Back to South Africa. CD by Sam Tshabalala

Aidez-moi à financer l'enregistrement et production de mon premier album en Afrique du Sud après 30 ans d'exil !

Visuel du projet Back to South Africa. CD by Sam Tshabalala
Réussi
117
Contributions
26/05/2016
Date de fin
7 594 €
Sur 7 500 €
101 %

Back to South Africa. CD by Sam Tshabalala

<p> <strong>Mon quatrième album</strong></p> <p>  </p> <p> Après avoir vécu plusieurs années, en France, j’aimerais maintenant partager mon quatrième album solo - que j’ai déjà commencé à écrire <strong><a href="https://www.youtube.com/watch?v=FW47QEfR1wM" target="_blank">en France</a> </strong>– avec mes amis et musiciens sud-africains. J’aimerais les inclure dans les enregistrements.</p> <p>  </p> <p> Ce sera un retour à mes racines après 30 ans d'exil.</p> <p>  </p> <p> <strong>Ce voyage, mon voyage, a commencé, </strong>en Afrique du Sud avec le group, les <strong><a href="http://www.afrisson.com/Malopets-4954.html" target="_blank">Malopoets</a>,</strong> le premier groupe noir à jouer au célèbre Market Theatre de Johannesburg.</p> <p>  </p> <p> Ce parcours musical s’est poursuivi en exil en Europe et ailleurs. <strong>J’aimerais maintenant retourner en Afrique du Sud pour finaliser mon nouvel album après trente ans d’exil.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Malopoets_en_concert-1431887310" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/199266/Malopoets_en_concert-1431887310.jpg"> </strong></p> <p>  </p> <p> Pendant les années 80, la situation en Afrique du Sud était extrêmement difficile pour nous à cause de ce que notre groupe représentait. Nous n’étions pas simplement un groupe de musiciens : nos paroles parlaient de la situation dans les townships et dans les villes où notre présence était interdite sans autorisation. Beaucoup de nos chansons étaient censurées par le gouvernement. Cela signifiait que nous nous faisions remarquer par les des autorités de l’apartheid et qu’on pouvait être arrêtés à n’importe quel moment. Il était défendu de chanter « Nkosi Sikelel iAfrika » - l’hymne de la libération. Nous avons fait un arrangement instrumental et n’avions chanté que les deux dernières lignes. Tout le monde a compris… En 1983 on nous a invités à jouer en France. Notre premier album à l’étranger fut produit par EMI aux États-Unis et nous y avons fait une tournée de trois mois en 1985.</p> <p>  </p> <p> En 1984, il est devenu trop difficile de vivre en Afrique du Sud. Ben Langa qui écrivait les paroles pour le groupe, tout en faisant des études de droit, a été assassiné. Eugene Skeef qui écrivait - lui aussi  - pour nous, a dû s’exiler. Tous les deux étaient des inspirations pour nous. Il ne me restait à moi, comme pour mes collègues, que le chemin de l’exil – j’ai choisi la France.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Malopoets_angoule_me_1983-1431887352" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/199267/Malopoets_Angoule_me_1983-1431887352.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Pretoria, Durban, Soweto et Paris</strong></p> <p>  </p> <p> Ce nouvel album me ramènera à mes sources. En association avec les membres restant des <strong><em><a href="https://www.youtube.com/watch?t=15&amp;v=UjIxhOkm-g0" target="_blank">Malopoets</a></em></strong>, la musique voyagera dans le temps et d’un pays à l’autre, entre l’Afrique et l’Europe. J’ai joué dans beaucoup de pays, particulièrement en Europe, et ai trois albums à mon nom. Après un concert au <em><strong>World Expo</strong></em> en 2000 à <strong><a href="http://www.youtube.com/watch?t=15&amp;v=UjIxhOkm-g0" target="_blank">Hanovre</a></strong>, mon agent allemand, <em>Griot</em>, a décidé de produire un CD avec mon groupe <em><strong><a href="https://www.youtube.com/watch?v=u3AMy3kms1k" target="_blank">Sabeka</a></strong></em>. En 2005, ce quartet a enregistré <em><strong><a href="https://www.youtube.com/watch?v=m0ziIRakXgo" target="_blank">Meadowlands</a></strong></em>, produit par la radio allemande <em>Deutsche Welle</em>. L’album est distribué par Tropical Music et Sony.</p> <p>  </p> <p> Peter Gabriel a reçu le CD, et nous a tout de suite invités à participer aux festivals WOMAD en Europe et même au dernier, à Singapour.</p> <p>  </p> <p> Jouer en Europe a été très agréable, mais j’ai besoin de me ressourcer avec une expérience musicale africaine.</p> <p> <strong> </strong></p> <p> Nous voulons que le voyage musical termine chez moi.</p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.dailymotion.com/video/x10jd61_sam-tshabalala-et-sibongile-mbambo-en-concert-a-paris_news" target="_blank">Un voyage musical</a></strong></p> <p>  </p> <p> J’ai eu des échanges récemment avec Kenny Mathaba, le guitariste des <em>Malopoets</em>, maintenant producteur en Afrique du Sud. Il est enthousiaste pour notre retour au pays et m’a donné beaucoup de conseils très positifs par rapport aux chansons déjà écrites en France que j’ai partagées avec lui. Dans ce nouvel album, j’ai l’intention de trouver de nouveaux angles et arrangements avec des éléments originaux dans les dernières compositions.</p> <p>  </p> <p> <strong>Le voyage</strong></p> <p>  </p> <p> Nous allons retourner à Hammanskraal, à une quarantaine de km de Pretoria. La campagne dans laquelle je suis né et où j’ai grandi. La vie était simple. Notre philosophie était « fais-en davantage avec le peu que tu possèdes » - tout le monde autour de moi était dans la même situation. La musique était partout, les gens chantaient dans les mariages et des cérémonies traditionnelles ou autres rencontres religieuses. J’adorais chanter et sentais le besoin de partager. C’était difficile d’acheter un instrument, mais trouver un bidon de pétrole était posséder déjà, à moitié, une guitare. Et moi, j’en ai eu une, une guitare ! Ma mère travaillait à Pretoria comme domestique. Je lui rendais visite 2 fois par an – j’y passais deux heures et puis reprenais la route pour Hammanskraal. La ville était un monde à part, mon enfance était ailleurs, à la campagne.</p> <p>  </p> <p> <strong>Qui sont les musiciens</strong></p> <p>  </p> <p> Bruce Madoda Sosibo l’un des <em>Malopoets</em>, batteur et chanteur, est décédé il y a quelques années. Il nous</p> <p> manque à tous et nous regrettons qu’il ne fasse pas parti de ce projet. Pat Mokoka, bassiste, n’a jamais quitté Johannesburg et travaille avec divers artistes. Thapelo Khomo, joueur de clavier, et producteur travaille maintenant avec le groupe de Ray Phiri, Stimela. Il avait rejoint les Malopoets pour la tournée américaine en 1985. Duze Mahlobo, le premier guitariste des  Malopoets vit toujours à Durban. Pat Sefolosha chanteur et saxophoniste vit actuellement en Suisse. L’Afrique du Sud est pleine de musiciens admirables et de qualité. Je ne vais pas limiter le nouveau CD exclusivement aux musiciens des Malopoets. J’aimerais inviter Fana Zulu, bassiste pour Hugh Masekela, Khaya Mahlangu, saxophoniste et flutiste qui, lui aussi, a travaillé avec Hugh Masekela ainsi que Zamo Mbutho et Innocent Mthebu qui ont fait le chœur avec Miriam Makeba. Il y a multitudes de chanteurs talenteux en Afrique du Sud qui peuvent aussi participer.</p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> <strong>Le projet</strong></p> <p>  </p> <p> Le projet dans son ensemble coûtera 12 500 €. <strong>Nous vous sollicitons pour nous aider à collecter 7 500 €.</strong> Cette somme nous permettra d’enregistrer un CD en Afrique du Sud. La production aura lieu entr septembre et octobre 2016.. La sortie du CD est prévue en février 2017.</p> <p>  </p> <p> Si nous depassons notre objectif nous pourrons presser un plus grand nombre de CDs. N'hésitez pas donc ...</p> <p>  </p> <p> Vos donations nous aideront à :</p> <p>  </p> <p> • Enregistrer dans le célèbre <a href="http://downtownmusicstudios.com/" target="_blank">Down Town Studios </a>à Johannesburg pendant six jours ;</p> <p>  </p> <p> • Produire et imprimer le CD.</p> <p>  </p> <p> • Documenter le retour en Afrique du Sud avec une vidéo :</p> <p>  </p> <p> • Distribuer l’album et organiser une tournée promotionnelle en Europe.</p> <p>  </p> <p> <strong>Coût total : € 12 500 (<strong>appel </strong>KissKissBankBank  + fonds personnels)</strong></p> <p>  </p> <p> Billet d’avion = € 900</p> <p> Location du <em>Down Town studios</em> d’enregistrement, six jours = € 900</p> <p> Ingénieur de son, six jours = € 1,100</p> <p> Mixing, six jours = € 1,350</p> <p> Mastering, = € 1000</p> <p> Pressage, = € 1200</p> <p> Musiciens (Malopoets et autres) = € 2,100</p> <p> Vidéo = € 700</p> <p> Danceurs, = € 650</p> <p> Logement pour la Vidéo à Hammanskraal. Deux personnes, 2 nuits = € 250</p> <p> Location voiture, essence = € 850</p> <p> Maquette de pochette, = € 500</p>

Choisissez votre contrepartie

6 €

Livraison estimée : juin 2016

Un grand sourire de remerciement !
  • 10 contributions

20 €

Livraison estimée : février 2017

Un remerciement dans les crédits de l'album
  • 39 contributions
  • 11/50 disponibles

50 €

Livraison estimée : février 2017

Un remerciement dans les crédits de l'album ET l'album
  • 24 contributions
  • 1/25 disponible

50 €

Livraison estimée : février 2017

Un remerciement dans les crédits de l'album ET l'album
  • 6 contributions
  • 4/10 disponibles

1 000 €

Livraison estimée : mars 2017

Un concert privé gratuit ! Vous ne payerez que le transport des musiciens où vous voulez !
  • 3/3 disponibles

Faire un don

Je donne ce que je veux

Épuisé

70 €

Livraison estimée : février 2017

Mon nouvel album ET mon dernier album produit en France, Tatana Manana
  • 10 contributions
  • 0/10 disponible