Nous allons descendre ausculter un lac de lave en ébullition ! Soutenez des bénévoles qui vont mettre leur passion au service de la science.

Large_o.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_01-1417256867

Présentation détaillée du projet

Le projet

 

 

Au cours d’une expédition de 4 semaines, à la fin de l’été 2015, une équipe de passionnés de volcans projette de descendre tout au fond du volcan Marum dans l'archipel du Vanuatu pour rejoindre les rives du lac de lave qui bouillonne dans son cratère. Là, ils réaliseront des mesures et prélèvements pour les volcanologues peu rodés aux techniques de cordes, qui accompagneront l’expédition. Par cette aventure humaine engagée, des bénévoles vont mettre leurs compétences techniques et sportives au service de la science et de la connaissance, dans un environnement particulièrement inaccessible.

 

At the end of summer 2015, a team  of passionated volcanophiles plan to go down to the bottom of Marum volcano  (Vanuatu archipelago) during a 4 weeks expedition, to reach the shore of its bubbling lava lake. There, they will do measurements and they will collect gaz and lava sampling for the volcanologists who will join the expedition but are not used with ropes techniques. By this committed human adventure, volunteers are offering their technical and sports knowledge to the Science, in a particulary harsh and remote environment.

 

Infographie_marum_v2-1417861829

 

Ce volcan isolé, situé sur l’île d’Ambrym, dans l’archipel du Vanuatu est reconnu comme produisant le plus important panache de gaz au monde.

 

O.grunewald_volcan_nyiragongo_81-1416242684

 

Les photographies qui illustrent ce projet ont été réalisées au cours de deux expéditions sur le volcan Nyiragongo en République Démocratique du Congo en 2010 et 2011, en lien avec l'Observatoire de la Ville de Goma au pied du volcan.

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_01-1416242728

 

Le Lieu

 

Pacifique sud, Archipel du Vanuatu, île d'Ambrym. Cette île abrite deux profonds cratères, dont celui du Marum dans lequel bouillonne un tumultueux lac de lave. Un environnement hostile : Le volcan d’Ambrym s’élève à plus de 1000 mètres au-dessus de la mer et cristallise de sérieuses turbulences atmosphériques. L’île est le domaine des nuages, de la pluie et du vent. Le cratère du Marum, objectif de l’expédition est un puits de 400 mètres de diamètre et de 400 mètres de profondeur. Tout au fond gronde un lac de lave agité par d’énormes bulles explosant en continu.

 

Explosions de bulles de gaz filmées par Olivier en septembre 2014 en Islande pendant l’éruption du volcan Bardarbunga. C'est ce type d'activité que nous allons approcher au fond du volcan Marum.

 

Si les conditions climatiques sont rudes au sommet du volcan, dans le cratère, les gaz tournoyant en permanence en font un lieu éprouvant. Les parois quasi verticales constituées de matériaux instables, vont augmenter considérablement les difficultés de l’expédition.

 

Qui sommes-nous ?

 

Une équipe de passionnés de volcans ! La jeunesse de la plupart d’entre nous a été baignée par les récits d’expéditions et les films d’Haroun Tazieff, dont les célèbres «  Rendez-vous du Diable ».

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_64-1416242857

 

Depuis, nous n’avons qu’une obsession : s’immerger dans les cratères béants, vivre au rythme des forces de la Terre, et partir au pied levé, dès que l’un d’entre eux entre en éruption. Au cours de nos expéditions, nous avons réalisé combien les moyens de certains observatoires volcanologiques chargés de la surveillance des édifices volcaniques, et de la prévention de la sécurité des populations pouvaient être dérisoires.

 

Une expérience reconnue

 

Les membres de l’expédition connaissent bien ces manifestations très rares que sont les lacs de lave. Ils se sont déjà approchés de trois de ces chaudrons incandescents sur les six connus sur la planète. A chaque fois, ils ont le souci de mettre l’aventure humaine et leurs expéditions, au service de la science.

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_41-1416242890

 

Leur plus grande réussite a été d’atteindre en 2010 la rive du plus grand de ces lacs de lave, celui du Nyiragongo en République Démocratique du Congo. Plonger le regard à un mètre de distance, dans un océan de magma en ébullition est une expérience qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. L'année suivante, l’Observatoire Volcanologique de la Ville de Goma situé au pied du volcan leur demande de revenir pour installer une caméra et continuer les mesures et prélèvements en vue de mieux connaître la dynamique de ces manifestations et d’améliorer les possibilités de prévision d’éruptions.

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_14-1416242937

 

L’équipe

 

Marc Caillet

 

Marc-1416242977

 

A 12 ans, il sait déjà qu’il lui faudra aller voir de lui-même ce que montre les films d’Haroun Tazieff ! Il se passionne pour le volcanisme et participe à de nombreux voyages et expéditions. Électricien de métier, la vente du miel qu’il produit lui permet de financer en partie ses voyages en terre volcanique.

 

Pierre-Yves Burgi

 

O.grunewald_volcan_nyiragongo_42-1416243013

 

Docteur en informatique de l’Université de Genève, il concilie sa passion pour les sciences et la volcanologie. Il s’investit dans l’étude de la dynamique des lacs de lave, comme ceux de l’Erta Ale en Éthiopie et du Nyiragongo en RDC, deux volcans sur lesquels il a publié des articles scientifiques. Il préside l’association « Magma Exploration ».

 

Olivier Grunewald

 

Olivier-1416243041

 

Il débute comme photographe de sports de montagne, escalade, cascades de glace et alpinisme et se tourne ensuite vers le paysage et la faune sauvage. En 1997, il découvre le volcanisme actif et cette passion ne le quitte plus. Il réalisera le suivi photos et vidéo pour faire vivre pleinement l’aventure.

 

Annie Pivot

 

Pict3811-1416243702

 

Médecin spécialisée en médecine de montagne et médecine du sport, accompagnatrice en moyenne montagne, Annie a travaillé comme urgentiste dans les secours en montagne pendant de nombreuses années. Elle pratique l’alpinisme et le ski-alpinisme et a réussi à atteindre sans oxygène l’altitude de 8700 m sur l’Everest.

 

Denis Pivot

 

Denis-1416243275

 

Guide de haute montagne, puis professeur à l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme à Chamonix, Denis travaille avec divers fabricants de matériel comme consultant en recherche et développement. Guide d’expéditions himalayennes sur le Makalu (8481m) et à l’Everest, il appuiera l’expédition du Marum par son expérience technique.

 

Le volcanologue, Olivier Bachman ainsi qu’un étudiant  attaché à  l’Université de Zurich superviseront sur place les collectes d' échantillons et procéderont ensuite à leur analyse en laboratoire. Le Geohazards, l’observatoire volcanologique du Vanuatu, est particulièrement intéressé par cette campagne de collecte de données et par l’apport important de connaissances sur ces volcans difficiles d’accès qu’elle peut apporter. Le Geohazards nous apportera également aide et soutien dans les demandes d’autorisations gouvernementales et dans les liens avec les habitants de l’île d’Ambrym.

 

Le déroulement de l’expédition

 

Seule une préparation longue et minutieuse, des entraînements fréquents, l’anticipation des problèmes de sécurité sur ce terrain instable, donneront les clés de la réussite à ce « voyage au centre de la Terre ».

Pour descendre au fond du cratère du Marum, et rejoindre la dernière terrasse surplombant le lac de lave en furie, les membres de l’expédition vont devoir installer plus de 800 mètres de cordes résistantes aux acides (sulfuriques, fluorhydrique, etc.)

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_22-1416243330

 

Lorsque les conditions météorologiques seront optimales, les membres de l’équipe se succèderont pendant 24 à 48 h le long des parois et au fond du cratère. Ils vont effectuer de nombreuses mesures et prélèvements pour les volcanologues : analyse du panache de gaz, collecte de fragments de magma et de particules fines au plus près de la zone d’émission, prélèvements de roche dans les parois du cratère pour mieux connaître l’histoire du volcan et l’activité du lac de lave, modélisation en 3D du cratère par photogrammétrie

Sur le plan médical : les analyses et mesures par le médecin de l’équipe, Annie Pivot, permettront d’appréhender l’impact des gaz, des métaux lourds, des particules inhalées sur les membres de l’équipe ainsi que sur des habitants de l’île, qui sont en permanence soumis aux retombées et aux pluies acides.

Cette aventure humaine, ce défi, est au service de la connaissance. Les volcanologues qui accompagneront l’expédition vont ainsi pouvoir profiter des collectes de données effectuées dans ce vaste système volcanique et bénéficier de toute la logistique pour mener des investigations sur un site isolé,  pendant plusieurs  semaines.

 

O.grunewald_volcan_nyiragongo_85-1416243384

À quoi servira la collecte ?

Lors de chacune des expéditions précédentes, nous avons toujours financé nos voyages sur nos propres deniers. Pour l’expédition au Marum, lointaine et coûteuse, plusieurs membres de l’équipe sont obligés d’ajouter des congés sans soldes à leur temps de vacances, pour pouvoir être disponible sur une aussi longue période.

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_49-1416243496

 

Le Budget total de ce projet est de 60’000 Euros et nous avons des aides potentielles qui représentent une somme d’environ 12’000 Euros. Nous sommes comme à chaque projet extrêmement motivés.  L’argent manquant, s’il venait vraiment à manquer, sera pris sur nos fonds personnels.

 

Vos dons serviront donc :

 

- A financer les déplacements : on ne pouvait imaginer volcan plus lointain en plein cœur du pacifique sud. Il faut rejoindre l’Australie puis le Vanuatu puis la petite île d’Ambrym. Le coût des billets est donc très élevé.

- A la logistique sur place : 40 à 50 porteurs provenant des villages au pied du volcan vont acheminer à dos d’homme les centaines de kilos de matériel et de nourriture. Certains resteront avec nous sur le terrain pendant toute la durée de l’expédition. Il faut donc prévoir des tentes et de la nourriture supplémentaires. Nous serons obligé d’installer deux campements. Un camp de base ou seront stockés nourriture, une partie du matériel et un camp avancé au bord du cratère. Il nous faudra de nombreuses tentes qui vont souffrir des pluies acides, ainsi que de nombreux bidons afin que les porteurs restés avec nous puissent nous ravitailler en eau. Toute la nourriture achetée à Port-Vila sera montée à dos d’hommes au sommet du volcan. Des porteurs feront malgré tout des aller retour réguliers pour nous apporter quelques fruits.

Deux groupes électrogènes rechargeront les batteries pour le matériel scientifique, le matériel de prise de vue, les radios et téléphone satellite. Des valises étanches seront indispensables pour protéger  le matériel « sensible ».

 

O.grunewald_voyage_au_centre_de_la_terre_59-1416243450

 

Pour équiper les descentes dans le cratère, 1000 mètres de corde au moins seront nécessaires ainsi que l’appareillage technique pour descendre et remonter les 400 mètres jusqu’au fond du cratère. Nous aurons besoin également de masques à gaz et d’une bonne réserve de cartouches filtrantes. Les radios seront notre lien permanent : une grande quantité de batteries devra être prévue.

Une pharmacie conséquente soignera les bobos du quotidien et les coups durs si besoin. Car nous serons dans un environnement à risque et il faut anticiper ce qui peut arriver.

Budget_projet_kiss_kiss-3-1416247380

 

Si votre générosité dépasse nos espérances, nous envisageons de louer des appareils de mesure supplémentaires qui permettront de collecter plus de données. Une caméra haut de gamme serait également la bienvenue pour rapporter des images d’excellente qualité. Enfin, nous pourrions compléter les recherches médicales en finançant certaines analyses biologiques coûteuses.

 

 

Note : la plupart du matériel exposé à l’air ambiant proche et dans le cratère n’est plus utilisable après l’expédition à cause de l’acidité de l’air (tentes, cordes, matériel de prise de vues, vêtements de protection, etc.).

Thumb_logo_1-1415984382
Magmaexplo

Association Magma Exploration Les membres de l’association organisent des projets d’exploration de volcans souvent difficiles d’accès et dans lesquels la collecte de données et d’échantillons va permettre de faire avancer les études menées par des volcanologues pour améliorer les connaissances et les prévisions des phénomènes éruptifs.

Derniers commentaires

Thumb_default
J'ai participé à votre collecte de fonds parce que j'admire l'esprit d'aventure qui vous anime et descendrais volontiers moi même au fond du cratère si cela métait possible. Permettez moi donc cette remarque très critique à votre égard et partagée par certains de mes confrères volcanophiles. Je suis descendu le 12 décembre dernier au Benbow, le niveau de ce dernier était exceptionnellement élevé avec une visibilité idéale, une expérience grisante qu'on se plairait à observer pendant des heures et bien évidemment d'encore plus près s'il existait un chemin (j'estime à 150m la distance nous séparant du lac) D'un point de vue affectif et aventuresque je vous soutiens entièrement mais d'un point de vue scientifique je doute fortement de l'intérêt d'une telle démarche compte tenu des sommes énormes demandées, 40000 euros ce n'est pas rien! Les Benbow et Marum sont déjà très surveillés/étudiés, idem pour le principe du lac de lave, des analyses supplémentaires ne me paraissent pas justifiées là encore compte tenu du budget engagé. Je pense qu'il existe des moyens plus économiques et tout autant efficaces pour mener à bien ces analyses, drônes, sondes projetées, analyse du spectre à distance pour calculer la quantité du SO2 , encore une fois le niveau est tellement élevé en ce moment que la chose doit être possible certains volcanologues sont des spécialistes en la matière (Robin Campion pour n'en citer qu'un en espérant ne pas me tromper sur le sujet en question) Bien évidemment reste le plaisir et le privilège d'approcher de tels phénomènes, en cela je vous ai soutenus ce que je considère comme une noble et louable conquête de l'inutile, et regrette votre échec. En espérant que vous ne le preniez pas mal, je me joindrai volontiers à vos prochains projets donc n'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de main d'oeuvre! Cordialement
Thumb_default
Très beau projet, j'espère que vous pourrez le mener à bien!
Thumb_default
De tout coeur avec vous, pour faire avancer la science, pour le plaisir de superbes images et pour le défi technique et sportif. En espérant que ce projet sera mené à bien. Monsieur M de Lyon