Wudzralé needs a mill to develop, and we need you to help us install it!


The project

Wudzralé is a small Togolese village of 270 inhabitants, 1.5 hours from the capital, Lomé.


What struck us in this village? People live there on less than $1 a day, but we did not notice it.

Why? Because they have developed such an extraordinary sense of solidarity and mutual aid. The inhabitants truly moved us through their will to change, learn and develop. Everything is possible for a villager of Wudzralé.







We went there; we did not forget them. And we are determined to help them.


What do they need? A stable and sustainable economic activity which would generate enough profit to fulfill their basic needs, particularly to finance their elementary school. At the moment, the villagers cannot even pay €30 a month - corresponding to the salary of the two teachers of the primary school. Yet, what is €30 worth to us?


We want to help the village to develop by itself. We do not want to assist them nor directly give them the money to pay for the teachers. We believe that a sustainable dynamic can and must be initiated.

“Give a man a fish and you feed him for a day. Teach a man to fish and you feed him for a lifetime.” What a surprise to hear that from the Village Chief himself! No doubt, we see things the same way.





The village needs a stable and sustainable economic activity to kick-start its development dynamic. We need the little brook that will make the great river! And that little brook is a grain mill.




from Ideo


Why a mill?

All the right conditions already exist there for the mill to become the cornerstone of a sustainable ecosystem.


What are these conditions?

1. Corn flour is the basis of the villagers’ diet. With a consumption of 2 kg of corn flour per family and per week, we know for sure that the mill will be widely used by Wudzralé’s inhabitants, and also by the farmers from the surrounding area. Hence, it will generate a regular and consistent income.

2. A qualified miller already lives in the village, ready to oversee the mill. One thing is missing: the work tool...

3. The village has already thought about the mill’s management. It will be the property of the Villagers’ Development Committee, which will manage and watch over it.


What is its interest?

The interest is twofold:

1. Women’s living conditions will be significantly improved in the village since they will not have to walk 4 miles to mill their corn in other villages.




2. It would also help finance the school and the teachers. The children would have a teacher all year long - needless to say that it will improve their education. Later, the mill would generate enough profit to finance other development projects for the village: building a health center, walls for the school, electrify the village, etc.





How will the mill generate profit?

One must pay to use the mill. Every bowl (approx. 1 kg) costs €0.23 ($0.31) to mill. Based on the forecast revenues and spending, we have calculated a profit of €86€ ($100) per month, after the salaries of the two school teachers have been paid!



Why are we going to make it work?


We are a team of 7 engineering students from the Ecole des Ponts ParisTech in France, the world's oldest civil engineering school. We are particularly interested in and moved by the problems of development in developing countries. We all have the same motto motivating us: the development should come from the populations themselves. We initiated this social entrepreneurship project with the will to rethink the way humanitarian aid is done.



Left to right : Benjamin, Hélène, Thomas, Mathilde, Sarah, Jean-Baptiste, Roukaya


From May 4th to 13th, we went to Togo to the small village of Wudzralé. There, we shared with the villagers and the children about safety and education. We observed, listened, talked and shared with all the stakeholders to better understand their needs and expectations, using methods of design thinking, taught to us by the Paris-Est d.school at Ecole des Ponts.

With the Villagers’ Development Committee, we identified several leads to develop the village, and looked for a sustainable and stable economic solution to help the school as well as the village’s other development projects.





The goal is not only to put the mill in the village and hope for it to work well, automatically. Our desire is to work with this village over several years. This opportunity was made possible by the Paris Est d.school, with which we are working to create a new Master’s project centered on social entrepreneurship.

As soon as this summer, we are going back to Wudzralé for 3 and a half weeks to create several projects: a water pump for the village well, and several blocks of dry toilets, one of them especially dedicated to the school. We have already raised funds for these projects and functional prototypes have been made (cf FAQ for more information).




If we get to collect the necessary funds, we will also install the mill for this summer. Meanwhile, only €4100 separates us from this goal.

And to reach it, we need you.





Why fund it?

The oil mill costs €3800€ ($5070). We will be responsible for everything else: transport, assembling and commissioning. With the KissKissBankBank fee, the total amount for the collection €4100 ($5471).


How is the mill going to work?

Corn flour is one of the basic foods of the Togolese diet: each family eats around 2 kg a week of corn flour. The installation of the mill in the village will allow both villagers and people from the farms around to come and mill their corn in Wudzralé. So, we estimate that around 100 families a week will use this mill.


Revenue generated by the mill:

Price to mill 1 kg of corn…......................................       €0.23 ($0.31)

Quantity milled weekly (2 kg x 100 families)….........    200 kg

Weekly revenue ….................................................         €46 ($61)

Monthly revenue …...............................................       €184 ($246)


Monthly charges needed for the mill:

Oil consumption (40L= 10.6 gal) …........................ €37.56 ($50.12)

(price of the oil used: €0.939/L = $4.76/gal )

Maintenance …......................................................... €5 ($6.7)

Spare parts …........................................................... €10 ($13.4)

Miller’s salary …....................................................... €15 ($20.1)

Total monthly charges …......................................... €67.56  ($90.15)


Monthly profit:

Revenues …............................................................. + €184 ($245.6)

Charges …................................................................ - €67.56 (-$90.17)

Monthly salary of the 2 village teachers …........... - €30 (- $40)

Profit generated by the mill …............................. + €86.44 ($115.36)



This is therefore sustainable aid that we will provide for Wudzralé, thanks to you!

Help us to finance this project!


Akpé Kaka!


*Thanks a lot, in Ewe, the local dialect.



Any further question? innovacteurs-togo@googlegroups.com.


Ready Togo

Ready Togo is a project formed by 7 students of the Ecole des Ponts ParisTech, all willing to help the village of Wudzralé develop. All knowing that the development of the emerging countries is a worldwide challenge, we are convinced that small local actions and social entrepreneurship can change everything.

FAQ Questions about the project

+ Pourquoi le Togo ? Pourquoi Wudzralé ?

Nous avions l’envie, la motivation et l’énergie pour mener un projet de développement dans un pays émergent. Choisir le Togo, c’était partir dans un pays culturellement très riche, avec un énorme potentiel de développement, tout en s’affranchissant des barrières linguistiques (la langue nationale étant le Français).

Nous avons collaboré avec une association humanitaire togolaise, la Mission Des Jeunes (MDJ) dont les locaux sont basés à Kpalimé. (http://www.missiondesjeunes.org/, Facebook “Mission Des Jeunes”)
Le village de Wudzralé a été choisi en collaboration avec la MDJ : nous avons ensemble été frappés par la volonté du village de se développer. Les 270 habitants, guidés par leur chef et le Comité Villageois de Développement (CVD), ont établi une liste des 10 priorités pour le développement du village et réfléchissent à des solutions. Nous avons donc décidé de rejoindre leurs efforts.

Sur place, nous avons été touchés par le sens de l’entraide et de la communauté qui règne dans le village.

+ Quelles priorités pour Wudzralé ?

Notre semaine sur place en mai nous a permis de cerner plusieurs problèmes prioritaires.

Le petit village de Wudzralé n’est doté d’aucune installation sanitaire et l’accès à l’eau n’est possible que grâce à l’unique puits du village qui se déssèche facilement. Le comité villageois établit chaque année une liste des priorités pour le développement du village, parmi lesquelles la construction de latrines, d’un dispensaire de santé, de murs en béton pour l’école et l’électrification du village qui n’est actuellement relié à aucune installation électrique.
Le village est de plus coupé en deux par une grande route sur laquelle les voitures roulent à plus de 100 kms/h. Plusieurs fois par jour, les enfants traversent la route pour rentrer chez eux et 4 accidents mortels ont eu lieu en 4 ans. Améliorer la sécurité du village est aussi une priorité.

Malheureusement, tous ces projets coûtent très cher et l’unique activité agricole du village, qui permet tout juste de subvenir aux dépenses quotidiennes, ne peut pas, à elle seule, permettre le financement de ces projets.

C’est là qu’on intervient ! Le moulin que nous installerons, géré par le comité villageois, permettra de lancer une activité économique parallèle et fructifiante qui offrira au village de nouvelles ressources à placer dans la réalisation de ces nombreux projets.

+ Quels sont les autres projets de développement que nous menons à Wudzralé ?

En plus de ce projet, nous avons pour objectif de répondre à d’autres priorités établies par le Comité Villageois de Développement. Des projets scientifiques ont été réalisées entre janvier et avril pour étudier l’installation d’une pompe à corde et de latrines sèches.

Un puits a été creusé à Wudzralé en 2009. Pourtant celui-ci n’est pas équipé de moyen de pompage efficace : les villageois lancent un seau qu’ils remontent à bout de bras sur une dizaine de mètres. La pompe permettra de faciliter l’accès à l’eau, notamment pendant la saison sèche !

Les conditions sanitaires dans le village sont aujourd’hui très préoccupantes. Les villageois ne disposent pas de toilettes ce qui facilite la prolifération de maladies et infections. Considérées comme une priorité par le CVD, nous souhaitons construire en partenariat avec les villageois, deux blocs de latrines sèches à double fosses. L’intérêt est double : offrir des conditions d’hygiène décentes et valoriser les excréments en fabricant du compost.

Parallélement à l’étude d’implantation du moulin, notre séjour du mois de mai nous a permis de repérer, mesurer et questionner, afin d’être sûrs que nos projets soient pérennes et utiles aux villageois.

Nous utiliserons ainsi notre retour à Wudzralé pour mener à bien ces projets.

+ Qu'est-ce que le design thinking ? Qu'est-ce que la d.school Paris Est ?

"Le design thinking est une discipline qui utilise la sensibilité, les outils et méthodes des designers pour permettre à des équipes multidisciplinaires d’innover en mettant en correspondance attentes des utilisateurs, faisabilité et viabilité économique".

La Paris-est d.School développe un ensemble de ressources et de méthodologies d’innovation de rupture articulées autour de valeurs humanistes et dédiées au contexte économique et industriel contemporain.

Une façon de penser et concevoir différemment, un état d’esprit propice à inventer le monde de demain, qui concerne aussi bien les acteurs sociaux que les acteurs économiques, les startups que les grands groupes industriels, l’entreprenariat que l’intraprenariat.
L’innovation de rupture telle que nous l’entendons se base sur l’interdisciplinarité, de l’ingénierie au design, des sciences humaines au commerce. Par essence, elle propose de rompre avec la tradition d’une démarche de conception linéaire en favorisant l’inspiration, l’idéation et l’implémentation comme fondements du projet.
Si la recherche de sens et de valeur pour l’utilisateur prédomine toute exploration, il est tout aussi fondamental de valider la viabilité des propositions, leur faisabilité technique, leur réalisme socio-économique, leur durabilité, leur qualité sociale et environnementale. Chaque problématique est ainsi abordée dans toute la complexité de son contexte, amenant à identifier de nouveaux angles de perception et d’analyses pour en déduire un ensemble d’hypothèses pertinentes, plus ambitieuses que de simples solutions à des problèmes. Chaque piste fait alors l’objet d’expérimentations et de matérialisations permettant d’en comprendre l’impact et d’en saisir les difficultés de mise en œuvre.

La discipline du design thinking nous permet de structurer cet état d’esprit de par les gens, le lieu et les process qui le rendent possible. Ainsi, la philosophie pédagogique de la Paris-Est d.School est basée sur une épistémologie pragmatique et constructiviste qui favorise l’acquisition de savoir-être et de savoir-faire au travers de cours basés sur la réalisation de projets en équipe multidisciplinaires, en regard d’un contexte réel. Ces projets, développés en ateliers au sein d’espaces vivants, font plus de place à la pratique, à l’image d’une discipline sportive où les principes théoriques s’incarnent et se vérifient dans la maîtrise de l’action et la synergie collective.

+ Comment sera entretenu le moulin ? Comment se procureront-ils le diesel ?

La plupart des togolais s'y connaissent très bien en mécanique. Il n'est pas rare qu'ils réparent eux-même leur voiture, par exemple. Le meunier du village a les connaissances techniques nécessaires pour réparer le moulin. Les pièces de rechange pourront être trouvées à Lomé, à 1h30 de route de Wudzralé.

Les stations-essence sont nombreuses sur la route vers Lomé, et trouver du gasoil n'est pas un problème. Au pire, du carburant est revendu "à la sauvette" dans les villages voisins.

+ Est-ce moins cher de moudre le maïs dans les villages voisin ?

Non ! Le bol de maïs coûte 200 francs CFA à moudre dans le village situé à 3km (Amoussou Kopé), dans lequel les femmes du village se déplacent pour l'instant.

Dans le village un peu plus lointain situé de l'autre côté (Glé Kopé), le bol est à 125 francs CFA. Nous nous sommes basés sur un prix de 150 francs par bol pour Wudzralé, après avoir consulté le Comité Villageois nos contacts sur place. Ce prix pourra être revu à la baisse après quelques semaines ou mois d'utilisation selon la demande et les bénéfices, mais semble pour l'instant bien calibré.

Newest comments

Bravo pour votre projet !
Super, continuez comme ça !
Je vous envoie ce don car séduit par la présentation faite hier à l'Ecole des Ponts par Véronique Hillen. Bravo pour ce projet. Je vous souhaite de réusir. Et merci de m'adresser un reçu de don.