Participez au financement de mon nouvel album !

Vacciné ou pas, je repars !

Visuel du projet Participez au financement de mon nouvel album !
555
Contributeurs
15 jours
Restants
28 062 €
Sur 10 000 €
281 %
Autoproduction
culturelle

Participez au financement de mon nouvel album !

Mes amis,

Mes nouvelles chansons dorment dans mon ordinateur et dans ma guitare depuis trop longtemps ! Elles ont été patientes, compréhensives, mais à présent elles gigotent, elles tambourinent, elles veulent sortir, « quoi qu’il en coûte » !

- Pourquoi tu ne refais pas un financement participatif comme en 2015 ? elles demandent.
- C’est pas raisonnable, les filles, je leur dis. La situation, tout ça… C’était déjà pas simple avant, mais alors là, vous ne vous rendez pas compte ! 
- Mais on est prêtes ! On n’en peut plus !

Oui, elles veulent désormais vous appartenir, et je pense comme elles. Mais rien ne sera possible sans votre aide ! Alors en ce 20 mai, jour de mes 41 printemps, j’ai cédé :

- Allez les filles, vous avez raison ! On y va ! Advienne que pourra ! Yolo !

Dans les messages que je reçois, vous me demandez où j’en suis, vous m’encouragez, ça me porte et me donne envie de libérer sans plus attendre cette première chanson, « On croit en moi » :

 

Pour toutes celles et ceux qui ne me connaissent pas, bienvenue à bord ! Je m’appelle Benoît Dorémus. Je vis à Paris, je chante (de la main gauche) depuis 2003. Je me suis d’abord lancé dans les petits cafés concerts parisiens. Tenez, voici quelques croustillantes archives de mes débuts :

Puis, j’ai rencontré Renaud qui a produit mon premier album, « Jeunesse se passe », sorti en 2007. Une aventure et une amitié extraordinaires !

En 2010, j’ai sorti l’album « 2020 » (ouais, je pressentais qu’elle nous préparait un truc chelou, cette année-là…) 

En 2015, j’ai découvert les joies et les peines de l’indépendance, de l’autoproduction. Pour la première fois, je faisais appel à vous pour financer l’album « En Tachycardie ». La somme demandée, 10 000 euros, avait été atteinte en 24 heures à peine et la campagne s’était terminée à 36 000 euros !

Au-delà de ces considérations financières, j’avais été surpris et très fier d’être à ce point soutenu. Ce fut pour moi une émotion très forte, un souvenir inoubliable.

Grâce à vous, j’avais pu enregistrer dans de bonnes conditions, m’entourer de l’équipe que je souhaitais et défendre mon album ! J'ai eu la chance de partir en tournée avec Francis Cabrel pour assurer 45 de ses premières parties. Quel parrainage, une nouvelle fois. Et quelle période intense !

M6 a diffusé à moult reprises le clip de « 20 milligrammes », j’ai chanté « Bêtes à chagrin » sur le plateau de Michel Drucker, à l’invitation de Renaud dans le « Vivement Dimanche » qui lui était consacré, j’ai été reçu par LCI, France 3, France 2, j’ai eu de très jolis articles dans la presse nationale et régionale, des radios nationales et locales ont diffusé l’album ou m’ont reçu pour en parler… Pas mal, je trouve, pour une aventure qui avait commencé ici avec vous, non ?

Ces dernières années, je suis passé par tous les états… Il y a d’abord eu la lente reconquête de l’inspiration, cette drôle de bestiole insaisissable, imprévisible. Il y a eu les doutes, les remises en questions. Pour tout vous dire, j’ai même cru que c’en était fini de ma carrière de chanteur. J’ai écrit, jeté, récupéré, tâtonné, pesté, insisté… Claude Nougaro appelait tout cela la « torture sublime ». Je trouve la formule assez juste, et il est rassurant de savoir qu’elle est commune à bien des artistes.

Non, ce n’est pas un métier qu’on arrête, même quand le découragement est fort et les difficultés nombreuses. Je suppose que c’est ça, la passion. Aujourd’hui, j’ai plein de de chansons que j’aime et je ne pourrai même pas toutes les mettre sur le disque (mais chut, n’allez surtout pas le leur répéter !) J’en enregistrerai 12, et si jamais la cagnotte venait à dépasser les 30 000 euros, je serai certain de pouvoir en enregistrer 14 !

De quoi parlent-elles ? Eh bien, je continue à explorer le sentiment amoureux, sinon, ce ne serait pas un album de Benoît Dorémus. Puis, il y en a une qui parle de ci, une autre qui parle de ça... Eh, je vais quand même pas tout vous dévoiler, si ? Vous me faites confiance ? Il devrait y avoir deux duos ! (il est encore un peu tôt pour être affirmatif mais je suis sur le coup)

L’idée de cette cagnotte est simplement que vous pré-achetiez l’album dès aujourd’hui pour lui permettre d’exister, et vous le recevrez dans quelques mois. Vous pouvez payer le prix normal d’un disque, ou mettre un peu plus, ou beaucoup plus, et les contreparties suivront ! Ça va être rigolo.

---

Si tout se passe bien, j’enregistrerai dans le courant de l’été, en prévision d’une sortie au début 2022 ! Bien sûr, il ne s’agit pas d’ignorer les problèmes que posent la situation actuelle, notamment l’incertitude pour retrouver la scène, mais je n’ai pas envie d’attendre le « retour à la normale ». Il faut avancer, pas vrai ?

Sally, mon chat manager adoré, est toujours là, toujours bonne patte bon œil à maintenant 16 ans et demi. Elle continuera à tout noter, rien ne lui échappe ! D'ailleurs pour commencer elle me souffle de vous rappeler de me suivre sur Facebook, Instagram et Youtube pour ne rien louper !

Elle vous serait aussi très reconnaissante de partager cette page avec celles et ceux qui m'apprécient (qui m'ont vu sur scène au fil des ans, par exemple), mais qui ne sont pas forcément aussi connectés que vous !

Voilà, vous savez tout ! J’espère que vous aurez envie d’embarquer avec moi, d’entendre ces chansons et surtout qu'elles vous plairont.
Je suis pour ma part super heureux d’écrire cette nouvelle page avec vous. Un peu nerveux aussi, je dois dire. Mais de la bonne nervosité !

Merci !

Benoît Dorémus

À quoi servira la collecte

J’ai fixé l’objectif à 10 000 euros. C’est déjà une jolie somme, même si la production d’un disque et une sortie nationale coûtent bien plus cher que ça !

En tant que producteur, j'en assumerai bien sûr une partie, via l'Association Déjà, mais je ne pourrai pas tout financer seul.

Vous savez, en plus de l'enregistrement et des frais de toutes les étapes de studio, il faut prendre en compte l'image (photo, graphisme, création du livret), la promotion (il est primordial d'aller défendre le disque dans les média), la réalisation de clips... l'indépendance a un coût !

Alors n'ayons pas peur d’aller plus loin ! Tenez, je vous explique tout, en partant du haut, pour changer :

A partir de 50 000 euros :
Un vrai petit budget de maison de disque !

40 000 euros :
Promotion de l'album sur la durée (et pas uniquement pour la sortie)
Tournage d’un deuxième clip !

30 000 euros : ​
Enregistrement de 2 titres supplémentaires, soit un album de 14 chansons ! Ce serait génial ! (le vinyle, lui, aura mécaniquement une durée plus courte)

Réalisation du premier clip avec de meilleurs moyens

25 000 euros :
Une partie de la promotion et de la communication pour défendre mon album dans les média à la sortie (radio, TV, presse...)
Tournage d’un premier clip !

Si jamais on arrivait là, je serais un chanteur très heureux vous savez !

20 000 euros :
Fabrication des CD et des vinyles

15 000 euros :
Mastering
Création du livret

10 000 euros :
Enregistrement et mixage de 12 titres en studio

Les coûts de fabrication des petites surprises collector et les frais d'envoi ne sont pas négligeables. Une commission de 8% est prélevée par la plateforme (merci pour leur aide !), et n'oublions pas notre amie la TVA.

La somme récoltée sera versée sur le compte de l’Association DEJA, créée en 2015 pour gérer mes albums.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux