« Vous vous y ferez très bien…» Aidez-nous à faire découvrir un texte contemporain original avec ce huis clos insolite,drôle et poétique!

Large_photo_groupe_vvytb-1429453581-1429453596

Présentation détaillée du projet

 

                 

 

Nous avons besoin de vous !

 

C’est dans un esprit de troupe et de solidarité que se sont réunis les talents de deux compagnies parisiennes, l’association Teya’g et la compagnie de l’Imago, pour créer « Vous vous y ferez très bien », spectacle original mis en scène par Christophe Aymé.

 

Notre objectif  est de faire partager au public notre coup de cœur pour ce texte contemporain, hommage au théâtre de l’absurde, écrit par Régis Bertrand et adapté par Claire Aymé-Prévost .

 

Nous espérons que ce spectacle puisse être vu comme un divertissement intelligent, qui prône le rire comme un moyen de transmettre des émotions fortes et, à travers les sujets abordés, donner matière à réflexion…    

 

 

Vous vous y ferez très bien…

 

Img_1775-1429455789

 

 

 

 

Pièce de Régis Bertrand et Claire Aymé-Prévost              

 

 Mise en scène de Christophe Aymé

 

 

Contact : association.teyag@gmail.com / cie.imago@yahoo.fr

 

 Responsable communication :Hortense Aymé  0611099712

 

 

 

CHRISTOPHE AYME : mise en scène

 

Christophe Aymé a suivi une formation d'assistanat à la réalisation au CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique) et étudié les techniques théâtrales avec la Compagnie des Trois Frères (direction Jacques Canselier).

Il débute comme assistant réalisateur, avec le CNDP, sur deux séries pour France 3 : « Le tribunal de l'histoire » et « Le civisme des jeunes ».

En 1987, il participe au festival d'Avignon comme assistant régie (son et lumière) sur la pièce « Le nécrophile », mise en scène par Éric Podor, à l'Alibi Théâtre.

L'année suivante, il organise un spectacle et un court métrage pour le centre interculturel de l'université Paris VIII puis ouvre un atelier théâtre au lycée-collège Claude Monet (Paris XIIIème), pour les élèves de la sixième à la terminale.

Professeur d'art dramatique, pendant dix-sept ans, au sein de l'association « La Chrysalide » puis de la Compagnie de l'Imago, il donne des cours de théâtre pour adultes et adolescents (improvisations, travail du corps, direction d'acteur et mise en scène...).Parallèlement, il travaille régulièrement en milieu scolaire : ateliers théâtre, stages pour élèves en difficulté, participation aux Rencontres Inter-scolaires au Théâtre de l'Octroi, à Versailles (concours de théâtre international : prix du jury).

Pour la compagnie « Émergences et Expressions », il fait la régie (son et éclairage) pour le spectacle « Paroles de Femmes » au Tremplin Théâtre (Paris 18ème) et la mise en scène de la pièce « Mlle Faust » de Véronique Emmeneger au Puck Théâtre de Châteauroux.

Christophe Aymé a mis en scène de nombreux spectacles, classiques ou modernes, dont, notamment:

« Le médecin malgré lui » (Molière), « L'île aux esclaves » (Marivaux) à Paris, mairie du XIIIème.

« L'affaire de la rue de Lourcine » (Labiche), « Chers Z'oiseaux » (Anouilh) au Centre Culturel de la Clef (Paris Vème).

« On ne sait jamais où s'arrêtent les trains » (Claire Aymé-Prévost), en tournée en province.

« Femmes au service » (montage de textes de Molière à Ionesco), « Natacha» (Claire Aymé-Prévost), « Les quatre vérités » (David Lodge), « La Putain Respectueuse » (Sartre) au Théâtre de l’Épouvantail.

Avec La Compagnie de l’Imago, il met en scène une comédie (montage de textes classiques) intitulée  « 7 péchés sans confession ». Le spectacle remporte un grand succès au Théâtre Darius Milhaud (Paris 19ème) où il  sera joué plus de six mois, puis en province et à La Briquetterie (Montmorency).

 

 

L’HISTOIRE

 

Un soir de la Saint-Sylvestre, une salle préparée pour l’occasion, où se retrouvent quelques  habitués… avec en commun l’envie de communiquer, de s’apprivoiser, d’oublier ou de se souvenir, de revendiquer aussi, bref de refaire le monde. Chacun à leur manière… Tous profitent d’un moment de vie, du moment présent. Un carpe diem ponctuée de parano, individuelle ou générale. Comme s’il y avait urgence…Des  personnalités attachantes, troublantes et parfois inquiétantes dont les univers décalés se rejoignent pour fêter, avec une frénésie  mêlée de méfiance, « une nouvelle année d’emmerdes qui commence ».  Un échange verbal souvent passionné, dénonciateur et grave parfois,  porté par un texte plein d’humour, cinglant et poétique. Dans une ambiance surréaliste proche du théâtre de l’absurde, les personnages de ce huit clos insolite nous offrent un point de vue truculent et acide sur la société.

 

 

LES PERSONNAGES :

 

 

Img_1511-1429456105

 

 

 

Marguerite : femme d’un certain âge, tirée à 4 épingles mais façon vieillotte. Posée, calme et sûre d’elle, maternelle. Référence pour les autres.  Grande expérience de la vie. Observatrice, intelligente, mystérieuse et ambigüe. 

Jeanne : femme élégante, la trentaine, très mondaine d’apparence, dans la gestuelle et l’attitude très « diva ». Elle a un côté bipolaire dans son comportement, tantôt snob, tantôt vulgaire et provocatrice. Jalouse, manipulatrice. Sorte de « Calamity Jane », qui ne prend pas de gants, parfois cruelle…

Marylin : jeune femme belle et sensuelle, genre starlette. Aime être remarquée. Un peu fofolle et assez naïve. Charmeuse et tactile. Semble avoir à la fois un côté nymphomane et fleur bleue.

Gaby : « femme populaire », d’une quarantaine d’années, marquée par la vie, et l’alcool, négligée, assez torturée, nostalgique. Dramatise les choses. Obsessionnelle. On l’a sent en marge de la société mais dans ce lieu, elle arrive à s’intégrer même si elle est très méfiante. 

Lolo : jeune homme d’une vingtaine d’années, taciturne, pessimiste, râleur. Susceptible. Méfiant. Très maladroit dans sa gestuelle, émotif, instinctif et franc. A la fois touchant et inquiétant.

Anatole : homme d’âge mûr, vieux séducteur. Chic, snob, imbu de lui - même, aimant étaler ses connaissances.  

Tony : Homme au look de tombeur, avec un côté loubard, égoïste et immoral. Macho mais attachant. Sociable, communicatif. A tendance à se croire indispensable.

 

13042014-img_1745-1429455848

 

LES AUTEURS

 

Né à Saumur en 1958, Régis Bertrand est un auteur prolifique (poèmes, nouvelles, théâtre…) et un artiste aux multiples facettes comme en témoigne son parcours artistique riche et varié : exposition de peintures-collages, animation d’ateliers poétiques, lectures publiques au festival du Hurepoix, organisé par Armand Liepchitz ( textes de Prévert, Dimey, Hardellet…) et au festival d’Azay le Rideau (« Vie et mort de Paul-Louis Courier » mise en scène de Jean Kriff). Pendant deux ans, il interprète des poèmes de Bernard Dimey, avec la complicité musicale de Jean Dubois. Ce spectacle, intitulé « J’ai vécu » est invité au printemps des poètes à la mairie du 4ème (Paris). En mémoire des victimes du massacre d’Oradour sur Glane, il participe à la création d’ « ORA…GE », mise en scène de Christine Serre. Il est également comédien dans « La putain respectueuse » au théâtre de l’Epouvantail, mise en scène de Christophe Aymé. Régis Bertrand travaille actuellement à l’écriture d’une deuxième pièce de théâtre et à la publication d’un recueil de nouvelles. 

 

 

Claire Aymé-Prévost est née en 1967. Elle commence à écrire très jeune et continue, parallèlement à sa carrière de comédienne. Pour le théâtre, elle s’écrit un monologue, « Natacha », qu’elle joue au Tremplin théâtre (Paris 18ème) dans une mise en scène de Jacques Canselier puis au Puck Théâtre de Châteauroux. Le spectacle sera repris quelques années plus tard, par une autre comédienne, au Théâtre de l’Epouvantail (Paris 11ème). Elle se lance dans le théâtre d’anticipation avec sa deuxième pièce « On ne sait jamais où s’arrêtent les trains » qui sera accueillie en résidence et jouée dans le Dauphiné, en collaboration avec l’association d’arts plastiques « Sous les tilleuls ». Elle participe également à l’écriture de deux courts-métrages comme dialoguiste. Intervenante en milieu scolaire, elle est amenée à créer plusieurs pièces courtes (à jouer par des enfants) dont elle projette de faire un recueil. Elle écrit en ce moment un « one woman show » et collaborera à l’écriture de la prochaine pièce de Régis Bertrand.

 

 

NOTE D’INTENTION:

 

A l’origine :

Après avoir mis en scène un précédent spectacle rendant hommage à des auteurs classiques, j’ai eu envie de revenir vers le théâtre contemporain, avec un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps. Pour un metteur en scène de théâtre, c’est une chance de rencontrer, et d’avoir comme ami, un auteur dont on partage les  goûts artistiques et la même vision du spectacle vivant.

C’est le cas avec Régis Bertrand.

J’ai découvert son talent et son originalité à travers des textes courts, poétiques et incisifs.

Ses écrits, comme autant de petits voyages proposés à notre imaginaire, se lisent et s’écoutent  avec une telle délectation que l’on aimerait les partager avec le plus grand nombre. Et pourquoi pas leur donner vie sur une scène ?

L’idée première d’un spectacle poétique évolua lorsque Régis Bertrand s’essaya avec talent aux scènes dialoguées.

Soutenu par l’auteur qui connaissait mon travail, et me laissait carte blanche, je me proposais de faire jouer ses textes. Régis Bertrand me proposa alors une sélection de poèmes, de brèves de comptoir et de dialogues, qu’il intitula « à l’arrache ».  Le premier défi fut de construire, à partir de cette matière foisonnante, une vraie pièce de théâtre.

 

L’adaptation :

 

 Plusieurs lectures par des comédiens pressentis pour ce projet me permirent de définir une première orientation de travail et certaines exigences concernant l’adaptation :

-Le respect du style de Régis Bertrand dans les scènes de liaison rajoutées.

-Le choix du lieu et l’idée d’un huit-clos.

-Le nombre de personnages interprétés par des comédiens de générations différentes.

-Le rythme de la pièce avec une alternance de dialogues humoristiques et de respiration poétiques.

Claire Aymé-Prévost se lança dans l’aventure, et réussi, avec son adaptation, à trouver le fil conducteur et le cadre propice à mettre en valeur cet univers décalé.

 Saluée par Régis Bertrand, la pièce ainsi crée, rebaptisée « Vous vous y ferez très bien… », me permit d’envisager avec  enthousiasme sa mise en scène et sa diffusion.

 

 

La mise en scène:

 

Monter ce spectacle est un projet ambitieux, excitant et nécessitant un travail collectif. C’est dans un esprit de troupe et de solidarité que se sont réunis les talents de deux compagnies, partageant la même motivation pour la réussite de cette aventure artistique et humaine.

 

Conscient du caractère insolite de cette pièce, mon but est avant tout de maintenir l’attention du public  sans lui imposer pour autant un cadre trop défini. J’ai tenu à garder un certain doute sur le lieu exact où se déroule cette fête, avec un décor simple, plus symbolique que descriptif et un mystère sur le passé des personnages, laissant le spectateur libre de sa propre interprétation. Les non-dits de la pièce sont pour moi aussi importants que les mots. De la même manière, à travers les différents degrés d’humour des dialogues, chacun pourra trouver matière à rire ou à sourire.

 

Le choix de la Saint-Sylvestre  est symboliquement important pour illustrer l’état d’esprit des personnages et leurs comportements. Le compte à rebours de cette soirée, toujours présent dans la pièce, laisse planer un état d’urgence, que l’on ressent dans ce besoin, parfois frénétique, de communiquer et de « faire la fête ». Mon but est de transmettre cette énergie au public, par une mise en scène rythmée, ponctuée de vrais moments « festifs » (chant, musique, danse). A travers la direction d’acteur, qui est le moteur de mon travail, j’ai cherché à aller plus loin que la caractéristique évidente des rôles et trouver leur profondeur.  Il m’a paru intéressant de partir de l’idée que ces personnages, à l’occasion de ce réveillon, sont en représentation. Semblant respecter  les règles de la sociabilité,  ils essaient de donner le change, dissimulant, plus ou moins facilement, leurs peurs et leurs fragilités.

 

Avec les comédiens, nous avons travaillé sur cette ambivalence, et l’évolution de leurs personnages pendant cette soirée, où se dévoilent, plus ou moins vite, des personnalités en marge de la société.

Les costumes sont mis en valeur, leur choix pour cette soirée exceptionnelle n’étant pas sans signification sur la personnalité, réelle ou apparente, de ces habitués. La mise en scène imagée et des jeux de lumières souligneront l’atmosphère particulière et les changements d’ambiance de cette histoire.

Je tiens à ce que ce spectacle puisse être vu comme un divertissement intelligent, qui prône le rire comme un moyen de transmettre des émotions fortes et, à travers les sujets abordés, donner matière à réflexion…  Mon objectif, et celui de tous les artistes investis dans ce projet, est de faire partager au public notre coup de cœur pour ce texte contemporain, hommage au théâtre de l’absurde, qui passe par la poésie pour décrire avec une lucidité impitoyable les horreurs de la guerre, et ironise avec un humour ravageur sur les absurdités de la société.                             

Christophe Aymé

 

 

 

MARIELE CHARTIER : comédienne  (rôle : Marguerite)

 

Photo_marielle_2-1429456502

 

 

 

Marièle Chartier a commencé sa formation d’actrice à New York au H.B.Studio. De retour en France, elle passe par le Cours Florent puis le Studio Pygmalion. En chant, elle confie sa voix à R.Bing et V.Murillo. En ce qui concerne la danse, elle travaille avec Françoise Pittard (classique), Louis Falco, Jennifer Muller et Alvin Ailey (à New York) et Matt Mattox et Jacques Alberca (jazz) dont elle intègre la compagnie.

Au théâtre on a pu la voir dans « Assassinez-moi » de B. Allain « Pas de deux…et variations » de M. Gayet, dans Tchekov, Molière, G. Foissy, R. Dubillard, A. Namiand. Elle a également créé une comédie musicale « 7 on the set » et mis en scène « Les 7 péchés

capitaux » de Brecht/ Weil et « La Farce de Maître Patelin ».

Comme chorégraphe, elle a travaillé pour « King Arthur »  (opéra de Henry Purcell), « Treemonisha » (opéra de Scott Joplin), « Danse Pantin » (ballet créé avec Grégoire Cailles et Antoine Bonne). En parallèle, elle a enseigné la danse jazz et animé des stages de comédie musicale. Elle a également ouvert un atelier chant/danse/théâtre à Paris (5ème).

Elle est comédienne et chanteuse dans les deux dernières créations de la Compagnie TEYA’G, jouées au petit Théâtre des Variétés : « Frères Jacques…Dormez-vous ?» (reprise du répertoire des Frères Jacques par 4 filles et une pianiste) et « FEET Harlem Fric & Jazz » (Conte sur les House Rent Parties, la création de Harlem et les débuts du Jazz dansant, mis en scène par Régis Santon.)

 

MAXENCE AYME : comédien (rôle : Lolo)

 

 

Img_1606-1429455353

 

 

Maxence Aymé monte sur les planches à 8 ans dans « Cinémassacre » de Boris Vian au Théâtre 13. Après cette première expérience, il suit des ateliers théâtre pour enfants d’abord avec La Chrysalide puis La Compagnie de l’Imago. Il participe alors à plusieurs spectacles au Centre Culturel de la Clef (Paris 5ème) dont « Cher z’oiseaux » d’Anouilh et « Arlequin serviteur de deux maîtres » de Goldoni. Il suit les cours d’art dramatique au Lycée Lamartine (Paris 9ème). A 18 ans, il est choisi pour interpréter le rôle principal d’un court métrage de Raphaël Neira « La mère ». Il poursuit sa formation théâtrale en intégrant le conservatoire Georges Bizet (Paris 20ème) sous la direction de Pascal Parsat. A l’issue de son cursus, des représentations publiques lui permettent de jouer sur scène des sketchs d’Harold Pinter et le rôle de Tom dans « La ménagerie de verre » de Tenessee Williams.

Il joue au Vingtième théâtre (Paris 20ème) dans « La pose » de Carole Fréchette, tirée du recueil « Les petites formes » (édité par la Comédie Française).

 

 

PIERRE KOCH: comédien  (Rôle Anatole et Tony)

 

 

Img_1522-1429455583

 

 

Après une formation de guitariste professionnel au C.I.M de Paris de 1994 à 1997, Pierre intègre la compagnie du « Théâtre au lion d’or » de Laetitia Leterrier en 1998 et compose la partition musical du projet « Accroché par un fil » de Galit Dan-Jaoui ». Formé au métier de Comédien par Josip Rainer, Eric Blouet et Laetitia Leterrier, il joue dans « Septième ciel »  de Caryl Churchill au Ciné-théâtre 13 en 2003 le double rôle de Betty et Tommy. Il intègre ensuite « Les Roches Noires »  d’Emmanuelle Grivelet-Sonnier ». Il tourne alors, en 2004, dans deux courts métrages « Ne rions pas des vampires » de Philippe Pasquini et « Thelma et louise….20 ans après »  de Isabelle Thilien. En 2005, il interprète Louka et Lomov dans «  L’ours / la demande en mariage » de Tchékhov montés à Vincennes par la compagnie du « Grand Nawak » de Laetitia Leterrier. Il sera De Chavigny dans « le Caprice » de Musset en Juillet 2006 en Avignon. S’en suit une collaboration avec Gilles et Corinne Benizio pour «  King Arthur » inspiré de l’œuvre de Purcell, à l’opéra royal de Versailles. Il incarne, dans cette production, « le musicologue » en Mars 2011 et Janvier 2013. Pierre intègre, en 2012, la « Compagnie Enchantiée » de Katia Grimm pour jouer le rôle de Des Rillettes « les Boulingrin » de Courteline. Il est ensuite choisi pour interpréter le rôle de Pierre dans la pièce « Mariage à l’amiable » au théâtre d’Edgar  de Juin à Décembre 2012. En avril 2013, il est Grégoire dans «  A un doigt du bonheur » de Jeremy Wulc à la Comédie République. Il joue ensuite dans les pièces « Sexe, mensonges et répétition » en 2014, « Amour...Toujours... ca risque d’être long !  » de Sébastien Cypers en 2015. En parallèle de sa carrière de comédien, Pierre est guitariste au sein des groupes de Rock «  Aquarium » et « Mercure Circus ». 

 

  

 

PAULINE HEUZE : comédienne (rôle : Jeanne)

 

 

Img_1480-1429455618

 

Pauline Heuze commence sa formation théâtrale à Paris par une année d’initiation au théâtre à l'école internationale Jacques Lecoq où elle étudie le travail du corps et du masque. Après avoir suivi des cours privés (professeur : Jean-Luc Galmiche) elle réussit le concours d’entrée au Conservatoire Georges Bizet (Paris 20ème) où elle travaille pendant trois ans sous la direction de Pascal Parsat. Cette formation lui permet d’aborder et de jouer en public des textes tels que : "Qui a peur de Virginia Woolf" de Edward Albee (rôle de Martha),"Electre", de Jean Giraudoux (rôle de Clytemnestre), " Credo " de Enzo Cormann et "Andromaque" de Racine (rôle d'Andromaque).

Elle joue au Vingtième théâtre (Paris 20ème) dans « La pose » de Carole Fréchette, tirée du recueil « Les petites formes » (édité par la Comédie Française), puis dans "Terrain de jeu" (Texte et mise en scène de Hassan Lakdari) au Théâtre 95 de Cergy.

 

JULIE HABERT : comédienne (rôle : Marylin)

 

 

13042014-img_1589-1429455647

 

Julie Habert commence sa formation théâtrale très jeune. Elle suit l'atelier théâtre de son lycée et intègre la compagnie des Citoyens du Trèfle, à Courbevoie, avec laquelle elle participe au festival d'Avignon en jouant dans « Il était une fois...Charlot for ever » (conte écrit et mis en scène par Brigitte Martin et Catherine Aufaure) au théâtre de la Tâche d'encre. La pièce sera reprise l'année suivante au théâtre du Petit Louvre. Après une année aux cours Simon, elle entre aux Studio Alain de Bock et termine sa formation avec Les enfants Terribles. Pendant ces années de pratique théâtrale, des représentations publiques lui donnent l'occasion de jouer dans

« Une paire de gifles » de Sacha Guitry, « Théâtre au musée » adapté de la pièce de Jean-Michel Ribes et « Les Boulingrins » de Courteline. Avec la Compagnie de l'Imago, elle interprète six personnages dans « 7 péchés sans confession », montage de textes classiques mis en scène par Christophe Aymé. La pièce est jouée au Théâtre Darius Milhaud (Paris 19ème), en province et à La Briquetterie (Montmorency).

Avec la compagnie Act’or, elle participe à la création collective d’un spectacle : « Petits meurtres et contes de fées » est représenté au théâtre Le Proscenium (Paris 12ème) puis repris à la Comédie Saint Michel (Paris 5ème) et au Festival d'Avignon (théâtre Notre Dame).

 

 

CLAIRE PREVOST :   comédienne (rôle : Gaby)

 

 

Img_1699-1429455690

 

Née en 1967, Claire Prévost commence sa formation théâtrale à quinze ans aux Cours Florent où elle est repérée en 1987 pour jouer au cinéma le rôle de Roselyne Groseille dans « La vie est un long fleuve tranquille » d’Étienne Chatiliez. Parallèlement, elle participe à plusieurs créations théâtrales avec la Compagnie Coranthe (Carré Sylvia Montfort, tournée en île de France, festival d'Avignon).

Au cinéma, elle travaille notamment avec Alain Corneau, Claude Berri, Régis Warnier. Elle joue pour la télévision dans plusieurs séries ( Maigret, L'instit, Le JAP...) et téléfilms (Tango, Mambo et Tcha-tcha-tcha , Pognon sur rue, Marie-Marmaille...). Après plusieurs collaborations avec Jean-Louis Bertuccelli, elle joue le rôle de Lucette dans « Papa Maman s'ront jamais grands ».

Auteur dramatique, elle écrit et interprète un monologue, « Natacha », au Tremplin Théâtre (Paris 13ème) et au Puck Théâtre de Châteauroux. Sa deuxième pièce « On ne sait jamais où s'arrêtent les trains » (mise en scène par Christophe Aymé) fait une tournée en province.

En tant que comédienne, elle enchaîne plusieurs spectacles pour le théâtre :

Au Théâtre de l’Épouvantail (Paris 11ème): « Premier pas sous la lune » (écrit et mis en scène par Alexandra Catzelfils), « Trombino ou la sorcière apprivoisée» (spectacle jeune public mis en scène par Daniel Lacroix ), « Femmes au service » (montage de textes de Molière à Ionesco) et « Les quatre Vérités » de David Lodge (mis en scène par Christophe Aymé).

Elle interprète régulièrement le rôle de Georges Sand dans « Voyage à Majorque », récital musical de Philippe Joly (Le bateau fantôme, La Sainte Chapelle...). Avec la compagnie de l’Imago, elle joue dans « 7 péchés sans confession », montage de textes classiques mis en scène par Christophe Aymé, au Théâtre Darius Milhaud (Paris 19ème), en province et à La Briquetterie (Montmorency).

Une nouvelle expérience théâtrale s’offre à elle grâce à sa rencontre avec Zazie Hayoun. Elle participe, avec d’autres comédiennes, à un travail d’improvisations servant de base à l’histoire que Zazie Hayoun écrit et met en scène. Le spectacle « Les indiens rient pas comme nous » (théâtre et marionnettes) est joué au Théâtre du Grand Parquet (Paris 19ème).

Professeur d'art dramatique et intervenante en milieu scolaire, elle a également fait la mise en scène de spectacles dont : « les poissons rouges » (Anouilh) au Centre Culturel de le Clef (Paris 5ème) et « Conte d'hiver » de Shakespeare au Théâtre de l’Épouvantail.

 

 

 

LA COMPAGNIE TEYA’G

 

 

Créée en mars 2003 par Marièle Chartier, comédienne et danseuse, la compagnie fonde son travail sur l’interdisciplinarité du théâtre, de la danse et du chant. Elle a pour but de monter des spectacles utilisant de beaux textes servis par de la musique et de la danse :

TEYA’G s’inscrit dans la continuité de « Comédiance » créée par Marièle à son retour de New York en 1982 pour promouvoir plus particulièrement la danse jazz et la comédie musicale en France. Le texte « Pas de deux... et variations » est né à Paris de la rencontre entre la comédienne et l’auteur Marie Gayet. C’est la première création de la compagnie (Théâtre du Cabestan à Avignon). « Assassinez-moi », pièce de Bruno Allain écrite pour Marièle Chartier, mise en scène par Pauline Tanon, voit le jour l’année suivante à Paris. « Frères Jacques...Dormez-vous ? » est ensuite crée : À travers le choix de chansons connues et moins connues du répertoire des Frères Jacques, cinq « FranJines » : quatre comédiennes, chanteuses, danseuses, accompagnées par une pianiste, créent leur propre univers, tendre et drôle (Petit Théâtre des Variétés à Paris et Théâtre du Bourg-Neuf à Avignon). « FEET Harlem Fric & Jazz » est un conte musical qui prend place dans le New York des années vingt (écriture de Xavier Husson, chansons de Freddy Lawson). Mis en scène par Régis Santon, le spectacle est créé au Petit Théâtre des Variétes.

Parallèlement, la Compagnie TEYA’G anime des stages et ateliers pour adultes, débutants ou professionnels (chant, danse, théâtre).

 

Img_1732-1429456067

 

 

 

LA COMPAGNIE DE L’IMAGO

 

 

Après leur rencontre en 1987 au festival d'Avignon, Claire Prévost et Christophe Aymé, parallèlement à leur carrière de comédienne et metteur en scène, entament une collaboration artistique dans l’animation d'ateliers théâtre. Pendant deux ans, ils interviennent au lycée-collège Claude Monet (Paris 13ème). Cette initiative aboutira plus tard à la mise en place de l'option théâtre au lycée. Puis, ils créent l'association « La Chrysalide », qui mène plusieurs actions : Interventions en milieu hospitalier, dîners-spectacles, collaboration avec la cité des sciences et de l'industrie (jeu vidéo), ateliers et stages dans les écoles, cours pour adultes et adolescents et représentations publiques au Centre Culturel de la Clef (Paris Vème) et au Théâtre 13 (Paris 13ème). En continuité des activités de « La Chrysalide » mais afin de promouvoir les créations théâtrales, « La Compagnie de l'Imago » voit le jour. Regroupant des professionnels du spectacle (comédiens, musiciens, marionnettistes, décorateurs...), la troupe entame une collaboration avec le Théâtre de l’Épouvantail (Paris 5ème). Plusieurs pièces seront ainsi proposées au public. Après un an de partenariat sur la création d'une pièce de Claire Aymé-Prévost, la compagnie est accueillie en résidence dans le Trièves (Isère) par l'association d'arts plastiques « Sous les tilleuls ». Le spectacle sera joué plusieurs fois dans la région. Plusieurs projets professionnels voient le jour, dont la création d’une comédie tout public, hommage à 7 auteurs classiques, créée à Paris puis en tournée. Attachée également à la mise en valeur de textes contemporains, la Compagnie soutient des nouveaux auteurs dramatiques, comme Régis Bertrand, avec lequel s’installe une collaboration artistique et plusieurs projets de mise en scène. Depuis quatre ans, la Compagnie a rouvert des ateliers pour enfants et multiplie les interventions artistiques auprès des jeunes, par des initiations théâtrales en milieu scolaire ou sous forme de stage (interventions au théâtre de l’Odéon). La compagnie continue à diversifier ses activités (coaching de jeunes comédiens, lectures publiques, écriture de pièces et scénarios, rencontres artistiques multidisciplinaires…) dans le but toujours enthousiasmant de rendre le théâtre accessible à tous !

 

 

P6230258-1422810889

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Compte-tenu du contexte culturel difficile pour les compagnies théâtrales et la difficulté d’obtenir des aides à la production et à la diffusion mais persuadés que nous avons plus que jamais besoin de défendre le théâtre vivant comme mode d’expression, nous faisons appel à votre générosité pour un financement participatif qui nous permettra de mener à bien notre beau projet, que nous espérons finaliser en juin. La richesse de ce texte mérite un spectacle de qualité et nécessite inévitablement des moyens financiers. Moyens dont nous avons besoin pour proposer un travail abouti aux théâtres et programmateurs, notamment par une captation vidéo du spectacle. 

 

Grâce à ce geste de solidarité nous espérons obtenir le budget de 5000 euros nécessaire pour : Achat et fabrication du décor et accessoires (1400 euros), des costumes (1200 euros), enregistrement et montage sonore (500 euros), captation vidéo et bande-annonce -tournage et montage- (1200 euros), graphisme -affiche, flyers- (700 euros).

Si le montant de ce budget est dépassé, nous utiliserons l’argent supplémentaire dans les moyens de diffusion : impression affiches, flyers et programmes, insertion publicitaire dans les sites webs et journaux, rémunération d’un attaché de presse et… payer la totalité des heures travaillées des artistes !

Merci par avance pour votre soutien ! 

Thumb_p6230312-1422819227
IMAGO-TEYA'G

La compagnie de l’Imago et l’association Teya’g ont débuté leur collaboration il y a plus d’un an, à l’initiative du metteur en scène Christophe Aymé, afin de promouvoir le talent d’un nouvel auteur contemporain, Régis Bertrand, qui accepta avec enthousiasme l’idée d’une adaptation théâtrale de ses textes. Faite en collaboration avec Claire Aymé-Prévost,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un grand MERCI à tous ceux qui nous ont généreusement aidé à atteindre notre objectif .La pièce "Vous Vous y ferez très bien" est programmée au théâtre du Guichet Montparnasse de janvier à juin 2016 tous les dimanches à 20h ! Les auteurs le metteur en scène et les comédiens seront heureux de vous accueillir. N'oubliez pas de demander vos contreparties
Thumb_default
Hortense nous a parlé ce jour de votre projet lors d'une formation. Je le trouve très interessant et en profite pour vous encourager. Bonne chance pour la suite. Amitiés
Thumb_default
Merci à tous pour votre générosité.Merci à ceux qui m'envoient des chèques,étant responsable de la communication de ce projet je reverse vos dons avec ma carte bleue sur le site..Il ne reste que 15 jours !