Envie de soutenir la réalisation d'un film dont l'histoire n'est pas banale? N'hésitez plus!!!!

Large_femme_banaleav4-1-1415086518

Présentation détaillée du projet

Pitch :

 

Karine a une vie parfaite. Un mari, un travail, une maison. Une vie rangée que rien ne semble devoir ternir. 

Un soir, elle accepte à contrecœur de sortir avec ses collègues. En rentrant, elle rencontre un homme...et sa vie si exemplaire, devient pour elle, le pire des fardeaux. Elle, la femme modèle devient la femme rebelle. 

 

Extrait :

 

"Mathieu : Bon ce soir je ne devrais pas rentrer tard. Je sais que tu vas me faire une bonne quiche...

Karine : Je pensais changer ce soir, j'avais pensé à ....

Mathieu : Changer? Pourquoi? Non le jeudi tu fais toujours ta quiche...

Karine : C'est vrai, tu as raison.

Mathieu : Bonne journée.

Mathieu l'embrasse sur le front.

Mathieu : Et n'oublie pas, ce soir tu viens te coucher avec moi...

Karine : Oui, je n'oublie pas.

Mathieu quitte la pièce. Karine le regarde partir."

 

Pourquoi ce projet? 

 

Une femme banale est un projet né d'une amitié.  Vincent Diolot et moi- même nous rencontrons au cours de théâtre de Blanche Salant. Après quelques temps sans contact, nous nous retrouvons avec l'envie de monter ensemble un projet. L'idée est lancée! Nous rencontrons Thierry Gary, séduit par le scénario!  Depuis, la dynamique est là avec l'envie folle de faire de ce court- métrage, un moment unique.

 

A travers ces différents personnages, je souhaite aborder ce qui constitue chacun des êtres humains que nous sommes. Des être riches, forts mais également emplis de failles...c'est ce qui les rend attachants. Nous nous trouvons parfois enfermés dans un une vie qui ne nous ressemble pas...et il faut souvent un élément déclencheur pour nous libérer de cette emprise et nous faire devenir qui nous sommes vraiment....

 

L'univers musical :

 

Archive : Lights

 

http://www.youtube.com/watch?v=yLuOzNeHw5I

 

 

L'équipe (en cours de constitution) :

 

 

Thierry Gary, réalisateur :

 

 Thierry-gary-12-1413662192

 

En tant que comédien Thierry Gary a joué dans une quarantaine de spectacles des auteurs aussi divers que Molière, Yves Nilly, Michel Deutsch, Shakespeare, Tchekhov ou encore Jean-Gabriel Nordmann, Léa Fazer ou Carole Thibaut avec pour metteurs en scène Agnès Desfosses, Laurent Pelly, Céline Brunelle, Gabor Tompa…

 

Pour le cinéma ou la télé il a tourné avec Claude Lelouch (« Hommes femmes mode d’emploi »), Marc Angelo (« Quai n°1 »), Mario Azzopardi (« Highlander »), Doug Liman (« La mémoire dans la peau »), Alain Guesnier (« Mémoires d’un vieil enfant - la rafle du vel d’hiv’ »), Jean-Marc Brondolo (« Engrenages »), Thierry Binisti (« Assassinée »), Frédéric Beigbeder (« L’amour dure trois ans »), Mieke Bal (« Mère folle ») et récemment Thomas Lilti dans « Hippocrate ».

Parallèlement, il réalise également des courts-métrages, clips et documentaires depuis le début 2000 parmi lesquels les fictions « Pour ton bien », « L’affranchie » et « Nous sommes si jeunes » qui est actuellement en cours de post-production. 

 

Ce qu'il pense du projet :

 

"Une femme banale ? Est-elle si banale que ça cette Karine qui, sous l’apparente vie très rangée et policée (voire formatée) qu’elle mène auprès de son mari Mathieu, se retrouve face au réveil d’un volcan intérieur quand elle rencontre un homme sans nom, la nuit, incarnation d’une dérèglement et d’une noirceur qu‘elle (re)connaît et qui sommeillait en elle.

 

« Une femme banale » touche pour moi à l’universalité de l’humain : la double facette que chacun porte en soi et que chacun décide -ou pas- d’exploiter, de mettre à jour. Nous portons tous un masque dans la vie, qu’en est-il derrière ce masque ? Voilà ce qui m’intéresse dans cette proposition d’Odile Martin et Vincent Diolot. L’aspect visuel de ce film sera très important. Il jouera sur les contrastes, l’épuration et les couleurs froides pour les scènes de la vie de couple entre Karine et Mathieu, des couleurs chaudes et volcaniques pour les scènes de rue avec « l’ange démoniaque » et un entre-deux grisâtre pour les scènes du quotidien du bureau dans lequel travaille Karine, un sas entre les deux mondes.

Est-ce un rêve ? est-ce la réalité ? cette femme fantasme t’elle ? Je souhaite que le spectateur ne sache pas où s’arrête la réalité, où commence le monde mental de ce personnage. Une frontière tenue…

 

J’ajoute juste une référence cinématographique…  « Belle de jour » de Luis Buñuel."

 

Belle_de_jour4-1413999043

 

Vincent Diolot, rôle de Mathieu

 

 

 598432_171054309748146_512695635_n__1_-1413662871

 

Après avoir débuté sur les planches avec l’aigle de Patmos mise en scène par Philippe Xiberras , Vincent décide de quitter le cocon familial du sud de la France pour partir vivre sur Paris.

 

Il suit une formation de deux ans avec l’Atelier Blanche Salant (Professeurs Laura Benson et Sergi Emiliano) avant de perfectionner son jeu à l’atelier Damien Acoca et aux Ateliers de l’ouest dirigé par Steve Kalfa. Il y travaille des textes contemporains et classiques.

 

En parallèle, il démarre à la télévision par des petits rôles dans des séries comme Falco , RIS Police Scientifique et récemment pour Workingirls saison 3 où il interprète un employé de bureau. Il a également joué dans le téléfilm de Pascal Forneri « Les Fées des Logis » pour France Télévisions. Vincent tourne également dans différents courts métrages comme celui de Ronan Tronchot « Dans la forêt lointaine » ou encore « Journée d’Appel » de Basile Doganis.

 

Fort d’une envie d’apprendre et de découvrir la vie, on a pu le retrouver dans la pièce de théâtre « Le Béret de la Tortue » mise en scène par Françoise Kovacic au théâtre de L’étoile du nord en 2012. 

 

Ce qu'il pense du projet :

 

"Le projet d’une femme banale m’a beaucoup plu car c’est tout d’abord une création née d’une merveilleuse rencontre avec une amie « Odile Martin » que j'ai rencontrée en école d’art dramatique il y à 4 ans. Ensuite j’ai été très touché par l’histoire car c’est pour ma part l’effet miroir de nombreux couples à l’heure actuelle, entrés plus ou moins dans une « routine » faite de gestes et d’actions répétitives qui nous glissent dans un confort que l’on pense « idéal » mais qui n’est en vérité que « destructeur »…

 

 

Concernant le personnage de Mathieu, j’ai tout de suite été attiré par la façon qu’il a de s’exprimer. C’est un personnage qui aimerait tout faire pour changer, pour voir son couple évoluer mais il se trouve tellement en sécurité dans sa vie de tous les jours, qu’elle finit par l’emprisonner. Je souhaite travailler sur ce côté de tiraillement entre sa vie quotidienne et sa vie de couple afin de pouvoir ressentir le mal- être qu’il doit y avoir en lui.

 

Frédéric Radepont, rôle de l'homme rencontré

 

10751783_10153332471474698_103103000_n-1415086714

 

 

Formé à l'école Charles Dullin et à travers différents stages professionnels, Frédéric Radepont est un comédien à l'univers singulier. Poussé par la passion et les rencontres, il possède une solide expérience devant la caméra avec plus de 30 court-métrages à son actif, régulièrement sélectionnés en festivals. Après une belle aventure de 3 ans avec la compagnie du Vilain Petit Théâtre ( succès à Avignon 2010 / Festival Imaginez Maintenant au Théâtre National de Chaillot…), il se lance dans l'écriture d'un premier long-métrage intitulé "Far-West", film actuellement en montage. Tantôt poussé par la colère, la poésie, l'absurde, l'humour, l'amour, il s'applique à donner vie à ses histoires, ses personnages en plaçant toujours, au coeur de ses films, l'aventure humaine.

 

Ce qu'il pense du projet :

 

 

" Une femme banale » est un projet que je ne pouvais refuser pour deux raisons. La première est humaine : le plaisir et l'honneur de retravailler avec deux personnes que j'aime. La lumineuse Odile Martin, avec qui j'ai déjà eu l'occasion de croiser le fer sur un film de Pierre Guibert. Thierry Gary, qui a brillamment tenu le rôle du patron dans « Point de non retour », une de mes réalisations. Leur présence m'était suffisante pour me lancer dans le projet les yeux fermés. La deuxième raison est artistique : me frotter à ce personnage, cet animal de la nuit, fauve blessé et fantôme inaccessible, agissant comme le révélateur de la faille intime du personnage de Karine. Un personnage aux antipodes de ce que je suis dans la vie. Une composition brute et sauvage. Un beau défi à relever..."

 

Daphné de Quatrebarbes dans le rôle de Linda

 

Daphne_deqtb-1416904441

 

 

 

Daphné de Quatrebarbes a été formée à Paris (Les Enfants Terribles), à  Londres ( The Voice Studio International) et Buenos Aires (El Teatro Organico). 

 

Elle a joué entre autres dans "Une nuit avec Sacha Guitry" au Petit Théâtre Marigny (mise en scène J. Décombe), dans "L'école des femmes" au Théâtre Sylvia Montfort (mise en scène R. Santon), dans "Les Monthy Pyton" au Ciné 13 (mise en scène Th. Le Douarec), dans "Célébration" de Pinter (mise en scène A. Zeff), ou encore "Les Sermons joyeux de J-P Siméon (mise en scène P. Cronier et H. TIllette de Clermont Tonnerre).

 

On l'a également vue dans quelques pièces de boulevards comme "Grossesse nerveuse" au Théâtre Daunou, dans des opérettes: "La fine fleur de l'Andalousie", "Fafafashion" ou "Un tango avec Lautrec" au festival international d'Hanovre.

 

Au petit écran elle a tourné dans des séries courtes pour Canal + ("La Bern académie" pour Stéphane Bern), sur TF1 (Allô t où?) et dernièrement dans "Fais pas ci Fais pas ça" réalisé par L. Dussaux, ainsi que "Des soucis et des hommes" réalisé par Ch. Barrault et dans "L'homme de la situation" réalisé par Didier Bivel.

À quoi servira la collecte ?

Location de matériel : 750 euros

 

Les fonds financiers récupérés nous permettront de louer le matériel adéquat :

 

*Pack caméra sony FS100 + objectifs sony monture E 18*200/18*55/16/50 + mattebox + filtres 0,3-0,6-0,9-dégradé + épaulière complète +  cage+ retour swit 7 pouces (hdmi) + micro xlr+3 cartes sd sony 16 gigas + 2 cartes sony 8 gigas                                    

* 2 panneaux leds 1000 avec variateur et 2 batteries vmount 130 + chargeur + 2 pieds

3 mini leds 160 avec variateur + batteries NPF                

1 mandarine 250 watts + 2 fresnels 125 watts                                      

1 réflecteur circulaire 1 mètre                                      

1 traveling konova de 1,50 mètre + sa tête                                    

4 pieds pour leds et/ou fresnels/mandarine                                

 Différents cables et rallonges.                                      

*1 micro seinheiser K6 ME66 + perche 3 mètres alu + enregistreur zoom h4N

 

Régie : 600 euros

 

Ils serviront également à défrayer l'ensemble de l'équipe, comédiens, équipe technique, maquilleuse- coiffeuse ainsi qu'à nourrir l'ensemble de la troupe.

 

 

Post- production : 700 euros

 

Pour conclure, l'aide apportée nous aidera à payer la post- production (le montage, l'étalonnage, le mixage) du film réalisé.

 

Si la collecte dépasse la somme demandée, nous pourrons investir dans des costumes, améliorer la communication autour du projet bref rechercher encore et toujours plus de qualité pour la satisfaction de nos futurs spectateurs!

Thumb_odile_martin_73-1413122142
OdileM

Odile Martin, c’est une amoureuse de la Vie. Elève de l’Ecole Internationale de Théâtre Blanche Salant et Paul Weaver, elle met depuis plusieurs années sa créativité au service de personnages divers et variés au théâtre ou au cinéma, puisant son inspiration dans la vie de tous les jours, dans ses rencontres, partout où son chemin la mène…. Auteur de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_n792868891_1032639_5921__6___3_-1417510567
Hello Odile ! Je sais que tu es sur scène maintenant et moi..eh bien je suis au lit. Je suis malade ! ( comme la chanson..) Mais je pense à toi et à ton projet. Tu vois, je n'ai pas oublié ! Courage Odile ! Rdv le prochain mardi ! ( j'espère ! ) Biz !!!
Thumb_default
Odile, Je te souhaite de réussir dans ce projet! Natacha
Thumb_default
En avant, toujours ! !!