Allô Bercy? par l'Observatoire des multinationales

Pas d’aides publiques aux grandes entreprises sans conditions sociales, fiscales et écologiques.

Visuel du projet Allô Bercy? par l'Observatoire des multinationales
Réussi
796
Contributeurs
03/06/2021
Date de fin
32 901 €
Sur 10 000 €
329 %
Média
indépendant

Allô Bercy? par l'Observatoire des multinationales

Deuxième palier atteint,
Prochain Objectif : 35 000 euros


Grâce à une belle mobilisation, nous avons atteint jeudi 20 mai notre deuxième palier à 20 000 euros. Un grand merci pour votre soutien et pour vos messages d'encouragements!
 



Vous nous avez donné les moyens de prolonger notre travail d'investigation. Désormais nous allons mener bataille, jusque dans les tribunaux, pour faire la lumière sur la réalité des aides publiques aux grandes entreprises.
Tout ça grâce à vous!

Si nous atteignons les 35 000 euros, nous pourrons :

  • mettre en place un site internet dédié à Allô Bercy?
  • mener notre travail d'investigation au niveau européen
  • mobiliser citoyens et partenaires pour obtenir une victoire sur la conditionnalité des aides publiques

On compte sur vous!


Plus qu'une enquête, une mobilisation citoyenne


Dès le printemps 2020, l’Observatoire des multinationales s'est mobilisé pour traquer les profiteurs de la crise sanitaire et informer sur l'ampleur des aides publiques octroyées aux très grandes entreprises. Ce minutieux travail d'enquête a abouti à la publication du rapport Allô Bercy? en octobre 2020. Il dresse un bilan sans appel de cette première année sous le signe du Covid-19 : 100% des entreprises du CAC40 ont touché des aides publiques, sans aucune condition sociale, fiscale ou écologique.


Notre ambition avec cette saison 2 d'Allô Bercy? : poursuivre notre travail d’enquête et le transformer en une grande campagne citoyenne, en lien avec nos partenaires associatifs et syndicaux, pour forcer le pouvoir exécutif et les entreprises à rendre des comptes. Car il ne suffit plus de dénoncer. Il est temps de se mobiliser pour un changement de modèle.


Avec votre aide, nous pourrons : 

Et si nous atteignons nos objectifs les plus ambitieux, nous pourrons mener ce travail de fond jusqu’aux élections de 2022, en portant des propositions concrètes pour mettre fin à la spirale infernale d’aides toujours plus massives à des entreprises qui s'éloignent toujours plus de l'intérêt général.

 


Les aides publiques au CAC 40 : un scandale acceptable ?


Prêts garantis, chômage partiel, fonds de soutien, aide au financement sur les marchés, reports de charge, apports en capital, plan de relance…  L'argent public continue de couler à flots en faveur des grandes entreprises. Pendant que les soignant·es, les premier·es de corvée, les services publics, les salarié·es, les petites entreprises et le secteur non lucratif continuent de souffrir.


Avant la crise de 2008-2009, les aides publiques aux entreprises ne représentaient "que" 65 milliards d’euros par an. En 2015, la somme était passée à 150 milliards d’euros annuels. En 2020, au nom de l'épidémie de Covid, ce chiffre a bondi pour dépasser les 300 milliards d'euros, plaçant la France au premier rang en Europe.


Scandaleux? Et pourtant en 2021  : 

Ne les laissons pas faire!

Le gouvernement justifie ces aides massives au nom de la crise et les prétend inévitables. Comme si nous n'avions d'autres choix que de donner toujours davantage d'argent aux multinationales et à leurs actionnaires. Dans le même temps, il cherche à enterrer définitivement le débat sur les nécessaires conditions à ces aides publiques. Aujourd'hui d'autres pays - y compris même les Etats-Unis - montrent qu'il serait parfaitement possible d'éviter cette fuite en avant. Alors qu'attendons-nous?

 


Un pôle d'expertise reconnue dans la lutte contre les abus des multinationales


L'ADN de l'Observatoire des multinationales, c'est : l'investigation, l'analyse et la veille citoyenne sur les grands groupes et les enjeux de démocratie économique. Il est porté par l'association Alter-médias (aussi éditrice de Basta! et du Portail des médias libres).

 

 

L'Observatoire des multinationales est une structure unique en France. Ses enquêtes et rapports détaillés en font une source précieuse pour les ONG et les médias. Plusieurs fois par an, l'Observatoire collabore directement avec des médias nationaux pour donner plus de résonance et d'impact à son travail. 

Parmi nos enquêtes récentes les plus emblématiques, on citera:

Le projet Allô Bercy ? s'inscrit dans la continuité de ces travaux. Pour le mener à bien, l'ODM a réuni une équipe taillée pour maximiser l'impact de cette campagne et obtenir une victoire citoyenne sur la question des aides publiques aux entreprises.

Margot Vermeylen, chercheuse en finance et économiste de formation, s'est récemment lancée dans le journalisme. Aime faire un travail de fourmi pour rendre publiques les données un peu trop cachées. Milite pour la justice fiscale.


Nathalie Quiroga, s’active au max derrière son écran pour booster les enquêtes des journalistes. Crowdfunding, réseaux sociaux, relations lecteur, elle est présente sur tous les fronts et use de sa créativité pour que l’Observatoire des multinationales crée le buzz sur la toile.


Nicolas Camier, ex-journaliste, puis ex-paysan, maintenant néo-spécialiste en économie du don, déploie toute son énergie pour que l'Observatoire des multinationales termine l'année comptable avec 0 euro de bénéfice (mais aussi et surtout avec 0 euro de perte).


Guillaume Seyral, graphiste, agence chiffre, graphiques et textes avec un objectif : faire passer les données secrètes de l'ombre à la lumière.

 


Pourquoi notre modèle repose sur le don


Tous les contenus que nous publions sont gratuits. Parce que nous croyons que l'information n'est pas un bien comme un autre. Parce que notre mission est d'éclairer chaque citoyen sur des enjeux parfois complexes, et où règne souvent une certaine opacité entretenue par les entreprises et/ou les pouvoirs publics.

En revanche, nos enquêtes ont un coût. Et comme nous n'hébergeons ni publicité sur notre site, ni un riche investisseur dans nos locaux, nous nous tournons vers des sources de financements qui font sens : dons des lecteurs et lectrices d'une part; soutien de fondations d'intérêt général de l'autre.

Tout comme nous refusons la publicité, nous n'acceptons pas non plus de subventions émanant d'entreprises. Nous ne recevons quasiment aucune aide publique (5000€ de subvention pour un emploi tremplin en 2019, soit 1,5% du budget d’Alter-médias). Et nous sommes très heureux comme ça.

Faire financer nos enquêtes par des dons, c’est aussi et surtout impliquer les citoyens dans le combat pour la transparence des grands groupes et la justice économique. Car cette bataille nous concerne toutes et tous : les millions d’aides publiques dont profitent les multinationales, c’est dans nos poches qu’ils sont puisés. N'avons-nous pas le droit d’exiger des conditions en échange de cette hypothèque sur l’avenir du pays?

À quoi servira la collecte

Ces 10 000 euros viendront payer quelques centaines d’heures de travail journalistique pour dépiauter les documents officiels des entreprises, interroger les spécialistes et les parties prenantes, vérifier et revérifier nos chiffres, construire des feuilles de calcul et des infographies, et rendre toute cette matière accessible aux citoyens. À quoi s’ajoutent le travail de nos graphistes, de nos maquettistes, de nos correcteurs et de nos chargés de com'… et pas mal de litres de café.


Nos données et nos analyses seront rassemblées dans une nouvelle édition mise à jour du rapport Allô Bercy ?, que nous pouvons imprimer et diffuser auprès des décideurs, des médias, des syndicats et des acteurs de la société civile.

Si nous savons que les grandes entreprises bénéficient d’aides publiques massives, nous ne bénéficions dans la plupart des cas que d’informations rudimentaires sur le détail des sommes touchées.

Avec 20 000 euros, nous pouvons mettre les grands moyens pour en apprendre plus : initier des procédures administratives et judiciaires au nom de la loi française sur l’accès aux documents administratifs et du droit européen; identifier les bons contacts, notamment syndicaux, au sein des entreprises; mettre à profit les prérogatives des parlementaires... Tout un travail de longue haleine qui sera rendu possible par votre soutien.

Nous mettons en place un site web dédié pour recueillir et valoriser tout notre travail de veille, d'analyse et de harcèlement pour la transparence et l'intérêt général. Nous proposons des publications régulières et des événements publics pour en présenter les résultats.


Cet effort, nous le menons aussi au niveau européen avec nos partenaires du réseau ENCO, pour suivre à la trace les bénéficiaires du plan de relance à 750 milliards d'euros en cours de lancement par les 27. En parallèle, nous commençons à concevoir un autre modèle pour cadrer les aides publiques aux entreprises, en impliquant des représentants du monde associatif et syndical.

En plus de continuer notre travail de traque sur les aides publiques et l'usage qu'en font les grands groupes, nous pourrons sommer les candidats aux élections de 2022 de prendre position

Nous réunirons chercheurs, syndicalistes, élus et société civile dans un comité dédié pour formuler nos propres propositions, sous la forme d'un livre blanc sur les aides publiques aux entreprises.


Ces propositions, nous les présentons à l'occasion d'un grand événement public associant tous nos partenaires. Dans la foulée, nous mettrons tout en oeuvre, avec l'aide des partenaires et citoyens mobilisés, pour pousser le sujet dans le débat public. Nous ferons pression pour intégrer les propositions de notre livre blanc dans les programmes des candidats, et s'assurer de leur transformation en dispositions légales.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux

Épuisé

J’apprends à démonter la com' des multinationales

70 €

Livraison estimée : mai 2021

“Je prends le dossier en main” Le livre collectif Multinationales, les batailles de l’informations, Collection Passerelle en partenariat avec Ritimo, dédicacé par Olivier Petitjean (frais de port inclus pour un envoi en France)
  • 50 contributeurs
  • 0/50 disponible