Moitié dans leurs godasses, moitié à côté.

Large_sarah_et_eric_ujolakkbb-1421707381

Présentation détaillée du projet

  Un_jour_ou_l_autre_affiche_kkbb-1421524276   

 

 

UN JOUR OU L’AUTRE, c’est une pièce qui parle de celles et ceux qui sont « moitié dans leurs godasses, moitié à côté ».

 

Le théâtre de Linda McLean, en prise avec la réalité et les problèmes sociaux ou sociétaux - ici, le déclin du système psychiatrique et la solitude - ne juge pas mais questionne. Cette préoccupation de l’état du monde s’est imposée à moi.

 

Dans une société consumériste et libérale où l’on n’hésite pas à culpabiliser les victimes, les plus démunis, pour promouvoir, sans le dire, une forme d’individualisme sauvage, comment faire entendre sans misérabilisme, derrière le fait divers banal, le souffle des laissés-sur-le-carreau, des inaptes en tous genres, fracassés par des drames intimes, que Linda Mclean a choisis comme héros de ses presque tragédies, toujours justes, crues, tendres ou cocasses ?

 

C’est cette préoccupation, cette soif d’humanité, qui motive mon engagement depuis des années avec un travail artistique réalisé auprès de populations en difficulté - personnes en situation de handicap dans un foyer de Montreuil, ou femmes victimes de violences intrafamiliales en Saône-et-Loire avec Valérie Gaudissart - et qui trouve ici un matériau idéal pour s’inscrire dans l’univers du théâtre. Chantal Morel parle de « cet espace de l’échange, là où il existe une chance de perdre l’individualisme mortifère de nos sociétés. »

 

Ma rencontre pleine et forte avec Linda McLean, en 2010, lors d’une résidence à Théâtre Ouvert pour la traduction de Fractures, est le début d’une longue et exaltante complicité. En collaboration avec Sarah Vermande, nous avons depuis traduit sept de ses pièces.

Blandine Pélissier - metteuse en scène

 

 

Vous voulez savoir ce que Linda dit de son théâtre, de son écriture ?

 

"J'ai toujours été fascinée par l’invisible, l'inexprimé, l'inexpliqué. Le théâtre que je préfère est celui qui ne me dit pas quoi penser, ni comment, me laissant ainsi une place active dans l'histoire qu'il raconte.

Je ne demande jamais à mes personnages qu'ils se justifient. J'écoute, j'écris ce qu'ils disent, j'essaie de ne pas interférer. Parfois ils me font sauter au plafond ou me font rire, ou pleurer. Je m'efforce de les présenter comme ils se représentent à moi.

Dans Un jour ou l'autre, la parole et le tempo de Bill et Bertha sont lents, méticuleux ; ce n'est qu'en observant leurs rituels, en étant attentive à ce qu'ils ne disent pas, que j'ai pu comprendre leurs petites joies et leurs grandes peurs. Quant à Jackie et Dave, leur débit est si précipité qu'ils n'arrivent souvent pas à la fin de leurs phrases ; le tempo de leur vie est dicté par une centaine de minuscules décisions à la minute.

Les deux pièces se passent exactement au même moment mais dans des lieux différents. Sur le papier, elles se suivent, mais, en réalité, elles se superposent. Aucun des deux tandems n'a conscience de ce qui se passe dans le monde des autres. C'est au public de faire le lien entre les deux histoires..."

Linda McLean - autrice

 

 

Vous rêvez de savoir quand et où la pièce va se jouer ?

 

DIX REPRESENTATIONS du spectacle UN JOUR OU L'AUTRE

au théâtre Le Lucernaire, à Paris,

DU 3 AU 14 MARS 2015 (du mardi au samedi à 21h00)

 

RENCONTRE avec l'autrice et les deux traductrices VENDREDI 6 MARS 2015 après la représentation

 

 

Vous souhaitez connaître le pitch, comme on dit ?

 

Bill et Bertha, pas très adaptés à la réalité extérieure et isolés dans leurs routines cocasses et tendres, attendent fébrilement une visite qui vient de temps à autre éclairer leur quotidien. De l'autre côté de la ville, Dave, le patron d'un bar, transmet à sa serveuse un message téléphonique qui provoque une réaction inattendue, entraînant confidences et jeux de séduction…

 

Il y a ce qui les lie. Une pièce engagée, humaine, à l'humour redoutable.

 

 

  Bertha_et_bill_kkbb-1421524146       Bertha et Bill

 

 

  Sarah_et_eric_kkbb-1421524104      Jackie et Dave

 

 

Vous vous posez des questions sur notre travail ?

 

LA SCENOGRAPHIE, LES LUMIERES ET LE SON

 

So Beau-Blache et Xavier Duthu travaillent en étroite collaboration, dès le départ du projet, sur une scénographie organique, rompant avec tout naturalisme, qui évolue en permanence, tout comme l’écriture de Linda qui distille les informations au compte-gouttes. Ils sont ensuite rejoints par Vera Martins.

 

Sur un plateau presque nu, des surfaces modulables, rendus plus ou moins opaques par la modulation de la lumière (projecteurs et projections vidéo), délimitent, resserrent ou ouvrent, rassemblent ou éparpillent, provoquent, élargissent, assombrissent. Ils matérialisent de façon tangible une réalité sensible, symbolisant le rapport au monde des personnages, la perception qu’ils ont de l’autre, leurs univers intérieurs, les forces et les faiblesses de leurs relations. Permettre ces jeux très sérieux de cache, dévoilement, apparition, façade, perte de repères, flou, disparition, clarté, difformité, transparence et opacité, intimité ou mise à nu. Un paysage sonore, créé par Phil Reptil, qui, tout en s’appuyant sur des éléments quotidiens, les altère (téléphone, sonnette, ambiance du bar...), correspondant à l’univers mental des personnages, à leur rapport au monde entre ouverture, isolement, enfermement, suffocation... ce monde extérieur - dont les personnages nous font sentir la barbarie - figuré par des sons inquiétants.

 

LE TRAVAIL AVEC LES ACTEURS

 

Ma direction d’acteur est nourrie de mon expérience du plateau comme actrice, comme coach, et des projets auxquels j’ai participé, comme co-autrice et directrice d’acteurs. L’écriture en creux de Linda McLean appelle un travail sur le sous-texte, travail qui sera aussi corporel : je fais appel à la chorégraphe Sophie Mayer pour apporter déséquilibres, maladresses, discordances, langage corporel dissonant. Mon choix des acteurs est né d’un désir fort de travailler avec des comédiens généreux et physiques, doués d’infinies qualités de silence et de regards. Il faut des acteurs vivants et drôles pour cette écriture qui prend les mots à l’os, à l’humour noir terrible.

 

 

P1020068-1421605068

Jackie et Dave

 

 

Vous voulez qu’on vous présente toute l’équipe ?

 

L’EQUIPE

 

Ecriture Linda McLean

Mise en scène Blandine Pélissier  

Traduction Blandine Pélissier et Sarah Vermande

 

Distribution

Alain Granier Bill, Christine Pignet Bertha, Eric Herson-Macarel Dave, Sarah Vermande Jackie

Assistante à la mise en scène : Behi Djanati Ataï

Scénographie/vidéo, costumes : So Beau-Blache

Création lumières : Xavier Duthu et Vera Martins 

Création sonore : Phil Reptil

Mouvement : Sophie Mayer

Production : Isabelle Canals

Presse-diffusion : Fouad Bousba

 

Linda McLean (autrice) 

Linda McLean nait à Glasgow. Enseignante, elle vit et travaille à l’étranger avant d’écrire pour le théâtre à partir de 1994. Elle est aujourd’hui présidente du Playwrights’ Studio Scotland et autrice associée au Magic Theatre de San Francisco. Elle signe une vingtaine de pièces traduites et jouées en plusieurs langues. En France, ses traductrices, Blandine Pélissier et Sarah Vermande, ont déjà traduit sept de ses pièces. Linda McLean est représentée en France par MCR (Marie Cécile Renauld).

 

Blandine Pélissier (metteuse en scène) 

Blandine Pélissier est comédienne (théâtre et cinéma) et traductrice de théâtre contemporain. Membre depuis 1997 de la Maison Antoine Vitez (Centre international de la traduction théâtrale), elle s’attache à découvrir et faire connaître les auteurs et autrices contemporain-es du domaine anglo-saxon et a traduit une cinquantaine de pièces dont une quinzaine sont publiées et ont fait l’objet d’une production scénique et/ou radiophonique à France Culture. Un jour ou l’autre est sa première mise en scène.

 

Alain Granier (Bill)  

Alain Granier travaille avec François Cervantes dans Bars, Christian Peytieu dans L’Inconnue de la Seine de Horvath, François Bourcier dans Don Quichotte, Thierry Bédard  dans La bibliothèque censurée, Julia Zimina dans Le Kaddisch, Jacques Kraemer dans Don Juan, Wissam Arbache dans Le Cid, Benoit Afnaim dans Une cerise noire. Il joue aussi Pour un oui, pour un non, de Nathalie Sarraute, L’entre-deux, de Noëlle Renaude, Les petites heures, d’Eugène Durif. Il met en scène, entre autres, La langue d’Anna, de Bernard Noël.

 

Christine Pignet (Bertha)

Christine Pignet a travaillé au théâtre avec, notamment, J.Deschamps, J.L.Benoit, J.Weber, G.Rouvière, P.Zadeck, E.Pommeret, M.Didym, S.Purcarete, D.Boivin (chorégraphe), J-L.Martinelli, C.Schiaretti, F.Bélier-Garcia, P. Bureau. Parallèlement, elle tourne au cinéma avec notamment J.L.Godard,  E.Chatilliez, M.Blanc, B.Tavernier, D.Duval, J.Rouffio, I.Lebescot, P.Bossard, C.Lheureux… Et à la télévision avec D.Delrieux, L.Jaoui, , R.Davis, J-P.Sinapi, F.Chaudemanche, P.Monnier...

 

Sarah Vermande (Jackie)

Sarah Vermande est comédienne et traductrice, deux métiers qui lui semblent participer du même souffle et engager les mêmes muscles. Elle coordonne le comité anglophone de la Maison Antoine Vitez (Centre international de la traduction théâtrale), et traduit des romans sous le nom de Sarah Gurcel. Avec Valérie Da Mota, elle crée Va Sano Productions qui propose des textes contemporains et des ateliers intergénérationnels mêlant chant, théâtre et cinéma.

 

Eric Herson-Macarel (Dave) : Eric Herson-Macarel joue au théâtre de nombreux textes classiques ou contemporains, sous la direction de Jacques Lassalle, Lucian Pintilié, Didier Bezace, David Géry, Jean-Paul Tribout, Philippe Adrien et bien d’autres. Il tourne au cinéma principalement avec Bertrand Tavernier, Philippe Lioret et Xavier Giannoli, et à la télévision avec Marcel Bluwal, Jean-Pierre Marchand, etc. Très présent sur les ondes de France-Culture, il enregistre également de nombreux livres-audio. 

 

Behi Djanati Ataï (assistante à la mise en scène)

Originaire de Téhéran, elle suit sa famille en exil aux États Unis puis en France. Parfaitement trilingue (français, persan, anglais), Behi joue dans plus de vingt créations théâtrales en France et à l’étranger ainsi qu’au cinéma. En parallèle de son travail d’actrice, elle est fondatrice de la compagnie de théâtre «La Lampe». Autrice et metteuse en scène, elle signe plusieurs créations, dont Hedâyat, Voix de femmes et Héritage.

 

So Beau-Blache (scéno, vidéos, costumes) Peinture, création visuelle et communication (label musical, maisons d'édition, festivals), conception d'espaces et d'animations (direction artistique des animations du Paris Jazz Festival, création/réalisation du Jardinophone, Aquaphone…), vidéo, scénographie (Alexis Michalik, Valérie Gaudissard, Ahmad Jamal, Gregory Porter…). Elle retrouve ici Blandine Pélissier et Eric Herson-Macarel avec qui elle a déjà collaboré sur Hiver de Zinnie Harris. Elle intervient comme médiatrice artistique auprès de publics fragiles, en ESAT, hôpital psychiatrique, IME, foyers…

 

Xavier Duthu (création lumières) 

Comédien et concepteur lumière. Depuis sa découverte-passion pour la lumière, il s’est forgé et a affiné ses connaissances et sa sensibilité en autodidacte, sur le terrain. Il a conçu les lumières des spectacles de plusieurs compagnies de danse et théâtre, dont les Cie de la Matière, Collectif G7 éphémère, Cie Samson, Cie du Plateau, Cie Les Lustres-Théâtre, Cie du Vitrail, Cie Romano Atmo, Cie Aux arts ect, Cie Entre les lignes, Cie Ante Muros… En concert, il s’occupe des lumières d’Anissa Bensalah et Hervé Pouliquen, auteurs-compositeurs-interprètes. Pour la saison prochaine, il travaille actuellement avec Thibault Perrenoud sur Le Misanthrope qui se jouera au Théâtre de la Bastille, ainsi qu’avec Alice Zeniter sur son propre texte au Théâtre de Vanves.  

 

Vera Martins (création lumières)

Vera a initié son parcours aux Beaux-Arts de Lisbonne et à Angers, puis a suivi une formation en scénographie à Lisbonne. À Paris, elle a travaillé avec le scénographe Raymond Sarti et le metteur en scène François Rancillac au Théâtre de L’Aquarium. Après avoir obtenu une bourse qui lui a permis de venir réaliser un stage professionnel au Théâtre de Vanves et à la MC 93 à Bobigny, elle déménage à Paris pour travailler en tant qu’éclairagiste. Elle oeuvre dans quelques théâtres en région parisienne, notamment au Théâtre de Vanves et au Théâtre de Châtillon. Elle collabore aussi avec des compagnies de théâtre en tant que régisseuse, créatrice lumière et scénographe.

 

Phil Reptil (création sonore) 

Compositeur-réalisateur-interprète dans l’univers électro-acoustique, Phil Reptil trace depuis 25 ans le pont entre rock-alternative-électro-jazz et pop par le biais de réalisations et de collaborations artistiques avec, entre autres, Mina Agossi (Naïve), Alexeï Aigui, Nosfell… Il est à l’origine des groupes Zarboth, Osteti, La Theory du Reptil, et Maisons Maquets avec lesquels il tourne régulièrement en France et à l’étranger. Il a initié plusieurs projets solos comme Traversiel (création sonore en 8.1 au Paris Jazz Festival - 2009), VHF (Elise Caron, Médéric Collignon - 2007), Oniriks (album de musique concrète - Access Prod - 2006)… Créations sonores dédiées : Blik et Les vieux os avec la compagnie Monsieur & Mme O (2010 et 2011), Frontières Flottantes avec Yutaka Takei (2009), Expo Berlin (Mairie de Paris - 2009), France Culture (L’homme assis dans le couloir de Marguerite Duras - 2008). Guitariste-studio et journaliste de la presse musicale, ses activités sont centrées sur la production musicale et le sound design (radio et télévision). Il intervient régulièrement comme formateur en musique amplifiée (sound painting, master classes, ateliers, cours d’instruments).  

 

Sophie Mayer (mouvement) 

Danseuse professionnelle, pendant 20 ans elle a été l’interprète de nombreux chorégraphes en danse contemporaine, jazz, danse/théâtre, pour intégrer en 1989 la Cie de Caroline Marcadé, jusqu’en 1999. Sous sa direction, elle travaille également pour des productions théâtrales, mises en scène de Charles Tordjman, Daniel Martin, Jean-Luc Boutté, Alain Françon... Chorégraphe, elle tisse théâtre et danse, et associe danseurs, acrobates et comédiens à l’occasion d’événements urbains et exceptionnels. Elle met en scène Philippe Minella en 2001 dans L’oeil du monde (de P. Minella) pièce chorégraphique. Depuis 1993, elle accompagne en tant que chorégraphe et assistante les créations de nombreux metteurs en scène : Gilles Bouillon (théâtre et opéra), Elisabeth Chailloux, Marcel Bozonet, Andrzej Seweryn (Comédie Française), Claude Stratz (Comédie Française), Brigitte Jaques, Michel Didym, Agathe Alexis, Justine Heynemann, Philippe Adrien, Benoit Lavigne... Au cinéma, elle a travaillé avec Jean-Michel Verner, Christine Laurent et Eric Caravaca et pour la télévision avec Laurent Jaoui, Didier Albert et Sylvain Monod.  

 

P1010957-1421608718

Bertha et Bill

 

 

Et pour finir, voilà ce qu’on a pu lire sur Linda McLean dans la presse !

 

Extraits de PRESSE

 

Any Given Day (Un jour ou l’autre), mise en scène de Jon Tracy au Magic Theatre, à San Francisco

 

« McLean est une autrice au réalisme cru et farouchement empathique d’une extrême habileté. Elle transcende l’ordinaire, créant des personnage instantanément reconnaissables par des dialogues aussi minimalistes qu’incisifs. (…) Mais le plus frappant dans Any Given Day, c’est la façon dont ce mélange intense de comédie et de drame imprègne les personnages, de sorte qu’on ne rit jamais d’eux, mais avec eux. Il en résulte une pièce que vous aurez du mal à oublier. » Robert Hurwitt, San Francisco Chronicle 

 

« La pièce de McLean se passe sous la pluie de Glasgow, mais les thèmes qu’elle explore avec une candeur brutale sont universaux. L’audace dont fait preuve l’autrice écossaise en matière de forme et de structure donne aussi au texte une dimension atemporelle. » Karen D’Souza, San Jose Mercury News

 

« Il est banal de se dire qu’un jour ou l’autre, quelque chose va arriver qui changera notre vie, en mieux ou en pire. Mais quand Linda McLean explore subtilement cette thématique, ça n’a rien de banal. C’est magnifique. Sa pièce offre tout ce que l’on attend du théâtre : un grand huit d’émotions, du ravissement à l’horreur totale en passant par le désespoir avant de repartir pour un tour. » Charles Kruger, Theatre Storm

 

Fractures (strangers, babies), mise en scène de Stuart Seide au Théâtre du Nord, à Lille

 

« Linda McLean écrit avec un minimum de mot. Chaque mot, chaque temps est choisi, pesé, les silences sont d’elle également. (…) La précision du verbe est celle d’un chirurgien. Mais il ne faut pas se fier à cette apparente froideur car émerge un humour sous-jacent. » Marie-Laure Atinault, pour webthea.com

 

« On pense à Pinter en assistant à cette dissection des rapports humains : Linda McLean part de la trivialité du quotidien pour amener, peu à peu, ses personnages vers une profondeur terrible, une menace qui se dessine entre les piques d’humour qui saillent du texte et la banalité apparemment bénigne des conversations. » Audrey Chaix, pour toutelaculture.com

 

À quoi servira la collecte ?

Le théâtre Le Lucernaire, à Paris, a eu un coup de cœur pour le texte de Linda McLean et nous a proposé d'y présenter le spectacle UN JOUR OU L'AUTRE. Nous avons alors toutes et tous saisi cette occasion rêvée depuis un moment, attaqué sans attendre le travail, sans partenaires coproducteurs et soutiens institutionnels acquis. Nous avions juste un vrai désir, l'envie de donner vie à Bertha et Bill, à Jackie et Dave, nos quatre héros endoloris, moulus par la vie...

Les répétitions débutent - beaucoup de joie, du travail intensif et des rires - là où des lieux nous accueillent, nous soutiennent, en mettant leur espace à notre disposition pour de courtes périodes : à Confluences Paris et au Théâtre des Sources à Fontenay-aux-Roses. Deux théâtres partenaires également qui s'engagent à accueillir le spectacle : Le Lucernaire à Paris et La Ferme de Bel Ebat-Théâtre de Guyancourt. Et c'est déjà ça, c'est déjà ça...

Nous avons opté pour une scénographie épurée, le texte est là, merveilleusement incarné. Mais pour rendre compte de l'univers mental des personnages, de l'endroit dans lequel ils bougent, partagent et se sentent protégés, et même si nous bénéficions de partenaires qui mettent de l'équipement à notre disposition, nous avons besoin d'un peu de technique, de matériel nécessaire à la lumière, à la vidéo et au son.

Vous demander 5000 € ce n'est pas rien, nous le savons, mais chaque contribution (il n’y en a pas de « petite » !) et toutes vos participations réunies nous permettront d'avancer, de faire une résidence pour inventer ces espaces fragiles dans lesquels les personnages se rassurent. Il nous faut créer l'univers sonore et l'enregistrer, filmer et monter les éléments de vidéo, travailler les lumières, les images et leur projection et enfin, trouver, chiner des éléments de décor, des accessoires et des costumes.

 

Alors de tout coeur, merci ! Merci de prendre le temps de découvrir ce projet, de le lire jusqu'au bout et de nous accompagner dans cette aventure si vous en avez vous aussi l'envie...

Thumb_tract-web_un-jour-ou-l-autre_pour_kkbb-1421521629
UJOLA

Blandine Pélissier - Traductrice et metteuse en scène Après des études universitaires d’anglais et d’AES, elle part s’installer deux ans à Los Angeles où elle se forme au métier de comédienne. De retour en France, elle complète sa formation au Centre Américain et diversifie ses activités en s’orientant vers la traduction théâtrale et la... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_mariage__-1422296791
Super la contribution esr réussie ! c'est génial je suis ravie. Bravo à tous. Je vous embrasse. Fabienne
Thumb__dsc5684v3-1421947263
Un beau projet, hâte de le voir en scène !
Thumb_default
Allez Didine !