Contribuez au financement du film "une Poule sur un Piano", un documentaire citoyen riche de bon sens et d'humanisme.

Large_une_poule_sur_un_piano-1449911928-1449912001-1449912011

Présentation détaillée du projet

Bonjour à tous,

 

Cela fera bientôt quatre ans que je travaille sur ce film documentaire Une Poule sur un Piano. Ce projet est né en mars 2012 à la suite d'un article lu sur Forez Info relatant la venue de Duke Ellington en Février 1966 dans un château en ruine du Forez, au milieu de la campagne Française.

 

En tant que Forézien et fana de jazz, cet article m'intrigue mais c'est ma rencontre avec Laurent MIGNARD, à la tête d'un orchestre qui fait référence dans le répertoire ellingtonien, qui a été le déclic pour me lancer dans cette aventure.

 

Chateau_goutelas-1450437051

 

 

L'histoire du Château de Goutelas ne se résume pas à la simple venue d'une star internationale, elle est bien antérieure à celle-ci. Bien que cité dans un des plus grand roman du XVIIIème Siècle, L'Astrée d'Honoré d'Urfé, bien qu'ayant été un haut lieu de rencontres, de débats et d'Humanisme - une des cours d'arcadie d'Europe – ce château est en ruine en 1961. C'est l'union d'hommes d'horizons divers qui aura permis la renaissance de ce lieu.

 

Avocats, paysans, ouvriers syndiqués, ouvriers communistes espagnols fuyant le régime de Franco, hommes de foi, artistes parmi lesquels Duke Ellington, auront rebâti ensemble, au terme de 150000 heures de travaux bénévoles, ce château si empli de symboles.

 

Homo_sum-1449913362

 

Duke Ellington a séjourné trois jours dans le Forez. Il y a apporté d'une part sa notoriété mais il est aussi venu y délivrer des messages à travers sa musique. C'est donc avec la musique d'Ellington que je traite ce film alors que le Jazz dans le Forez en 1966 est un véritable paradoxe! Ici on chantait la Bourrée pour les anciens et on écoutait Claude François pour les plus jeunes. Cependant le Jazz, par ses valeurs universelles, fraternelles, illustre très bien ce contraste entre tous ces milieux sociaux réunis autour d'une même cause, dénuée de tout intérêt.

 

On s'aperçoit au gré du film que Duke Ellington est un bénévole comme tant d'autres et qu'il a lui aussi été marqué par Goutelas ! De nombreux bénévoles ont décrit, dans leurs mémoires, Goutelas comme un exemple à suivre. Duke Ellington, à son tour, consacre cinq pages à ce lieu! Mieux encore, en 1971, il crée pour les Foréziens, non pas un morceau mais une suite composée de 6 mouvements, baptisée la Goutelas Suite.

 

Arrive_e_torches-1449913533

 

Aujourd'hui Goutelas a retrouvé ses lettres de noblesse. Le château est redevenu un lieu de rencontres (labellisé par le Ministère de la Culture Centre Culturel de Rencontre en mai 2015) prônant ses valeurs ancestrales d'ouverture, de solidarité et d'humanisme. La jeunesse du pays s'invite dans la cour du château pour danser sur du Duke Ellington revisité avec le remix Don't mean a thing du DJ stéphanois The Architect.

 

Soire_e_carte_blanche_2012_-_copie-1449913336

 

Ce film part donc à la rencontre de tous ceux qui ont vécu ces trois jours de février 1966 en compagnie de l'artiste américain car Raconter ces trois jours, c’est reconstituer les cinq années nécessaires à la renaissance du château. 

 

Je souhaite ainsi montrer à travers ce film pourquoi tous les protagonistes de la renaissance de Goutelas se sont autant investis dans cette reconstruction? En quoi cette aventure humaine les a marqués ?

 

Je souhaite donner la parole à ceux qui étaient là, et surtout ceux qui le sont encore... afin de graver dans le marbre ces souvenirs qui s'estompent avec le temps. Un devoir de mémoire donc mais aussi d'éveil des consciences. Rencontrer ces hommes m'a permis de me rendre compte que Goutelas n'est pas étranger au développement économique et culturelle du pays d'Astrée. Eveiller les consciences, c'est aussi se questionner sur ce qui a été accompli et comprendre en quoi cet accomplissement est extraordinaire.  Et si c'était simplement un exemple à suivre pour mieux vivre ensemble ?

 

 

 

Une Poule sur un Piano est donc un documentaire citoyen riche d'anecdotes croustillantes mais surtout de bon sens et d'humanisme. L'Humanisme une valeur abstraite que seuls les protagonistes de ce film sauront vous expliquer.

 

 

Si les télévisions n'ont pas adhéré à ce projet, j'espère offrir à ce film une carrière en Festival. Pour que le film soit diffusable, il me faudra payer des images d'archives à l'INA (8mn ca coûte cher !). Je vais également devoir payer des droits musicaux sur les morceaux de la Goutelas Suite utilisés dans le film. Il faut également que je défraie Philippe MILANTA, pianiste du Laurent Mignard Duke Orchestra, pour le travail de recomposition d'un morceau d'Ellington.

 

Le tournage de ce film a vu intervenir de nombreux, très nombreux bénévoles. Encore merci à eux ! Merci à l'Association le DWA d'avoir initié ce film, merci au Centre Culturel de Goutelas d'avoir facilité le tournage, merci aux Flagada Stompers de nous avoir offert un concert dans le cadre du documentaire. Enfin Merci à Colombe Production d'avoir en partie financé ce projet.

 

Malheureusement il y a une limite à la gratuité et j'ai besoin de vous KissKissBanker pour finir de produire ce documentaire.

 

Merci de votre aide A TOUS !

 

 

À quoi servira la collecte ?

Pour que le film soit diffusable en Festival, il me faudra payer divers droits.

Il est difficile de mettre un chiffre derrière cette liste non exhaustive. Cela va dépendre du nombre de seconde de musique utilisée lors du montage final et du bien vouloir des différents producteurs.

 

Simplement le chiffre de 6000€ est un simple minima pour payer ces droits dans un film qui aurait du coûter 120000€ en tournage et post-production. Cependant à l'image de l'histoire racontée dans ce documentaire, la réalisation de ce film a été basé sur le bénévolat.

 

 

- 8mn d'images d'archives à l'INA (A titre d'exemple, 8m coûte 8320€ pour 3 ans de diffusion sur Arte)

Là, il s"'agit d'envoyer le film en Festival, il va falloitrnégocier un tarif coorect avec l'INA.

 

- des droits musicaux sur les morceaux de la Goutelas Suite utilisés dans le film. Il s'agit aussi d'une négociation avec les producteurs des tistres concernés.

 

- le pianiste du Laurent Mignard Duke Orchestra, Philippe MILANTA, pour le travail de recomposition du morceau New World A'Coming d'Ellington. Environ 600€

 

- les droits SACEM du Laurent Mignard Duke Orchestra pour utiliser un morceau inédit de la Goutelas Suite ne figurant pas dans l'album original.

Thumb_img_0419-1449138097
laurent.lukic

Passionné par l'image dès son plus jeune âge, Laurent LUKIC s'est retrouvé avec un appareil photo dans les mains à 10 ans. Le cursus scolaire qu'il a suivi à Saint-Etienne lui a fait choisir l'option VIDEO dès la seconde pour continuer avec un BTS Audiovisuel qu'il a obtenu en 2003. Cadreur, intermittent du spectacle depuis cette année là, il fait ses... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
En 66 j'avais 20 ans et j'étais accro au jazz.. Ce docu devrait être très beau.aussi bien musicalement qu'humainement !
Thumb_default
Bravo laurent ...j'espère que la dernière ligne droite sera fulgurante ! bien chaleureusement Françoise
Thumb_default
Bravo pour avoir mener ton projet à bien et hate de le voir!!!