Aidez à financez la nouvelle mise en scène de Dimitri Klockenbring !

Large_b-1415302249

Présentation détaillée du projet

 

C'est l'histoire de...

 

"Détendez-vous. C’est un repas de fête qu’on y prépare : tendez l’oreille pour que s’y fredonne la mélodie du bonheur d’une famille aimante et son livret sucré d’attentions, d’amour, de joie, d’optimisme et détente. Ils sont quatre, comme dans toute famille aimante qui mérite un bon repas : un père, une mère et deux enfants : une fille, l’aînée de 16 ans et son frère de 14. Le père semble avoir fait son affaire des tâches ménagères pendant que la mère câline ses petits : le labyrinthe aromatique des cheveux de sa fille, celui ésotérique des yeux de son fils, la poitrine de statue antique de l'une et les pieds d'éphèbe romain de l'autre… On mangera tout ce que l'on aime et mérite : terrine de foie, filet mignon aux morilles et bavarois aux fruits rouges. La fête de ce soir, une fête dont on ignore même la raison (faire une fête de la seule joie de vivre ensemble - serait-ce cela le pur bonheur ?), cette fête, c'est promis, devrait les rendre encore plus heureux s'il est encore humainement possible de l'être davantage, une joie de tribu à hurler à la lune. D'ici au repas, Gabriel (le fils) jouera sur console à Massacre on Wall Street 4 et Justine (la fille) ira acheter des lingettes nettoyantes pour aider son père à briquer l’inox." (extrait de l'avant-propos de Philippe Delaigue)

 

P1060641_-_version_3-1415095985

Gabriel, le fils. (William Lebghil)

 

Note du metteur en scène

 

"Ne vous fiez pas au titre, ni même au genre, car, comme toujours au théâtre, tout va de travers et se délabre sous nos yeux. Et c’est ainsi qu'Une famille aimante mérite de faire un vrai repas, met en évidence la tentation de la claustration au cœur d’une famille malmenée par le monde extérieur. En effet, le trop plein d’amour, même s’il répond à une violence sociétale, finit par nuire à celles et ceux qui en sont l’objet. La dénégation, les non-dits entre membres d’un même clan, loin d’apaiser les conflits qui opposent l’individu au corps social, peuvent conduire à un fatalisme stérile proche du désespoir. Pour moi, cette pièce tend donc à mettre en jeu et en chair les risques encourus par le confinement familial, tout en pointant implicitement du doigt le responsable de cet état de fait : la société actuelle. Il s ‘agit donc avant tout de rendre tangible la contamination de notre société à l’intérieur même du foyer domestique ; contamination qui ne donne pas lieu à un fait divers spectaculaire, mais conduit subrepticement ceux qui la subissent jusqu’au seuil de la folie et du renoncement." Dimitri Klockenbring

 

Scénographie (croquis)

 

Piste_sc_nographie_2-1415221365

                                                                                

La chambre des enfants, un salon, une cuisine. Une esthétique épurée et incisive. Chaque lieu sera matérialisé par un matiérage au sol. Moquette pour la chambre, carrelage pour la cuisine, parquet pour le salon. À chaque espace, un luminaire. Abat-jour japonais, abat-jour industriel, chandelier électrique.

Il s'agira de créer une scénographie qui puisse à la fois déréaliser les lieux symboliques et familiers d'une maison de classe moyenne ordinaire tout en créant une sensation de réel à l'aide de petits meubles et accessoires agissant par métonymie : chaise, partie de canapé en cuir, gants Mapa, manette de jeux vidéo…

 

 Lampes_plafond_2-1415221900

 

L'Equipe artistique 

 

Metteur en scène, Dimitri Klockenbring

 

Img_5269-1415223655

 

Il suit une formation de comédien à l’école d’art dramatique Jean Périmony. Durant cette période, il joue dans Un Caprice de Musset mis en scène par Jean Périmony. À sa sortie, il joue dans plusieurs pièces lors de différents festivals, à Paris et en région, notamment avec la pièce Vlad, récompensée par le prix d’encouragement du Ministère de la Culture. En 2007/2008, il incarne le rôle d’Yves dans Talk to me, pièce dont il est l’auteur et qu’il met en scène à la Manufacture des Abbesses, en région puis en Suisse. La même année, il assiste V. Gauthier-Martin au forum du Blanc-Mesnil pour sa création 109. En 2010, il est double lauréat du Prix Théâtre 13 (Prix du Public et Prix du Jury) avec Le Misanthrope de Molière, spectacle joué au Théâtre 13, puis au Centre national d’art et d’essai du Lucernaire et en tournée dans toute la France pendant deux ans. En 2011, il participe à la formation continue à la mise en scène du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Il propose un atelier sur Peer Gynt d’Ibsen avec les élèves de première année. Il suit les cours de Dominique Valadié ainsi que l’atelier d’Alain Françon Chaises d’E. Bond. Dernièrement, il propose dans le cadre des « Mardis-midi » une maquette d’Une famille aimante mérite de faire un vrai repas de Julie Aminthe.

 

Comédien, Olivier Faliez

 

Img_0448_-_copie-1415222334

 

Après des études de mathématiques, Olivier Faliez devient comédien  en présentant et co-écrivant l'émission Les Mots des Maths en 2000 sur la Cinquième, alors chaîne éducative, puis il travaille, entre autres, avec la Cie Zebulon ( La Nuit des Rois de W. Shakespeare, Avignon Off, Théâtre du Lucernaire en 2001) et le Théâtre des Bains-Douches au Havre (Doberman de JY Picq, Les travaux et les jours de M. Vinaver en 2004 et 2005). A sa sortie de l'Ecole Jacques Lecoq il co-crée Mad Maths conférence poético-loufoque sur les mathématiques en tournée dans toute la France depuis 2003. Avec la Cie Teknaï il a participé récemment au cycle des Cadouin mis en scène par Quentin Defalt entre 2010 et 2013 (Monsieur Martinez et La Marquise de Cadouin au Théâtre du Rond-Point, Brita Baumann au Théâtre 13).Depuis 2009, il travaille avec Julie Deliquet et le Collectif In Vitro à la création du Triptyque Des années 70 à nos jours (La Noce de B. Brecht, Derniers remords avant l'oubli de J.L. Lagarce et Nous sommes seuls maintenant création collective) au Festival d'Automne 2014 au Théâtre de la Ville et au TGP à saint Denis.

 

Comédien, William Lebghil

 

Capture_d__cran_2014-10-14___14.29.24-1415222556

 

William est formé à l’Ecole d’art dramatique Jean Périmony à l'âge de 18 ans. Après de nombreuses expériences théâtrales à Paris et Avignon, il fait ses débuts à l'écran grâce à Riad Sattouf (césar du meilleur premier film pour les beaux gosses) dans la web série Mes colocs dans laquelle il interprète le rôle de Mustapha. Dénis Thybaud lui confie ensuite le premier rôle du long métrage Les mythos sortie en juillet 2011. Plus tard, il interprète Slimane, dans la série SODA diffusée sur M6. Et joue aussi aux cotés de Gaspard Proust dans le court métrage FUCK U.K écrit et réalisé par Benoit Forgeard pour la collection Donne de la voix de Canal+. Dernièrement, il joue aux côtés de Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon et Noémie Lvosky pour Riad Sattouf Jacky au royaume des filles. Puis aux côtés de Kevin Azais et Adèle Haenel dans le premier long métrage de Thomas Cailley Les combattants (sortie courant 2014). Aujourd'hui William s'épanouit autant devant la caméra (saison 3 de SODA) que sur scène, avec Le bossu de notre dame au théâtre Antoine. Prochainement il sera aux côtés de Michel Blanc, et Chantal Lobi dans une adaptation cinématographique du roman de david Foekinos les souvenirs, réalisé par jean Paul Rouve. Il tourne en ce moment pour le prochain film d’Arthur Benzaquen, Aladin, avec Jean Paul Rouve et Kev Adams.  

 

Comédienne, Fanny Santer

 

 

Fanny_santer-2150-1415301356

 

Elle débute très jeune la Musique, la Danse et le Théâtre, suit la formation du comédien de l’école Florent et se forme parallèlement au DE de professeur de danse contemporaine. Elle entre au Conservatoire National en 2008, où elle travaille sous la direction de Yann-Joël Collin, Nada Strancar, Olivier Py, Dominique Valadié et Alain Françon. En 2010, elle y écrit et met en scène Bougliakov, histoire de famille création collective. En 2011, elle dirige sa promotion dans Ce formidable bordel ! E.Ionesco. Elle cofonde le Jackie Pall – Theater Group, fixe ses activités dans le Nord-Pas-de-Calais, recentre sa recherche sur le Théâtre In Situ et crée Caudry Factory-Premier Volet, création d’objets pluridisciplinaires élaborés à partir d’architectures non dédiées au théâtre et de leurs occupants, présenté au Nouveau Théâtre de Montreuil en mars 2014 dans le cadre du JT14. Comédienne, elle joue dans Yvonne princesse de Bourgogne W.Gombrowicz m.e.s Anne Barbot au TRR Villejuif, L’enfant - drame rural écrit et m.e.s par Carole Thibaut au Théâtre de la Tempête, Evenements T.Bernhard m.e.s Fanny Santer et Géraldine Szajman au Festival Péril Jeune – Confluences.

 

Comédienne, Marie-Céline Tuvache

 

045-1415223328

 

Elle débute dans les années 90 avec la Cie du Matamore où elle joue Héléna dans Le songe d'une nuit d'été et Béatrice dans Arlequin serviteur de deux maîtres mis en scène par Serge Lipszyc. Poursuivant sa formation à l'Atelier-Ecole Charles Dullin et à l'école du Passage avec Philippe Minyana et Alexandre Del Perrugia, elle pratique le clown et le jeu masqué sur des textes de Shakespeare avec Philippe Hottier, acteur du théâtre du Soleil, puis avec Ariane Mnouchkine. Elle joue sous la direction d' Alfredo Arias, de Carole Thibaut, et de Gérold Schumann dans Massada - Un Compte-rendu de Georges Tabori. En 2002 elle travaille avec Jérome Imard et Eudes Labrusse dans Le collier de perles du Gouverneur Li-Qing (elle reçoit le prix d'interprétation “souffleur 2005” et le spectacle, le prix de la critique du spectacle musical 2005). Sous la direction de Fabian Chappuis, elle joue dans Marie Stuart et Le Cercle de Craie Caucasien (Prix Adami 2013). Elle joue Hannah Arendt avec Pierre-Marie Baudoin dans Fritz Bauer et la Reine Marguerite dans Yvonne, Princesse De Bourgogne mise en scène Anne Barbot . Au cinéma, elle travaille avec Catherine Dalfin, Laurent Firode dans La nuit est belle, Vincent Garenq dans Présumé coupable et dans Dédicace réalisé par Olivier Chrétien.

 

Scénographie et Costume :

 

Alice de Sagazan

 

Après des études aux Arts Décoratifs de Paris en section scénographie-textile-vêtement, puis en spécialisation vidéo, elle commence son parcours professionnel en tant que vidéo-graphiste free-lance. Elle travaille en parallèle au sein du collectif CAPTURE (depuis 2010), avec lequel elle réalise des courts-métrages. Passionnée par le théâtre et la danse contemporaine, elle collabore à l'identité visuelle de la Compagnie Hercub', puis se lance dans l'expérience de la scénographie avec le Théâtre de l'Homme pour le spectacle A la mémoire.

 

Son:

 

Clément Roussillat

 

De formation à la fois scientifique (BTS électronique) et artistique (DFEM de conservatoire, danse hip-hop et contemporaine), il se dirige vers la régie technique en suivant la formation initiale de régisseur son du CFA du spectacle/CFPTS en alternance au Théâtre de l'Agora, Scène Nationale d'Evry. Son travail se partage aujourd'hui entre des régies de spectacle (Cie les Hommes approximatifs, Cie le Théâtre de l'Homme, Cie les Mistons, Cie le Temps de Vivre, Cie La Ventura, Cie MLdanse) principalement,  et de la création sonore (1000 Peaux - Cie MLdanse, Hic&Nunc - Cie Baobab, Vibrations Solidiennes - Cie Baobab, D'Ici là - Cie Alfred Alerte, El Besame Mucho - Cie La Ventura). Pour cette dernière, il privilégie l'outil informatique pour la transformation en direct de sons captés au plateau ou enregistrés.

 

Lumière:

 

Xavier Lescat

 

Depuis son diplôme aux Beaux Arts de Montpellier, Xavier Lescat s’intéresse à l’espace de représentation. En travaillant avec un collectif pluridisciplinaire et sur de nombreux spectacles de danse puis avec la Cie 111, il décide d’investir ce questionnement sur le plateau plutôt que dans une salle d’exposition. Il se forme alors au CFPTS de Bagnolet et devient régisseur lumière pour plusieurs théâtres parisiens (Bouffes du Nord, Théâtre de la Cité Internationale, Nouveau Théâtre de Montreuil, Théâtre des Champs Elysées…) Parallèlement, il travaille pour plusieurs compagnies et festivals de théâtre (Das Plateau, Le Groupe Krivitch, Cie Dos à Deux, Cie Espace Commun/Julien Fisera, Festival 360, Festival de Cormatin…) en qualité de régisseur général et lumière. Il participe par ailleurs à la création de la Cie Volens/Nolens, dont le travail se nourrit aussi bien de références théâtrales que plastiques ou musicales. Il crée la lumière pour Volens/Nolens, Elie Guillou, Cie Yaota, Talisman Cie,  Cie des choses, le Festival Jazz Nomades aux Bouffes du Nord, Le Grand Opéra en Pays Ruthénois, Das Plateau,  …Xavier Lescat travaille également à la création du 6000, lieu de résidence dans une friche industrielle en Haute-Normandie.

 

Extrait de la revue de presse du dernier spectacle de la compagnie le Théâtre de l'Homme

 

Le Misanthrope de Molière, mise en scène, Dimitri Klockenbring double lauréat 2010 du Prix jeunes metteurs en scène du Théâtre 13

 

« Coup de coeur pour le Misanthrope.(...) Jubilatoire. » (I.H.-L)

L'Express

 

« un  spectacle fort agréable  qui devrait mettre l’eau à la bouche des apprentis de la langue de Molière. »

 le Monde.fr

 

« Klockenbring et ses comédiens auront donné corps et profondeur aux personnages qu’on pensait connaître depuis toujours (...) c'est gagné haut la main et haut les coeurs. » Les trois coups

 

« Cette production mérite assurément des éloges (...) distribution impeccable. »

Au poulailler.com

 

« L'ensemble a de l'allant, beaucoup de jus. »

L'Humanité

 

«Jeunes metteurs en scène à l’honneur au théâtre 13. »

Le Point

 

« Le Spectacle avait décroché la Prix Jeunes metteurs en scène 2010 du théâtre 13. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne l'a pas volé. »

Pariscope

 

« Un vrai moment de plaisir, à la hauteur de l'actualisation du propos. »

France Catholique

 

« un Misanthrope moderne, facile d’accès, et offrant un regard lucide sur les rapports humains. » Artistik Rezo

 

« Dans sa mise en scène, Dimitri Klockenbring s'éloigne des clichés (...) Exigence et direction d'acteurs impeccable » théâtrorama

 

« Dimitri Klockenbring surprend par son audace et son parti pris: la jeunesse. »

Le Parisien

  

« A voir de toute urgence »

L’événement

 

l'Histoire du projet...

 

C'est lors de la saison dernière, que Colette Nucci directrice du Théâtre 13 (75), propose au metteur en scène Dimitri Klockenbring de participer aux Mardis midi. (pour plus de renseignements sur les Mardis Midi http://www.eatheatre.fr/Rendez-vous/les-mardis-midi.html)

 

Il s'en suit deux mises en espaces, au Théâtre 13/Seine (75) et au Théâtre de Saint-Maure (94).

 

Suite à ces lectures, le Théâtre du Lucernaire (75) propose à la compagnie le Théâtre de l'Homme une programmation en 2015 pour une série de 41 dates. 

 

Prochainement, la compagnie sera accueilli au Théâtre de la Maille (94) en résidence de création. 

 

A ce jour la compagnie a reçu le Fonds de soutien de la SACD et est en attente de réponse d'autres soutiens

 

À quoi servira la collecte ?

Cette programmation au théâtre du Lucernaire est pour nous une formidable opportunité de faire découvrir à un large public le texte de Julie Aminthe. Cette pièce récemment publié aux éditions Quartett, sera monté pour la première fois.

Nous avons besoin de vos dons pour clore le budget de communication, fondamental pour la vie du spectacle:

Attaché de presse: 3 500 €

Impression Affiches et Flyers, dossiers de presses et envois postaux: 500 €

Parution dans l'Officiel du spectacle et Pariscope: 200 €

Visio scène: 300 €

 

Si nous dépassons la somme atteinte nous pourrons envisager de faire une captation vidéo du spectacle, ce qui pourrait être très utile pour la diffusion à venir. 

 

 

Thumb_nn_img_4035-1415145536
Dimitri Klockenbing

Metteur en scène: Il suit une formation de comédien à l’école d’art dramatique Jean Périmony. Durant cette période, il joue dans Un Caprice de Musset mis en scène par Jean Périmony. À sa sortie, il joue dans plusieurs pièces lors de différents festivals, à Paris et en région, notamment avec la pièce Vlad, récompensée par le prix d’encouragement du... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Le projet semble très interessant. Au plaisir d'aller le voir au théâtre. Vanina
Thumb_default
Dimitri, je souhaite la réussite de ce spectacle qui sera j'en suis sûr à la hauteur de ton talent. Christian Sénat