Nouveau verger bio à la ferme de Villeneuve, sur la presqu'île de Guérande : adoptez un arbre et mangez des kiwis bios, beaux et... bretons!

Large_prinipal2

Présentation détaillée du projet

« Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre. »

 

Je me suis installé avec le soutien de ma compagne Laëtitia voila déjà 3 saisons en maraîchage bio contre vents et marées (c’est en Bretagne, sur la presqu’île de Guérande !). Afin de diversifier notre activité et surtout d’assurer la survie de la ferme et de l’agriculture biologique sur la presqu’île, nous vous proposons de vous joindre à notre nouvelle aventure :

 

Adoptez un arbre et créez un verger de kiwi et kiwai 100% bio !

 

Comment ça marche ?

1.     Vous adoptez un arbre !

2.     Vous le voyez grandir avec ses copains (80 en tout)

3.     Après 2 ans, vous en récoltez les fruits… bios, bien sûr !!

 

Pour en savoir plus…

 

La ferme de Villeneuve, 100% bio !

 

Ferme-villeneuve-loin2

Nous avons décidé de nous lancer dans notre propre exploitation en 2010. J'ai derrière moi 10 années d’expérience en agriculture dont 3 chez un maraicher bio, et Laëtitia a notamment travaillé dans la communication pour un grand groupe de presse breton. Aujourd'hui, l’un est aux champs quand l’autre s’occupe du « Petit Marché » (vente en direct à la ferme) et de la gestion.

 

Pour notre installation nous avons eu le soutien de l’ancien propriétaire de la ferme : ce dernier, qui y faisait de l’élevage avant de prendre sa retraite, est séduit par le projet et accepte d’entamer la conversion bio de la terre pour nous préparer le terrain. 

 

Dès la reprise de la ferme, on a cherché à développer une large gamme de légumes et entre autres des légumes oubliés.

Legumes-cultures

 

Nous réalisons 90% de nos plants, et tous les ans nous cherchons à enrichir la gamme de nouveautés. En 2013, nous avions 10 variétés de tomates anciennes et 7 variétés de courges auxquelles s’ajoutent cette année 4 variétés d’aubergines, des pommes de terre Rouge des Flandres et bleues d’Artois et bien d’autres encore. De la couleur dans vos assiettes ! 

 

Legumes-magasin

 

Nous cultivons également des blés anciens du pays de Redon et produisons une farine moulue par nos soins chez un paysan boulanger.

 

Bl_-villeneuve2

 

A notre arrivée à Saint-Molf, notre but premier était de fournir le restaurant scolaire de la commune. C’est chose faite : les enfants ont la chance de manger des bons légumes et devinez quoi : ils mangent !! Du coup moins de gaspillage et une responsable de cantine ravie de cuisiner des produits frais.

On fournit également un village vacances, quelques restaurants gastronomiques locaux, les « Ruche qui dit Oui ! » de proximité et bientôt nous prendrons à notre tour la responsabilité de l'une d'entre elles. 

 

Après une première année encourageante, 2012 et 2013 portent un coup au moral, et surtout au maraicher ! On l’a vu sur le petit écran ou en direct dans nos jardins, la Bretagne a été victime non seulement d’inondations, mais, comme ailleurs, d’un dérèglement climatique presque fatal pour la production (absence de gel, été maussade, recrudescence des chenilles en plein hiver, terre noyée, etc.).

 

Dans le projet d’origine, le verger était déjà présent mais prévu à plus ou moins long terme. Aujourd’hui il devient pressant. La demande est constante et remplira à merveille des paniers d’hiver.

Nous proposons déjà des fraises Ciflorette et Mara des bois mais l’ajout de fruits de fin de saison assurera la réussite de notre projet. Il en va donc de la survie de l'exploitation !

 

Des kiwis en Bretagne ?

 

Pour continuer dans l’original et faire (re)découvrir des saveurs à leurs clients, nous avons décidé de planter des kiwis et un de leur cousin : le kiwai.

Longtemps appelé groseille de Chine, son atout nutritionnel majeur est incontestablement sa richesse en vitamine C mais il contient également des minéraux variés, des oligo-éléments et des fibres. Ce qui en fait un fruit idéal pour supporter de longs hivers. La France étant importatrice, notamment de Nouvelle Zélande, produire ces fruits en Bretagne permet d'éviter les coûts environnementaux liés au transport.

Et contrairement aux idées reçues, ces arbres fruitiers poussent très bien en France et donnent de très belles récoltes. D’ailleurs, l’un des premiers vergers de kiwi encore d’actualité est déjà en Bretagne. Avec ce nouveau verger, nous redynamisons donc le kiwi breton ! et pour longtemps, puisque l’espérance de vie de ces arbres est d’environ 50 ans, avec une production de 300 à 500 fruits par pied et par an.

 

Kiwi-verger2

Il faut un couple de kiwi pour donner des fruits. Par exemple, un pied mâle pour 5 pieds femelles, qui peuvent être de variétés différentes. Seuls les pieds femelles portent des fruits. Il existe également des pieds auto-fertiles mais ces derniers donnent de trop petits fruits (environ 20 grammes contre 70 grammes en moyenne pour les pieds traditionnels) alors, laissons faire la nature ;-) !

 

Et le kiwai, kézaco ?

 

Le kiwai devrait attiser la curiosité. Originaire d’Extrême-Orient, où il est aussi utilisé en pharmacopée, le kiwai est de la même famille que le kiwi. Il présente cependant de nombreuses différences, et pas des moindres : la peau est lisse et comestible et la chair est… rouge 

 

Kiwai3

 

À découvrir sans modération !

À quoi servira la collecte ?

Exclusivement à financer le verger : 80 arbres (50 kiwis + 30 kiwais).

 

Le futur verger :

Futur_verger_2

 

Un arbre, combien ça coûte ?

 

Répartition des coûts :

 

1/L’achat des arbres : âgés de 2 ans, ils donnent des fruits à partir de 4 ans.

>> 1 750 euro.

Pieds-2-ans

 

2/La plantation : location de la machine spécifique pour faire les trous + BRF (technique culturale agricole favorisant la création de l’humus, créateur de sol riche).

>> 2 000 euro.

 

Planter-tracteur

 

3/La protection : fil de fer, filets de protection contre les insectes et les oiseaux, grillage.

>> 2 301 euro.

Protection2

 

Les pieux de châtaigniers nécessaires à l’installation sont issus d’arbres de l’exploitation et fabriqués directement sur place. C’est déjà ça de gagné !

 

Résultat des courses : 6 051 euro, soit un peu moins de 76 euro par arbre, hors entretien annuel (environ 20 euro par arbre et par an), qui sera supporté par l'activité de la ferme.

A cette somme s’ajoutent les 8% de frais légitimes réservés à KissKissBankBank.

 

Nous sollicitons donc 6 535 euro auprès de vous, futurs parrains d’un kiwi ou kiwai.

Thumb_metl
Villeneuve primeurs

Mon nom Maxime Lafleur aurait pu me prédestiner à devenir horticulteur. Mais j’ai choisi la culture des légumes. Sans doute par gourmandise. Je suis retourné sur les bancs de l’école en 2010 pour décrocher mon BPREA en maraîchage bio indispensable pour devenir exploitant agricole. J’ai derrière moi 10 ans d’expérience en agriculture dont 3 ans chez un... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci et bravo pour cette initiative! Je vous souhaite de réussir
Thumb_default
Super projet. On sera ravi de voir les kiwis et la ferme.
Thumb_tmp
J'espère que vous pourrez très prochainement réaliser ce beau projet et si vous avez besoin d'un petit coup de main pour planter, nous serons là, pour les gouter aussi !!! ;)