Suivez la rencontre entre un groupe de personnes handicapées mentales et la création théâtrale. Soutenez un documentaire pas ordinaire.

Large_kkbb

Présentation détaillée du projet

« C’est l’heure du théâtre ! »

 

Nathalie rejoint les résidents du Centre d’accueil de Saint Genest. Professeure de théâtre dans la Nièvre, elle est reconnue pour son travail auprès des enfants, mais ces séances sont différentes et elle les aborde avec une attention particulière : ses élèves du mardi sont des personnes handicapées mentales.

 

Les cours débutent avec un rituel : les participants forment un cercle et s’en suivent différents exercices de voix, de respiration, de diction, jusqu’au moment le plus difficile, la reprise du texte de leur pièce. Nathalie et ses élèves ont en effet un objectif à tenir: la présentation au grand public de leur pièce de théâtre le 22 mai 2013, dont le sujet a été imaginé par les résidents eux-mêmes. 

 

Le point de départ

 

A travers mon film, je veux vous faire vivre ce que j’ai vécu lorsque je suis arrivé : ils m’ont accueilli comme un membre de leur équipe. Leur handicap est grave, il ne leur permet ni de travailler, ni d’être pleinement autonome. Mais leur imagination et leurs sentiments n’ont aucune limite. 

 

Dsc_4417_copie_2

 

Lorsqu’ils jouent, ils sont en confiance ; alors sans la pudeur et la bienséance qui nous obsèdent nous, ils expriment leur spontanéité sur scène. Ensemble, les comédiens de Saint Genest rient, s’applaudissent, se critiquent, et nous font redécouvrir le théâtre. Un esprit de troupe est né autour de ce projet. Alors quand à la fin de ma première visite, Pierre me demandait sans cesse : « Tu seras là Pierrot pour le spectacle ? Tu seras là, dis ? », je l’ai rassuré sans réserve : je serai là. Et je vous invite aussi.

 

Le film

 

Autour de ce cours de théâtre se posent une série de questions. Quelle est l’influence de la scène sur leur comportement ? Se projeter dans un personnage leur donne-t-il une nouvelle confiance ? Comment gèrent-ils des sentiments comme le trac, jusqu'ici inconnus? Aussi, tous sont extrêmement attentifs à la compagnie des ados : comment se passera cette rencontre ? Réciproquement, que ressentent les collégiens lorsqu’ils côtoient les résidents ? 

 

Dans ce film documentaire, vous les suivrez avec moi et assisterez à leur création. Avec l’équipe qui les entoure, ils sont le cœur du film. Vous assisterez aux cours de théâtre et aux répétitions en cinéma direct. Ce documentaire vous présentera également des interviews de toute cette équipe, à chaud lors des répétitions ou au calme. A l’image, les résidents s’expriment autant avec le corps qu’avec les mots, comme lorsque Pierre se serre le ventre ou que Candy se cache pour dire qu’elle a le trac. Inversement, Tiphaine se plaît à être devant l’objectif et l’assume avec un grand sourire.

 

Tif

 

L’équipe de Saint Genest

 

Il y a Nathalie : la professeure a appris à connaître ses nouveaux élèves, les guide, les rassure, les porte quand ils sont inquiets. La «troupe» de Saint Genest a en elle une confiance inamovible. Alors bien sûr, Pierre angoisse un peu que sa nounou soit là le jour du spectacle, mais quand il joue Léon, ou qu’il chante, vous entendrez sa voix du fond de la salle. Candy a le trac, mais quoi de plus normal, elle a un rôle essentiel, celui de Léa. Miguel, lui, joue un photographe, mais aussi un musicien, car sa passion, c’est la musique. Ça et son costume. Vous rencontrez Tiphaine, pour qui la scène, ça a d’abord été la danse classique, et Sylvie, qui préfère le folklore. Carole elle, semble fragile, mais c’est la force tranquille du groupe. Clémence et Aurore s’adorent mais elles se chamaillent aussi, dans la pièce comme dans la vie. Julien, maître de cérémonie sur scène, est un expansif qui s’ignore. Elodie et Roselyne enfin, se laissent souvent dépasser par leur enthousiasme, mais celui-ci est particulièrement communicatif. 

 

Dsc_4466best_copie_2

 

Nathalie a naturellement pensé à associer cinq adolescents de ses cours à la pièce : Alexandre, Cléa, Laure, Mattéo, et Mathilde ont entre 13 et 14 ans apprendront à connaître les résidents, et à travailler avec eux. Nathalie est également accompagnée par Pascal, auteur d’une partie du texte, avec son écriture singulière. Valérie, elle, est la bonne fée qui a créé les costumes selon les souhaits des résidents. Il y a aussi Géraldine et Sébastien, les éducateurs du Centre d’accueil : toujours discrets, un peu partagés entre leur mission d’encadrement et l’enthousiasme du moment, ils s’investissent dans ce projet jusqu’à être sur scène le jour J.  Pour tous, c’est une rencontre, un apprentissage, un échange rare.

 

Aurore_enfants

 

Il va certainement s’en passer des choses, car depuis le début des cours, en janvier 2012, les résidents ne parlent que d'une chose : la représentation finale. C'est la grande question pour le personnel encadrant, pour qui l’enjeu est de non seulement faire travailler leur texte aux résidents, mais aussi de les préparer au public, et à toutes les émotions qui risquent d’arriver avec.

 

Et puis bien sûr, il y a le thème qu’ils ont choisi, et qui n’est pas anodin. «Une Pièce (pas) Ordinaire» c’est un mariage, peut-être le seul qu’ils vivront, et tous sont conscients d’avoir écrit un épisode unique dans leur vie. C’est l’histoire d’une troupe pas comme les autres que je veux vous raconter, un portrait sans fard d’artistes en devenir, de personnes handicapées grimpant sur scène et nous donnant sans même le savoir une leçon de vie et d'imagination. 

À quoi servira la collecte ?

Budget location matériel : 1500 €

Frais de transport, logement, alimentation : 1400 €

Frais lié à la communication et à la vie du film après le montage ainsi que les frais KKBB : 1000 €

Montage, montage son, mixage, étalonnage : 1100 €

 

La représentation finale a lieu le 22 mai, vous avez donc compris que nous avançons jusqu'ici les frais de matériel et de transport. L'équipe travaille bénévolement : Mathieu et Barbara m'épaulent sur le film.

 

Notre but est avant tout de faire vivre le film dans les festivals, d'organiser de nombreuses projections débats avec les associations françaises et européennes qui le souhaiteront. 

 

Suite au film, sera édité un livre photo incluant le DVD du film et ses bonus, mis en vente au prix de 15€ (ou le DVD seul à 7€). Les bénéfices serviront également à faire vivre le film.

 

Si l'objectif est dépassé, l'argent sera consacré entièrement à organiser des projections et si cela nous est possible, à inviter les résidents à un maximum d'entre elles.

Thumb_oimkkbb
Pierrot

Journaliste scientifique de formation, j'ai principalement écrit pour Sciences et Vie et Ciel et Espace. Après avoir réalisé quelques films pour des entreprises, majoritairement en interne, je me concentre depuis deux ans à des projets documentaires. Je me ballade souvent, caméra à la main, m'entrainant à filmer généralement au cours d'évènements à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
You'll get it !!!! Bises ! Martine et Frédo
Thumb_default
Bon courage !
Thumb_default
vas-y Pierrot ! tu vas les avoir tes 100 % !!!