Je m'appelle raymond camus, 149 de QI depuis 11 mois, ma vie doit changer, par ou commencer ? Peut être ici, maintenant, grâce a vous !

Large_image_projet_car_pas_de_gif-1514902306

Présentation détaillée du projet

 

 

Bonjour, je suis Will Hunting, mais je m’appelle Raymond Camus, appelez-moi Raymond. J’ai 36 ans, 149 de QI depuis 11 mois, ma vie va changer, mais par où commencer ? Peut-être ici, maintenant et grâce à vous !

 

 

 

 

Après de nombreux retours de mes ami(e)s, je me rends compte du pavé littéraire que vous devez avaler pour comprendre ma démarche auprès de vous.

 

Ce constat m'a fait remonter une pensée inspirée par une conversation. Voici cette pensée : la vérité d'un propos se perd, à hauteur de la longueur de son argumentaire.

 

Alors je vais tenter d'être plus bref !

 

Si vous voulez connaître ma vie entière, tel que le projet a été écrit initialement, cliquez pour lire mon histoire d’ornithorynque. Vous y découvrirez mon enfance traitée avec humour, philosophie, une pointe de sarcasme, un soupçon de cynisme...et avec une bonne rasade d'enthousiasme et d'envie pour la vie.

Bonne lecture à vous et merci pour votre temps imparti à la découverte de mon écriture !

 

J'ai aussi réalisé la vidéo ci-dessous pour ce projet. Elle est aussi une métaphore rapide de mon histoire. Vous en saurez plus sur cette vidéo en vous rendant dans la FAQ ou sur la description Youtube.

 

PS: Désolé pour les oreilles mélomanes, c'est la première fois que je chante pour tout vous dire...(1h30 pour enregistrer ma voix et faire l'accompagnement / 300h pour faire ce clip vidéo-ludique...).

 

 

Ce projet se nomme Will Hunting, et certains se demandent le rapport, car je ne compte pas produire quoi que ce soit autour de ce film ! Will Hunting car comme lui, j'ai eu ce qu'on appelle couramment dans le jargon populaire, une enfance de merde. Alcool, pédophilie, violence...

 

De ces enfances dont ont ne sait pas grand chose ! Pourquoi ? Car qui, à part les psy, est apte à entendre cela ? Dites-vous aussi que généralement ceux qui ont ce bagage en héritage sont : soit des furieux qui dorment en prison, soit des névrosés anxieux sous silence. Au mieux, ils existent discrétement dans les bas fonds ouvriers de nos sociétés, on les croise dans ces boulots que personne ne veut faire, les trop nombreuses cours des miracles.

 

Et quand par chance ou génétique farfelue, ils ont des facultés congnitives trés dévellopées, ils ne sortent que très rarement vivants de leur chemin initial. Les quelques chanceux qui grâce à leurs cerveaux algorhytmiques survivent à leur histoire monstrueuse. Cette poignée d'humains fracassés avant d'avoir aimé, sont à l'origine de personnages fascinants dans l'histoire humaine.

 

Je veux être de ceux là, être à la hauteur de mon expérience, être l'être brillant qui découle de ma résilience... Et si je manque de modestie, je dis souvent qu'être modeste, c'est avoir honte d'exister. Et je n'ai pas honte d'exister ! Être qui je suis, par-delà les milles fracas de mon enfance pas choisie, me permet de me passer de modestie ! Pourquoi ? Car le fragile de la vie est inscrit dans ma chair, pas le temps de faire semblant de faire !

 

 

Jusqu'a présent je n'ai fait que faire

Faire pour vivre, pour survivre amer

Faire moins que mon pouvoir de faire

Faire mon trou dans la société ouvrière

Celle des frères, où les coudes se serrent

Ressent-on nous l'enfer ? Dans tous ces fers et défaire

 

À faire autant c'est ma vie que je perds

Comme tous, je fais semblant de faire

Comme mâle, être le père des pères

Comme esprit, le silence volontaire

Froid, cupide et austère

Ne jamais me taire est un de mes travers

 

Sans vous, je ne peux rien faire

Demain ne sera pas comme hier

Sans vous, je ne peux faire

Du moins c'est vrai, je l'espère

Ouvrier aux mains pleines de terre

J'attends un avenir salutaire

Pour tous et moi derrière

 

Que tout mes efforts de pierre

Deviennent ma nouvelle mère

 

À quoi servira la collecte ?

 

La très bonne nouvelle de cette frustration de 36 années est celle-ci : j’ai eu le temps d’épurer et d’aller à l’essentiel. Surtout, comme le dit le mot frustration, j’ai un très vaste appétit de me réaliser. Mais je ne puis le faire sans vous. La vie ouvrière ne laisse guère d’énergie pour mes milles idées.

 

Mon projet de vie se définit donc en un seul et unique palier.

L'objectif numéro un est l’écriture d'un livre.

Ce palier unique est fixé à 10 000€.

 

Et bien cela va me permettre de pouvoir me consacrer exclusivement à l'écriture d'un livre, à sa correction et à la recherche d'une maison d'édition, avant de reprendre une activité professionnelle. Le tout en 6 mois maximum, promis !

Donc pour être clair et transparent, cette somme servira en partie à mes besoins fondamentaux (habitat et alimentation) ! Car écrire est pour moi un travail de longue haleine et de précision (la rédaction de ce projet a d'ailleurs commencé en juillet). Sachant que cet écrit sera mon premier bouquin, je me dois d'être perfectionniste et à la hauteur de ma collecte si elle réussit. L'autre partie servira à la relecture et à la correction par un professionnel. Ainsi qu'à l'envoi à des maisons d'édition.

Ce livre a pour but d’être vendu dans les réseaux de diffusions classiques de la littérature moderne (papier et numérique). Allez voir dans les contreparties pour avoir votre exemplaire dédicacé !

 

Ces 6 mois seront donc remplis par l'écriture d'un livre en priorité car il prend une place incroyable dans mon cerveau et ce depuis trop longtemps ! (certaines grandes lignes sont déjà écrites dans mes carnets).

 

Pour essayer de lire, cliquez ici !

 

Ce livre ne fera pas 300 pages, mais plutôt 120 pages très précises. Et écrire ces 120 pages avec la précision que j’attends, devrait se faire aisément en 6 mois par livre au kg.

 

 

Ce livre traite de la testostérone, de son implication dans tous les traits de la société. La responsabilité immense que représente la masculinité dans le développement de la civilisation humaine. Ses conséquences dans tous les traits sociétaux : que ce soit religieux, économique, culturel, politique, scientifique...etc. Ce pamphlet mettra également en avant une idée fondamentale, une pensée forte pour toutes les femmes du monde. Il faut que soit reconnu comme génocide les millions de femmes mortes par excès de phallus, et ce à travers les milliers d’années traversées. Seule condition à mes yeux pour que notre espèce fasse un bon en avant. Vous vous dites sûrement que le terme génocide ne peut s'appliquer pour la femme... Ne criez pas victoire les phallocrates : il suffirait qu'elles s'érigent comme nation "femme" et nous serions obligés d'acquiescer de la légitimité de ce terme. Je sais que nombre d’hommes seront soulagés de prendre du recul sur l’emprise de cette hormone, nombreux y sont prêts. Les femmes quant à elles ne pourront que se sentir libérées de cette oppression. Cet essai a donc pour but de faire sauter une chape de plomb sur le sujet de nos dominations masculines. Je rêve d’un temps où, pour séduire sa convoitée, seule la belle phrase poétique et des fleurs seront utilisés. Plutôt que des mains aux fesses intolérables pour notre niveau de conscience et de développement. Weinstein & co, si vous me lisez, pensez à la castration. 

 

 

Mais ce n'est pas fini ! J'ai plusieurs idées qui m'accapare les neurones (le contraire paraîtrait étrange au vu de la revendication de mes 149 de QI,

non ?).

 

 

 

-          Deux autres livres

-          Un album de chanson

-          Une expo de mes peintures

-          Une application

-          Développer une mathématique artistique

-          Réfléchir à une science de l'émotion

 

Voici pour les priorités. Et je vais vous développez ça point par point (sauf la science de l'émotion, qui représente un travail de longue haleine) !

Il parle d'un homme, il vient d'être élu à la présidence de l'humanité, à 99,99% des voix, pourtant il n'était pas candidat à cette élection. Seul lui n'a pas voté pour lui, car il ne se fait pas confiance. Donc il n'a pas voté, comme à son habitude. Personne ne connait son nom, seulement son pseudonyme sur internet (Condescendance), personne ne connait son visage. L’humanité entière est suspendue à ce nouveau prophète, il a tant fait parler de lui cette dernière décennie, sur internet... Le livre commence sur son discours d'investiture, il y dévoilera son nom, partagera son visage aux yeux de tous. Dans son discours tant attendu, il dévoilera tout sourire le fracas de sa mort prévue dans une semaine. Cette histoire nous est racontée quelques années plus tard par son fils, un individu lambda de la civilisation humaine, car tout le monde est devenu banal depuis cette semaine présidentielle. Chacun est banal et en même temps exceptionnel, l'ambivalence étant devenue un socle pour la sagesse individuelle et collective. Elle fut la dernière élection organisée par l’humanité. Ce roman parle de la responsabilité de ceux qui décident pour ceux qui suivent ces décisions. De la morale dans le pouvoir, car le pouvoir n'est pas un vilain mot s'il est exercé de façon vertueuse et avec humilité.

 

Il parle quant à lui de la société internet. Il souhaite mettre en avant toutes les plus-values qu’apportent cet outil à notre génération. Développer le principe d’un super état. Mettre en avant toutes les conséquences que cela a déjà eu, les bienfaits pour chaque individu d’avoir libre accès à un tel centre de ressources. Le fait évident que nous nous réapproprions l’économie et les circuits de distribution de nos besoins. Certes il faut encore trier la qualité des informations qui y circule, mais ce tri ne nous pousse-t-il pas à construire notre esprit critique de façon plus radicale ? Voir le bon versant de toutes ces innovations permanentes, l’émulation forte que cela produit dans chaque communauté respective. Le but de ce livre est de clamer haut et fort la possibilité qu’offre ce média. Défendre l’idée que grâce à lui, nous évoluons tous à la vitesse numérique. Et grâce à cette évolution numérique permanente, nous sommes peut-être plus procheS que jamais notre espèce ne l’a été, de vivre un présent qui nous permette de dormir sur nos deux oreilles sans culpabiliser de notre impact dans ce monde. Dans mes espoirs silencieux, je pense souvent au jour où la vidéo la plus vue sur Youtube sera celle d’un génie de notre époque. Et pas celle d’un danseur à cheval… Ce livre est un brûlot contre le cynisme ambiant et son omnipotence.

 

Car dans mes nombreux écrits, se traînent beaucoup de chansons. La vidéo fournie pour mon projet est autant autobiographique de par son texte, qu’une démonstration de mon chant et de mes capacités en art plastique. J’espère qu’elle vous plaît. Il me faudra quelques cours de chant pour sûr,  trouver un bon musicien et produire une maquette. Voilà à quoi servira votre argent dans l'éventualité où mon histoire vous conquit.

 

Voici les deux toiles que j’ai réalisées ces cinq dernières années en parallèle de mes rudes activités ouvrières.

 

Pour voir plus de détails, cliquez ici !

 

Pour voir plus de détails, cliquez ici !

 

Elles sont à mes yeux loin d’être parfaites. Elles ont à elles deux nécessités cinq cents heures de travail, j’aimerais tellement y avoir consacré plus de temps. Je vais par ailleurs réaliser, pendant toute cette campagne de Crowdfunding, une toile et vous pourrez suivre son évolution sur un blog dédié. Un tirage numéroté signé sera envoyé à chaque participant à ma campagne. Il sera accompagné d’un texte aussi écrit pendant cette période fébrile où j’observerais le déroulement de ma démarche auprès de vous… Bref, si le palier est franchi, et qu'il explose par-delà mes espérances. Je pourrais me perdre de longues heures avec mes pinceaux dans le but de les exposer. Par contre aucune vente possible. Mon art plastique ne sera jamais à vendre ni à monnayer sur les marchés de l’art, telle est ma philosophie sur le sujet ! Sachez que j’ai distribué au bon vouloir de mes sentiments nombre de mes productions plastiques. Je considère que l’art n’est pas fait pour s’enfermer dans les salons, mais pour passer de la main à la main pour toucher le maximum de personne, comme le fait la musique depuis napster… Il doit être vu !

 

 

 

Le but de cette application est le partage de la connaissance par le meilleur vulgarisateur dans son sujet. Faciliter l'accès au savoir de chacun, et que chacun puisse partager son savoir avec facilité. Je n’en dis pas plus, les idées partent vite dans ce monde aux dents longues et j’aimerais que le modèle de cette application soit dans l’esprit Wikipedia pas dans l’esprit pub et rentabilité ! Le travail de structuration et de fonctionnement de cette application est bien avancé. Il me reste concrètement à filer du travail à des développeurs pour qu'ils codent cet outil réellement inédit, promis! 

 

En gros tout ce qui sera au-delà de 10 000€ me permettra de travailler à toutes ces idées qui me rongent depuis si longtemps. Celles qui nagent dans le silence abstrait de ma réalité à survivre, comme nous tous en fait !

Mais plus particulièrement à une idée à laquelle je médite depuis quinze ans. Mon obsession de cette dernière quinzaine est celle-ci : je suis en quête de trouver une idée universelle et compréhensible par n’importe quel humain de ce monde. Cette idée ayant pour but d’amener chaque individu à plus d’introspection (seule possibilité pour une nette évolution globale). J’ai donc réduit mon raisonnement à des facteurs universels que cette idée devait contenir. Quel est notre point commun à tous ? C’est l’enfance ! Qui que nous soyons devenu à l’âge adulte, de Hitler à Gandhi, nous avons été enfant. Qu’est ce qui change le monde ? La science ! Seules les découvertes scientifiques ont permis de progresser. D’ailleurs ne peut-on pas dire du premier singe qui s'est relevé dans la savane qu'il est aussi la première découverte scientifique humaine ? Qu’est ce qui nous change individuellement ? L’émotion ! Vous admettrez facilement que les vives émotions façonnent les virages de nos histoires. Quel est le meilleur pourvoyeur d’émotions ? L’art ! Qu’en pensez-vous ? Et enfin comment parvient-on à la sagesse ? Par la philosophie !

J’ai donc creusé dans le silence de mes songes mais aussi sur papier, à trouver une idée pour relier "enfance", "science", "art pourvoyeur d’émotions" et "philosophie". Et à force d’innover des modèles, j’ai trouvé un truc : le voici et je vais tenter de faire simple !

 

Je donne à des petits bonhommes, comme on a tous dessiné enfant, des valeurs sociétales. Ces valeurs sociétales représentent les chiffres de 1 à 9. J’utilise ces petits bonhommes avec des facteurs de déterminisme.  Ces facteurs de déterminisme représentent les fonctions mathématiques (+-/*=….) Et avec tous mes petits dessins, je pose des calculs et autres équations ! Tu n'as rien compris… La petite photo peut t’aider…

 

 

Sinon il faudra être patient, car faire fonctionner cette mathématique artistique afin que chacun puisse s’en emparer me demandera pas mal de temps. J'ai pas mal de craie à user sur un tableau noir pour y parvenir, et finalement peut-être accoucher d'un petit jeu de société facile à diffuser ou à recopier. J'aurais sûrement aussi besoin de ressources humaines en mathématique de haut vol. Mais pour en arriver là, c'est que "l'Internet" tout entier s'est penché sur mon cas... D'ici là...

 

 

Je ne puis vous souhaiter que le bonheur simple d’exister, n’en attendez pas plus, il se suffit éperdument.

 

Thumb_photo_profil__3_-1512767660
Raymond

Est-il vraiment nécessaire que je développe ?!

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ C'est quoi 149 de QI...?

149 de QI c'est un score sur une échelle (échelle de Gauss) qui mesure l'intelligence humaine.

Alors... Pour faire simple et pour ceux qui voudraient s'éviter toute la littérature sur le sujet. Avoir un cerveau qui fonctionne avec ce score a pour conséquence de pouvoir utiliser tous les circuits qui connectent les neurones du cerveau. Tout le monde se sert de tous ses neurones, mais pas forcément de tous les circuits, ma différence à moi c'est d'utiliser tous les circuits possibles qui connectent les neurones pour traiter une information.

Ouais... Bien sûr ! Quoi ? T'as rien compris ! T’exagères, c'est limpide il me semble.
Donc en gros dans ce quotidien qui est le mien, ça se traduit par une hypersensibilité de chaque instant. T'es triste et heureux comme les autres, mais tu prends en compte tous les paramètres qui t'entourent même les plus infimes que tes sens puissent observer. Pour au final digérer toutes ces infos avec une calculatrice scientifique sous cocaïne !
Je suis l'inverse contraire de celui que l'on traite d'attardé mental et je ne pourrais jamais dire si ce "don" est vertu ou damnation, mais je serai l'auteur de mon jugement dernier.

NB : Notez que jamais aucun avis que l'on pourrait porter sur moi ne sera aussi impitoyable que celui que je me porte... C'est aussi ça 149 de QI !

+ Euh, ta vidéo... Là Raymond, faut que tu m'en dises plus...

Alors tout d'abord le texte : je l'ai écrit il y a 3 ans et de façon très spontanée, dans la période entre les grillades de ma mère et le suicide de mon ami (pour ceux qui ont lu le PDF). Il exprime pour moi toute cette transformation qui amène à ce projet.

Une triste balance qui s'équilibre entre le poids de mon histoire et le poids de ce qu'observe ma lucidité.
Et c'est ma voix qui vous le susurre à l'oreille !

Ensuite la vidéo : je l'ai réalisée spécialement pour ce projet. Tout ce qui la compose a été réalisé par mes soins (peinture, mécanismes, mise en scène et montage). Elle a nécessité environ 300 heures de travail. Ce joyeux bazar fut orchestré de main de maître par une machiniste qui éperdument m'accompagne dans ce projet.
Donc soyez indulgent si cela vous paraît amateur, c'est une première pour moi à 36 ans de faire une vidéo !

+ C'est quoi cette histoire d’ornithorynque ?!

Bah c'est simple, tu ne sais pas ce que c'est toi, un ornithorynque?

Et bien c'est un mélange pas très réussi entre trois espèces, et dont personne ne sait rien du tout.
Les individus de mon espèce c'est pareil, c'est aussi un mélange de trois espèces (humain, enfant et potentiel) dont on ne sait rien du tout ! Car ils n'ont jamais la possibilité de sortir de leur caste ou au pire ils ne survivent pas au poids de leur histoire.

Vous pouvez donc à travers ce projet faire émerger un ornithorynque inattendu, et surtout, maintenant, vous savez pourquoi cette métaphore.

+ T'as vraiment vécu tout ce que tu racontes dans le PDF ?

Oui, et bien plus encore, mais il faudra attendre que j'ai vécu pour pouvoir lire dans tous les détails les milles rebondissements de mon existence.
On a dit pas de best-of avant le premier album !

+ Comment ça les choses te paraissent colorées ?

Commençons par les mots : très tôt quand ils me sont dits par autrui, leurs intonations m'imposaient une couleur et selon cette couleur mes sensations en étaient bouleversées.
Plus tard vers l'âge de 25 ans, les choses se sont extrapolées dans mon écriture, et écrire est devenu pour moi une forme de peinture. Chaque syllabe a une couleur, l'assemblage de ces couleurs dans un mot définit l'intention qu'il procure.

J'ai d'ailleurs à cause de cela une fâcheuse tendance à modifier la structure des mots ou à placer ces mots en dehors de leur contexte. Tout cela pour modifier les émotions colorées de mon langage.

Ensuite les gens : oui, quand j'observe intensément les humains qui m'entourent quels qu'ils soient, et je me prête souvent à ce loisir là, il émane de leur personne une onde colorée et variable.
Mais sachez que cela se produit aussi sur nombre de choses inertes ou vivantes qui m'entourent.
Les arbres sont d'ailleurs pour moi, quand ils sont battus par le vent, un feu d'artifice dont je me délecte souvent !

J'ai souvent, comme vous, penser à des hallucinations mais :
- Primo, la psy qui a testé mon potentiel avait eu le cas avec une enfant de 11 ans
- Secundo, la littérature sur le sujet parle souvent de mathématiciens ou de musiciens qui voient les chiffres et les notes en couleur
- Tertio, 42 !

+ Tu nous parles d'alcool, de Marie-Jeanne, bon vas-y balances, je suis curieux je veux tout savoir !

Je voudrais tout d'abord te remercier d'avoir lu la globalité de mon histoire, car si tu veux une réponse à cette question, c'est que tu as lu mon PDF ! Aussi te dire que ta curiosité me congratule !

Donc comme tu l'as lu, j'ai fait le choix à l'âge de 14 ans, de ne jamais boire d'alcool, et je m'y tiens toujours aujourd'hui (à part aux rares occasions où la mondanité l'oblige, ou bien pour trinquer à la réussite de ce projet !).
Pourquoi ce choix si jeune ? Et bien j'ai pu constater les ravages autour de moi et sur moi-même, et ce grâce à mes grands frères et fréquentations qui m'encourageaient à faire partie du "Clan Campbell".
Ce choix a été d'autant plus difficile à tenir au regard du milieu ouvrier dans lequel j'ai évolué depuis.

Par contre, comme tu as tout lu, tu sais que Marie-Jeanne m'accompagne depuis de trop nombreuses années.
Saches bien par la-même que mes besoins d'évasion n'ont jamais été plus loin que cette herbe bleue, j'ai une bien trop grande peur de la perte de contrôle. Et c'est d'ailleurs cela aussi que je reproche à l'alcool.

Je vis cette addiction comme un anxiolytique, un antidépresseur, ou simplement la possibilité de pouvoir dormir le soir et éteindre mon cerveau. J'aspire à ne plus en avoir besoin, car je sais dormir sans, je sais dompter mes idées, et j'espère enfin faire taire grâce à ce projet ce sentiment de ne pas encore être né.

Rassures-toi cher Kissbanker, ton argent ne servira pas à financer l'herbe et ses vallées, mais bien à me faire arrêter de fumer. Je n'aurai plus de raison de fuir, je serai celui que je suis.
Dépeindre mes utopies, globalement tournées vers la globalité, est mon plus grand souhait.

+ Comment te faire confiance Raymond, on te connaît pas, nous !

Me faire confiance ? Ça ne devrait pas être trop compliqué mes chers Kissbankers, car à présent vous me connaissez et vous connaissez mes réalisations !

À dire vrai, je ne vois que mon expérience ouvrière pour vous convaincre de la bonne foi de mes démarches. Je n'ai eu de cesse depuis ces 22 dernières années d'agir en vain, de canaliser par l'hyperactivité ma frustration de ne pas être.
Toute personne qui m'a croisé dans mes 40 métiers divers et variés, ne pourra que vous décrire ma ténacité et ma bonhomie, mon efficacité et mes innovations, mais elle ne vous dira pas la méfiance qu'inspire ma détermination.

D'ailleurs le mot "promis" revient souvent, vous l'aurez peut-être remarqué, car s'engager pour Raymond n'est pas une parole en l'air ! Simple conséquence d'un souci de transparence et de précision.
D'ailleurs si vous avez tout lu jusque là, vous avez dû trouver ça long, mais que ça ne manquait pas de clarté et de sincérité.

Être sincère c'est avoir clarté dans ses émotions...

+ Si vous avez aimé ces quelques idées, j'en ai d'autres...

En effet mon cerveau fourmille d’idées, mais sachez bien que celles que je vous ai exposé sont pour moi une priorité. Je n’ai tendance à faire que des choses dont je suis à la hauteur, et où j’ai pu prévoir les milles conséquences que cela peut avoir. Je ne vous en dévoilerai donc pas beaucoup plus car ces fourmis qui me trottent dans la tête n’ont pas encore atteint ce stade dont je vous parle, mais bon, c’est déjà pas mal il me semble ?
Ah si j’en ai une… Elle accapare une partie de mon algorithme mental depuis quelques mois.
La voici : je voudrais concevoir une expérience une expérience scientifique à grande échelle pour valider ou invalider l’existence de l’âme humaine… Et j’avance à bon rythme sur sa conception.
Allez je vous laisse, bisous !