L'expérience, en photos, des 10 km que parcourent les bus pour se rendre de Jérusalem-Est à la frontière entre la Cisjordanie (les Territoires palestiniens) et Israël. Un parcours politique et symbolique entre Israéliens et Palestiniens, Juifs et Arabes, Jérusalem et les Territoires palestiniens. Un voyage photographique à la rencontre de l'absurde : le mur séparant la Cisjordanie d'Israël. Aidez-moi à faire aboutir ce projet d'exposition en finançant des tirages de qualité !

Large_avatar_kisskissbankbank

Présentation détaillée du projet

MISE A JOUR DU MARDI 16 OCTOBRE

Il reste moins d'une semaine pour compléter le financement du projet, sinon je perdrai ce qui m'a déjà été donné et adieu l'expo ! Merci aux généreux Kissbankeurs/ses qui m'ont déjà fait confiance.

Vous pouvez encore soutenir le projet en diffusant l'info le plus largement possible autour de vous ou en donnant, ne serait-ce que 20 ou 30 euros !

 

Une exposition photo

 

Vers le mur est une série de 24 photographies faites à Jérusalem en juin 2010. C'est le résultat d'observations menées pendant plusieurs mois en Israël et en Cisjordanie (les Territoires palestiniens), à l'occasion d'un stage.

► Les photos sont visibles sur http://marianskaa.com/photos/vers-le-mur-2/

► Aujourd'hui, j'ai la chance de les exposer pour la première fois au Grand Bivouac, le festival du voyage et des découvertes partagées (http://www.grandbivouac.com/). Ce n'est qu'un début et je recherche activement d'autres lieux où les programmer.

► Pour réussir cette première exposition et celles qui suivront, je veux imprimer mes photos de manière professionnelle. Il n'est pas question d'utiliser les papiers les plus luxueux ou coûteux qui soient, ni de faire des tirages gigantesques - j'ai choisi du 40x60 cm - mais de mettre en valeur mes images autant que possible.

► J'ai donc décidé de faire appel à un laboratoire spécialisé pour imprimer et contrecoller mes 24 photos.

 

 

Déclarations d'intentions

Palestine-Israël 2010.

Un fragment de terre coincé entre l’Egypte, la Jordanie, le Liban, la Syrie et la mer Méditerranée. 26 567 km² disputés et surveillés, mais aussi vécus et traversés quotidiennement par des Israéliens, des Palestiniens, des Musulmans, des Juifs, des Chrétiens, des Druzes, des Européens… et des voyageurs qui, comme moi, ont eu la curiosité d’aller les écouter et les observer.

Un territoire parcouru de frontières internes entre les populations, les quartiers et surtout la Cisjordanie occupée (les Territoires palestiniens), l’Etat d’Israël et la bande de Gaza. Des frontières prenant souvent des formes matérielles, comme les checkpoints fragmentant la Cisjordanie et le mur dit « de sécurité » qui l’isole et la sépare d’Israël. Comme si on avait voulu intégrer la frontière au paysage et l’instituer définitivement.

Le mur, depuis le début de sa construction en 2002, est le symbole le plus visible de l’enfermement des Palestiniens de Cisjordanie et de l’interdiction faite à la majorité d’entre eux d’aller en territoire israélien. Avec mon passeport français, j’ai pu franchir cette barrière, et j’ai eu le temps de naviguer entre les Palestiniens et les Israéliens, de passer et de repasser en me demandant ce qu’un tel mur peut signifier aujourd’hui, humainement et politiquement.

15 km séparent la gare routière de Jérusalem-Est (dont les bus se rendent en Cisjordanie) de la ville de Ramallah. Les bus mettent parfois plus d'une heure à les parcourir. Ces jours-là, les chiffres ne veulent plus dire grand-chose.

J’ai décidé de marcher les 10 premiers km du voyage, de la gare routière de Jérusalem-Est au mur et au checkpoint de Qalandia pour ressentir pleinement la distance, longue mais pas infranchissable, absurde mais pas totalement vide de sens, et pour la donner à voir en images.

 

 

Une démarche singulière

► Il n'est pas question ici de tenter une quelconque explication du conflit israélo-palestinien, ni d'accuser ou de prendre parti pour l'un ou l'autre camp. 

► Pour autant, ma démarche n'est pas neutre. Cette série de photos résulte d'un triple questionnement :

- Personnel : à partir de et sur mon expérience,

- Spatial : quelles sont les formes humaines et matérielles des frontières entre Israéliens et Palestiniens,

- Politique : ce que symbolise le mur construit par l'Etat d'Israël.

► J'aurais pu photographier seulement des Palestiniens ou uniquement des Israéliens. J'ai choisi cet entre-deux où coexistent les populations, le mouvement plutôt que l'immobilité...

... Parfois, en marchant, je ne savais pas si les individus que je croisais étaient israéliens ou palestiniens.

... Parfois, troublée par les caractères arabes, hébreux et latins des panneaux, je me demandais où est-ce que j'étais : en Israël ou en Palestine ?

... Et, alors, je ressentais avec force l'arbitraire de ces catégories et l'absurdité de ce mur...

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

1 070 euros pour l'impression et le contrecollage des photos :

Impression sur papier satiné 40x60 cm : 300 euros

Contrecollage sur dibond 2 mm : 595 euros

TVA : 175 euros

 

Autres :

Commission de Kisskissbankbank : 85 euros

 

Total : 1 155 euros

Thumb_16
Marianska

Je suis Marianne et j'ai 25 ans. La vie est un long parcours et le mien a débuté à Lyon, en France. De hasards en bifurcations, de curiosité en rencontres, mes pas m'ont un jour guidée en Israël/Palestine pour un court séjour en 2009. Une expérience décisive puisque je suis revenue pour plusieurs mois en 2010, puis à nouveau en 2012. Entre-temps ? Des... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
grimone se réjouit que tu sois parvenue à la somme nécessaire . Bon bivouac .
Thumb_default
Allé un ptit peu plus pour un petit élan de fin de collecte... pas facile c'est pas encore bien rentrée dans les têtes ce type de système...
Thumb_16
Bonjour Grimone et merci de votre confiance ! J'ai en effet très hâte d'être au Grand Bivouac et de pouvoir échanger sur mon projet avec les personnes présentes... A très bientôt !