Wild food, les nourritures féroces … qui nous empoisonnent. J’ai photographié ces aliments mis en cause, transposés à partir d’objets banals en plastique (nourriture d'un futur proche ?) et leur ai attribué des slogans publicitaires... mais de contestation. Je voudrais réunir ces images et informations collectées dans un livre-alarme, afin de déjouer tous ensemble les pièges de l’agro-alimentaire, faire que les choses bougent, et retrouver le plaisir normal qu’est celui de manger !

Large_00-wf-avatar

The project

Wild food, les nourritures féroces 

 

On est de plus en plus assaillis par les informations sur la nourriture qui nous empoisonne. J’ai donc voulu mener un travail d’investigation à ma façon. J’ai photographié les aliments mis en cause, transposés à partir d’objets en plastique (nourriture d'un futur proche?), et leur ai attribué des slogans publicitaires… mais de contestation. Je voudrais réunir ces images et informations collectées dans un livre-alarme, afin de déjouer tous ensemble les pièges de l’agro-alimentaire. Faire que les choses bougent. Et retrouver le plaisir normal qu’est celui de manger !

 

 

Les mots seront validés par quelqu’un du milieu scientifique et/ou de l’environnement. À  la fin du livre, chaque image sera commentée afin de donner les clés nécessaires à sa compréhension. Sur le site Neo-planete, magazine de l’environnement de Yolaine de la Bigne, les données seront mises à jour, les décrets signalés… et les bonnes évolutions bien notées ! Une exposition fait aussi partie de ce projet.

Je voudrais que ce livre soit réalisé grâce au soutien et à la contribution « sensibilisée » d’internautes (via KissKissBankBank), pour qu'ils deviennent eux-mêmes des « alerteurs » à leur tour.

Si la somme annoncée est dépassée, les fonds serviront à augmenter le tirage de ce livre et à financer l’exposition qui suit. .

Wild food / Cantine. Reproduction d’une scène banale, représentant une cantine, un restaurant, une cafeteria, un self…, un lieu partagé par tout le monde.

 

 

 

Installation de12 tables de pique-nique, alignées dans un espace. Un plateau est posé devant chaque place assise. Sur le plateau, comme dans le livre, à gauche est posé un aliment plastique, à droite est imprimé le message qui lui correspond. Chacun des visiteurs de l’exposition peut se dire qu’il s’est déjà assis devant ces plateaux-repas et constater qu’il consomme régulièrement ce type de nourriture. Une note informative est distribuée avec des clés pour éviter certains pièges, le but étant de cumuler le moins possible de poisons alimentaires et de ne pas dépasser "la dose de toxicité admissible" qui nous est cyniquement attribuée par l'industrie agro-alimentaire.

Bonne nouvelle. L’étiquetage des ingrédients est devenu obligatoire. Mais c’est à nous à de savoir lire et de décoder les étiquettes, d’être assez vigilants pour ne pas avaler n’importe quoi, de privilégier de petites marques éthiques, des petits producteurs raisonnés. D’encourager les bonnes volontés par nos achats pour que de bons aliments puissent trouver leur place sur le marché. De forcer les marques sans scrupules à modifier leurs produits, et les gouvernements à installer des décrets qui nous protègent. Finalement, acheter c’est voter

Je suis devenue artiste il y a presque 8 ans. Un jour, axphyxiée par les tonnes d’objets qui nous entourent, j’ai eu envie de réagir. Depuis tout mon travail artistique, est une démarche écologique, je milite pour limiter la prolifération de l’objet en plastique de grande consommation. Chaque année des milliers de tonnes de plastique envahissent les océans, Le plastique ne disparaît jamais, il se dégrade, s’éparpille en microparticules, se mêle au plancton, nourrit les poissons qui nous nourissent et nous finissons, en mangeant du poisson, par manger ce plastique que l'on a jeté ! Basta plastica ! Aujourd'hui, je milite aussi pour que le comestible reste (ou redevienne) comestible, sans la chimie toxique, ajoutée par les marques de l'agro-alimentaire. 

Quelques exemples de mon travail :

Alerte Orange, performance.

Il faudra 400 ans pour que les objets en plastique de cette installation se dégradent et s’éparpillent en microparticules sous mon pommier…  Peut-être, alors, la terre modifiée engendrera-t-elle des récoltes de pommes rouges ou vertes en plastique ?

Voir l'installation sur : http://www.martinecamillieri.com/  puis cliquez sur voir les étapes.

Les Autels et Temples installations oniriques-ironiques, pointant les phénomènes de notre société de surconsommation. Expositions à Paris, Toulouse, Milan,Tokyo.  http://www.martinecamillieri.com/reflexions_artistiques/installations.html

 Re-play, "nomadisme des utilités", propositions pour enclencher des deuxièmes vies (lustres, Tours Eiffel, camions-bidons…). Expositions Centres d’art, écoles, Colette. http://www.martinecamillieri.com/reflexions_artistiques/replay.html

Expériences autour du comestible, élaboration d’une vaisselle jetable totalement biodégradable (Centre Pompidou. Performance à la Maison des Arts de Malakoff). http://www.martinecamillieri.com/comestible.html

Édition http://www.martinecamillieri.com/edition.html

Web-work. Depuis 2008, je répertorie les objets perdus rencontrés, et les mets en ligne, avec leur point GPS pour que les perdants puissent les retrouver (un objet perdu étant à racheter, à produire… donc pollution)

http://objets-perdus.net/ est un site de gardiennage virtuel et une galerie de photos, en même temps.

 

Why fund it?

La collecte financera ce livre Wild food. Le budget comprend la coordination éditoriale, la photogravure, ,l’impression et le façonnage de l’ouvrage, et sa distribution pour un total de 6 300,00 € TTC, correspondant à 1500 exemplaires. (L’imprimeur choisi travaille dans le respect des normes environnementales européennes. Il est certifié Imprim'Vert et Iso 14001)

La somme nécessaire est donc : 6 300 €

Si cette somme est dépassée, les fonds financeront Wild food / la cantine. Prix de l’exposition  Achat + impression de 40 plateaux repas + 12 tables pique-nique = 1080 €

Ou une édition en plus grand nombre pour toucher plus de gens.

Thumb_moi
Martine Camillieri

Tout mon travail artistique milite pour limiter la prolifération de l'objet sur terre Martine Camillieri, plasticienne, pionnière en matière de détournement et de recyclage, propose des façons ludiques de consommer notre quotidien. Elle écrit des modes d'emploi, pour inciter les gens à pratiquer une écologie ludique ("Tables éphémères, Jouets... See more

Newest comments

Thumb_default
Bonjour et encore félicitations ! Thomas Sauzedde, Paris.
Thumb_default
Avec les encouragements de Véro Le Camus du Lieu-dit à Versailles (via la Béno)
Thumb_default
un petit soutien de plus pour ce super projet ! jeanne-marie