1er album de Stick One's Neck Out

Stick One's Neck Out, 1er objectif atteint. Tentons de décrocher deux journées de studio supplémentaires !

Visuel du projet 1er album de Stick One's Neck Out
Réussi
38
Contributeurs
01/06/2019
Date de fin
1 700 €
Sur 1 500 €
113 %

1er album de Stick One's Neck Out

À la base du groupe, il y a Philippe - à droite sur la photo - (Babilas Gahzal – Pop acoustique anglo-saxone folk, rock) auteur-compositeur, guitariste et chanteur, quelques chansons en poche, il convainc 3 autres musiciens issus du cercle familial de participer à la création d'un premier album Stick One's Neck Out. Camille - la fille sur la photo - contre-bassiste (Babayaga – Musiques yiddish, tsiganes, swing, tango), Nicolas - à gauche - lead guitare (Woodoo church – Rock inspiré de Jimmy Hendrix), et Jérémy - qui tend les bras sur la photo - batteur (Untamed – Grindcore, brutal death metal). L’éclectisme du quatuor revêt une patine singulière révélant des arrangements aux accents pop alternant guitares saturées et balades poétiques.

On retrouvera également au piano sur Come again Jean-Marie Burgin (Auteur-compositeur-interprète, artiste-peintre, cinéaste, poète) venant prêter son talent et son grand cœur à la réalisation d’une des 10 chansons de l’album.

A better place est aussi le résultat d’une collaboration insolite puisque les textes sont écrits par l’artiste peintre anglais Wayne Sleeth originaire de Cleethorpes, inconditionnel de Claude Monet. On retrouvera également la guitare impeccable de Greg Robert (Guitariste et régisseur de grands spectacles) venant donner vie à cette ballade rock.

L’enregistrement, le mixage et le mastering seront également le fruit d’une collaboration heureuse puisque réalisés par Jean Pascal Boffo au studio Amper à Clouange en Moselle.

Ce premier album est sans aucun doute l’aboutissement d’une envie de chanter, de jouer et de partager des chansons à la croisée des rencontres et des amitiés.

Un aboutissement ? Certainement pas : un début.

À quoi servira la collecte

La collecte servira à financer l’enregistrement, le mixage et le mastering de l’album au studio Amper à Clouange pour un montant de 1250 euros.

Le pressage d’une centaine d’album destiné à nos contributeurs pour 250 €.

Et 50 euros pour les badges et les photos.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux