Aidez-nous à faire vivre "VOYAGE DANS LES MÉMOIRES D'UN FOU" notre 3è "seul en scène" après "Monologue pour les vivants" et "Suite Royale 2026".

Large_affiche_kisskiss-1482512102-1482512112

Présentation détaillée du projet

                        VOYAGE DANS LES MÉMOIRES D'UN FOU

 

Saisir la vie ou attendre la mort? Que faire en découvrant que sa dernière heure est venue? Alors qu'il vient d'apprendre qu'il est atteint d'une maladie incurable et mortelle, un jeune homme décide d'écrire à un lecteur imaginaire pour le faire dépositaire de ses mémoires. Sa plume s'emballe et l'entraine dans un tourbillon étourdissant où poésie, rires et larmes s'entre-mêlent! Mais a-t-il seulement vécu?

 

 

                                                   LE PROJET

 

"Voyage dans les mémoires d'un fou" est un spectacle de théâtre écrit et interprété (seul en scène) par Lionel Cecilio et présenté par la Cie Psk Productions.

Il y est question de problématiques d'aujourd'hui qui sont les nôtres et celles du monde dans lequel on vit. On y parle de vivre ensemble, de regard de l'autre, de différence, de handicap, de rêve, de poésie, de passion, d'amour, de folie et de liberté. On y parle de religions, de croyance, mais aussi d'une certaine idée de la solitude et on y revendique le droit à l'ennui et la nécessité de prendre son temps dans un monde où tout tend à aller toujours plus vite.

 

Créé au festival d'Avignon en juillet 2015, ce spectacle a rencontré un vif succès auprès du public, de la presse et des professionnels. Nous sommes partis avec une équipe constituée de seulement 3 personnes. Épaulés par le soutien des copains sur place et avec beaucoup d'huile de coudes, nous avons réussi ce pari fou.

 

Img_0376-1480506373

 

 

C'est grâce à cet enthousiasme du public et à un incroyable bouche à oreille que nous avons pu continuer à jouer par la suite. Au retour d'Avignon, nous avons été programmés au théâtre Les Déchargeurs à Paris pour 15 dates. Là encore, le pari était énorme pour notre petite compagnie et pour ce spectacle naissant, mais nous voulions battre le fer tant qu'il était chaud et nous avions à coeur de présenter la pièce au public parisien. 

 

 

Et nous avons bien fait!

Là encore le succès a été au rendez-vous. A tel point que cela nous a permis de faire un deuxième festival d'Avignon juste après !!

 

Et c'est suite à cela que le Théâtre de l'Archipel nous a proposé une programmation longue pour le mois de février prochain. C'est une proposition que nous ne pouvions pas refuser, d'autant que la promesse du spectacle est grande. Mais il s'agit ici de franchir un cap de "professionnalisation" en nous lançant pour 39 dates dans une grande salle de 158 places.

 

C'est un nouveau pari, il est encore plus fou, et pour le tenter... NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !!

 

Affiche_archipel_etape_6-1480504911

 

 

                                       RÉSUMÉ DU SPECTACLE

 

Atteint d'une maladie incurable et mortelle qui immobilise son corps, un jeune homme d'une vingtaine d'années s'assoit à son pupitre pour y tenir, sur les conseils de son médecin un journal de bord.

 

Ce soir là comme tous les autres soirs, il va coucher sur le papier son niveau de douleur sur une échelle de zéro à dix. Ce soir là comme tous les autres soirs il va écrire docilement la trace indélébile du passage de cette maladie. Les gens ne voient plus qu'elle. Celle qui est devenue comme sa nouvelle identité. Celle qui le vampirise et l'efface, lui, peu à peu du tableau de la vie comme les lignes légères d'un dessin d'enfant tracées à la craie sur le tableau noir de l'école.  Ce soir là, comme tous les autres soirs, il va.... écrire les mémoires de sa maladie?! C'est donc cela qu'il va laisser après sa mort !?

 

Soudain frappé par la peur de mourrir comme on l'est par la foudre, le voilà traversé d'une électricité salvatrice et vengeresse! Seul face à la mort; Tourmenté par la douleur morale de ces questionnements existentiels qui viennent frapper la tête de tout leur poids dans ces moments où l'on perd le contrôle; Assailli par la douleur physique qui existe si forte en lui, qu'elle finit par prendre toute la place dans son existence; Éreinté par tant de mois, d'années, de solitude forcée... ou voulue... le sait-il vraiment lui-même?

 

Il va, ce soir là, tenter de se souvenir, qui il est, lui! Qui il est vraiment! Avant la maladie! Comme le dernier souffle de vie, comme le dernier soupir avant de clore définitivement la porte d'un monde duquel il n'a jamais voulu et qui n'a jamais voulu de lui. Il va faire appel à sa mémoire pour se souvenir qui il est, lui, pas le jeune homme malade, non le jeune homme tout court.

 

Pris d'une frénésie d'écriture, il commence à rédiger ses mémoires. Il y a urgence! Au petit matin il ne sera sans doute plus là. C'est cette nuit que tout se joue. Sa plume glisse, vole, gratte parfois, sur le papier qui se noirci de tant de lumière. Tous ces souvenirs d'enfance lui reviennent en mémoire, mêlés de questionnements ésotériques, d'interrogations philosophiques et d'analyses sur la place de chacun dans ce grand puzzle qu'est la vie.

 

Ce sont soudain des moments d'une joie immense, d'une drôlerie incroyable et d'une folle gourmandise qu'il revit sous nos yeux. Il renait, sourit et rit, se souvenant pêle mêle de sa professeur d'école acariâtre à l'esprit si étriqué, de ses amours de jeunesse durant les vacances d'été au Portugal, de l'église que sa grand mère le forçait à fréquenter et où il a appris à s'évader en rêverie... Le tourbillon de ces moments d'enfance, de jeunesse, lui qui a tant vécu en si peu de temps, le transporte loin de son immobilité physique et de ses douleurs, le voilà qui renaît sous nos yeux, son corps se meut se contorsionne et s'élance à présent vers un avenir qui semble finalement lumineux et chargé d'espoir.

 

Mais son esprit étourdi par les médicaments s'embrume et à ses souvenirs réels se mêlent maintenant des images fantasmées. Où est le vrai du faux? Quels sont les moments qu'il a réellement vécus?... A-t-il seulement vécu? La folie s'empare de lui, mais c'est peut-être dans cet ultime lâcher prise qu'il trouvera la force de passer par dessus sa maladie pour vivre à nouveau, vivre vraiment, vivre et ne plus simplement attendre la mort écrasé par le poids de celle qui occupait tout l'espace jusque là.  

 

Coup_de_coeur_culture_lci_-_voyage_dans_les_m_moires_d_un_fou-1480512675

 

 

                                                     L'ÉQUIPE

 

Equipe_vmfou-1480511824      Lionel Cecilio      Lucien Pesnot      Sylviane Bauer-Motti    Johanna Dilolo

 

Lionel CECILIO : Auteur, Interprète

Lucien PESNOT : Compositeur des musiques et de l'environnement sonore

Sylviane BAUER-MOTTI : Chorégraphe

Johanna DILOLO : Créatrice lumière et Régisseuse générale du spectacle

 

 

 

   NOTE D'AUTEUR, DE MISE EN SCÈNE et EXTRAITS DU SPECTACLE

 

MOT DE L’AUTEUR 

C’est en donnant une lecture publique des Mémoires d’un fou de Flaubert en 2012 que tout a pris forme. Ce roman pour le moins méconnu, m’a tout de suite frappé et m’a éclairé sur le prisme par lequel je devais aborder le spectacle. Il s’agissait de rendre un instantané drôle et tendre de notre monde, de ses nombreuses absurdités, mais il me manquait quelques chose. Une adresse pour le dire et surtout un moteur qui validait le propos en évitant de tomber dans l’écueil du « donneur de leçon ». J’ai fini par trouver un moteur pour mieux parler de la vie : la mort. Comme le dit l’un des personnages du spectacle « on commence à croire en la vie quand on finit par prendre conscience de la mort. » Puis, grâce à Flaubert j’ai trouvé une idée pour l’adresse. Le spectacle est finalement loin du roman, mais je lui suis resté fidèle dans la forme en conservant le principe de mémoires adressées à un lecteur. Mais contrairement à Flaubert, ici rien n’est sûr, le lecteur est hypothétique, supposé, espéré. 

 

Capture_d__cran_2015-10-31___19.47.35-1480517777

 

MOT DU METTEUR EN SCENE

Concernant la mise en scène, je voulais qu’il y ait une profonde et constante cohérence entre l’uni- vers visuel et sonore. Il m’importait que la musique et les lumières se confondent pour emmener le spectateur ailleurs. Je voulais faire du spectacle un véritable voyage. Embarquer le spectateur, qu’il n’ait jamais l’impression d’être dans un théâtre, qu’il ne sache d’ailleurs même pas où il se trouve et qu’il ne se pose jamais la question. Une dimension parallèle comme un rêve, dont on ne prend conscience que lorsque l’on en sort en se réveillant. 

Par ailleurs, j’ai tenu à respecter l’unité de temps et de lieu, ainsi que la notion d’urgence qui sont si précieuses selon moi au théâtre. J’ai donc imaginé trois espaces scéniques renvoyant au présent, au passé proche et au passé plus ancien du personnage. Tout devant être très clairement distingué, le plus propre possible, le plus lancinant possible, afin de pouvoir tout faire voler en éclat lorsque la vie, éperonnée par la mort pressante en fin de spectacle, prendra le dessus. C’est donc une nuit que vous allez passer avec ce jeune homme duquel vous ne savez rien au départ de la pièce. Une nuit, dans une chambre que j’ai volontairement voulu modeste afin de remettre au centre des question- nements du spectacle, l’équilibre entre richesse matérielle et richesse personnelle. Enfin, la maladie affectant le corps, il fallait marquer la cassure entre un esprit libre et un corps figé devenu une prison. J’ai donc beaucoup travaillé sur le mouvement et la tenue du personnage. 

 

13411860_10208888313459427_4739538442171256325_o-1480513032

Crédit Photo © JC Charrier

 

EXTRAITS  DU SPECTACLE

- Enfant, j’avais mal à l’être, Jeune homme mal au coeur, et à présent adulte j’ai mal au corps. 

- Les mots se jouent de nous peut être plus qu’on ne joue avec eux. 

- Je suis contraint à regarder défiler les nuages sans aucun espoir que le vent ne m’emmène avec eux. 

- Le désir est un enfant gâté, il faut tout lui céder parce qu’il est l’encre de nos vies. 

- Vous voyez quand vous refusez de vous laisser vivre, vous repoussez un peu l’heure de la mort. 

- Ma bouche s’ouvrait mais aucun son ne sortait, comme dans ces rêves où tu voudrais crier mais tu ne peux pas. 

- Regarder, comprendre, retranscrire et sublimer par la manière de son récit. Le prophète est le poète. 

Certains jours, j’avais envie de hurler à en mourir ! Me vider dans un cri et mourir !

- La société me rappelait sans cesse à la trivialité bestial de son commerce.

- Dans les bras d’une femme, quand la lumière s’éteint le noir ne se fait pas.

- Appliquez-vous dans vos erreurs, les gens ne se souviendront que de vos faux pas.

- Non, je ne suis pas mort. Mon esprit est libre.  

 

12047254_10153708136605929_68371773_n-1480513069

 

 

                                          LA REVUE DE PRESSE

 

 

Revue_de_presse_vmfou-1480514290

                                           LES AVIS DU PUBLIC

 

 

                    Critik_billtereduc_vmfou-1480753132

 

 

                          NOS PROJETS À VENIR POUR CE SPECTACLE

 

- Dans les jours qui viennent le texte du spectacle sera édité aux Éditions Ipagination. Il sera proposé dans les contreparties de cette campagne, mais vous pourrez aussi le trouver en librairie et sur des liens que nous vous donnerons ici.

- Par la suite, nous commencerons les répétions et la communication en vue de la programmation parisienne au Théâtre de l'Archipel à partir du 2 février.

- Et enfin, nous aimerions si tout se passe bien pouvoir confirmer la participation de "Voyage dans les les mémoires d'un fou" au Festival d'Avignon 2017.

 

Nous vous tiendrons régulièrement au courant de tout cela dans la rubrique ACTUALITÉ de cette page.  

À quoi servira la collecte ?

La collecte nous servira à boucler le budget de la programmation parisienne au Théâtre de l'Archipel du 2 février au 29 avril 2017, du jeudi au samedi, soit 39 dates dans une salle de 158 places.

 

Une grande partie des frais sera couverte par les recettes des précédentes représentations et nous envisageons dans notre comptabilité les potentielles recettes à venir sur cette programmation.

Considérant cela la Compagnie est en mesure d'assumer une partie du budget à hauteur de 15000 €

Toutefois, le compte n'y est pas. Jouer au Théâtre c'est cher et d'autant plus à Paris.

 

                                           BUDGET PRÉVISIONNEL

 

                                                                                                     Salle: 4500 €

                                                                               Salaires et Charges: 8890€

  Communication dont Campagne affichage,Flyers,Attaché de presse...: 9500€

Frais Annexes,Dépenses courantes,Transport décor,gestion costume...: 2000€

                              TOTAL DE TOUS LES FRAIS POUR 39 DATES : 24890€

 

 

La somme demandée nous permettra donc de boucler le budget au delà de nos 15000€. Ainsi nous pourrons avancer plus sereinement et notamment faire face aux salaires de l'équipe technique et artistique, et assurer une communication efficace (indispensable pour jouer 3 mois à Paris.)  

En réalité comme vous le voyez dans le budget, il nous manque un peu plus que la somme demandée mais nous nous sommes tenus à ce montant pour avoir plus de chances de l'atteindre et de concrétiser cette collecte.

 

Si par chance nous réunissons plus que la somme demandée cela nous permettra de boucler un à un et dans l'ordre des priorités chacun des pôles manquants de notre budget cités ci-dessus. Et si vraiment vous êtes nombreux à nous soutenir et que nous allons bien au-delà, alors cela nous permettra de retravailler les décors et les costumes et par la suite d'envisager sereinement de continuer à jouer et notamment de participer à nouveau au festival d'Avignon.

 

Thumb_6fbd3c1c95eab44db4bc1a3f0e0ebc74-1480756917
Psk Prod

PSK Productions est une compagnie de Théâtre qui crée et diffuse du spectacle vivant depuis 2005. A ce jour nous avons porté 5 spectacles. 2005 - "Monologue pour les vivants" Seul en scène de et avec Lionel Cecilio, mis en scène par Rebecca Stella. 2006 - "Suite Royale 2026" Seul en scène de et avec Lionel Cecilio, mis en scène par Rebecca... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
ravi que tu pousses ce spectacle vers un public nouveau!
Thumb_default
Michel BOUQUET disait à l'un de ses élèves : " N'oublie pas que les spectateurs ne viennent pas te voir jouer mais qu'ils viennent jouer avec toi" . Ce spectacle est un vrai moment de partage . Un très beau moment de théâtre. Je vous souhaite un très grand succès pour cette reprise.
Thumb_default
Salut Lionel ! j'aurais voulu t'envoyer mon soutien plus tôt mais comme beaucoup je cours après le temps... Félicitation pour ce spectacle qui a l'air formidable ! Nous serions enchantés de venir le voir en famille ! Je t'envoie tous mes encouragements! bisous et Bonne année 2017 à toi et toute ta famille! Ta cousine Paula de Rouen !