Motets à la cour du Roy

Les Chantres de Saint-Hilaire et Le Concert des Volutes enregistrent des musiques inédites du XVIIe s. (1ères mondiales)

Visueel van project Motets à la cour du Roy
Geslaagd
89
Bijdragen
06/05/2013
Einddatum
€4.525
Voor €4.500
101 %

Motets à la cour du Roy

<p> <strong>Le grand motet</strong> relève par essence de l’affirmation d’un idiome national, de la création du genre français, en opposition à la musique italienne dominante et hégémonique en Europe à la fin du XVIIème siècle. Si Lully en est le créateur officiel, que l’on date à la création du Miserere, il puise dans toute l’écriture musicale du siècle. Les sous-maîtres de chapelle des rois de France se sont en effet attardé au développement d’un genre propre à exprimer à la fois les vérités religieuses et à démontrer leur talent, la musique devant être à la hauteur de la splendeur et de la suprématie de la Cour de France. Ainsi, si l’on s’accorde à penser que Nicolas Formé en est à l’origine, le double choeur (petit choeur de solistes contre grand choeur) s’abreuve au musicien du passage qu’est Eustache du Caurroy, véritable maître du contrepoint et révélateur des nouveautés que l’on nommera plus tard baroques. Jehan Veillot peut alors être considéré comme le premier à utiliser la forme du double choeur avec symphonie qui fera école, précurseur avant même Henry du Mont. De du Caurroy à Pierre Robert, on suit pas à pas les méandres de la naissance de cet art du grand motet qui prendra tant de place sous le Roi Soleil.</p> <p>  </p> <p> <strong>Cet enregistrement des Chantres de Saint-Hilaire et du Concert des Volutes pour le LABEL TRITON veut donc parcourir des inédits de ces sous-maîtres tour à tour d’Henri IV, de Louis XIII et du début du règne de Louis XIV</strong>, dans des oeuvres qui ont semé les racines de la musique que toute l’Europe allait admirer. Eustache du Caurroy, Nicolas Formé, Jehan Veillot, Thomas Gobert et Pierre Robert forment la trame de ce projet discographique comme autant de germes florissants. Si Eustache Picot et Gabriel Expilly en sont absents, leurs oeuvres ne nous sont pas parvenues ou présentent un intérêt moindre dans l’écoute de cette évolution. <u><strong>Le programme est constitué de 90% d’inédits</strong></u>, tant au disque qu’en partition ! Il fait ressortir le talent français à travers quelques motets choisis : un double choeur d’Eustache du Caurroy, soutenu par deux groupes instrumentaux ; deux grandes oeuvres de Nicolas Formé ; des psaumes de Thomas Gobert ; un petit motet de Pierre Robert où l’on perçoit mieux le rôle des solistes et l’architecture du continuo, oeuvre encore à l’état de manuscrit ; des pièces instrumentales tirées d’un recueil répertorié à la Bibliothèque Nationale de France : “Airs royaux au XVIIème siècle” ; enfin, le grand motet “Sacris solemniis” de Jehan Veillot, qui, déjà dans sa forme et son agencement des parties, est le quasi aboutissement de l’évolution et qui donne le titre au disque. Pour la réalisation de ce projet d’enregistrement, l’ensemble Les Chantres de Saint-Hilaire s’associe à l’ensemble Le Concert des Volutes. Une collaboration de plusieurs années leur a déjà permis de se connaître et de travailler dans un même sens ce répertoire primo baroque français. Des solistes réputés viennent rejoindre la réalisation.</p> <p>  </p> <p> Ce sont donc 25 artistes qui seront sur scène !!!</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="304" src="http://www.youtube.com/embed/H5UCrK-xCmg?wmode=opaque&amp;feature=oembed" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p> <u><strong>L'ENREGISTREMENT A LIEU DU 1ER AU 5 MAI EN LA COLLÉGIALE DE SAINT-ÉMILION (Gironde)</strong></u></p> <p>  </p> <p> <u>Le programme du disque :</u></p> <p> INVIOLATA d'Eustache du Caurroy (1549 - 1609) - double choeur, consort de violes</p> <p> ECCE TU PULCHRA ES de Nicolas Formé (1567 - 1638) - double choeur et continuo</p> <p> ADORO TE DEVOTE de Pierre Robert (1620 - 1699) - motet pour 3 solistes et continuo</p> <p> PSAUME XVII de Thomas Gobert (16? - 1672) - pour choeur et consort</p> <p> SUITE SUR LES AIRS ROYAUX (anonymes du XVIIème s.) - symphonie</p> <p> MUSICA SIMPLEX QUATUOR VOCUM de Nicolas Formé - double choeur et continuo</p> <p> PSAUME XX de Thomas Gobert - pour choeur et consort</p> <p> SACRIS SOLEMNIIS de Jehan Veillot ( 15? - 1662) - pour solistes, choeur et orchestre</p> <p>  </p> <p> <strong>Sous la direction de François-Xavier LACROUX</strong></p> <p>  </p> <p> <em>avec :</em></p> <p> <em>LES CHANTRES DE SAINT-HILAIRE ET LE CONCERT DES VOLUTES</em></p> <p> Cécile Larroche, dessus</p> <p> Lucie Fouquet, dessus</p> <p> Isabelle Deproit, contre</p> <p> Guillaume Figiel Delpech, contre</p> <p> Erwin Aros, haute-contre</p> <p> Dominique Bonnetain, haute-contre</p> <p> Deryck Webb, taille</p> <p> Samy Camps, taille</p> <p> David Witczak, basse-taille</p> <p> Antonio Guirao, basse-taille</p> <p> Eric Chopin, basse</p> <p> Cédric Meyer, basse</p> <p>  </p> <p> Léonore Darnaud, violes, flûte à bec, chef d'attaque</p> <p> Odile Michelet, violes</p> <p> Maud Spoutil, viole et violone</p> <p> Géraldine Devillières, viole</p> <p> Mathilde Vialle, viole</p> <p> Nolwenn Le Guern, viole</p> <p> France Pin, flûte à bec</p> <p> Alexandre Sciré, flûte à bec</p> <p> Barbara Bajor, dulciane</p> <p> Guilhem Lacroux, archiluth</p> <p> Marc Chiron, clavecin/orgue</p> <p> Nicolas Desprez, clavecin</p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.chantres-de-st-hilaire.com" target="_blank">Site des Chantres</a></strong></p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.concertdesvolutes.fr/" target="_blank">Site du Concert des Volutes</a></strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Ensemblequadri" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/12693/ensemblequadri.jpg"></p>

Waar dient de collecte voor

<p> <strong>La collecte servira à financer une partie des salaires des artistes</strong> et complètera le maigre apport des subventions, subventions qui ne sont attribuées que si le producteur apporte une partie.</p> <p>  </p> <p> <strong>TOUTE CONTRIBUTION APPORTÉE EST DÉDUCTIBLE DES IMPOTS À 66 %. Une bonne idée pour mieux répartir ses impôts !</strong></p> <p>  </p> <p> Il est difficile aujourd'hui de monter un projet discographique car on ne gagne pas d'argent avec ! Mais il est absolument essentiel pour continuer à exister. Sans aide de mécènes privés, ces projets culturels sont impossibles...</p>

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil