Objectif: Réaliser ma thèse en ethnologie et un film ethnographique, sur le terrain, en Amazonie brésilienne et ce, pendant 6 mois.

Large_xingu

Présentation détaillée du projet

Depuis maintenant cinq ans, j'étudie l'ethnologie à l'Université de Nice. Passionnée dès les premières heures de cours par cette discipline partie à la conquête des mystérieux êtres humains que nous sommes, je n'ai cessé depuis de voir grandir mon amour et ma curiosité pour elle. Je suis bien décidée à y consacrer ma vie au travail d'ethnologue.

 

Fqbsfbb

 

En ce début d'année 2013, je suis partie deux mois au Brésil afin de réaliser mon premier véritable travail ethnographique sur le terrain. Depuis un an, je préparais ce voyage, dans le cadre de ma première année de Master. Celui ci devait me conduire dans la petite ville amazonienne d'Altamira, près de laquelle se construit depuis deux ans et après plus de vingt ans de lutte pour l'en empêcher, le barrage hydroélectrique de Belo Monte. Celui ci est annoncé comme le troisième plus grand ouvrage de ce type après celui des Trois Gorges en Chine, et celui d'Itaipu au sud du Brésil.

 

Dsc_3521

 

Le barrage de Belo Monte est au coeur d'enjeux politico-économiques complexes. Il est le projet phare du PAC (Programme d'Accélération de la Croissance) lancé en 2002 par le président Lula, et reste activement défendu par le gouvernenement de D. Rousseff qui lui succède. Si pour certains, l'Amazonie est le symbole d'une nature belle et sauvage; l'emblème des tragédies écologiques de notre temps, pour beaucoup elle demeure un vaste territoire aux abondantes ressources, mises à disposition de l'exploitation humaine. Pour le gouvernement et les lobbies industriels brésiliens, l'Amazonie dispose d'un potentiel économique trop longtemps sous exploité qui doit participer à la croissance nationale. D'ici à 2020, il est prévu d'en faire une véritable province hydroélectrique pour le pays.

 

Dans les médias et sur internet, la mobilisation sociale contre le barrage cherche à faire entendre sa voix. En 2008, un mouvement est né avec pour vocation d'allier toutes les associations locales opposées au projet. Il s'agit du Movimento Xingu Vivo Para Sempre (Mouvement Xingu Vivant Pour Toujours). Il dispose du soutien de certaines ONG engagées dans la défense des peuples autochtones ou de l'environnement et d'associations comme celle du chef kayapo Raoni. Ce cacique rendu célèbre grâce à un film du réalisateur français Dutilleux, a réussi en 1989, l'exploit d'arrêter le projet de barrage de Belo Monte alors qu'il n'était qu'à un état embryonnaire. En conviant son ami Sting (du groupe The Police) à la Première Rencontre des Peuples du Xingu à Altamira où, diverses communautés indiennes de la région venaient crier leur mécontentement, il donna une visibilité internationale à cette cause. Le résultat fut le retrait de la Banque Mondiale qui devait financer largement le projet. Il faudra près de dix années pour que le gouvernement brésilien trouve de nouveaux financements et pour que l'entreprise en charge du projet réduise ses couts socio-environnementaux. Galvanisés par cette victoire passée, les acteurs de la mobilisation contre le Belo Monte ne perdent pas espoir et continuent leur lutte alors que les travaux avancent. La médiatisation de leurs revendications joue un rôle important. A travers elle, ils espèrent mobiliser l'opinion internationale et faire fléchir le gouvernement brésilien pour qu'il respecte leurs droits.

 

Brièvement, pour les opposants au barrage, Belo Monte c'est:

 

- Près de 500km² de forêt qui vont être innondés pour le bassin de retenue d'eau. Plusieurs dizaines de milliers de personnes déplacées dont des communautés indiennes et des ribeirinhos (habitants isolés des bords de fleuve vivant de la pêche). La disparition de plusieurs espèces animales et végétales endémiques.

- La modification de l'écosystème de la microrégion et la disparition des Chutes de la Volta Grande.

 

- L'arrivée de près de 30.000 ouvriers dans un espace social inadapté à un flux migratoire rapide (augmentation de la violence, du trafic de drogue, de la prostitution, hausse des prix et difficulté de logement, services de santé et de sécurité qui n'arrivent pas à faire face...) etc.

 

Dsc_3433

 

En me rendant sur place, je pensais séjourner à Altamira pour étudier la mise en place de la mobilisation locale auprès des contacts que j'avais avant de partir. En réalité, on ne choisit pas son terrain, c'est lui qui nous choisit. C'est la première grande leçon que cette expérience m'a apprise.

Ne trouvant de logement avec mon humble budget, je me suis laissée portée par le vent et ai atteri sans trop m'en rendre compte dans une autre municipalité plus petite, située en aval du fleuve Xingu. Cette petite bourgade du nom de Senador José Porfirio est elle aussi concernée par les impacts du barrage de Belo Monte, mais moi qui voulais étudier la mobilisation à son encontre, elle ne s'y est point montrée. M'adaptant au terrain et sachant que je ne disposais que de quelques semaines pour m'adonner à l'ethnographie, j'ai du réajuster mes objectifs de recherche. La générosité chaleureuse des habitants de Senador José Porfirio m'a aidé très vite à me sentir à l'aise et à améliorer mon brésilien. J'ai eu la chance de partir à la découverte d'une communauté de ribeirinhos, perdue au milieu d'une vaste réserve forestière le long du petit fleuve Pracupi. J'ai aussi pu partager le temps de quelques jours, la vie d'une petite exploitation paysanne familiale aux abords de la ville. J'ai pu m'imprégner de la vie telle qu'elle est aujourd'hui dans les différents lieux de cette municipalité que ses habitants appelent eux même le Far West. Tout y semble calme et tranquille mais pourtant, l'ombre du Belo Monte qui plane, annonce de nombreux boulversements au sein de ce micro monde social. Au fil des ans, j'espère pouvoir rendre compte de la mise en place de ce changement, tantôt voulu de l'intérieur tantôt imposé de l'extérieur.

 

 

 

Dsc_3481

 

Je finalise actuellement le mémoire qui relate mon expérience ethnographiqueà Sénador José Porfirio et l'analyse qui en découle en vue du contexte dans lequel s'insèrent mes observations (construction du barrage, futur projet d'extraction d'or à échelle industrielle sur le territoire de la municipalité, stratégies de protection environnementale et tout ce qui a trait au contexte globale de notre monde contemporain).

 

Dès le mois de novembre prochain, je souhaite repartir pour une durée de six mois dans la microrégion d'Altamira afin de poursuivre mon étude des chamboulements en cours derrière le calme apparent de la forêt et du fleuve. Je projette donc de me lancer dans une thèse doctorale en ethnologie pour une durée minimale de trois ans. Il me faudra en tout, passer dix huit mois sur le terrain pour valider mon travail. Je suis impatiente de plonger plus profondément dans la complexe réalité sociale de ce petit bout d'Amazonie et d'y interroger des notions qui me tiennent à coeur: la remise en question du principe de développement; la réflexion autour du principe d'autodétermination des peuples, la relation de l'Homme et son environnement ou encore, les forces et les faiblesses des mouvements sociaux dans le monde d'aujourd'hui.

 

Dsc_3898

 

J'ai d'ores et déjà les contacts nécessaires pour me rendre auprès des ribeirinhos, des indiens, des exploitants de bois, des paysans, pêcheurs, et acteurs de la lutte contre le barrage de Belo Monte etc. Je sais où je vais et pourquoi j'y vais. Le seul véritable problème réside dans le financement de ce terrain. Il existe des sources de financement pour les étudiants doctorants mais, ils sont durs à obtenir, surtout lorsque l'on n'est pas inscrit dans une Grande Université et que l'on fait de l'ethnologie...

Dans un monde de productivisme, les ethnologues sont en quelques sortes... des extraterrestres!

Vous le comprenez, mes espoirs reposent sur vous. Votre soutien me serait plus que précieux.

Afin de vous remercier, j'ai décidé de donner le jour à un film qui sera tourné sur place avec les habitants de la microrégion d'Altamira. A travers une série de portraits je vous ferai ainsi découvrir la vie des gens avec leurs mots et leurs expériences. Aidée par des amis compétents, nous donnerons le jour à ce film qui, je l'espère, vous touchera.

Aussi, comme la photographie est l'une de mes passions et vu que je compte bien prendre avec moi mon cher Reflex dans cette aventure, je mettrai à votre disposition une série de clichés visionnables sur internet afin de vous puissiez choisir celles que vous souhaitez que je développe à votre attention.

Pour finir, je compte réaliser un clip musical avec les habitants de Senador où s'intègreront mes remerciements les plus sincères avec votre nom. Je vous réserve la surprise quant à son contenu.

.

Dsc_3347

 

Dsc_3120

 

Dsc_3645

 

Par avance, merci beaucoup!

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira donc à assurer le déroulement de mon terrain de recherche. Je dispose déjà de mon matériel de prise de son, de mon appareil photo, de quoi assurer la prise vidéo.

 

Billet d'avion (Nice/Lisbonne/Fortaleza/Belem) : 1200 €

 

Trajet en bateau (Belem/ Senador José Porfirio): 120€ (aller/retour)

 

Escale à Belem (2 à 4 nuits en fonction du jour d'arrivée du bateau et du départ/arrivée de l'avion): 200€

 

Déplacements dans la microrégion:

Senador- Altamira: bateau + voiture (A/R) = 30€

En comptant un déplacement minimum par mois: 180 €

 

Budget pour les excursions dans les communautés indiennes et ribeirinhos: camion et/ou bateau = 800€

 

location d'un deux roue: 400€/mois

 

Hébergement pour 6 mois: 200€ x 6 = 1200 €

 

Nourriture, eau et premières nécessités: 200€ x 6 (mois) = 1200 €

 

Internet 3G (seule connexion dispo sur place): 200€

 

Batterie de rechange pour appareil photo D70S: 18€

 

Carte mémoire 4Go de rechange: 19€

 

Kiss Kiss BanK: 480€

 

 

TOTAL: 6017 €

 

 

Thumb_photomania-c1b040d888b7a8d1f30a502f4a0725ee-1410939311
AL_Paffenholz

Apprentie Anthropologue à l'Ame Vagabonde

Derniers commentaires

Thumb_default
Je sais à quel point ce projet te tient à cœur et je te souhaite de le réaliser ma Nanette <3
Thumb_default
C'est le projet de ma "petite belle-fille" Anne Laure (oui, oui, la "fiancée" de Johan) !!! ... ce qu'elle fait est super, regardez !!! elle mérite vraiment qu'on la soutienne dans ce projet. Merci d'avance à vous tous ... ne serait-ce que de "partager" !!!
Thumb_default
Ce projet mérite vraiment de voir le jour ! Je te souhaite plein de réussite !