Les Solis / Festival de solos de comédiennes au Théâtre de l'Opprimé

Quatre comédiennes. Quatre auteurs. Quatre spectacles, un festival de solos de femmes. Du 20 avril au 1er mai au Théâtre de l'Opprimé !

Project visual Les Solis / Festival de solos de comédiennes au Théâtre de l'Opprimé
Successful
51
Contributions
11/04/2016
End date
€1.755
Out of €1.500
117 %

Les Solis / Festival de solos de comédiennes au Théâtre de l'Opprimé

<p> <strong><u>LE FESTIVAL LES SOLIS</u> : </strong></p> <p>  </p> <p> Un monologue écrit par <strong>Serge Valletti</strong>, une adaptation d'un roman de <strong>José Saramago</strong>, un poème d'<strong>André Benedetto</strong>, et un récit de <strong>Henry Bauchau</strong> : quatre œuvres très différentes, rassemblées ici par cette envie commune de quatre jeunes comédiennes de se confronter à l'expérience d'être seule en scène pour y porter une parole puissante.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><u>GENESE DU FESTIVAL</u> :</strong></p> <p>  </p> <p> Le Festival <strong>Les Solis</strong> est né d’une envie commune entre la compagnie <strong>Sailor Théâtre</strong>, basée à Montpellier<strong> </strong>et le<strong> Théâtre de l’Opprimé</strong>, dans le douzième arrondissement de Paris, de créer un festival de solos féminins.</p> <p>  </p> <p> La compagnie Sailor théâtre a proposé deux solos au théâtre de l’Opprimé - issus du travail de la compagnie- et a invité deux comédiennes à participer au projet.</p> <p>  </p> <p> Deux techniciens ont rejoint l’équipe, Quentin Dumay au son et Lucas Delachaux à la lumière, qui assurent le travail technique de l'ensemble du festival.</p> <p>  </p> <p> Aujourd’hui, cette équipe de six personnes est en train de finaliser le projet.</p> <p> Afin de proposer un festival des plus rigoureux et exigeant, l’équipe à décidé de faire une demande de financement auprès de la plateforme Kiss Kiss Bank Bank pour permettre aux artistes d'être défrayés en transport et acheminement des décors vers Paris.</p> <p>  </p> <p> Pour faire de cet évènement un moment convivial, une buvette sera mise en place durant tout le Festival, pour permettre au public de se rencontrer et de se restaurer. L’achat des consommables est pris en charge par l’équipe.</p> <p>  </p> <p> Merci à tous pour votre participation à ce projet !</p> <p>  </p> <p> L’équipe du Festival Les Solis</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Theatre_de_l_opprim_-1457521534" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/287894/theatre_de_l_opprim_-1457521534.jpg"></p> <p>  </p> <p> (photo : Le théâtre de l'Opprimé)</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><u>ORGANISATION DU FESTIVAL</u> :</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Soirée <em>Les intermittences de la mort + Diotime et les lions </em></strong>: les 20, 22, 28 avril à 20:30 et le 1er mai à 17:00</p> <p> <strong>Soirée <em>Mary's à minuit + Le Memento Occitan </em></strong>: les 21, 27, 29 avril à 20:30 et le 24 avril à 17:00</p> <p>  </p> <p> <strong>Intégrales </strong>des 4 solos les samedi 23 et 30 avril </p> <p> 17:00: <strong><em>Les intermittences de la mort + Diotime et les lions</em></strong></p> <p> 45min de pause</p> <p> 20:30 : <em><strong>Mary's à minuit + Memento Occitan</strong></em></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><u>LES SOLOS</u> :</strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Intermittences-1457110263" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286083/intermittences-1457110263.png"></p> <p>  </p> <p> <em><strong>Les intermittences de la mort </strong></em>de José Saramago (traduction de Geneviève Leibrich, paru aux éditions du Seuil et Points)</p> <p> Durée 1:10</p> <p>  </p> <p> Adaptation d’un roman pour un seul en scène.  Compagnie Moebius</p> <p> Jeu: Marie Vires</p> <p> Mise en scène : Jonathan Moussalli</p> <p> Création lumière : Lucas Delachaux</p> <p> Création son : Thibault Lamy      </p> <p>  </p> <p> Dans un pays qui pourrait être le nôtre, alors que la nation fête le nouvel an, les gens cessent tout à coup de mourir. Cet évènement incroyable et sans précédent, à première vue le plus vieux rêve de l’humanité  enfin réalisé, se révèle bientôt être une catastrophe terrible jusqu’à ce qu'une mystérieuse lettre ne vienne donner de nouvelles règles du jeu.</p> <p> Adapté du roman éponyme du portugais José Saramago (prix Nobel de littérature 1998), ce spectacle nous entraine dans une fable surréaliste et drôle qui nous interroge sur notre rapport à la mort, notre désir d’immortalité, et sur ce qu’« être en vie » veut dire.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Solo_lou-1457262554" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286529/solo_lou-1457262554.png"></p> <p>  </p> <p> <strong><i>Diotime et les lions </i></strong>d'Henry Bauchau</p> <p> Durée : 45min</p> <p>  </p> <p> Compagnie Le Sailor Théâtre</p> <p> Jeu : Lou Martin-Fernet</p> <p> Mise en scène : Laurent Cogez</p> <p> Musicien : Sylvère Santin</p> <p>  </p> <p> Quelque part entre l'Orient et l'Occident, existe un peuple dont les plus lointains ancêtres sont des lions.  Diotime brûle de se mesurer au grand fauve dont elle se sent la descendante. A travers la lutte contre les lions, dans l'ivresse du combat et dans la prédilection que lui témoigne son grand-père, c'est aux plus troublants interdits que Diotime est confrontée.</p> <p> Sur la peur, le désir, la sauvagerie, la transgression, la violence de la féminité, Henry Bauchau projette la lumineuse sagesse de l'Orient. Au-delà de l’expérience initiatique ou sauvage, barbare ou archaïque, nous avons voulu raconter cela : la violence et la fulgurance de l’amour, la perte et les sacrifices qu’il induit, la quiétude qu’il promet, l’incertitude éperdue qu’il génère.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Marys-1457110462" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286088/marys-1457110462.png"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Marys1-1457522536" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/287911/marys1-1457522536.png"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Marys2-1457522548" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/287912/marys2-1457522548.png"></p> <p>  </p> <p> <strong><i>Mary's à minuit </i></strong>de Serge Valletti</p> <p> Durée : 1:00</p> <p>  </p> <p> Compagnie Le Sailor Théâtre</p> <p> Jeu: Maud Roulet</p> <p> Mise en scène : Lou Martin-Fernet</p> <p> Créateur lumière : Lucas Delachaux</p> <p> Créateur son : Quentin Dumay            </p> <p>  </p> <p> Maryse, c’est une femme sans âge qui parle. Elle nous parle, le temps d’une nuit. Elle parle d’elle, de sa famille, de ces hommes qui l’entourent, de ses voisins, de la maladie qui est la sienne et puis de la mer. Peut-être n’est-elle pas sortie depuis bien longtemps de cette pièce fermée d’où elle nous parle, elle voyage peut-être par la parole...</p> <p> Ce qui est vrai ou ne l’est pas, ce qui est de l’ordre du témoignage ou du fantasme, ça n’a aucune importance.</p> <p> C’est cela qui fait la force de ce solo : une femme, une solitude, un instant isolé dans la nuit, une parole - une parole qui ouvre un monde.           </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Memento-1457110478" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286089/memento-1457110478.png"></p> <p>  </p> <p> <a href="https://www.youtube.com/watch?v=a4YbgoI6TuQ" target="_blank">Travail autour du Memento Occitan à Théâtre Ouvert, juin 2013</a></p> <p>  </p> <p> <strong><em>Le Memento Occitan </em></strong>d'André Benedetto (poème du recueil <i>Ça brûle fort tu vois entre l'homme et son ombre)</i></p> <p> Durée : 30 minutes</p> <p>  </p> <p> Compagnie Comité 8.1</p> <p> Jeu : Nelly Pulicani</p> <p> Dramaturgie : Julie Rossello</p> <p> Lumières : Laura Sueur</p> <p> Son : Sophie Berger</p> <p> Collaboration artistique : Jean-Philippe Albizzati   </p> <p>                                                                                                                                                                                                        </p> <p> C'est une déclaration d'amour aux couleurs, aux sons, aux odeurs d'une région, d'un territoire, l'Occitanie, dans sa robe de sel et d'ocre.</p> <p> André Benedetto peint dans ce poème fleuve les paysages, les luttes et l'histoire de ce pays où la stridence des cigales scie les oreilles de l'esprit.</p> <p>                                                                                                </p> <p>  </p> <p>                                                                                                          </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><u>L'EQUIPE</u> :</strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>   <img alt="Lou-1457107758" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286065/lou-1457107758.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Lou Martin-Fernet / Comédienne dans <em>Diotime et les lions </em>d'Henry Bauchau et Metteur en scène de <em>Mary's à minuit</em></strong></p> <p>  </p> <p> Formée au Conservatoire Régional de Grenoble puis à l’<strong>ENSAD</strong> <strong>de Montpellier</strong> d'où elle sort en 2012.</p> <p> À sa sortie de l’école, elle joue pour Mathieu Bauer (<em>Une faille/Saison 1</em>, de Sophie Maurer) et Bruno Geslin (<em>Une Faille/Saison 2</em>, de Sophie Maurer) au CDN de Montreuil ainsi que pour Noémie Rosemblatt. (<em>Il ne s'était rien passé</em> de Pierre Astrié).</p> <p> Cette saison, elle travaille comme comédienne sur plusieurs projets en cours de création : <em>Preparadise Sorry Now</em> de Fassbinder mis en scène par André Wilms et <em>Presque l'Italie</em> de Ronan Chéneau mis en scène par Laurent Cogez / Collectif Colette.</p> <p> Depuis 2012, elle travaille également sur des projets personnels portés par le Sailor Théâtre, compagnie dont elle est la fondatrice : mise en scène de<em> Mary's à Minuit</em> de Serge Valletti, écriture d'un texte de théâtre : <em>Le Petit Manifeste de l'Ennui</em>.    </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>   <img alt="Marie-1457108044" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286067/marie-1457108044.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Marie Vires / Comédienne dans <em>Les intermittences de la mort </em>de José Saramago</strong></p> <p>  </p> <p> Formée à l’<strong>ENSAD de Montpellier</strong> dirigé par Ariel Garcia Valdès.</p> <p> En tant que comédienne, elle travaille notamment avec Hélène Soulié, Toni Cafiero, Machine Théâtre et co-fonde la Cie Moebius avec qui elle fera de nombreuses créations, dont la dernière : <em>Pharmakos</em>.  Elle est également assistante sur <em>Les Atrides : "Chaos d’un Héritage</em> et <em>L’amour masqué</em> (mes Clélia David). Elle met en scène <em>Quelques nouvelles...</em> d’après des nouvelles de Tchekhov.</p> <p> À l’Opéra, elle travaille avec Richard Brunel et Patrice Chéreau.  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Maud-1457108076" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286068/maud-1457108076.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Maud Roulet / Comédienne dans <em>Mary's à minuit </em>de Serge Valletti</strong></p> <p>  </p> <p> Formée au Cours Florent puis à l’<strong>ENSATT</strong>, dont elle sort en 2011. À l’Ensatt, elle joue dans les spectacles d’Enzo Cormann, Simon Delétang et Matthias Langhoff.</p> <p> Pour le théâtre, elle joue dans <em>Tartuffe 2012</em> de Molière, mis en scène par Laurent Vercelletto, dans <em>Macadamia Nut Brittle</em> de Ricci et Forte, mis en espace par Simon Delétang, dans le diptyque <em>Time for outrage ?</em>,mis en scène par Jean-Philippe Albizzati, et dans <em>Baal</em> de B. Brecht, mis en scène par J.P Albizzati (Théâtre de Vanves, le Trident Cherbourg).</p> <p> Pour le cinéma, elle joue dans les courts-métrage réalisés par Angèle Chiodo (<em>Les chiens</em>, produit par IkkiFilm, <em>Les Supercheries</em>, produit par EcceFilms)</p> <p> Récemment elle a joué dans l’opéra <em>Le Roi Carotte</em> d’Offenbach mis en scène par Laurent Pelly (Opéra de Lyon).  </p> <p>               </p> <p>  </p> <p>                                                                                                                                            <img alt="Nelly-1457108198" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286069/Nelly-1457108198.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Nelly Pulicani / Comédienne dans <em>Le Memento Occitan </em>d'André Benedetto </strong></p> <p>  </p> <p> Formée en danse et théâtre à l'ENSAD de Montpellier puis à l’<strong>ENSATT</strong> de Lyon et à la <strong>Comédie Française</strong>.</p> <p> Elle travaille notamment avec Arpad Schilling, Alain Françon, Pierre Guillois, Christian Schiaretti, Jean-Pierre Vincent, Gilles David, Denis Podalydes, Jean Philippe Albizatti et Jacques Vincey.</p> <p> Pour la saison 2015-2016, elle joue notamment dans <em>Yvonne princesse de Bourgogne</em> de W. Gombrowitz mis en scène par Jacques Vincey au Théâtre Olympia de Tours, dans <em>Vénus et Adonis</em> mis en scène par Vanasay Khamphommala et dans <em>Baal</em> de B. Brecht mis en scène par Jean-Philippe Albizatti au Trident, scène nationale de Cherbourg.</p> <p> Avec le Collectif Colette qu'elle crée à la sortie d'une année d'élève comédienne à la Comédie Française, ils adaptent pour le théâtre <em>Pauline à la plage</em>, d'après le scénario d'Eric Rohmer qu'ils jouent pour le Festival Mettre en scène du TNB, au Théâtre de Vanves et au Théâtre de la Commune.</p> <p> Leur prochaine création, <em>Presque l'Italie</em> est une commande faite à l'auteur Ronan Chéneau.    </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Quentin-1457108459" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286073/Quentin-1457108459.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Quentin Dumay / Créateur sonore du spectacle <em>Mary's à minuit </em>et régisseur son des 4 solos </strong></p> <p>  </p> <p> Après une licence d’Arts du Spectacle où il reçoit les enseignements notamment de Jean Boillot, Jean Michel Desprats, Jean Jourdheuil, Jean-Louis Besson et David Lescot.</p> <p> Il intègre en 2009 le département Réalisation Sonore de l’<strong>ENSATT</strong> sous la direction de Daniel Deshays et Michel Maurer.  Il y travaille auprès de différents intervenants tels que Jean-Pierre Lafont, Olivier Levacon, Jérôme Musiani, Sébastien Noly, François-Xavier Weber, Hervé Birolini,Thierry Génicot, François Leymarie, Alexandre Plank.</p> <p> Au théâtre, il travaille sur les spectacles de Philippe Baronnet, Enzo Cormann, Natacha Dubois, Guillaume Fulconis, Caroline Guiela Nguyen, Mathias Langhoff, Philippe Lanton, Frédéric Leidgens, Françoise Lepoix, Guillaume Lévêque, Christophe Maltot, Olivier Maurin, José Pliya, Lucie Rébéré, Àrpàd Schilling, Anisia Uzeymann, Jean-Pierre Vincent.    </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Lucas-1457108391" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/286071/Lucas-1457108391.png"></p> <p>  </p> <p> <strong>Lucas Delachaux / Créateur lumière de <em>Mary's à minuit </em>et des <em>Intermittences de la mort </em>et Régisseur lumière des 4 solos</strong></p> <p>  </p> <p> Formé en alternance à l’IGTS et au CDN de Grenoble à la régie plateau, la régie générale et la régie lumière, il intègre par la suite l’<strong>ENSATT</strong> en réalisation lumière.</p> <p> En tant qu’éclairagiste, il a travaillé avec Arpad Schilling, Natacha Dubois, Guillaume Fulconis, Marie Brillant, la compagnie Moebius, Benjamin Moreau, David Bursztein et de nombreuses compagnies à Grenoble.</p> <p> En tant que régisseur, il a travaillé avec Matthias Langhoff, Enzo Cormann, Mark Minkowski, Olivier Py, Marie Potonet, Emmanuel Daumas et Jacques Vincey.        </p> <p>  </p>

Allocation of funds

<p> Nous allons partager la moitié de la recette du Festival avec le théâtre de l'Opprimé qui nous accueille. Cela va représenter une certaine somme, mais trop insuffisante pour rémunérer les six membres de l'équipe et même pour rentrer dans <strong>les frais que nous avançons</strong> pour pouvoir mener à bien le projet.</p> <p>  </p> <p> Les membres de l'équipe du Festival viennent de Lyon, Montpellier et Paris. Avec cette collecte nous pourrons prendre en charge <strong>les billets de train allers/retours</strong> des Lyonnais et des Montpelliérains. <em>(570euros)</em></p> <p>  </p> <p> La collecte financera aussi <strong>les coûts du transport des décors </strong><strong>de Montpellier et de Lyon vers Paris puis retour</strong><strong> (location du camion, péages, essence) </strong><em>(352euros)</em> ainsi que les <strong>accessoires</strong> nécessaires chaque soir pour chaque solo, selon sa scénographie (œufs, ballons, écorces, bois, bougies...etc).(<em>180euros</em>)</p> <p>  </p> <p> Enfin, il y aura une <strong>buvette au Théâtre de l’Opprimé </strong>tous les soirs du Festival . Nous allons mettre en place une restauration légère les soirs de représentations classiques et une restauration plus conséquente les soirs d’intégrales (les samedis à partir de 17:00). Il est primordial pour nous que chaque soirée du Festival soit un vrai moment convivial et d'échange avec le public, et l'existence de la buvette nous semble inévitable. Cela représente à nouveau des frais que nous allons nous-même avancer (alcool, boissons, nourriture...). (<em>400euros</em>)</p> <p>  </p> <p> Si la collecte dépasse les 1500 euros demandés, cela nous servira à defrayer les logements, et payer un peu les gens de l'équipe.</p> <p>  </p> <p> Nous comptons sur vous pour nous aider à rendre ce Festival aussi exigeant et chaleureux que nous le souhaitons !</p> <p>  </p>

Rewards

€5

  • 2 contributions
Un grand merci

€10

  • 6 contributions
Un merci + un bisou d'une des quatre comédiennes ou d'un des régisseurs

€20

  • 13 contributions
Un grand merci + un bisou + une affiche du festival

€30

  • 10 contributions
Un grand merci + un bisou + une affiche + un des 4 textes du Festival en pdf

€40

  • 2 contributions
Un grand merci + un bisou + une affiche du Festival + 2 des 4 textes du festival en pdf

€50

  • 3 contributions
Contreparties précédentes + un verre offert par l'équipe

€70

Contreparties précédentes + une part de cake au choix un des soirs du spectacle

€100

  • 1 contribution
Contreparties précédentes + les 4 textes du festival en pdf

€200

Contreparties précédentes + un dîner avec l'équipe

Make a donation

Give what I want