Amiante - Court métrage Nikon Film Festival

AMIANTE est un court-métrage qui plonge dans les souvenirs et les fantasmes d’une femme hantée par un amant de jeunesse.

Visuel du projet Amiante - Court métrage Nikon Film Festival
Réussi
46
Contributions
09/12/2013
Date de fin
3 205 €
Sur 3 000 €
107 %

Amiante - Court métrage Nikon Film Festival

<p> <strong>AMIANTE </strong></p> <p> <strong>Un film de Joséphine Vallé Franceschi</strong></p> <p> <strong>Un scénario de Joséphine Vallé Franceschi et Thomas Jacquey</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>SYNOPSIS</strong></p> <p>  </p> <p> Francesca, élégante bourgeoise corse d’une soixantaine d’années, revient sur les traces d’une passion de jeunesse qu’elle a entretenue avec un ouvrier. Elle va revivre d’intenses souvenirs autour de la mine d’amiante où travaillait son amant. Sa réalité et son passé vont se mêler quand elle va prendre conscience qu’elle n’est pas seule, en ce lieu depuis longtemps abandonné. </p> <p>  </p> <p> <strong>NOTE D'INTENTION DE LA PRODUCTION</strong></p> <p>  </p> <p> Nous sommes cinq étudiants du Master 2 professionnel «Cinéma, Télévision, Nouveaux Médias» de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne. Nous avons choisi la production d’un court-métrage dans le cadre du festival Nikon/Mk2 comme projet majeur de notre année d’étude. Ce festival propose de réaliser des films de 140 secondes maximum répondant à un thème précis : «Je suis un souvenir» pour l’édition 2013-2014. </p> <p>  </p> <p> Nous avons choisi d’écrire un scénario original basé sur cette affirmation, qui fût ensuite révisé par deux étudiantes de la Fémis. Celui-ci traite de la passion amoureuse et de la cicatrice indélébile qui en découle, de la manière dont elle hante les individus jusqu’à pouvoir distordre leur réalité et la faire fusionner avec leur passé.</p> <p>  </p> <p> Un décor bien singulier s’est rapidement imposé comme étant en parfaite adéquation avec notre histoire il s’agit d’un immense bâtiment de béton désaffecté du Cap Corse. Situé en front de mer, cette usine en friche depuis les années 60 a laissé dans la mémoire collective un traumatisme qui peut-être mis en parallèle avec celui gravé par cet amour révolu dans l’esprit de notre héroïne. La réalisation sera dirigée par Joséphine Vallé Franceschi, d’origine corse et ayant une très bonne connaissance de ce lieu, lequel sera sublimé par le directeur de la photographie Lucas Morlot.</p> <p>  </p> <p> <strong>NOTE D'INTENTION DE LA REALISATRICE</strong></p> <p>  </p> <p> Le thème choisi cette année par le festival MK2/Nikon, «Je suis un souvenir», offre de nombreuses interprétations possibles. J’ai trouvé pertinent de le traiter de manière très directe, à travers la personnification d’un souvenir. </p> <p>  </p> <p> L’histoire de cette femme, entrant dans le troisième tiers de sa vie, qui décide de retourner sur les lieux d’une passion de jeunesse dont elle ne parvient pas à faire le deuil nous permet d’envisager un univers à la limite du fantastique, où se confondront réalité, fantasmes et souvenirs. C’est ainsi qu’une rencontre surnaturelle va pouvoir se produire, en ce lieu d’une beauté exceptionnelle au premier abord, mais bien plus obscur à l'intérieur puisqu’il s’agit d’une ancienne mine d’amiante. </p> <p>  </p> <p> Le premier objectif de la réalisation sera de réussir à créer cette atmosphère mystique. Ensuite il faudra mettre en exergue l’opposition entre les deux temporalités de Francesca ainsi que celle entre son apparence et son traumatisme intérieur. Enfin la récurrence de ses souvenirs devra être mise en parallèle avec l’aspect mécanique du travail de l’ouvrier.</p> <p>  </p> <p> <strong>DECORS</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49039/KKBB1.jpg"></p> <p>  </p> <p> <em>Mine et usine de Canari (vue d'ensemble)</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49040/KKBB2.jpg"></p> <p>  </p> <p> <em>Usine de Canari</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49041/KKBB3.JPG"></p> <p>  </p> <p> <em>Usine de Canari (intérieur)</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb4" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49042/KKBB4.jpg"></p> <p>  </p> <p> <em>Mine de Canari</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb5" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49043/KKBB5.JPG"></p> <p>  </p> <p> <em>Plage noire aux abords de la mine de Canari</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Kkbb6" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49044/KKBB6.JPG"></p> <p>  </p> <p> <em>Chambre de la Villa Franceschi</em></p> <p>  </p> <p> <strong>ACTEURS</strong></p> <p>  </p> <p> Théo Frilet  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Redim_recadre_photo" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49114/redim_recadre_photo.jpeg">`</p> <p>  </p> <p> Laura Ho-Tong</p> <p>  </p> <p> <img alt="29621_10151140467781987_155941088_n" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49116/29621_10151140467781987_155941088_n.jpg"></p> <p>  </p> <p> France Beguin</p> <p>  </p> <p> <img alt="France" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49555/FRANCE.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>EQUIPE TECHNIQUE</strong></p> <p>  </p> <p> <u>Réalisatrice</u> : Joséphine Vallé Franceschi</p> <p> <u>Chef opérateur</u> : Lucas Morlot</p> <p> <u>Ingénieur du son</u> : Antoine Piffard</p> <p> <u>Directeur artistique</u> : Julien Vallé</p> <p> <u>Maquilleuse</u> : Marine Pouvreau</p> <p>  </p> <p> <strong>PRODUCTION : Babilo Films</strong></p> <p>  </p> <p> <u>Producteur exécutif</u> : Thomas Jacquey</p> <p> <u>Producteur</u> : Julien Mabin</p> <p> <u>Producteur</u> : Laura Ho-Tong</p> <p> <u>Producteur</u> : Joséphine Vallé Franceschi</p> <p> <u>Producteur</u> : Thao N'guyen</p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> Ce court-métrage sera en partie financé par Timedia, l'association des étudiants du Master 2 "Cinéma, Télévision, Nouveaux Médias" de Paris 1, ainsi que par le Crous de Paris. Cependant, ces aides seront loin d'être suffisantes pour couvrir l'ensemble des frais de production. Afin de pouvoir emmener nos acteurs sur ce lieu de tournage unique, avec une équipe technique et un matériel de qualité, nous sollicitions donc votre soutien.</p> <p> Voici comment seront repartis les 3000 € demandés :</p> <p>  </p> <p> <img alt="Repartition_3000" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/49242/repartition_3000.png"></p> <p>  </p> <p> Sans votre aide, Amiante ne pourra jamais voir le jour. Nous vous sommes par avance extrêmement reconnaissants et espérons que les contreparties proposées sauront représenter notre gratitude. </p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux