Apiculteur, j'essaie de remettre des fleurs à la campagne autour de mes ruchers. J'ai 8Ha et j'ai besoin d'un tracteur pour les cultiver

Large_accueil

The project

 

Révolté de voir le monde s'effriter derrière les vitres du magasin dans lequel je travaillais depuis 15 ans, je sentais monter en moi depuis longtemps l'envie de faire quelque chose à mon petit niveau pour ce qui reste d'environnement.

 

 

Dudu

                                          Thierry, révolté derrière son écran d'ordinateur

 

 

Je voulais aussi que mes enfants sachent que, même si le monde n'est dirigé que par le fric, les marques et les apparences, on peut choisir une autre voie.

Je voulais retrouver le goût de l'essentiel, de la terre sous mes pieds et du vent dans mes cheveux, et celui des bons produits, nourris juste au soleil et à la pluie. Le goût du vrai.

Un jour j'ai pris le taureau par les cornes, quitté mon emploi de libraire et je me suis installé en tant qu'apiculteur.

 

 

Ruches80007

                           Photo rare : Thierry, dans son jardin, avec des habits propres.

 

 

J’espérais ainsi contribuer à la sauvegarde de la biodiversité et d'un métier qui a tendance à disparaître à cause de nombreuses difficultés : pesticides, météo, parasites, maladies et maintenant le frelon asiatique !

Einstein disait que l'humanité ne survivrait pas à la disparition des abeilles.

On en est plus près qu'on ne le croit.

 

J'ai choisi pour m'installer une des seules zone naturelle de mon département pour pouvoir faire du bio : l'estuaire de la Loire, classé natura 2000.

Ici, essentiellement des pâturages et pas de cultures intensives, donc pas de pesticides, c'est toujours un problème de moins.

J'ai actuellement une centaine de ruches, avec pour objectif de rapidement arriver à 200.

Selon les saisons et les aléas climatiques, je fais du miel de prairie, de forêt, d'acacia, de châtaignier, de sarrasin et du pollen.

Je vais même bien au delà du bio puisque je travaille sans cire gaufrée (avis aux spécialistes) et je ne traite qu'aux huiles essentielles.

Et comme j'ai pu récupérer 8 hectares, j'ai décidé d'y faire pousser des légumes, des fruits et des plantes mellifères, sans intrants d'aucune sorte.

 

Dsc02531

                                               Au fond, derrière le sarrasin, un des ruchers.

 

 

Mais sans gros matériel agricole, je me coupe un bras à chaque fois que je fais faire les travaux de labour et de semence.

Récemment, sans fonds, j'ai même du semer 4Ha de colza à la main : 8 heures et 30km, comme en 14 nom di diou !!

Bon à la limite pourquoi pas, mais n'ayant pas eu le temps d'acquérir le geste ancestral du semeur, j'ai peur que la répartition soit vraiment inégale et donc le rendement assez mauvais, on verra en avril...

 

Colza__7_

             Thierry semant son colza,  sur un air bien connu de la compagnie créole.

 

 

 

Il est vital pour moi d'investir dans du matériel agricole, mais 2013 et surtout 2012 ont été des calamités apicoles et je rame en attendant des jours meilleurs (si le dérèglement climatique nous l'autorise un jour).

J'ai besoin d'argent pour investir mais j'ai besoin d'investir pour faire de l'argent, cercle vicieux classique dont j'aimerais sortir pour pouvoir continuer à faire de bons produits.

 

                                                             

Why fund it?

L'argent de la collecte me servira à acheter un petit tracteur capable de travailler sur mes terres de marais, donc au minimum 60cv.

 

Si  un riche mécène sensible aux problématiques environnementales se montre très généreux, ça pourrait donner ça :

 

Tracteur_7920_john_deere

 

mais, plus vraisemblablement, j'aurais un vieux coucou dans ce genre là :

 

Tracteuroccasion

 

Il me faudra aussi un rotovator pour pouvoir labourer

 

Rotovator

 

un broyeur pour pouvoir faucher

 

Broyeur

 

et, s'il reste des sous, un semoir, ben oui, pour semer.

 

Semoir-a-grains_664

 

Le tout en vieil occasion bien sûr puisque ça coûte très cher ces petites bêtes là.

(on comprend pourquoi les agriculteurs sont surendettés).

Si par chance le montant dépassait la somme demandée, il faut aussi que je change mon véhicule qui n'est pas adapté à la pratique de mon activité et que j'augmente mon cheptel donc, niveau investissements, ça va, il y a de quoi faire!

Thumb_mai2011_001__32___copier_
Thierry Guillot

Je suis né le 2 mai 1969 à Tananarive, où je ne suis resté que 3 ans. J'ai ensuite été trimballé par les mutations de mon père dans les Ardennes, dans l'Indre, la Vienne, la Normandie et le Maine et Loire. J'habite Nantes depuis plus de vingt ans. J'ai été libraire pendant 15 ans et j'ai tout quitté pour me lancer dans l'apiculture en 2012. Je suis... See more

FAQ Questions about the project

+ Pourquoi ne pas utiliser un cheval ? C'est bio et c'est moins cher.

Sûr, mais le problème c'est que je n'habite pas sur place mais à une trentaine de km. Autant on peut laisser les abeilles toutes seules, autant un cheval il faut s'en occuper plusieurs fois par jour. Donc, bonne idée, mais pas possible.

+ Il n'y a pas de CUMA près de chez vous ?

Si, mais ils n'ont qu'un tracteur et la particularité de mes terres de marais fait que je dois intervenir à des moments précis et souvent dans ces moments là, tout le monde veut le tracteur. Et vu la taille de mon exploitation je passe plutôt dans les derniers. Tout à foiré en partie à cause de ça l'année dernière et j'ai du tout refaire faire par une ETA !

Newest comments

Thumb_mai2011_001__32___copier_
Pour ceux qui ne l'ont pas fait, jetez un petit oeil à vos messageries sur ce site .
Thumb_mai2011_001__32___copier_
Collecte réussie ! Encore merci à tous ! Mais que ceux qui regardent maintenant n'hésitent pas : on peu dépasser, ce ne sont pas les investissements qui manquent !
Thumb_mai2011_001__32___copier_
Hé hé ! ;)