BIZIAK ORHOIT HILZIAK "Vivants, Souvenez-vous de vos Morts"

Biziak Orhoit Hilziak "Vivants, Souvenez-vous de vos Morts", un film documentaire de Anna DARMENDRAIL.

Visuel du projet BIZIAK ORHOIT HILZIAK "Vivants, Souvenez-vous de vos Morts"
Réussi
48
Contributions
18/02/2020
Date de fin
1 146 €
Sur 600 €
191 %
Autoproduction
culturelle

BIZIAK ORHOIT HILZIAK "Vivants, Souvenez-vous de vos Morts"

<p>&nbsp;</p> <p><strong><em>Biziak Orhoit Hilziak</em> </strong>est un documentaire d&rsquo;une vingtaine de minutes. On y suit mon chemin ainsi que celui de mon p&egrave;re, Alain, et de ma tante, Dominique, voyageant sur les traces d&rsquo;un anc&ecirc;tre commun.&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Il y a environ 50 ans, en jouant dans la maison de sa grand-m&egrave;re maternelle, Dominique d&eacute;couvre dans une malle un certificat de bonne conduite adress&eacute; &agrave; son arri&egrave;re grand-p&egrave;re : Dominique Hirigoyen. Ce type de document &eacute;tait &agrave; l&rsquo;&eacute;poque d&eacute;cern&eacute; &agrave; la fin du service militaire. Jusqu&rsquo;alors, elle et ses fr&egrave;res et soeurs n&rsquo;avaient pas vraiment connaissance de son histoire car, comme dans beaucoup de familles, on pr&eacute;f&eacute;rait ne pas parler de ces &ldquo;choses-l&agrave;&rdquo;. C&rsquo;est &agrave; partir de ce jour-l&agrave; que Dominique et Alain, son petit fr&egrave;re, s&#39;int&eacute;ressent fortement &agrave; cet arri&egrave;re grand-p&egrave;re, et plus g&eacute;n&eacute;ralement &agrave; la g&eacute;n&eacute;alogie et l&rsquo;histoire de leur famille. Plus tard, la fille d&rsquo;Alain (moi) sera intrigu&eacute;e &agrave; son tour par ce sujet.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/644564/29-12-2019-15.41.47__1_-1580305926.jpg" width="100%" /></p> <p>&nbsp;</p> <p>En 2020, Anna (moi), son p&egrave;re et sa tante, se rendent &agrave; Verdun, sur les traces de cet anc&ecirc;tre ayant connu un destin funeste durant la Premi&egrave;re Guerre. Pendant ce voyage, ils seront guid&eacute;s par un professionnel dans un mus&eacute;e, puis par un ami passionn&eacute; de cette p&eacute;riode. Depuis toujours, Alain ne manque pas de ravir sa soeur et sa fille par ses r&eacute;cits saisissants qu&rsquo;il tient lui-m&ecirc;me de sa m&egrave;re. Esp&eacute;rons qu&rsquo;il leur en fasse encore part durant ce s&eacute;jour. Il prend cette transmission comme un devoir.</p> <p>&nbsp;</p> <p>L&rsquo;objectif de ce voyage est de revenir avec des r&eacute;ponses. Qui &eacute;tait Dominique Hirigoyen ? Qu&rsquo;a-t il v&eacute;cu ? Quand et comment est-il mort ? Faire un travail de m&eacute;moire sur la vie, devenue tabou, de cet homme disparu. C&rsquo;est, pour les trois decendants, tr&egrave;s important : comment avancer sans savoir d&rsquo;o&ugrave; on vient ? La famille est en miroir avec la soci&eacute;t&eacute;.&nbsp; Il est important de se rappeler pour pouvoir s&#39;inspirer du pass&eacute; ou au contraire, ne pas r&eacute;p&eacute;ter les erreurs. Aussi, il est crucial pour le trio de rendre hommage &agrave; cet homme au nom de tous les autres qui ont donn&eacute; leur vie pour sauver la n&ocirc;tre.&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/644567/Screenshot_20200103_221446_com.google.android.apps.docs__1_-1580306135.png" width="100%" /></p> <p>&nbsp;</p> <p>Le 16 mai 1916 se terminait la vie trop courte de Dominique HIRIGOYEN. A tout juste trente ans, il allait rallonger la liste d&eacute;j&agrave; immense de tous ces jeunes hommes de par l&#39;Europe qui ont sacrifi&eacute; leur vie &agrave; vouloir sauver la n&ocirc;tre.&nbsp;</p> <p>Depuis plusieurs ann&eacute;es, mon p&egrave;re avait en t&ecirc;te de rendre l&rsquo;hommage que m&eacute;ritait cet arri&egrave;re grand-p&egrave;re qui avait connu sa fille Louise Marie dite Jeanne, la grand-m&egrave;re de mon p&egrave;re, seulement durant 10 mois.&nbsp;</p> <p>Cet hommage&nbsp; prit corps du mercredi 18 mai au samedi 21 mai 2016. En effet, 100 ans apr&egrave;s la disparition de Dominique, mes parents sont all&eacute;s faire un p&egrave;lerinage sur les lieux de son d&eacute;c&egrave;s en Meuse, sur le champ de bataille de Verdun.</p> <p>Aussi longtemps que je m&rsquo;en souvienne, j&rsquo;ai toujours entendu mon p&egrave;re parler de ces histoires d&rsquo;anc&ecirc;tres, de g&eacute;n&eacute;alogie. Sortir les vieux albums photos en fin de repas, rester des heures sur l&rsquo;ordinateur &agrave; esp&eacute;rer trouver la date de mariage de la soeur de la m&egrave;re de l&rsquo;oncle de son arri&egrave;re grand-m&egrave;re. Il a l&rsquo;air de voir &ccedil;a comme un jeu, il trouve &ccedil;a amusant. C&rsquo;est comme un puzzle, trouver la pi&egrave;ce manquante et la placer dans le gigantesque arbre g&eacute;n&eacute;alogique. Et parfois, il y a quelques victoires: un message re&ccedil;u de l&rsquo;autre bout du monde parce que leurs deux arbres se rejoignent.&nbsp;</p> <p>Petite, je n&rsquo;y apportais pas tant d&rsquo;importance. Tout ce qui m&#39;int&eacute;ressait, c&rsquo;&eacute;tait de savoir si je descendais d&rsquo;une famille royale, ou d&rsquo;un &eacute;crivain c&eacute;l&egrave;bre, d&rsquo;un peintre, d&rsquo;une chanteuse. Mais non, nous sommes le parfait clich&eacute; de la famille d&rsquo;agriculteurs basques depuis des g&eacute;n&eacute;rations. En grandissant, je me rends compte que ce n&rsquo;est finalement pas plus mal.</p> <p>En 1961, ma grand-m&egrave;re Nicole OSPITAL, un des sept petits enfants de Dominique, d&eacute;cide de redonner sa place &agrave; son grand-p&egrave;re dans l&#39;univers familial en appelant son premier enfant Dominique. Une chance que ce pr&eacute;nom soit mixte puisque le 15 mai na&icirc;t ma tante, &agrave; un jour pr&egrave;s, 45 ans apr&egrave;s la mort de son arri&egrave;re grand p&egrave;re. Dominique est alors l&rsquo;a&icirc;n&eacute;e d&rsquo;une fratrie de 4 fr&egrave;res et soeurs.&nbsp;</p> <p>Ce documentaire ne sera pas un film historique ou un film de guerre. L&rsquo;histoire de cet anc&ecirc;tre est tellement universelle que j&rsquo;ai voulu en faire une qu&ecirc;te unique. Que le &ldquo;un&rdquo; parmi tant d&rsquo;autres devienne quelqu&rsquo;un. Faire le portrait d&rsquo;un humain et non pas d&rsquo;un soldat. Je m&rsquo;int&eacute;resserai plus &agrave; sa vie et ses ressentis qu&rsquo;&agrave; sa mort qui est finalement des plus ordinaires en cette situation.</p> <p>Sur un sujet aussi fort, j&rsquo;ai eu envie de faire un film qui ne d&eacute;fende aucune cause, aucune id&eacute;ologie, aucune analyse, mais expose simplement cette qu&ecirc;te familiale avec une tension &agrave; la fois dramatique et l&eacute;g&egrave;re. Le choix de l&rsquo;authenticit&eacute; est primordial pour donner aux spectateurs une &eacute;motion juste par rapport au sujet. Que chacun puisse s&rsquo;identifier, peut-&ecirc;tre trouver un bout de son histoire dans la n&ocirc;tre. C&rsquo;est en entrant dans l&rsquo;intimit&eacute; de mes personnages, en m&rsquo;attachant essentiellement &agrave; leur ressenti, que je compte donner une dimension universelle &agrave; mon projet. En effet, je suis convaincue que ce qui nous para&icirc;t &ecirc;tre le plus intime, le plus personnel est, en fait, ce que nous avons en commun, ce que nous pouvons donc comprendre et ce qui devrait&nbsp; nous rassembler.</p>

À quoi servira la collecte

<p>La collecte servira &agrave; financer la location de mat&eacute;riel,&nbsp;les voyages en train, l&#39;h&eacute;bergement, les repas de l&#39;&eacute;quipe (5 &agrave; 6 personnes), et la location d&#39;une voiture sur les lieux.</p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux