialisation autrement que comme un facteur économique, et plutôt comme une arme offrant la possibilité d'avancer ensemble, en prenant le meilleur de chacun, quel que soit l'endroit du monde auquel il appartienne. Car nous pensons que les rencontres interindividuelles définissent bien plus les personnes que leur appartenance à un territoire particulier. 

 

Zinkpe

 

"Taxi Marseille Algérie" Dominique Zinkpè, artiste béninois 

 

 

 

2. LES OBJECTIFS :

 

- Mettre en œuvre une relation de réciprocité et d'échange, éloignée du cadre humanitaire traditionnel, en facilitant les rencontres interculturelles franco-béninoises et/ou intra-africaines

 

- Créer un pont entre les cultures et en favoriser les relations

 

- Œuvrer à la découverte et la connaissance culturelle

 

- Utiliser l'art et la culture comme vecteurs de paix et d’envie de faire ensemble

 

 

 

3. LE DESCRIPTIF DU PROJET 

 

 

A. Le concept 

 

Nous nous lançons dans une aventure artistique et culturelle d'un an à Cotonou visant à modifier le regard des béninois sur « les blancs » et réciproquement le regard des français sur « les noirs ». Ce projet sera soutenu et co-organisé par les membres de VRAIMENT, ainsi que l'association MA CULTURE, le collectif NUDOWA YOYO, le label PREMIER PAS et l'agence DEKart, et s'appuiera sur un lieu déjà existant pouvant être investit à long terme : le Café des Arts. Le lieu deviendra à compter de l'inauguration : UN ESPACE POUR LA CULTURE. Ce sera le point de départ du développement d'un espace interculturel, à destination d’artistes amateurs et professionnels, où cohabiteront :

 

- des spectacles

- des expositions

- des ateliers de créations

- des projections

- des formations, initiations

- des débats

- la réalisation d'un web documentaire

 

Ces productions seront des occasions pour les artistes d'échanger entre eux et d'apprendre des différences des autres acteurs du projet, qu'ils soient béninois ou français.

 

UN ESPACE POUR LA CULTURE  SERA LA TRANSFORMATION D'UN CAFE QUI PROPOSE DE LA CULTURE EN UN CENTRE CULTUREL QUI SERT DU CAFE

 

 

B. Une oeuvre commune 

 

Tout coopérateur à l'œuvre commune sera le bienvenu. Il s'agira de créer un lieu propice à la réalisation d'actes complémentaires s'auto alimentant et pouvant s'apparenter à une coopérative de compétences associatives interdisciplinaires. L'investissement des artistes et artisans dans le projet se traduira par une dynamique à type de « vases communicants » : le bénéficiaire d'une zone ou d’un service devra proposer une contrepartie personnelle à la hauteur de ce service.

Il paraît compliqué de parler de contrepartie « obligatoire » : il s’agit de tendre vers ce système en prenant en compte la relativité contextuelle existant sur place.

 

Tout est négociable sauf l'interactivité et donc l'échange, le partage.

 

                  

C. Le lieu 

 

Comme énoncé plus haut UN ESPACE POUR LA CULTURE prendra résidence au « Café des Arts chez Carine » : découvert en mars 2013 lors d'un voyage de repérage. Il est aujourd'hui un café qui propose ponctuellement des manifestations culturelles et dont la clientèle a une forte couleur artistique. En manque de moyens et de notoriété, il perdure difficilement par défaut d’organisation. Il reste cependant un espace en tout point adapté à notre projet. Il nous a donc semblé logique d’établir un partenariat avec la propriétaire du lieu (également présidente de l'association MA CULTURE), plutôt que de créer un espace supplémentaire à Cotonou. Cette démarche s’ancre dans nos objectifs d'échange, d'union, de partage et de pérennité, et permet d’assurer au projet une meilleure assise locale.

 

Le lieu accueillant le projet, après différents travaux, sera doté de 5 espaces complémentaires  ayant chacun une fonctionnalité propre :

 

Une salle d'exposition : manifestations d'arts plastiques, expositions, vernissages

- Un espace d'expression (zone extérieure du bas) : expression personnelle, échange, répétitions, représentations, projections, tournage, artisanat

- Une salle de rafraichissement : bar, espace de convivialité, débats

- Une terrasse : détente, échanges

- Le toit  :

Une zone scénique : mise à disposition la journée comportant une scène et du matériel  avec possibilité de répéter, enregistrer, et pouvant accueillir des concerts ou représentations en soirée.

Un espace de création : ateliers de création, initiations, formations

 

 

Ce lieu sera gracieusement mis à disposition des artistes et artisans qui se retrouveront dans le projet pour y participer et défendre ses valeurs. Valeurs telles que l'échange, la libre expression et le respect.

 

 

 

552667_151271958342458_1775928600_n

 

 

 

4. L'ORGANISATION

 

A. L'espace

 

UN ESPACE POUR LA CULTURE sera avant tout un lieu où artistes, amateurs, visiteurs, seront accueillis librement pour échanger, créer et discuter dans une optique de libre expression artistique.

En plus d'un accueil permanent, une programmation sera mise en place avec une diversité d'évènements représentant un maximum de domaines artistiques : concerts, expositions, projections. En outre, des ateliers de création ou de formation, ainsi que des débats seront proposés au public. 

 

B. Le matériel

 

Le lieu proposera à titre gratuit une mise à disposition permanente de matériel pour les artistes, il s'agira aussi bien de matériel de création plastique, de matériel scénique ou de matériel de captation audiovisuelle.

 

 

Img_0702 Photo de l'actuel Café des Arts, espace extérieur d'expression et de rencontres

 

 

 

5. LE WEBDOCUMENTAIRE

 

L'association INTERSTICES, (association partenaire de production de films audiovisuels) réalisera un webdocumentaire autour du projet pour répondre à  :

 

Une volonté simple de restituer et faire connaître notre projet.

 

En diffusant le projet via cette nouvelle mouvance, nous espérons interpeller et faire participer un public large

 

Un désir profond de véhiculer une image fidèle du Bénin et de l’Afrique

 

L’un de nos objectifs les plus importants est de parvenir à montrer un aspect de l’Afrique trop souvent méconnu : celui de l’énergie culturelle, de l’effervescence créative mais aussi des réalités locales, une vie comme une autre. Pour cela, il est indispensable de proposer des informations fidèles, progressives, dynamiques et montrant l’évolution des activités de L' ESPACE POUR LA CULTURE. Or, le Web documentaire peut accueillir des séquences vidéos, des photos mais aussi des textes ou des supports sonores : il est propice à la diversité d’information, et donc à la diffusion d’une image multiple.

 

Un objectif de promotion des artistes béninois

 

Le WEBDOCUMENTAIRE permet un suivi sur des temporalités longues, après une recherche graphique et artistique sur la forme. Nous pensons que cette structure dynamique, qui peut être continuellement entretenue, constitue un outil de choix pour la promotion d’un artiste. Un répertoire d’artistes actifs au sein de L'ESPACE POUR LA CULTURE sera disponible au sein du WEBDOC et sera constamment alimenté, avec des moyens définis pour relater leurs activités (textes, vidéos-séquences…).

 

Un souhait d’ « éduquer au regard »

 

Le WEBDOCUMENTAIRE permettra aux internautes de se familiariser avec la technique de formation par l'action (cf organisation) que nous utiliserons tout au long de notre projet. Les étapes de cette formation et l’évolution des compétences seront rendues visibles par le WEBDOC. Il s'agira aussi pour les internautes de visualiser l'adaptation nécessaire lorsque l’on doit se mêler et former une population d'une autre culture.

 

 

                                                      Interstices

 

 

 

6. LES ACTEURS

 

A. L'association VRAIMENT

 

Les membres de VRAIMENT qui mèneront le projet sur place sont : 

 

970925_10151674369911096_1125547012_n

 

 

          Clémentine de La Porte (à droite sur la photo)

 

 

Rôle: Coordination générale, préparation de l'autonomie, mission : secteur Administratif 

 

Intérêt dans le projet : Clémentine, étudiante en médecine, n'est pas une créatrice mais une militante, sa passion n'est pas la pratique de l'art mais la découverte de l’activité artistique qui l’entoure. Elle n’envisage pas la solidarité internationale uniquement par l’apport d’une aide de santé ou financière. Elle est persuadée que de faciliter l’accès à des structures spécifiques permettant l’expression des artistes locaux sera très bénéfique pour les pays africains, dont l’activité culturelle bénéficiera alors d’une reconnaissance à large échelle. Elle mettra, à l’occasion de son année sabbatique de septembre 2013 à septembre 2014, ses qualités et aptitudes au service du projet. Le contact avec les autres étant l’un de ses points forts, elle s’attachera en particulier à la rencontre des artistes, de leur mise en relation, et de la communication autour du centre. 

 

 

          Léa Perier (à gauche sur la photo)

 

RôleCoordination générale, préparation de l'autonomie, mission : secteur Création

 

Intérêt dans le projet : Léa, avant tout danseuse, et passionnée par cette discipline, a découvert en Afrique un vaste champ de compétences artistiques et une façon de les aborder avec passion, naturel et profondeur qui l’ont profondément marquée. Elle a de plus acquis, grâce à ses études, de nombreuses compétences en matière de gestion de projets culturels. De plus, elle a enrichi ses connaissances concernant les activités culturelle africaines, avec son stage à l’OIF. Elle va prendre une année de coupure dans ses études de septembre 2013 à septembre 2014 pour se consacrer à son projet associatif et se rendre sur le terrain à Cotonou. Elle souhaite mettre ses compétences professionnelles à disposition de l’association, pour une réussite optimale du projet.

 

 

B. Le collectif NUDOWA YOYO

 

Le collectif NUDOWA YOYO est un collectif d'artistes plasticiens, constitué de 5 membres (sur la photo de gauche à droite) : Benjamin Deguenon, Kajero, ancien Président du Bénin, Totche, Marius Danson, Rafiy Okefolahan. 

 

Rôle : mission Arts visuels (organisations d'exposition, scénographie...)

 

Collectif_elowa

 

 

C. Le label PREMIER PAS

 

Dirigé par Fidèle Dossou, le label PREMIER PAS est une association visant à détecter les jeunes talents et les accompagner de leurs débuts musicaux.

 

Rôle : mission Musique (organisation concerts variés, recherche d'ar

 

                                 1er_pa

 

 

D. Agence DEKart

 

L'agence DEKart est une entreprise de communication dirigée par Emmanuel Tometin, qui est aussi réalisateur. L'entreprise proposera ses services à titre bénévole pour la promotion d'UN ESPACE POUR LA CULTURE. 

 

Röle : mission Communication

 

 

482445_10200562227159353_2085721506_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à alimenter le budget général de l'action. L'objectif équivaut à environ 10% du budget.

 

Nous ne voulons pas prendre le risque de mettre un montant plus élevé, mais tout don supplémentaire participera à la pleine réalisation D'UN ESPACE POUR LA CULTURE

 

Chaque don pourra nourrir l'un des postes de dépense suivants : 

 

I. DEPENSES D'INGENIERIE 

 

- Matériel : création, scénique, audiovisuel, informatique, instruments de musique : tout le matériel nécessaire au fonctionnement de l'espace et au travail des artistes. (son acheminement est aussi pris en compte car il sera acheté en France)

 

- Travaux : réhabilitation sommaire du lieu pour permettre le développement de l'espace

 

- Aménagement, équipement : décoration du lieu pour l'adapter à un public large

 

 

II. DEPENSES DE COMMUNICATION 

 

- Communication large autour de l'espace

 

- Communication spécifique à chaque évènement

 

 

III. REALISATION DU WEB DOCUMENTAIRE 

 

- Frais d'accueil et de transport de l'équipe de tournage

 

- Frais de réalisation et de post production 

 

 

IV. FONCTIONNEMENT GENERAL DU CENTRE ET FRAIS DIVERS

 

- Dépenses quotidiennes

 

- Evénements : soirée d'inauguration, ateliers, concerts 

 

- Divers et imprévus

 

 

V. PRISE EN CHARGE DES MEMBRES DE VRAIMENT 

 

- Hébergement 

 

- Restauration

 

 

Nos autres financeurs

 

- Fondation ISSA

 

- Ministère Jeunesse et sport (en cours)

 

- Conseil Régional d'Ile de France (en cours)

 

- Conseil de Paris (en cours)

 

D'autres pistes de financement sont à ce jour engagées (fondation BNP PARIBAS, UEMOA)

 

 

 

Derniers commentaires

Thumb_default
Un grand merci a Valérie D., Hervé dV., Bruno M., Tug et Blandine dK, et M. et Mme Perier dont on a reçu les cotisations par chèque !!!
Thumb_default
Allez les filles !
Thumb_default
Allez les filles! L'enthousiame permet de déplacer les montagnes. Bon courage