1984 - George Orwell

Orwell enfin libre de droit !

Visuel du projet 1984 - George Orwell
Réussi
21
Contributeurs
04/02/2021
Date de fin
21 prév.préventes
Sur 10
210 %
Commerce
équitable
Autoproduction
culturelle
Média
indépendant

1984 - George Orwell

Pour une nouvelle traduction de 1984

Lire ma traduction ICI !


1 – 1984, un état des lieux

Mon roman récent, 1984, n’a pas été conçu comme une attaque contre le socialisme ou contre le parti travailliste britannique (dont je suis un sympathisant) mais comme une dénonciation des perversions auxquelles une économie centralisée peut être sujette et qui ont déjà été partiellement réalisées dans le communisme et le fascisme. Je ne crois pas que le type de société que je décris arrivera nécessairement, mais je crois (compte tenu, bien entendu, du fait que ce livre est une satire) que quelque chose qui y ressemble pourrait arriver. Je crois également que les idées totalitaires ont partout pris racine dans les esprits des intellectuels, et j’ai essayé de pousser ces idées jusqu’à leurs conséquences logiques. L’action du livre se déroule en Grande-Bretagne, pour souligner que les peuples de langue anglaise ne sont pas par nature meilleurs que les autres, et que le totalitarisme, s’il n’est pas combattu, pourrait triompher partout.

George Orwell


 

« Big Brother », « novlangue », « Police de la pensée », malgré ce qu’espérait ce cher Orwell, ses anticipations collent salement à l’époque, qu’elles soient déjà réalisées ou sur le point de l’être. Entre la surveillance de masse, la manipulation de l’information et la déconcertante facilité avec laquelle le mensonge se manie un peu partout, on peut difficilement faire texte plus actuel.

Pas une mauvaise idée de le lire (ou de le relire) pour 2021, donc.

 

 

 

 


2 – Le projet


La traduction

[Je suis en plein travail de création, aussi l'extrait suivant connaîtra encore quelques modifications et corrections, mais, en gros, voilà la traduction que je propose (la couverture changera sans doute elle aussi). Cette présentation couvre le premier tiers du livre, amplement suffisant pour voir si ma version vous plait ! Bonne lecture en tout cas ! 🍻]

Lire l'extrait ICI !


Pour commencer, il faut clarifier la situation éditoriale de ce grand classique. La vénérable maison Gallimard, qui possède les droits depuis le début, a proposé une traduction en 1950, c’est la version dans laquelle le public français a découvert le roman d’Orwell. Ça a aussi été mon cas et je me souviens avoir été assez déçu à l’époque – même si c’est souvent le cas quand on se penche sur un livre dont on a beaucoup (trop ?) entendu parler.

À l’époque je ne lisais pas l’anglais, mais, devenu traducteur de métier, j’ai repris le texte dans sa version originale et j’ai pu me rendre compte de la qualité de la plume d’Orwell, que je n’avais pas forcément saisie lors de ma première lecture. Le fait que 1984 soit l’un des 5 romans les plus lus dans le monde anglophone, alors que c’est loin d’être le cas dans le domaine français, me semble aller dans le même sens. Les nombreux avis que j’ai pu récolter à travers mes discussions autour de ce projet m’ont confirmé que pas mal de lecteurs pouvaient être intéressés par une nouvelle version et une nouvelle expérience de lecture.

Ce qui n’empêche pas – loin de là – que chacun ait pu apprécier cette œuvre à la première lecture, car l’histoire est suffisamment bonne pour qu’on ait un bon moment à passer ! Je sais que les amateurs du livre peuvent être dérangés par le fait que je critique cette version, car ils ont découvert 1984 grâce à elle et ça a même parfois été une lecture importante pour eux. Mon pari est que ceux-là n’apprécieront que mieux ce livre dans la traduction que je propose !

La première partie est en accès libre sur cette page, aussi le plus simple est que chacun se fasse son avis et voie s’il trouve le projet pertinent !

 

*
 

 

 

Bien sûr, il y a une forte effervescence autour d’Orwell en cette fin d’année, ce qui est normal, car ce dernier tombe dans le domaine public au 1er janvier 2021. Il faut se rendre compte qu’il est très rare qu’un auteur dont les textes sont aussi modernes que ça tombe dans le domaine public. Deux raisons à ça : Orwell est mort jeune (47 ans), et bien sûr il s’agit d’une œuvre d’anticipation, donc voulue comme une projection (plutôt réussie, malheureusement) vers le futur.

 

Voici donc les versions auxquelles nous aurons accès (car je ne veux pas vous prendre au dépourvu) :

- Gallimard, 1950 (Amélie Audiberti), 2018 (Josée Kamoun), 2020 (Philippe Jaworski)

- Éditions de la Rue de Dorion (Québec, déjà sorti, car droits d’auteur différents là-bas), 2019, repris par les Éditions Agone pour la France à partir de janvier 2021


Quatre traductions donc (!) et pour faire rapide : les deux premières traductions Gallimard sont simplement insuffisantes. À tout prendre – et pour des raisons différentes – ce ne sont pas de très bonnes traductions. J’aimerais qu’on puisse comprendre que je ne veux manquer de respect à personne en disant ça. C’est mon avis de traducteur, simplement, mais sachez que si Gallimard avait sorti ne serait-ce qu'une "très bonne" traduction (ce qu'ils auraient dû avoir les moyens de faire...), je n'aurais même pas pensé à lancer ce projet.

La version de Philipe Jaworski apporte une nette amélioration, même si pas éclatante au point qu’elle nous fasse renoncer à produire la nôtre. Il a fait du bon travail, mais la marge d'amélioration existe et n'est pas de l'ordre du détail. De plus, il faut acheter un exemplaire la Pléiade pour y avoir accès (75 euros), ce qui nous laisse encore pas mal de place, surtout qu’en numérique notre objectif est de pouvoir le diffuser à petit prix.

Pour la traduction québécoise, malheureusement je n’ai pas réussi à y avoir accès. Je verrai ça comme tout le monde et je suis curieux de l'avoir entre les mains.

Je sais également que certains ne comprennent pas l’intérêt de retraduire un livre quand ça a déjà été fait. Croyez-moi, ça a un intérêt. Un intérêt de forme autant que de fond. J’invite les sceptiques à une rapide lecture comparée, c’est encore le plus simple si vous voulez mettre ma foi à l’épreuve 😁


 


Le collectif

 

Le second objectif est d’aider à faire découvrir ce livre culte au maximum de lecteurs possibles. Pour le plaisir de la lecture d’abord, et aussi pour que les idées qui y sont travaillées – pas inutiles pour penser le monde d’aujourd’hui, et surtout celui qui vient – fassent ce qu’Orwell voulait qu’elles fassent : faire réfléchir et éveiller les consciences (oui parce qu'il faut quand même éviter d'en arriver là, vraiment).

L’objectif reste quand même – à mon petit niveau – de faire passer un maximum d’information utile dans le collectif, c’est la raison pour laquelle à L’Ubac, le format numérique ne coûtera qu’un euro (ou plus si vous voulez me donner un coup de pouce !), et sans DRM bien sûr car ce machin est contre-nature, comme est contre-nature le fait de ne pas pouvoir prêter/donner à quelqu'un quelque chose qu'on a soi-même acheté (éviter d'en arriver là, je vous dis...).

 

 

 


3 – Le livre


 

La sortie du livre est prévue pour le 1er février 2021. C’est le temps qu’il me faut pour terminer la traduction et gérer la production.

Le format numérique sera au choix et sans DRM donc, c’est à dire lisible sur tous les supports, duplicable, prêtable et échangeable à merci. Le format papier sera un 15x21 cm avec couverture rigide à rabats, ~ 250 pages et la meilleure qualité papier possible.

L’édition du livre sera assurée par mes soins de bout en bout (sauf l’impression, qui sera confié à un imprimeur), ainsi que sa promotion et sa distribution (c’est là que vous pouvez vraiment m'aider en partageant autour de vous, car pour le coup ce domaine-là n’est pas de ma compétence !).

Pour la couverture, j'hésite encore entre le clair, classique, et le noir complet, qui d'habitude ne se fait pas trop, mais vu la noirceur du sujet, justement... ça me semble pouvoir être intéressant. Mais tout ça peut changer au dernier moment, car au moment de finaliser d'autres choix s'imposeront peut-être.

 


4 – Le métier d’auteur


L’objectif est aussi de se poser la question des opportunités qu’offre l’édition indépendante aujourd’hui. Le monde a bien changé depuis que l’imprimerie existe. Les outils informatiques à notre disposition nous permettent maintenant de maîtriser la chaîne éditoriale dans son ensemble, et autorisent même (théoriquement) des diffusions à grande échelle, pour peu qu’un livre trouve son public et que l’auteur puisse connaître le nombre de lecteurs intéressés avant de se rendre chez l’imprimeur (d’où la prévente).

Au fond c’est un peu le système du circuit court : directement du producteur au consommateur. Une nouvelle manière de voir le travail de l’auteur et une nouvelle manière de voir le livre. Dans l’idéal j’aimerais bien sûr travailler avec les libraires, mais pour l'instant je n'ai pas de réseau dans ce domaine... Amis libraires, n'hésitez pas à me contacter !

Je travaille dans l’édition depuis plus de 10 ans maintenant, et je sens que les choses bougent et que le paysage culturel va changer dans les années qui viennent. Mon pari est que la vente directe, la possibilité du financement participatif et l’autogestion de leur production dessinent une voie d’avenir pour les créateurs. Je crois que ça va contribuer à changer le travail d’écrivain et modifier le rapport des lecteurs aux auteurs, et même sans doute des auteurs aux livres.

Si je vois que ce genre de financement fonctionne, je mettrais certains de mes contrats habituels de côté (essentiellement des livres pratiques et des romans, mais rarement aussi passionnants que celui-là !) pour me mettre à fond au développement de cette structure.

 


5 – Création de L’Ubac

 

Les Éditions de l’Ubac naîtront avec ce titre, et se spécialiseront dans l’édition de littérature contemporaine française et étrangère, de titres rares ou épuisés et de classiques qui valent la peine d’être retraduits. L’objectif étant de s’appuyer sur ces derniers pour pouvoir faire découvrir des auteurs moins connus (mais néanmoins fameux !).

Une première levée de fonds m’a permis d’être soutenu par quelque 200 lecteurs ! Le projet est donc d'ores et déjà viabilisé.

Je viens vers vous pour essayer d’élargir mon audience, et bien sûr pour essayer d'abaisser mes coûts de production, car un tirage de 200 exemplaires est encore un peu juste pour faire mieux que se défrayer. Sachez que je ne produirais qu’un tirage de cette édition, qui sera donc une édition originale (numérotée).

Pour la suite le livre sera disponible en impression à la demande. Ce sera le même texte, mais pas le même livre.

À quoi servira la collecte

 


Naissance d'une maison d'édition


 

Le financement servira à produire la traduction et l’édition de ce 1984 nouvelle mouture, le tirage papier constituant le gros du budget. Bien sûr, plus le tirage sera important, plus je serai en mesure d’assurer un lancement réussi, ouvrant alors la porte à un développement accéléré du catalogue. À noter qu’ici l’objectif principal n’est pas de rémunérer l’auteur, mais plutôt de lui donner le temps et les moyens de développer son projet, qui est un projet de fond. Participer à ce financement sera participer à la naissance d’une nouvelle structure d’édition, ainsi qu’au soutien des auteurs et des traducteurs, une bonne part des fonds récoltés, si le financement dépasse un certain plafond, étant destinés à l'investissement  – d'abord pour pérenniser la structure et ensuite pour acheter des droits (donc payer des auteurs).

Pour ma part je ne prévois d'en faire mon activité principale qu'après quelques années de travail et un certain nombre de titres produits  – ou plus vite, si j'ai la chance qu'assez de lecteurs me suivent dans cette aventure !

D’autres traductions sont en cours d’avancement et quelques amis traducteurs et auteurs graviteront autour de la structure. Ils viendront proposer leurs traductions et créations pour faire suite à ce premier ouvrage. Je suis moi-même en train d’écrire un roman – qui va quand même me prendre un moment encore, surtout avec un deuxième mouflet prévu pour 2021 (😅😅😅). Pas le moment encore d’en parler, mais tout ça pour dire que L’Ubac est plein de projets !


À paraître dans les cinq ans :

  • Traductions vers le français : Orwell/Gibran/Dickinson/Bashō/Neruda/Han Shan/Baczyński/Whitman
  • Traductions vers l’anglais : Artaud/Rimbaud
  • Créations : roman & poésie
  • Achats de droits français/étrangers (si succès de nos premiers projets !)

 


Où va t-on ?


 


Objectif 100 lecteurs : 👍 Projet réalisé 👍 (niveau déjà atteint)


 

Pour les dépenses :

  • Frais de production & de livraison : 50 % / Outils numériques/communication (5 %) / Droits d’auteur traduction (45 %, soit ~1 000 €)

 Pour Les Éditions de L'Ubac : 

  • Ouverture du catalogue, ça se fête !

 


Objectif 200 lecteurs : 🍻 Joli petit lancement 🍻 (niveau déjà atteint)


 

Bonus collectif (contributeurs papier) :

  • Production marque-pages

Pour les dépenses :

  • Frais de production & de livraison : 50 % / Outils numériques/communication (10 %) / Droits d’auteur traduction (30 %, soit ~1 500 €)

Pour les Éditions de L’Ubac :

  • Création d’un fonds destiné à des achats de droits pour de prochains titres (1 000 €, soit 20 %)

 


Objectif 400 lecteurs : 🍾 Sérieux décollage 🍾 (besoin de vous !)


 

Bonus collectif :

  • Même chose que précédemment

Pour les dépenses :

  • Frais de production & de livraison : 50 % / Outils numériques/communication (10 %) / Droits d’auteur traduction (1 500 €, soit 15 %)

Pour les Éditions de L’Ubac :

  • Création d’un fonds destiné à des achats de droits pour de prochains titres (2 500 €, soit 25 %)
  • Développement des éditions : achat de matériel pro (papeterie, presse, massicot…) ; recherche et développement (surtout des livres) ; création d’un site internet qui viendra communiquer et proposer les travaux de L’Ubac au fur et à mesure de leur sortie (je vous l’ai dit, j’ai déjà pas mal de choses dans mes tiroirs, sans parler de leurs doubles-fonds) (~ 10 %)

 

 


Objectif 1000 lecteurs  : 🚀 Mise en orbite 🚀 (besoin d'un grand nombre d'entre vous, là !)


 

Bonus collectif :

  • Même chose que précédemment
  • Prochain ouvrage des Éditions de L’Ubac au format numérique pour tous les contributeurs

Pour les dépenses :

  • Frais de production & de livraison : 50 % / Outils numériques/communication (10 %) / Droits d’auteur traduction (30 %, soit ~1 500 €)
  • Droits d’auteur traduction (2 000 €, soit 10 %)

Pour les Éditions de L’Ubac :

  • Même chose que précédemment
  • Création d’un fonds destiné à des achats de droits pour de prochains titres (8 000 €, soit 40 %)

 


Je vous laisse quand même ma carte de visite 😉

 

Un très grand merci à tous et à très bientôt !

Marc

Choisissez votre contrepartie