Large_capture-1522245564

Présentation détaillée du projet

Partie 1 : Les EEIF et la branche perspective

1-) EEIF

Nom complet de l’association : Eclaireuses & Eclaireurs Israélites de France

Date de création : 1923

Nombre d’adhérents : 3 000 enfants et adolescents ; 800 responsables et cadres bénévoles sur l’ensemble du territoire national.

Association loi 1901 reconnue d’utilité publique.

Un peu d’histoire
Les EEIF ont été fondés en 1923 par Robert Gamzon. Edmond Fleg, puis Léo Cohn apportèrent chacun une contribution décisive à ce qui allait devenir le premier mouvement de jeunesse juive en France. Répondant aux aspirations de la jeunesse juive, ils connaissent une rapide extension dans l’Est de la France, puis dans le Sud et en Afrique du Nord, accueillant filles et garçons de toutes origines et de tous milieux. Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate, les chefs EEIF sous la direction de leur fondateur, se sont mobilisés pour faire face au danger nazi. Ils ont d’abord sauvé des enfants en les cachant dans des maisons, puis ont rejoint la Résistance pour lutter contre l’ennemi. Cet engagement a servi, sert et servira encore d’exemple à tous les membres des EEIF, “Bâtisseurs d’identités depuis 1923”.

Les Eclaireuses Eclaireurs Israélites de France sont une des 5 associations membres du Scoutisme Français.

L’objectif des Eclaireuses & Eclaireurs Israélites de France est de contribuer au développement personnel de ses membres, de privilégier le questionnement sur l’identité et de faire prendre conscience des nombreuses facettes du judaïsme, de sa richesse et de son message.

Depuis la création des EEIF en 1923 par Robert Gamzon, nous transmettons des valeurs de citoyenneté, de scoutisme et de judaïsme pour construire l’identité de ses membres, des enfants âgés de 8 à 17 ans.

- La citoyenneté :

Depuis 90 ans, le « vivre ensemble » est au cœur de nos préoccupations. Les EEIF n’hésitent pas à s’engager dans des actions humanitaires, culturelles en lien avec des acteurs de la société civile.

- Le scoutisme :

Nous avons notre propre méthode éducative « scoute » : l’éducation du jeune par le jeune. C’est un système de progression individuelle et collective à la fois que nous mettons en œuvre grâce à des activités enrichissantes et ludiques pour les enfants.

La transmission et l’apprentissage de la responsabilité sont très importantes, ainsi que le respect d’autrui et de la nature.

Les EEIF accompagnent les jeunes à chaque étape de leur développement en commençant par les Bâtisseurs, âgés de 8 à 11 ans, en continuant avec les Eclaireurs âgés de 11 à 15 ans, en poursuivant avec la branche perspective (âgés de 15 à 17 ans), puis les animateurs bénévoles en associant l’apprentissage ludique, la vie en communauté et un parcours pédagogique.

- Le judaïsme :

Les EEIF font le choix d’une éducation juive ouverte, respectueuse du choix individuel de chacun de ses membres. Cela permet aux jeunes d’horizons religieux différents de trouver leur place dans le Mouvement pour y découvrir la pluralité et l’unité du judaïsme.

Afin de faciliter la pratique religieuse de chacun et d’harmoniser les actions aux EEIF, un « minimum commun » a été mis en œuvre dans les années 1930. Celui-ci permet aux jeunes Juifs de familles pratiquantes ou non de vivre ensemble, de se découvrir les uns et les autres.

Cette mixité religieuse, au même titre que la mixité sociale, est à la base du succès du projet éducatif EEIF.

2-) LA BRANCHE PERSPECTIVE    

Les PIF, Perspectives Israélites de France, forment la branche des 15-17 ans.

Pendant une année, les adolescents vont construire et réaliser des projets qui leur tiennent à cœur tout en restant fidèles à la philosophie EEIF, encadrés par un ou deux Responsables de la Branche Perspective (RBP).

Puis, ils trouvent différents moyens pour récolter les fonds nécessaires afin d’accomplir leur voyage humanitaire au mois de juillet qui sera l’aboutissement de leurs efforts.

La prise de responsabilités, le travail en groupe, les différents projets réalisés pendant l'année sont autant d'expériences enrichissantes qui vont permettre à ceux qui le souhaitent de continuer à militer dans le mouvement en devenant animateurs.

- Projets culturels : visite d'un musée, projection d'un film sur un thème lié au scoutisme, au judaïsme ou à la citoyenneté

- Projets communautaires : organiser un Shabbat plein pour son groupe local ou sa communauté

- Projets sociaux : aller faire le ménage de Pessah chez des personnes âgées, organiser un spectacle à jouer devant des enfants hospitalisés, découvrir une association pour la prévention de consommation d’alcool, drogues, prévention à la sécurité routière, gagner de l'argent pour le compte d'associations et d'œuvres caritatives...

Les projets PIF se réalisent en groupe. Cela permet à chacun de prendre de réelles responsabilités, de s’organiser, en vue de la concrétisation d'objectifs précis.

L'auto-gestion, notamment, est au cœur du projet éducatif PIF.

Les adolescents restent encadrés par des animateurs bénévoles qui les guident dans leurs choix, supervisent leurs projets, et gèrent les aspects administratifs et financiers.

Ces mêmes animateurs organisent pendant l’année plusieurs activités pédagogiques, des sorties, des visites dans différentes associations, puis les initient aux fonctions d’animateurs.

Partie 2 : Descriptif de notre projet 

1)  La situation en Argentine

L’Argentine est un pays où les nazis se sont réfugiés à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En effet, Perón alors au pouvoir en 1945 a délibérément accueilli plusieurs criminels de guerre et d'anciens dignitaires fascistes européens (Eichmann, Mengele, le fils de Mussolini…). La situation est telle que la question d’extradition se pose encore. En effet plusieurs tentatives de recherches, plus ou moins fructueuses de ces criminels, dirigées par les pays occidentaux sont d’actualité. Cette fuite a été motivée par le général Perón qui lors de sa mission diplomatique en Italie sera admiratif de l’idéologie de Mussolini, et dont son mandat en sera fortement inspiré. De plus il est connu que de nombreux capitaux allemands ont été investis dans l’économie argentine lors de la fin du conflit afin d’assurer aux fuyards une stabilité et une sécurité une fois arrivé en Argentine.

On retrouvait ces criminels à Buenos Aires mais sous une autre identité. Mais quand on s’éloignait de la capitale, il n’était pas rare de retrouver des insignes et autres symboles nazis affichés fièrement par exemple dans la sierra de Cordoba. 

En 1960, un coup de tonnerre trouble la sérénité des nazis d’Argentine : un commando israélien enlève Adolf Eichmann, l'un des principaux exécutants de l'Holocauste, qui sera jugé et finalement pendu à Tel-Aviv. Mais si cette action audacieuse permet la capture de l'un, elle reste sans effet sur l'impunité dont continuent à jouir les autres. Ainsi, en 1977, si la police arrête Eduard Roschmann, le « bourreau de Riga », responsable de 40 000 exécutions sommaires, il brûle aussitôt la politesse à des gardiens bien incompétents et se réfugie à Asuncion. Le rétablissement de la démocratie en 1985 laisse présager un changement d'attitude des autorités. Espoir confirmé par la détention de Walter Kutschmann, un ancien chef de la Gestapo, débusqué dix ans plus tôt par Simon Wiesenthal, l'infatigable chasseur de nazis ; le vieillard meurt en prison avant qu'un tribunal ne décide de son sort. Autre prise : Joseph Schwammberger, officier SS ayant sévi en Pologne, qui sera extradé vers l'Allemagne.

Il est donc très important selon nous que des jeunes de 16/17 ans comprennent les enjeux politiques post-guerre jusqu’à maintenant en Argentine ainsi sur la question des nazis et fachistes de XXème siècles réfugiés là-bas.

2)  Le projet     

De plus en plus d’enfants arrivent au sein du mouvement en ayant très peu de notions sur le judaïsme, que ce soit dans la façon de le pratiquer ou dans son Histoire. Comme nous l’avons vu, l’Argentine abrite la 5e plus grande communauté juive au monde avec plus de 200 000 juifs.

Cela permettra aux enfants de découvrir le fonctionnement, la culture, les traditions et l’Histoire d’une communauté hors du commun. Ils pourront alors mettre en relation tous ces éléments avec ceux composant la communauté juive française. 

L’année PIF est donc l’occasion pour les enfants d’étayer leur culture en visitant un pays dans lequel ils ne sont très certainement jamais allés ; elle permet aussi aux animateurs de préparer les enfants et de les former à l’animation parce qu’il ne faut pas perdre à l’esprit qu’ils seront animateurs dès leur retour du voyage.

C’est de plus l’occasion de sortir des frontières françaises entre lesquelles se sont faits tous les camps précédents lorsque les enfants étaient bâtisseurs ou éclaireurs.

Ainsi, la découverte d’une culture étrangère nous permettra d’enrichir notre culture et de développer une ouverture d’esprit.

De nombreux projets de la branche perspective des EEIF ont été menés par les groupes des générations précédentes dans le monde entier. Ils ont vécu une expérience très enrichissante, pleine d’émotions.

Voici quelques exemples :

·        En 2006, le Mexique : aide à la construction d’une école

·        En 2012, en Espagne et Portugal : Sur la trace des juifs d’Espagne et du Portugal

·        En 2014, le Pérou : Animation d’enfants péruviens orphelins à Andahuaylas

·        En 2016, en Afrique du Sud : Aide dans une école locale, activités avec les enfants

·        En 2017, L’Equateur : Rénovation d’une école locale

Cette année, d’autres projets aussi ambitieux sont en cours de préparation pour permettre aux jeunes de vivre une expérience unique en s’engageant dans des missions humanitaires avec le mouvement.

Ainsi, notre voyage en Argentine que nous vous proposons ici, fait partie de ces projets en cours de réalisation.

3) Nos objectifs

·   Travailler sur le sujet de La fuite des Nazis vers l’Argentine

- Le constat que nous avons fait sur nos jeunes est qu’ils ne connaissent pas assez l’après 1945. Leur programme scolaire étant axés surtout sur les procès de Nuremberg, ils connaissent très peu l’Histoire des Nazis qui ont fui vers l’Argentine et comment Israël et les divers acteurs comme les Klarsfeld ont pu poursuivre et faire juger ses criminelles.

·   Travailler sur le sujet de la Jewish Colonization Association:

- le contexte existant en Russie à la fin du 19ème siècle, les pogromes, la montée de l'antisémitisme en Europe, annonciateur de la Shoah.

- l'épisode même de la transplantation depuis la Russie vers l'argentine, initiative visionnaire du Baron de Hirsh. On s'arrêtera sur le personnage et l'histoire du baron, s'inscrivant dans la lignée de moise et précurseur de Herzl et des autres figures emblématiques du sionisme (Montefiore, Rothshild...).

- l'implantation des juifs d'Europe dans un milieu rural argentin, le choc subi par ces émigrants (climat, langue, culture...), le rapport à l'agriculture, annonciateur des premiers kibboutz en Palestine. L'accueil qui leur est réservé par la population et le gouvernement argentin, l'évolution dans le temps de cette population et leur destinée au travers des vestiges qui demeurent aujourd'hui et des témoignages de leurs descendants.

·       Une participation à l’action sociale :

 Une des valeurs pilier du scoutisme est la solidarité. Par ce projet nous voulons donner aux PIF l’occasion d’avoir réalisé une action concrète, qu’ils s’aperçoivent du résultat.

Nous espérons par ailleurs que ce voyage leur donnera l’envie de s’investir dans d’autres actions sociales et humanitaires par la suite.

·       L’échange :

 Notre mouvement prône l’ouverture d’esprit. Notre projet s’inscrit dans un objectif d’échange, de partage, de rencontres. Faire preuve de tolérance, de fraternité et de capacité d'adaptation.

·       Une initiation à l’animation :

Les jeunes que nous animons sont la relève du mouvement, ce sont eux qui l’an prochain prendront le relais. Il est donc essentiel de les former à l’animation afin qu’ils puissent à leur tour transmettre les valeurs qu’ils ont reçu.

·       De la découverte :

Notre projet a aussi vocation à faire découvrir à ces jeunes une partie du monde dans laquelle ils auront peut-être peu l’occasion d’aller à l’avenir.

Nous profiterons donc de la richesse culturelle, naturelle de l’Argentine avec de nombreux paysages plus beaux les uns les autres.

Nous souhaitons que les enfants auxquels nous viendrons en aide tissent des liens avec nos adolescents, se souviennent du passage des scouts et apprennent à connaître notre mouvement, qui permet la réalisation de ce beau projet.

4-) Nos actions

 En Argentine

•    Rencontre avec des membres de la communauté juive 

•    Recherche des personnes de la même famille que les personnes interviewées en France.

•    Construction de leur généalogie

•    Actions de bénévolat (maison de retraite juive, école juive, communauté, …)

•    Visite des sites et des lieux se rapportant au sujet.

À quoi servira la collecte ?

Pour pouvoir mener à bout notre projet et financer ce voyage, nous menons régulièrement des actions au sein des EEIF en organisant :

•        Des petits travaux : des ventes de gâteaux, brocantes, vente de loulaves, baby sittings, lavages de voitures, tombolas, livraisons de courses, distributions de flyers, déménagements, constructions de meubles, animations d’anniversaires …

•        Des collectes

•        Ensachages

•        Recherche de subventions

Mais pour réaliser ces projets les dons nous permettent d'avoir une vision sur la faisabilité du projet. En effet plus l'argent est récolté rapidement plus la réalisation du projet se concrétisera.

Aujourd'hui nous avons récolté +13000€, et il nous manque environ 20000€ euros car une moitié du voyage est payé par la participation de chaque membres du projet (1100€ par personne). Nous récolterons jusqu'à juin et donc pensons que nous pouvons récolter environ de 5K à 10K € (hors dons), c'est pourquoi nous faisont cette collecte afin de pouvoir récolter 5000€ qui nous manque.

Si les 5000 euros sont dépassés (ce qui serait dingue), nous pourrions avancer sur l'argent manquant et donc continuer de récolter pour amener encore plus dans notre action sociale.

Tout l'argent récolté sera versé dans le compte "EEIF BP1" qui est le compte du camp et qui est géré par l'association EEIF.

Samuel Assouline et Jasmine Spadaro

Scout depuis l'âge de 7 ans, nous sommes aujourd'hui chefs de camp pour 19 jeunes qui seront les futurs animateurs en septembre prochain. Notre but est de leur transmettre notre savoir et de les préparer au mieux à cette autre facette du scoutisme.

Derniers commentaires

Thumb_default
Belle initiative Bonne chance Simon,sylvie
Thumb_default
Kol hakavod