Réimplanter de la vigne dans la région du Rouergue (Aveyron), avec des cépages locaux (Fer Servadou, le Cot, et le Mansois). sans pesticides

Large_large_large_vigne_en_aveyron

Présentation détaillée du projet

 

Jus

 

Kisskiss4

 

Kisskiss2

 

Autrefois l'Aveyron était jalonnée de petites parcelles de vigne. Chaque ferme en était dotée et produisait assez pour une consommation familiale ou locale. Les anciens en prenaient soin, et vinifiaient dans le respect de la nature.

Tailler, contrôler le palissage l'hiver, caresser les bourgeons au printemps, labourer les sols pour enlever les mauvaises herbes, lever des rameaux, traiter contre les maladies aux huiles essentielles, bouillie bordelaise, rogner, vendanger, vinifier en été, et enfin, METTRE EN BOUTEILLE.

 

Ce travail faisait partie intégrante de la vie quotidienne parmi tant d'autres tâches et le nectar récolté amenait fierté aux maitres de maison. La région s'est transformée, et la modernisation de l'agriculture a fait disparaître les petits lopins de vignes au profit de la culture des céréales.

 

En 2012, j'héritai de la terre familiale qui accueillait du bétail depuis plusieurs décennies. Mon père, partant à la retraite, me donna alors la possibilité d'entreprendre mon propre projet.

 

Inspiré par quelques vignerons locaux très impliqués dans le vin naturel (Patrick Rols, Nicolas Carmarans) et après une étude des sols très concluante, un rêve fou a germé avec Vincent Marie (vigneron naturel en Auvergne), celui de réimplanter sur nos coteaux ensoleillés des pieds de vignes, les accompagner et leur donner une chance de prendre racine.

 

Notre enthousiasme a dépassé les frontières familiales. Des bras se sont présentés et nous avons planté les premiers milles ceps de Fer Servadou, 20 ares, en Avril 2014. 

 

 

_

 

Pour pérenniser le projet et prendre soin de la vigne !

 

Kisskiss1

 

Kisskiss3

 

Vigne_en_aveyron

À quoi servira la collecte ?

Nous travaillons depuis 3 mois sur ce projet et il n'y a pas un jour où celui-ci ne nous donne pas satisfaction. Nous avons eu la chance de compter sur notre famille, nos amis et les bénévoles de la Région pour creuser les sillons, piocher la terre, piqueter les pieds.

 

Nous avons vu les premiers bourgeons germer, la pluie tomber au bon moment..

 

Aujourd'hui il devient urgent d'avoir les bons outils et la bonne main d'oeuvre pour pérenniser le projet.

 

Kiss2

 

Jus3

 

À acheter du matériel d'occasion pour :  

 

TRAVAIL DU SOL

soc buttoir pour installer sur le cadre, soc déchausseur

+ 2 houes qualitatives pour travailler le cavaillon : 300€ 

 

TRAVAIL DU VÉGÉTAL

sécateurs + cisaille 150€

 

TRAVAIL EN BIODYNAMIE

dynamiseur 100 litres, 1200€

pulvérisateur pour 500P et 501 200€

traitement : atomiseur à dos thermique stihl pour soufre mouillable et bouillie bordelaise 1000€

 

POUR LA VINIFICATION

dalle béton avec évacuation d'eau -  eau - isolation - électricité triphasée - cuve macération pour le rouge cuve de stockage pour le blanc - pompe - pressoir 3000€ 

 

SI NOUS DÉPASSONS LA COLLECTE

Atteindre notre objectif serait déjà un superbe cadeau qui nous permettrait de prendre soin des 1000 ceps déjà plantés. Mais si nous le dépassons, nous planterons dès Mars prochain, 1000 autres pieds de Cot ou du Chardonnay pour atteindre un hectare de vigne (2000 euros)

 

 

Kiss3

 

Photo0285

 

Photo0286

 

Dsc_0030

 

Kiss5

 

Soutenir ce projet c'est offrir la possibilité à notre région de se diversifier en restant cohérente avec son passé, revaloriser le terroir et ré-insuffler un second souffle à un lieu dit. 

 

 

 

 

CHRISTOPHE BEDEL

 

Suite au départ en retraite de son père, Christophe hérite de 6 hectares de pré agricole, et de la ferme familiale. Cette terre qui a longtemps accueilli le troupeau est aujourd'hui destinée à répondre au projet un peu fou de redonner au paysage local quelques vignes dans son sillage en respect avec l'environnement. Implanté dans la restauration à Paris, celui-ci aime mettre sa Région en avant et impliquer les gens qui l'ont toujours soutenu.  

 

VINCENT MARIE

 

Passionné par le vin depuis 2001, il découvre au grès de salon des vignerons engagés qui lui transmette leur virus. En 2006, il créé, avec des amis, l'association "A Caen le vin"  pour organiser un salon des vins en Normandie. Après 10 ans d'un parcours professionnel dans la distribution d'articles de sport en Alsace, il décide de changer de cap pour vivre de sa passion, le vin. Ce challenge débute par une formation, un BTS viticulture-oenologie suivi à Rouffach (68) dans le cadre d'un congés individuel de formation. Diplôme en poche en juin 2013, il part chercher des vignes en Auvergne, un terrain de jeu aux caractéristiques géologiques sans comparaison en France. Maintenant installé au Nord de Clermond-Ferrand, il travaille actuellement 2.1 ha de vignes en agriculture biologique puis dès l'année prochaine 5 ha. 

Thumb_chr
Christobedel

Christophe Bedel : Suite au départ en retraite de son père, Christophe hérite de 6 hectares de pré agricole, et de la ferme familiale. Cette terre qui a longtemps accueilli le troupeau est aujourd'hui destinée à répondre au projet un peu fou de redonner au paysage local quelques vignes dans son sillage en respect avec l'environnement. Implanté dans la... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un petit coupe de pouce pour ce nouveau projet, qui, comme tous les autres, me paraît très prometteur ! La preuve en est avec l'objectif atteint :) Bravo !
Thumb_default
Bonne chance, bon courage et réussite