Aidez-nous à finir la construction d'une maison en terre, au coeur de la Pampa argentine, avec moins de 10% de ciment, entièrement à la main

Large_image-1449082938-1449082964

Présentation détaillée du projet

En 2012, un peu fous, nous avons décidé d'acheter un terrain dans la Pampa argentine, sur lequel il n'y avait ni eau, ni électricité...

 

Pradera-1448486603

 

 

et d'y construire une maison écologique , à deux, à la main, sans autre formation qu'un peu de débrouille en bricolage. 

 

 

L'objectif:

 

construire une maison à la fois la moins chère possible, la plus respectueuse de l'environnement, la mieux pensée pour dépendre le moins possible de l'électricité, et.... la plus belle et la plus agréable à vivre!

 

Pourquoi nous défendons l'idée d'une maison à la fois pas chère et agréable à vivre?

 

La maison est située dans la grande banlieue de Buenos Aires. Presque le dernier espace semi urbanisé avant la campagne. Le quartier a commencé à se construire peu à peu, et si nous ne sommes pas les seuls à construire en terre ( en ce moment il y a 10 maisons en terre en cours de construction dans les alentours), il s'agit d'un quartier populaire, ou la plupart des constructions commencent par être des cabanes en bois avant de s'entourer de ciment. 

 

Or, dans la Pampa argentine, il fait très chaud l'été, et froid l'hiver. Les cabanes en bois, en tôle, les maisons en brique peu ou pas isolées sont des fours l'été, glaciales en hiver. Ceux qui en ont les moyens font tourner ventilateurs et chaffages electriques rudimentaires à plein régime. 

 

Or, tous nos voisins, qui reconnaissent étouffer dans leurs maisons l'été, et geler en hiver, tout en dépensant des fortunes en chauffage et en matériaux de construction chers, nous parlent tous de leurs parents, de leurs grands parents, qui vivaient dans des maisons en terre (la traditionnelle maison en adobe du Nord Ouest de l'Argentine), ou la Quincha du Nordeste, où il faisait.... si délicieusement frais en été, et si bon en hiver. Et qu'on construisait avec la terre trouvée sur place, et tous les voisins venaient donner un coup de main le dimanche. 

 

Mais alors.... pourquoi ont-il abandonné? Pourquoi se sacrifient-ils tous pour dépenser tout leur salaire en briques, en ciment, en tôle?

Parce que la maison en terre a mauvaise réputation, C'est une maison de pauvre, une hutte mal terminée. Le progrès, c'est le ciment. 

 

Voila donc notre objectif: construire une maison en terre, qui soit belle, bien pensée, passive au niveau énergétique, et qui n'aie rien à envier à une maison "moderne", au contraire. 

Le faire nous même, avec les moyens du bord, à deux et avec les amis de passage, dans la joie et la bonne humeur. 

Montrer que c'est possible, et mieux: Que ça vaut le coup. 

 

Si, aujourd'hui, après trois ans de travail, on a presque fini, on a commencé par construire une mini maison, en paille coffrée, pour s'installer sur le terrain.

 

Après de nombreuses GALÈRES DE DÉBUTANTS.....Galere-1448487017Galere_2-1448487030

 

 

 

 

On a fini par réussir à s'installer: 

Casa_1-1448487193

 

 

Casa_2-1448487206

 

On a installé l'électricité, et creusé un puit pour avoir accès à l'eau. (un petit moteur va chercher l'eau a 34 métres sous terre, elle est potable). 

 

Puis, après des soucis de santé, en janvier 2015, on a commencé les travaux de LA maison.

objectif 60 m2... Etape 2!!!!

 

La technique: la bauge (plus connu sous le nom anglais de COB).

Les ingrédients: de la terre argileuse, du sable, et de la paille. 

La terre, on n'est pas allés la chercher trop loin: on a creusé une marre sur le terrain, maintenant les chiens sont ravis d'avoir une piscine. 

Le mode d'emploi: avec notre fidèle allié le motoculteur, on mélange terre, sable, paille, on peaufine le tout avec les pieds, ou on s'aide avec un cheval de passage, on en forme des boules, et on dépose le tout sur le mur. La preuve en image:

Moto-1448487769Pisar-1448487784

 

 

Et ensuite.... on sculpte, on caresse, on masse, on appuie, on lui donne la forme qu'on veut, on est inspirés et on construit un banc dans la continuité du mur, Banco-1448487841

 

... 

Quand le mur frais commence à s'affaisser, c'est qu'il faut s'arréter, laisser durcir un peu, avant de continuer à monter,  De janvier á Juin, on a fait que ça. Monter, monter et monter. 

 

 

Subir-1448487535

 

 

On a souvent été épuisés, au bout du rouleau, mais la bauge a son secret: à chaque étape, il y a un nouvel élément qui vient nous enthousiasmer et donne envie de continuer. 

Ca peut être une niche,  ou une fenetre, 

Ventana-1448487587

 

 

Du renfort....._n_grupo-1448487984

 

Un chat qui vous dit qu'elle est déjà super, cette maison...

El_gato-1448488011

 

 Et un beau jour, on a fini de monter les murs. 3 mètres 70 de hauteur. 45 centimètres d'épaisseur, piétiné, transporté, déposé, tassé, sculpté.... à la main.

Même les fenêtres, on les a faites nous même, Matias est forgeron, c'est pratique. (Les différentes fenêtres sont à découvrir dans la partie "Contribution". 

 

Le jour oú on s'est dit qu'on était en train de gagner notre pari?

D'abord, quand un voisin est venu nous demander s'il pouvait voir comment cétait à l'intérieur parce que ça lui faisait vraiment trop envie.....

Ensuite, tous les messages de soutien des passants dans la rue qui nous soutiennent et nous disent "EEEEh mais ça a bien monté depuis la dernière fois!!!"

Les voisins qui nous demandent si, quand on aura fini, on pourra les inviter à boire quelques matés parce que ca fait rèver cette maison... 

Les petites filles des voisins qui viennent nous aider parce que la boue c'est rigolo

Et surtout, le voisin qui nous demande si on peut lui apprendre à construire un four en terre

Et surtout surtout..... la petite voisine qui nous dit que quand elle sera grande, elle veut constuire une maison en terre. Ca, c'est notre rève devenu réalitéImg_0442_1_-1448915077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Si les murs sont finis, me direz-vous, alors pourquoi une collecte? Parce que les derniers mois ont été consacrés`à monter les murs, cela a déjà impliqué un investissement en temps important : 09 mois en autoconstruction , ça pèse! et un investissement financier: la maison pas chère n'est pas gratuite, le sable, le motoculteur, le métal des fenêtres, les portes, le toit, les fondations en béton... tout cela a déjà représenté un investissement financier important, que nous calculons autour de 15.000 euros. (dépensés, sans compter l'investissement à plein temps dans la construction). 

 

 

mais maintenant, il reste les gros frais du projet à payer pour rendre la maison habitable, ceux auxquels on ne peut pas échapper, et qu'on ne peut pas faire nous mêmes:  le raccord à l'électricité, et l'installation électrique de la maison, l'eau, le plancher.... On est crevés, lessivés, tout cassés... ON A TOUT DONNÉ, ON A BESOIN DE VOUS POUR FINIR

 

Il reste à faire:

le plancher de l'étage, (300 euros)

le chauffe-eau solaire (le modèle précédent a été déconstruit car il ne chauffait pas assez d'eau, voir les détails sur le blog de la maison), (200 euros)

les travaux d'installation électrique, (500 euros)

et de plomberie, (300 euros)

les galeries extérieures qui viendront protéger nos murs des orages qui sont fréquents et violents,(400 euros)

 le toit végétal de l'espace qui raccorde les deux constructions (300 euros)

 

 

Et si on dépasse le montant? On remboursera la banque plus tôt que prévu, et peut-être, je dis bien peut être, si on en a la force, on commencera les prochains travaux, car l'histoire ne s'arrête pas là. Dès qu'on aura rechargé nos batteries on projette de construire:

1 espace pour cuisiner dehors l'été avec un beau four à pain

1 atelier de feronnerie, tout en adobes (briques de terre). 

1 petite maison pour les invités, pour pouvoir organiser des séjours de construction, un point d'accueil en éco-tourisme...à seulement 50 minutes en train du centre de Buenos Aires. 

 

Thumb_150816_10200391662626966_675457895_n-1448485113
valentineleborgne

Valentine et Matias sont deux jeunes fous, française et argentin. Matias est forgeron ( pratique pour forger les fenêtres de la maison), Valentine chercheuse à la fac de sciences sociales de Buenos Aires. (moins pratique pour aller travailler avec les mains pleines d'écorchures et encore de la terre sous les ongles)

Derniers commentaires

Thumb_portrait_sedjromensah-1448320892
Esprit similaire à mon projet, on change juste de continent. Vous êtes les bienvenus au Bénin dans la (2eme) plus belle maison au monde! ;-) http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/chantier-ecole-atelier-pise-carre-hinnoudo