Barbe bleue, espoir des femmes

Projet de Mise en scène mélangeant théâtre, danse, musique, vidéo et peinture. Ce dernier sera joué au Theatre de Ménilmontant en mai 2013 les kiss kiss bankers nous permettrons de tourner en province et en Europe.

Visuel du projet Barbe bleue, espoir des femmes
Réussi
31
Contributions
11/03/2013
Date de fin
1 110 €
Sur 1 000 €
111 %

Barbe bleue, espoir des femmes

<p> <img alt="Criarts" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5221/criarts.png"></p> <p> <strong>Barbe-Bleue, espoir des femmes</strong></p> <p> <strong><i>Dea Loher</i></strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u>Coordonnées</u></p> <p>  </p> <p> J. Louart : 06 75 82 50 78</p> <p> M. Lourdel : 06 10 22 88 64</p> <p> Mail : <u><a href="mailto:lescriarts@gmail.com">lescriarts@gmail.com</a></u></p> <p> Site : laciedescriarts.free.fr</p> <p>  </p> <p> <u>La compagnie</u></p> <p>  </p> <p> La compagnie des CriArts est fondée en mai 2009 par Julie Louart et Mathieu Lourdel, rencontrés aux Cours Florent.</p> <p>  </p> <p> Leur première création, Terres Mortes de Franz Xaver Kroetz, rencontre un succès public. Ils gagnent ainsi le soutien de la direction des cours Florent : deux postes de professeur auprès des jeunes élèves. Terres Mortes peut ainsi être joué à Paris. Ils montent ensuite les Quatre Jumelles de Copi au Théâtre de Ménilmontant.</p> <p> Ils poursuivent sur la lignée des auteurs allemands en s'attaquant à Barbe bleue, espoir des femmes de Dea Loher et Trust de Falk Richter.</p> <p>  </p> <p> <u>Résumé</u></p> <p>  </p> <p> <i>« Parce qu'elle pensait que ce n'était qu'un jeu pour moi. Parce que je ne pouvais pas l'aimer comme elle m'aimait. Et c'est comme ça que tout a commencé. »</i></p> <p> Dans une rue à putains, dans un bar de nuit, sur le quai d'un métro, cinq femmes cherchent quelqu'un à aimer. Et Henri, vendeur de chaussures, les tue.</p> <p>  </p> <p> Ce n'est pas qu'il y prenne du plaisir. Il doit se délivrer de l'amour factice que ces femmes croient ressentir pour lui. Un amour qui ne pourra jamais égaler celui de Juliette.</p> <p>  </p> <p> À travers cette relecture du conte de Barbe-Bleue, Dea Loher mélange comique et tragédie dans une pièce où l'amour, poussé au-delà de ses limites, rejoint l'enfer...</p> <p>  </p> <p> <u>Distribution</u></p> <p> (mise en scène de Julie Louart)</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <em>Henri</em></p> <p> <img alt="Henri" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5222/Henri.jpg"></p> <p> <u>Nicolas Avinée</u></p> <p> mise en scene philippe Ulysse</p> <p> Rôle de Baal dans <i>Baal de Brecht</i>, par Gaspard Monvoisin</p> <p> Courts-métrages: <i>Le russe Nicholaï</i> (2nd rôle), <i>Action Painting</i>, <i>Ta maman qui t’aime</i> (1er rôle)</p> <p> LM de J. Petalugga</p> <p> 2009-2010: Anime l'atelier théâtre enfant au CSC d'Amiens</p> <p> Langues : ang. all. it.</p> <p>  </p> <p> <em>Juliette / l'Aveugle</em></p> <p> <img alt="Juliette" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5223/Juliette.jpg"></p> <p> <u>Viktoria Kozlova</u></p> <p> Créations collectives:</p> <p> 2010 : <i>Mon Corps est à Moi</i> et <i>J(e) D’echecs</i></p> <p> Théatre:<i>Hamlet</i> mise en scène Kosellek 2011: <i>Jacques ou la soumission (Roberte) </i>de E.Ionesco:</p> <p> Festival Istropolitana à Bratislava et Avignon Off au Théâtre du Bourg Neuf.</p> <p> Cinema<i> Shakespearian </i>CM de L. Martin</p> <p> Nombreux courts métrages et voix off.</p> <p>  </p> <p> en doublon avec Charlotte Campana</p> <p> <img alt="Img_5461-1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/10758/IMG_5461-1.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>      Elle participe à des pièces variées <i>Amphitryon </i>de Plaute, <i>La Cantate à trois voix</i> de Paul Claudel ainsi qu’à des créations ( <i>La mécanique du rire </i>et <i>Le mariage n’est pas un badinage</i> de Pétronille de Saint Rapt) ou encore à un spectacle d’improvisation.</p> <p>  </p> <p>    1er rôle de <i>J’veux pas de noyaux dans ma cerise </i>, ce court-métrage est sélectionné dans de nombreux festivals du monde entier et remporte deux prix dont le grand prix du public au festival « Silence on court ! » en avril 2010.</p> <p> En 2012, elle intègre le Zagigaï kollectiv autour du spectacle<i> Il y en a même qui n’ont jamais rêvé </i>sélectionné au Festival Premiers pas au Théâtre du Soleil.</p> <p> Elle tourne dans plusieurs clips, court-métrages, pubs et séries télés et commence doucement à prêter sa voix dans diverses séries. Des stages lui permettent régulièrement de nourrir sa formation de comédienne.</p> <p>  </p> <p> <em>Anne</em></p> <p> <img alt="Anne" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5224/Anne.jpg"></p> <p lang="fr-FR"> <u>Julie Louart</u></p> <p> Professeur de théâtre pour enfants au Cours Florent</p> <p> Mises en scène et théâtre: <i>Terres</i><i> Mortes</i>, <i>Les 4 jumelles</i> <i>Trust</i> Co-fondatrice de la Cie Des CriArts</p> <p> Cinéma: <i>Éric</i> de Nicolas Simonin - festival de Newport Beach : meilleur short film meilleure interprétation féminine - festival short corner Cannes 2011</p> <p lang="fr-FR">  </p> <p> <em>Tania</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Tania" height="84" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5228/Tania.jpg" width="126"></p> <p lang="zxx"> <u>Yohann Guion</u></p> <p> Théâtre:</p> <p> <i>Nous les héros de Jean Luc Lagarce, Mise en scène d’Aurélien Gabrielli,La Fausse suivante de Marivaux, Mise en scène de Barbara Fran</i></p> <p> Les étoiles d’Arcadie d’Olivier Py, Mise en scène de Xavier Bonadonna au Théâtre du Soleil</p> <p>  </p> <p lang="zxx">  </p> <p> <em>Judith</em></p> <p> <img alt="Judith" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5225/Judith.jpg"></p> <p> <u>Juliette Savary</u></p> <p>  </p> <p> Promotion 2012:JTN Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris</p> <p> Théâtre <i>:Le ministre des affaires etrangères</i> mise en scène S .Valenti</p> <p> Cinema: Tango CM de S.Van Boxsom</p> <p> <i>Le Moine </i>de D. Moll</p> <p>  </p> <p> en doublon avec Elodie Galmiche</p> <p> <img alt="030" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/10929/030.jpg"></p> <p> 2012: Entrée en Classe Libre (promotion XXXIII) Théâtre: <i>La Guerre des deux roses: Henri VI &amp; Richard III</i>- Shakespeare- Jean-Pierre GARNIER              <i>Le Mal de la jeunesse- </i>Ferdinand BRUCKNER-<i> </i>Cyril ANREP              <i>Rêves- </i>Wajdi MOUAWAD- James BORNICHE              <i>L'éveil du printemps- </i>Frank WEDEKIND- Geoffrey DAHM  </p> <p>  </p> <p> <em>Ève</em></p> <p>  </p> <p> <img src="http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTs6_h6_x0ldElxerVK0VZhgurpLO7v1Iihh89g1paFVs97IJMFwLvH9A">Justine Assaf  comedienne dans CM <i>La boîte </i>de Francis Wolff</p> <p> <i>Fuck Off </i>de Sandra Bourdonnec et Justine Assaf</p> <p> <i>The mysterious disparition of Paris </i>de Robert Ly</p> <p> <i>Illusion </i>de Charles Beudin</p> <p> theatre <strong>Le moche</strong> de mayenburg mise en scène Stephanie dussine <strong>veillée pour un ange</strong> mise en scene Sandra Bourdonnec creation</p> <p>  </p> <p> <em>Christiane</em></p> <p> <img alt="Christiane" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5227/Christiane.jpg"></p> <p> <u>Madeleine Cantarella</u></p> <p> 2008: Classe libre du cours Florent avec J-P. Garnier + Acting in English Intermediate</p> <p> Théâtre: <i>The Changeling</i> de T. Middleton + mise en scène, <i>La Mouette</i> de A.Tchékhov, <i>La Duchesse d’Amalfi</i> de J.Webster<i> +</i> mise en scène</p> <p> Polyglotte en. nl. es.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u>Le chœur</u></p> <p>  </p> <p> <img alt="Xavier_bonadonna_-_12" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/7961/Xavier_Bonadonna_-_12.JPG"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u>Xavier Bonadonna</u></p> <p> 2012 Le Nez de Nikolaï Gogol [ Théâtre du Soleil, Cartoucherie – Mise en scène ] Dans les bois [ Georges Bécot ] Les Étoiles d’Arcadie d’Olivier Py [ Théâtre du Soleil, Cartoucherie – Théâtre de la Jonquière, Paris – Mise en scène et comédien – Rôle de FlorianCinéma: <i>Les limiers</i> [ France 2 – Alain Desrochers ] <i>Schwartzkopf – La Palette</i> [ Publicité ] </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="R_my_laquittant_portrait" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/8194/R_my_Laquittant_Portrait.jpg"></p> <p>  </p> <p> <u>Remy Laquittant</u></p> <p> <strong>2011</strong><i><strong>E</strong>toiles d'Arcadie</i> montée par Xavier Bonadonna,<i> Fantasio </i>montée par Antoine Raffalli ainsi que <i>Kaspar Hauser</i> montée par Anna Kedzierska, au cours des <u>Automnales</u>, <u>Cours Florent</u>.</p> <p> 2012 Dans le cadre du <u>Festival Cumulus </u>il rejoue <i>Les Etoiles d‘Arcadies, Kaspar Hauser</i>, ainsi que <i>JOB</i>, spectacle également créé au <u>Cours Florent</u> qui a donné naissance au «Collectif La Horde» .</p> <p> Dec 2012En fin d‘année dernière il rejoue les <i>Etoiles d‘Arcadie </i>au <u>Théâtre du Soleil</u> dans le cadre du <u>Festival Premier Pas </u>et intègre le «Collectif A la Fraiche» qui se produit tous les mois au <u>Rendez-Vous d‘Ailleurs</u>. </p> <p> 2013 CM femis </p> <p lang="zxx">  </p> <p> <u>Interventions artistiques</u></p> <p> Abigaïl Jacquier crée l'ambiance sonore de la pièce. Positionnée au-dessus de l'espace scénique, et vêtue en Cupidon, elle gère la composition sonore et musicale en direct. Elle se donne la mort à la fin de la pièce.</p> <p>  </p> <p> Musique et ambiance sonore</p> <p> <img alt="Musique_et_ambiance" height="198" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5234/Musique_et_ambiance.jpg" width="140"></p> <p> <u>Abigaïl Jacquier</u></p> <p> 2006-2008: Formation Training comédie (annexe varois du Cours Simon)</p> <p> 2008-2011: Formation Cours Florent avec Serge Brincat, David Garel, Arlette Alain ainsi que Suzanne Marrot.</p> <p> Musique: Écriture musicale: Pianiste/ guitariste dans Michel sans chez lui conte musicale de Nicolas Avinée.  Ecriture musicale/ Pianiste &amp; guitare a l’archet dans L’homosexuel et l’enfant création de Vincent Cheikh . Ecriture musical/ Pianiste dans la mouette de Tchekhov mis en scène par Clara Cirera.  Ecriture musical/ Pianiste dans Turbulence de Rodrigo Garcia (Spectacle primé par le Cours Florent)</p> <p>  </p> <p> Chorégraphe</p> <p>  </p> <p> <img alt="Chore_graphe" height="90" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5235/Chore_graphe.jpg" width="131"></p> <p> <u>Mathieu Lee</u></p> <p> développe l'étude sur le corps en mouvement avec M.Franzetti</p> <p> Travail sur le corps avec Nomura Masashi(Maitre Nô)etYoshito Ohno (Maitre Butō) au Japon. Production :MTT Film Production. </p> <p> Cinéma :</p> <p> 2011 <i>Alice et Benj </i>(CM) de C. Causse</p> <p> Théâtre : <i>Tokyo Bar</i> de T. Williams mes: G.Desveaux</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Les différents modèles de chaussures ont été créé en collaboration avec Sarah Fouquet afin de coller de près à l'identité de chaque personnage, de sorte qu'à la chaussure on puisse reconnaître la femme. Au delà de l'esthétique et de la forme, une attention toute particulière a été portée sur la matière. Le matériau doit décrire l'univers de chacune des femmes.</p> <p>  </p> <p> Styliste</p> <p>  </p> <p> <img alt="Styliste" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5237/Styliste.jpg"></p> <p> <u>Sarah Fouquet</u></p> <p> Compétences: Ambiance, gamme colorée, matière. Plan de collection vêtement, accessoire</p> <p> et maroquinerie. Prototypes. Détails et finitions.</p> <p> Expériences avec :</p> <p> 2011: Pierre Corthay, Bottier contemporain</p> <p> 2010: Hans Defoer,</p> <p> Stand sur Mod’amont :</p> <p> 2010: Allison Edmond pour Marie Claire US.</p> <p> Styliste/conception costumes</p> <p>  </p> <p> <img alt="Conception_costumes" height="160" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5240/conception_costumes.jpg" width="153"></p> <p> <u>Nicolas Candas</u></p> <p>  </p> <p> Depuis2002 YvesStLaurent,Lanvin,Chloe,Balenciaga Styliste modelliste</p> <p> 2001/2002 NAPOLIPARIS créateur Assistant styliste;modelliste</p> <p> 1996/2001 Aides Paris et Uk Coalition Londres</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Les danses et interventions du chœur ont été chorégraphiées par Mathieu Lee</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> RÉGISSEUR VIDÉO/CAMERAMAN</p> <p> <img alt="Cameraman" height="203" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5242/cameraman.jpg" width="135"></p> <p> <u>Guillaume Tosello</u></p> <p> Théâtre : <i>J'éprouve </i>création de L. Masson</p> <p> Mise en scène :<i> Tartuffe</i> de Molière, <i>Jacques le</i> <i>fantaisiste </i>de J. Patucci.</p> <p> Réalisation, cadrage, montage : <i>Bloody Mary </i>, <i>Together alone </i>avec G. Corde</p> <p> <i>ils et elles nous parlent</i> documentaire avec N. Djouder</p> <p> Organisateur de festivals</p> <p> Professeur au Cours Florent</p> <p>  </p> <p> RÉGISSEUR GÉNÉRAL</p> <p> <img alt="Re_gisseur_ge_ne_ral" height="165" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5241/re_gisseur_ge_ne_ral.jpg" width="110"></p> <p> <u>Cyril Manetta</u></p> <p>  </p> <p> Théâtre : <i>Guerre </i>de Goldoni mes H. Dalem, <i>Le</i> <i>dindon </i> mes B. Murat</p> <p> Mise en scène :<i> Le bouc</i> de Fassbinder ; <i>Le huron</i> opera de Grétry</p> <p> Création lumières : Formation technique au Théâtre Edouard 7 et assistant de 2 créations de Laurent Castaing , éclairagiste. Créateur lumière pour la Cie de Quat'sous et paradoxe(s).</p> <p>  </p> <p> Aide à la scénographie construction décor Tnaguy de Saint Seine</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u>Notes d'intentions concernant la direction prise pour la mise en scène :</u></p> <p>  </p> <p> L'accent a été mis sur les interventions artistiques :</p> <p> Abby, positionnée au-dessus de l'espace scénique, et vêtue en Cupidon, gère la composition sonore et musicale en direct. Elle se donne la mort à la fin de la pièce.</p> <p> Les différents modèles de chaussures ont été créés en collaboration avec une styliste afin de coller de près à l'identité de chaque personnage, de sorte qu'à la chaussure on puisse reconnaître la femme.</p> <p>  </p> <p> Les monologues et interventions du choeur sont choregraphiés sous forme de tableaux (passant du classique au contemporain).</p> <p>  </p> <p> Au delà de l'esthétique et de la forme, une attention toute particulière a été portée sur la matière. Le matériau doit décrire l'univers de chacune des femmes. Par exemple, les chaussures de Judith, la SDF, sont fait de restes et de déchets.</p> <p> La matière est un thême transversal qui se manifeste également chez Anne, la plasticienne, ou lors de la transformation d'Henri.</p> <p>  </p> <p> Tout tourne autour de l'amour :</p> <p> Notre objectif est de mettre en parallèle l'amour factice ou impossible omniprésent dans la pièce avec l'amour faux et commercial qui est devenu la norme dans le monde contemporain.</p> <p> Sur scène comme dans la vie, l'amour est illusoire, fantasmé, impossible, ou imposé.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> La mise en scène de chaque scène est adaptée à son personnage central :</p> <p>  </p> <p> <u>Personnages</u></p> <p>  </p> <p> Henri</p> <p> Lorsque débute la pièce, Henri est un individu terne et sans envergure. Son horizon se limite à la chaussure pour dame et il s'en satisfait pleinement, au point d'en avoir fait son unique obsession.</p> <p> <img alt="Mes_henri" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5245/Mes_Henri.jpg"></p> <p> <i>Le fond de la scène est un dressing. De nombreuses cases dont certaines contiennent des chaussures pour dame. Au début de la pièce, les chaussures sont neutres, sans âme ni fantaisie. Form Follows Function. Elles sont à l'image d'Henri, qui se laisse trimballer par le temps et le monde.</i></p> <p> L'apparition puis le suicide de Juliette vont bouleverser son existence. Rongé par la culpabilité de n'avoir pu empêcher sa mort, il ne peut désormais plus accepter les sentiments triviaux qu'il fait naitre chez les femmes qu'il rencontre.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_henri_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5246/Mes_Henri_2.png"></p> <p> <i>Dans le monologue de l'escalier, on entend la Sonate au Clair de Lune de Beethoven. Une lumière s'allume et révèle une case où Henri met la paire de chaussures de Juliette. Un drap descend et cache Henri.</i></p> <p>  </p> <p> Mais c'est son premier meurtre qui déclenche chez lui une véritable transformation. Désormais Barbe-Bleue, il ne désire plus avoir commerce avec la gente féminine. Ce sont les femmes qui, irrésistiblement attirées par lui, courent à leur propre perte.</p> <p> <i>Henri se verse un seau rempli d'eau sur lui-même, et concrétise ainsi sa transformation. Chaque victime lui offre une nouvelle paire de chaussure qui apporte couleur et fantaisie à son dressing. Il reflète l'âme d'Henri qui a trouvé un sens à sa vie dans sa quête.</i></p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_henri_3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5247/Mes_Henri_3.png"></p> <p> Ce n'est qu'auprès de l'Aveugle qu'il parvient à retrouver un amour au-delà de toute mesure. C'est auprès d'elle qu'il trouve la rédemption et la mort.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Juliette / l'Aveugle</p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_juliette" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5248/Mes_Juliette.png"><i>Richard Avedon</i></p> <p>  </p> <p> Les sept femmes sont le cœur du cheminement intérieur de Henri Barbe-Bleue.</p> <p> Aux deux bouts de ce chemin : Juliette et l'Aveugle, les deux seules qu'il parvient à aimer. Mais ce parcours est une boucle car Juliette et l'Aveugle sont en réalité les deux facettes d'un même personnage. La rencontre avec Juliette est précédée par la future rencontre avec l'Aveugle ; la pièce commence par la fin. Et l'Aveugle achève, en tuant Henri, ce qu'avait initié Juliette en se suicidant, au début.</p> <p> <i>Juliette incarne l'innocence et la pureté. Elle apparaît coté jardin, assise sur une balançoire, symbole de la jeunesse. À sa mort, elle tombe dans un amas de feuilles. Quant à l'Aveugle chacune de ses scènes est précédée d'une apparition, coté cour, en silhouette sur un drap pour matérialiser sa cécité.</i></p> <p> <img alt="Mes_juliette_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5249/Mes_Juliette_2.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Les cinq autres femmes semblent très différentes les unes des autres. Chacune incarne un stéréotype social bien défini, et se distingue par une identité visuelle forte. Toutes croient chercher l'amour, mais derrière ce terme se cachent en réalité des aspirations très variées : sécurité, séduction, passion... Toutes ont une double personnalité : perdues entre ce qu'elles sont et ce qu'elles voudraient être.</p> <p> <i>Chaque femme a un univers qui lui est propre, et Henri passe d'un monde à un autre au fil des scènes et des femmes. Outre l'espace scénique, le costume, et surtout les chaussures, seront le reflet de l'identité de leur propriétaire.</i></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Anne</p> <p> <img alt="Mes_anne" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5250/Mes_Anne.png"><i>ORLAN</i></p> <p>  </p> <p> Elle est l'amie mais veut aussi être considérée comme femme. Son rapport au corps est celui d'un travail plastique.</p> <p> <i>Anne travaille son corps : modification, peinture. Corps mutilée, corps beau, corps laid. Une fois étranglée, un drap tombe et couvre la scène. </i></p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_anne_3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5251/Mes_Anne_3.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Judith</p> <p> <img alt="Mes_judith" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5252/Mes_Judith.jpg"></p> <p>  </p> <p> Judith est devenue une SDF insomniaque, une femme de la rue. Malgré tout, elle garde le souvenir d'une vie passée.</p> <p> <i>Au début de la scène, deux rangs d'ampoules descendent. L'intensité des lumières varie tout au long de la scène, jusqu'à un paroxysme au moment de l'étouffement, qui entraine un black out, lors de la mort.</i> <img alt="Mes_judith_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5253/mes_Judith_2.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Tania</p> <p> <img alt="Mes_tania" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5254/Mes_Tania.png"><i>Helmut Newton</i></p> <p> Tania est une prostituée, et une femme sportive. Elle connait son métier, mais ne comprends pas pourquoi les hommes ne s'attachent pas à elle.</p> <p> <i>Elle est alpaguée par le chœur et arrive du public. Quand Tania et Henri montent chez elle, un pouf et une table de chevet avec lampe descendent sur scène. Ce décor remontra à la fin de la scène, laissant Henri seul avec le corps.</i></p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_tania_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5255/Mes_Tania_2.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Ève</p> <p> <img alt="Mes_eve" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5256/Mes_Eve.png"><i>Richard Avedon</i></p> <p>  </p> <p> Femme des années 50, propre sur elle et bloquée dans le passé, Eve est devenue une femme meuble dans un bar où elle passe tout son temps, sans y boire.</p> <p>  </p> <p> <i>Le décor est amené par le chœur, qui arrive dans un nuage de fumée. À la fin de la scène, ils le récupèrent et emportent le corps de Ève comme si elle faisait partie du mobilier.</i></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Christiane</p> <p>  </p> <p> <img alt="Mes_christiane" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5257/Mes_Christiane.png"><i>Sabine Weiss</i></p> <p> Christiane a raté sa vie en disant non à l'homme qu'elle aimait. Mariée et mère de deux enfants depuis, elle lâche tout pour vivre enfin une relation passionnée. Elle est à la fois rangée et délurée.</p> <p>  </p> <p> <i>L'espace scénique est vide. Christiane tient une caméra et filme toute la scène. Lorsqu'elle meurt, son visage fait face à l'objectif.</i></p> <p> <i>Balada triste de trompeta (2010) d'Álex de la Iglesia</i></p> <p> <img alt="Mes_christiane_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5259/Mes_Christiane_2.png"></p> <p> <i>Malgré leurs différences, chacune croit trouver en Henri Barbe-Bleue celui qui saura combler leur vide existentiel. Et ses efforts pour les persuader du contraire ne font qu'attiser davantage leur désir. En définitive, Henri n'a plus d'autre choix que de les tuer les unes après les autres. </i></p> <p> Au terme de la pièce, les six femmes qui ont aimé Henri reviennent une dernière fois pour se libérer de leurs attaches et trouver la paix.</p> <p> <i>Les feuilles mortes où Juliette meurt sont comme un autel où vient se recueillir Henri lors du monologue de la forêt. Les six femmes y mettent le feu, renonçant ainsi à l'amour au-delà de toute mesure et à tous les fantasmes qui les empêchaient d'avancer. Elles sont enfin libres. </i></p> <p> <img alt="Lovely_bones" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5260/lovely_bones.png"></p> <p>  </p> <p> Malgré leurs différences, chacune croit trouver en Henri Barbe-Bleue celui qui saura combler leur vide existentiel. Et ses efforts pour les persuader du contraire ne font qu'attiser davantage leur désir. En définitive, Henri n'a plus d'autre choix que de les tuer les unes après les autres.</p> <p>  </p> <p> Au terme de la pièce, les six femmes qui ont aimé Henri reviennent une dernière fois pour se libérer de leurs attaches et trouver la paix.</p> <p> <i>Les feuilles mortes où Juliette meurt sont comme un autel où vient se recueillir Henri lors du monologue de la forêt. Les six femmes y mettent le feu, renonçant ainsi à l'amour au-delà de toute mesure et à tous les fantasmes qui les empêchaient d'avancer. Elles sont enfin libres.</i></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>Le chœur</strong></p> <p>  </p> <p> Dans le monologue d'introduction, il represente la société, l'Homme que n'est pas Henri. Ils seront aussi à l'origine du rituel des chaussures. C'est lui qui laissera Henri, seul devant son dressing, avec les chaussures de la morte.</p> <p> Les pensées, les peurs et les doutes de Henri dans le monologue de l'escalier.</p> <p> Les mâles, la chair, le sexe et le désir dans le monologue de l'Aveugle.</p> <p> Tout le long de la pièce, leur travail corporel devient de plus en plus décousu. A travers eux, on voit l'evolution d'Henri ( déchéance d'une vie structurée)</p> <p>  </p> <p> Le choeur aura pour tache de récuperer les corps, il nettoie la scène de crime.</p> <p> Il ouvre aussi certaine scène pour representer :</p> <p> La rue et la violence qui y existe sur l'entrée de Tania.</p> <p> Les consommateurs dans le bar de Ève.</p> <p> Les passants, amants potentiels de Christiane.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Choeur" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5276/Choeur.png"></p> <p>  </p> <p> <u>Pourquoi Barbe-Bleue ?</u></p> <p>  </p> <p> Le thème central de la pièce est l'amour. Car l'amour est aujourd'hui au centre de toutes les préoccupations. Notre société commerciale nous impose un idéal de couple inatteignable, et nous fait ainsi nouer coûte que coûte des relations bancales, plutôt que d'accepter la solitude.</p> <p>  </p> <p> Le seul véritable amour est au-delà de toute mesure. Il ne laisse comme alternative que la réciprocité ou la mort. Les choses ne peuvent se présenter autrement.</p> <p> Cependant, dans la pièce, la réciprocité n'est jamais là. L'amour partagé est impossible. Une fois rencontré, la seule issue sincère est donc la mort. Parce qu'elle incarne l'innocence et la pureté, Juliette est la seule à l'accepter pleinement et à se la donner.</p> <p>  </p> <p> Henri incarne l'homme terne et effacé qui se laisse porter par la vie sans la goûter ni y prendre vraiment part. Lorsqu'il rencontre l'amour, il le laisse passer et se retrouve seul. Il rate son amour et sa mort, mais l'exemple de Juliette lui ouvre les yeux et il ne pourra désormais plus les refermer.</p> <p> Au contraire, les femmes qu'il rencontre ont également raté l'amour, mais n'en ont jamais pris conscience. Elles comblent leur vide intérieur de faux désirs auxquels elles donnent le nom d'amour. Pour Anne, ce sera le flirt et la séduction, pour Tania la sécurité d'un homme bien à elle, pour Christiane la passion qu'elle a vécu un jour dans sa jeunesse.</p> <p>  </p> <p> Par certains aspects, ces femmes évoquent tous ces gens qui aujourd'hui cherchent une version terne et commerciale de l'amour, la seule qu'ils connaissent, dans un univers de plus en plus virtuel. Henri n'est pas pour elles une personne, mais une image, un avatar, sur lequel elles projettent leurs fantasmes. L'illusion est la même que celle qui règne sur les chats et autres sites de rencontre de notre monde contemporain.</p> <p>  </p> <p> Plus Henri tente de les dissuader, plus elles le trouvent désirable. S'il ne peut pas se donner la mort, il peut en revanche libérer ces femmes en les tuant. Mettant ainsi fin à leurs vaines existences.</p> <p> Mais pour Henri, c'est aussi une manière de redonner du sens et de la beauté à son existence. À chaque vie qu'il prend, son dressing qui est aussi son être intérieur gagne en richesse et en éclat. En les tuant, ils les connait réellement et non à travers une image.</p> <p>  </p> <p> Ainsi, à la fin de la pièce, il est enfin capable d'aimer. En l'Aveugle, il retrouve Juliette, et peut ainsi rejouer sa première scène. Le parcours d'Henri est une boucle qui commence et finit au même point. Juliette est l'Aveugle et l'Aveugle est Juliette. La dernière scène est joué en début de pièce, et est le contrepoint de la première scène.</p> <p>  </p> <p> La boucle peut se délier. L'Aveugle tue Henri et achève ce qu'avait initié Juliette. Les femmes brûlent leur passé et sont enfin libres.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Références</p> <p> Films</p> <p>  </p> <p> <img alt="Ref_film_1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5261/Ref_Film_1.png"></p> <p> Balada Triste de Trompeta (2010) par Álex de la Iglesia</p> <p> Le film et la pièce partagent le même univers sombre et décalé. Les thématiques de la violence, de la transformation et de l'amour poussé à son paroxysme y sont centrales.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Ref_film_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5262/Ref_film_2.png"> Lovely Bones (2010) par Peter Jackson</p> <p> L'héroïne du film partage avec Juliette la même pureté angélique. Le film traite de la quête de délivrance et de paix après sa mort.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Musiques (influences)</p> <p>  </p> <p> VOST de «In the mood for love» (2000) de Wong Kar-wai</p> <p> <img alt="Ref_musique_1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5263/Ref_musique_1.png"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Ref_musique_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5264/ref_musique_2.png">Ludwig van Beethoven</p> <p> Sonate au clair de Lune</p> <p>  </p> <p> Dead can Dance</p> <p> <img alt="Ref_musique_3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5265/ref_musique_3.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> Visuel</p> <p> <img alt="R1" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5267/R1.png"></p> <p> Pina Bausch (1940-2009)</p> <p> Danseuse et chorégraphe allemande</p> <p>  </p> <p> <img alt="R2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5268/R2.png"></p> <p> Helmut Newton (1920-2004)</p> <p> Photographe australien d'origine allemande</p> <p>  </p> <p> <img alt="R3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5269/R3.png"></p> <p> Richard Avedon (1923-2004)</p> <p> Photographe et portraitiste américain</p> <p>  </p> <p> <img alt="R4" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5270/R4.png"></p> <p> Irving Penn (1917-2009)</p> <p> Photographe américain</p> <p>  </p> <p> <img alt="R5" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5271/R5.png"></p> <p> Sarah Moon (née en 1941)</p> <p> Photographe française</p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="R6" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5272/R6.png"></p> <p> André Kertész (1894-1985)</p> <p> Photographe américain d'origine hongroise</p> <p>  </p> <p> <img alt="R7" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5273/R7.png"></p> <p> William Klein (né en 1928)</p> <p> Photographe, peintre et réalisateur américain</p> <p>  </p> <p> <img alt="R8" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5274/R8.png"></p> <p> Sabine Weiss (née en 1924)</p> <p> Photographe française d'origine suisse</p> <p>  </p> <p> <img alt="R9" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/5275/R9.png"></p> <p> ORLAN (née en 1947)</p> <p> Artiste plasticienne française</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> Un travail important est porté sur les décors et les costumes, (cf la planche de chaussures)</p> <p> afin de nous permettre de reprendre notre travail pour les prochaines représentations en mai 2013,</p> <p> nous avons besoin d'un budget important pour notre résidence en MARS. votre contribution nous permettra ainsi d'organiser deux semaines de résidences mais aussi d'améliorer certains points de notre scénographie.</p> <p> <img alt="Bb2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/4657/BB2.jpg"></p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux