LE LABO DES SENS

Soutenez la création d'un film documentaire expérimental !

Visueel van project LE LABO DES SENS
Geslaagd
34
Backers
29/07/2020
Einddatum
€3.810
Voor €3.000
127 %

LE LABO DES SENS

LE PROJET EN DEUX MOTS :

Le Labo des Sens c'est la volonté de proposer une expérience cinématographique autour du voyage. S'intéresser aux différentes possibilités de retranscription d'une expédition. Explorer le potentiel créatif généré par l'acte de voyager. S'en remettre à nos sens pour construire un film. Utiliser les votre pour transmettre notre message.

Conjugué sous la double pratique de la photo et de la vidéo, notre film, prendra l'aspect d'un journal visuel et déploiera un éventail d'images qui serviront de surface de projection méditative.

LES ORIGINES DU PROJET :

Si le film se concentre autant sur la thématique de la rencontre, ce n'est pas un hasard. C'est qu'il puise lui-même ses origines dans la rencontre entre Fabrice et Richard, il y a maintenant quelques années à l'université de Rennes 2 pour un parcours d'études cinématographiques. Ils sont d'abord devenus amis, ont réalisé leurs premiers projets personnels et puis chacun a continué sa route. Les véritables amitiés se reconnaissent lorsqu'elles survivent aux changements qui jalonnent les existences de chacun. Dans le cas de Fabrice et Richard, leur passion commune pour le voyage, le cinéma, la poésie, et l'Art en général aura permis de cimenter cette relation.

Alors qu'ils s'échangeaient des idées de scénarios de documentaires pendant le confinement, un projet succinct figurant en bas de liste avait été envoyé de la part de Richard à Fabrice, lui suggérant de réaliser un film au cours d'un voyage. Les modalités de cette excursion et les intentions qui découlaient du projet se sont par la suite échafaudées au cours de nombreux échanges téléphoniques, visuels, mailings. Vint alors le moment de décider du sujet du film !

Faire un film sur le voyage c’est bien, mais comment aborder un sujet si vaste et si souvent exploité ? Comment pourraient-ils se différencier ? En cherchant à définir ce qu'ils voulaient raconter, ils en sont rapidement venus à discuter des choix formels qui allaient composer leur film et c'est finalement de la forme que découlera la trame narrative. « Dans un voyage ce n’est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout » disait Philippe Pollet-Villard. Fabrice et Richard en sont conscients, et c'est aussi de ça qu'ils veulent témoigner à travers ce film. Du chemin à parcourir jusqu'à la réalisation d'un film. Explorer le processus de création, le pouvoir de l'imaginaire et partir à la recherche des origines de l'inspiration. Se rendre compte que tout ceci nous est accessible, à condition de s'en remettre au pouvoir du présent et à la magie du monde qui nous entoure.

Car ce qu'ils savent aussi, c'est qu'il ne sert à rien de prévoir à l'avance ce qui va se passer dans un voyage, rien ne se déroule jamais comme prévu. Si l'on veut véritablement parler du voyage, si l'on veut retranscrire à l'écran une idée, un aperçu de ce qu'il peut être, alors il faut s'ouvrir à l'inconnu et être réceptif. C’est sur la base de cette réceptivité qu'ils veulent construire leur film. Parce qu'un voyage comporte toujours une énergie qui lui est propre et qui ne peut être définie à l'avance. L'exploration commence toujours par le dépassement des frontières, qu'elles soient matérielles ou spirituelles et, à travers ce film, Fabrice et Richard souhaitent réinterroger le langage du documentaire en repoussant les codes traditionnels pour explorer le domaine du sensoriel. Leur amour en commun pour les films de Ron Fricke, Chris Marker, Terrence Malick ou encore Raymond Depardon leur assure une vision éclectique du panorama cinématographique, élargissant le champs des possibles quand à la définition de leur propre cinéma. Leur attache particulière à la poésie, leur sensibilité commune aux rêves et au monde de l'invisible seront leurs fers de lance pour l'écriture de leur histoire et la recherche d'une esthétique singulière qui aura pour but de témoigner de la part de magie qui existe à l'état naturel.

PARLONS DU FILM MAINTENANT ! : 

Pour apprendre il faut aiguiser ses sens. « On ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de pensée que celle qui l'a créé » disait Albert Einstein. « Le mouvement est principe de toute vie » précisait Leonardo Da Vinci.

Le voyage nous extrait de notre zone de confort, il nous oblige à nous confronter à d'autres réalités et nous permet donc d'apporter un regard neuf sur ce qui compose notre propre monde. « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux » nous affirmait Marcel Proust. Dans le but d'illustrer cette modification du regard qui caractérise la vraie richesse du voyage, nous avons choisi d'explorer la France, pour montrer que la notion de voyage est accessible à chacun.

Comme nous l'avons dit, le voyage nous amène à varier notre point de vue, il nous a donc semblé clair que nous allions devoir varier les valeurs d'images. Afin de proposer au spectateur une expérience qui relate de notre voyage, nous essaieront d’entraîner un déplacement de son regard vers des perspectives sensorielles. Afin de provoquer une rencontre émotionnelle entre le spectateur et l'objet ou les éléments filmés, nous avons opté pour quatre valeurs de cadre :

- Valeur de cadre photographique : Plan macroscopique (très gros plan sur les petits détails de la nature, insectes, humains...)

- Valeur de cadre caméra principale : Plan resserré (pour une approche plus sensorielle sur les éléments filmés)

- Valeur de cadre globale : Plan panoramique des paysages + plan sous-marin.

- Valeur de cadre zénithale : Plan filmé au drone.

         

 

Au cinéma, le point de vue est la clé de voûte du film. L'âme d'un film prend ses racines dans la subjectivité et l'authenticité du regard de son auteur. Il ne s'agit pas seulement de la volonté de montrer quelque chose mais belle et bien de définir la manière dont nous voulons la montrer. Ce film n'aura pas pour but de servir d'illustration touristique à un parcours prédéterminé, mais bien de s'intéresser aux différentes manières de percevoir le monde qui nous entoure et tentera de témoigner de la mélodie qui peut naître de la diversité de ces perceptions. C'est pourquoi nous avons décidé de confronter nos deux visions à travers deux médiums bien distincts, Richard prenant en charge la partie vidéo pendant que Fabrice s'occupera des photographies.

Côté narration, le film s’efforcera de traduire notre expérience sensible à travers la conception d'un journal visuel qui sera composé de textes écrits tout au long du voyage par Fabrice et de musiques composées par Richard. En axant notre voyage sur l'exploration des sources de l'inspiration, nous pourrons intégrer différentes œuvres découvertes ou créées sur notre chemin. L'écriture du film, elle, se fera au cours même de l'expédition afin que celle-ci se construise avec le voyage, au fil des rencontres, des détours et des changements de direction. Comme l'a dit Paul Eluard : « il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous ».

PARTICIPEZ VOUS AUSSI A L'EXPÉRIENCE ! :L'idée de ce film n'étant pas de suivre un itinéraire tracé à l'avance mais de s'en remettre aux rencontres, nous vous invitons à commencer l'expérience dès maintenant en nous partageant vos suggestions de lieux à visiter dans les commentaires.

LES SPÉCIFICITÉS DE CHACUN : 

Présentation de Fabrice Trouillard :

Fabrice est un jeune écrivain qui n'aime pas beaucoup les étiquettes. Il a écrit plusieurs scénarios de fiction, courts et long-métrages, ainsi que différents projets littéraires. Son inspiration, il l'a trouvé à travers ses voyages lorsqu'il ressentit le besoin de tout quitter pour prendre la route. Cinq années de voyage en sac à dos pour se découvrir. En stop pour se prouver que le voyage était possible même sans argent. De nombreux périples au fil des rencontres. Du Maroc à l'Arménie. Juste en levant le pouce ou en mettant un pied devant l'autre. Du volontariat. La découverte de facettes qui lui étaient inconnues. L'envie de le partager. Le moment où ce film intervient.

Lien de "L'Aïeul Immortel" : https://www.festivalnikon.fr/video/2019/661

 Présentation Richard Perrier : 

Plasticien de formation, Richard a d'abord obtenu une Licence en spécialité cinéma à L'université de Rennes 2 avant de se reconvertir en Arts Plastiques pour obtenir une deuxième Licence. Cumulant les stages en faisant un détour par un centre culturel là où il passera un service civique dans la médiation culturelle, l'expérience lui permettra d'avoir un décline pour se mettre à son compte en tant que prestataire vidéaste et photographe. Il continuera de réaliser des films en parallèle à son activité, avec La Promenade des âmes un documentaire-fiction et obtiendra notamment le prix de la créativité pour son film, S3-UL, réalisé à l'occasion du confinement.

LIEN de S3-UL : https://www.youtube.com/watch?v=ZeIwASp3Xyo

LIEN de La Promenade des âmes : https://vimeo.com/236300002

Waar dient de collecte voor

Le cinéma a la particularité d'être un art relativement coûteux. Mais rassurez-vous, notre volonté est aussi de montrer qu'il est possible de faire un film sans avoir à rechercher des sommes astronomiques. Richard est un as de la débrouille pour tout ce qui touche à la création et Fabrice est un habitué des voyages sans argent. Toutefois, pour que notre expérience puisse se dérouler dans les meilleures conditions et que nous puissions arriver à un résultat satisfaisant qui ne baigne pas dans l'amateurisme, nous aurons besoin d'un peu plus que le montant total de nos économies. Pourquoi donc ? :

 

- Pour pouvoir louer un camion (Renault Traffic 6m3) qui nous servira à la fois à nous déplacer (l'essence ça coûte cher), à sécuriser notre matériel et même éventuellement à dormir, dans la mesure où le camping sauvage ne serait pas possible (ce qui n'arrive jamais soyons honnête). -- > 875€ pour quatre semaines et 4000 km. Sans compter l'essence --> Prévoir au moins 250€

- De s'assurer un accès à l'électricité pour recharger les batteries de nos appareils et vider les cartes SD. (Ca veut dire pouvoir se payer un hébergement quelconque de temps en temps) -- > Compter environ 300€

- D'acheter une batterie externe solaire pour gagner un peu d'autonomie --> 50€

- Acheter une bague d'inversion pour réaliser des plans macros (ça veut dire filmer ce qui est tout petit comme les insectes etc.) --> 80€

- Acheter une Go Pro Hero 8 (images en 4k) --> 380€

- Acheter du matériel de stockage pour nos images :

           - 2x Carte SD 256Go 170MB/s classe 10 U3 V30 --> 200€ (100€ l'unité)

           - 4x Carte mini SD 170MB/s classe 10 UHS-1 U3 V30 --> 140€ (35€ l'unité)

           - 5x Disque dur externe Western digital 3To --> 450€ (90€ l'unité)

- Acheter quelques micros pour vous offrir un son confortable :

           - Micro Rode VIDEOMICRO + bonnette coupe vent --> 55€

           - Micro NTG1 Rode / XLR 50cm / Bonnette anti vent / Poignet pistolet PG2R --> 405€ (199€ + 16€ + 45€ + 65€)

- Payer la prestation d'un pilote de drone dans les régions visitées --> Environ 500€ au total

- Sans parler des imprévus qui nécessiteront un petit filet de sécurité - on est jamais à l'abri des impondérables - et de la nourriture qui nous permettra de rester vivants et d'avoir la force de mener à bien ce voyage.

Si par miracle l'objectif des 3000€ venait à être dépassé, n'ayez crainte ! Déjà, les bons compteurs remarqueront que les dépenses citées ci-dessus dépassent la somme visée. Qui plus est, nous trouverons aisément comment utiliser ce surplus. Nous pourrons déjà nous permettre de faire plus de kilomètres et nous pourrons aussi nous autoriser des sorties payantes comme une descente de rivière en kayak, un guide d'escalade ou de canyoning, tout ce qui nous permettra d'aller chercher des images au plus proche des éléments.

 

 

DE NOTRE PART À​ TOUS LES DEUX, MERCI !!!

 

 

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil