Aidez-nous à changer le quotidien des écolières zambiennes !

Large_kenan-1519852766

Présentation détaillée du projet

Certains enfants marchent jusqu'à 20 kilomètres aller-retour pour se rendre à l’école et peuvent passer plus de cinq heures par jour sur la route. En plus de la fatigue, ils risquent des  injures et même des attaques physiques, surtout si ce sont des filles. C'est pour aider ces écolières et leur éviter d’abandonner leur scolarité que l’ONG 'World Bicycle Relief' a créé Le Buffalo, un modèle de vélo spécifique, très solide, et assemblé en Zambie dans les ateliers de l’association. Organisation internationale à but non lucratif reconnue par l’O.N.U, elle a distribué, en 10 ans, plus de 150.000 vélos dans le monde en développement.

 

En 2014, avec notre petite équipe, nous avons financé et distribué 200 vélos. Cette année, nous allons plus loin. Nous nous sommes engagés à rénover une école complète à Sandamg’ombe en Zambie grace à l’association Global Family Network, et à offrir autant de vélos que possible aux écolières. Cette école deviendra un modèle pour le développement de l’éducation dans les campagnes et particulierement pour les filles. Tout est prêt, avec une équipe de 16 volontaires, pour réaliser le chantier en mai 2018. 
Pour boucler le budget total, travaux et vélos, il nous manque environ 4000€...

 

LE CONTEXTE :

 

NDAPULA, Zambie, 9 sept - Neuf kilomètres dans chaque sens, qu’il pleuve ou que le temps soit beau : c’est la distance que Suzanne Chisulo doit parcourir tous les jours pour se rendre à son école. Chisulo est l'une des 120 filles qui ont été confrontées à des difficultés de se rendre à l'école communautaire de Ndapula. Bon nombre de ces filles manquaient les cours au moins deux fois par semaine.

On estime que seuls 20 pour cent des enfants, qui commencent l'école primaire en Zambie rurale, terminent finalement la classe de terminale. La raison principale de cette situation, ce sont les longues distances qu'ils doivent parcourir pour aller à et revenir de l'école. Des filles comme Chisulo courent le risque supplémentaire d'être violées pendant qu’elles sont en route pour les classes.

"Certains enfants marchent jusqu'à 20 kilomètres chaque jour pour aller à et revenir de l’école; au total, ils passent plus de cinq heures sur la route. Pendant ce temps, ils sont ouverts à des agressions verbales, des injures et même à des attaques physiques si ce sont des filles", a déclaré à IPS, Clément Sinyinda, vice-ministre de l’Education de la Zambie. La situation n'est pas particulière à la Zambie, mais à toute l'Afrique rurale. L'impact, en particulier sur les filles, des abandons scolaires précoces, est grave. 

 

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) indique qu’à travers le monde, les filles, qui évoluent dans l’éducation formelle, non seulement gagnent des revenus plus élevés, mais elles sont également plus enclines à amener leurs enfants pour la vaccination, à offrir une meilleure nutrition et à connaître des taux de mortalité maternelle et infantile plus bas, comparativement à celles qui n'ont pas pu terminer l’enseignement primaire. L’universitaire zambienne, Elizabeth Mumba, constate que les filles qui terminent l'enseignement supérieur ont le pouvoir de "participer au et de profiter pleinement du développement économique et social de la nation" en plus d'être en mesure de mieux se protéger contre le VIH/SIDA.

C'est pour aider les filles à éviter ce sort que l’organisation non gouvernementale World Bicycle Relief, basée à Chicago, est venue en Afrique avec une initiative qui aidera davantage de filles à terminer au moins la classe de quatrième de l'éducation formelle. 'L’école communautaire de Ndapula est devenue récemment la première école sur le continent à bénéficier de ce programme, lorsqu’une cargaison de 100 vélos est arrivée pour être distribuée - essentiellement aux filles des villages éloignés. Suzanne Chisulo était parmi les premières bénéficiaires.


"Avant que je n'aie reçu un vélo, je me réveillais à 4 heures du matin afin que mes amis et moi arrivions à l'école avant 7 heures, l’heure à laquelle les cours commencent. Ce voyage était particulièrement difficile parce que, parfois, vous pourriez rencontrer de mauvais garçons qui nous chassaient habituellement et forçaient celles qu'ils capturaient à faire de mauvaises choses", a expliqué Chisulo, avec beaucoup d'embarras.

 


Rita Daka, une orpheline qui vit avec sa grand-mère au village de Kapilipili, a reconnu qu’avant elle n’ait obtenu un vélo, elle était habituellement si épuisée après avoir marché pour aller à et revenir de l'école qu'elle n’avait pas envie de retourner à l'école le lendemain."Avec le nouveau vélo, je suis maintenant en mesure de suivre régulièrement les cours", a-t-elle dit. Le projet a commencé d’une manière prometteuse. (FIN/2009). En Zambie, dans les zones rurales, la population peine à sortir d’une économie de survie. La solution : le vélo, un des moyens les plus efficaces et les plus rentables pour permettre aux enfants de rejoindre plus facilement l’école. 

 

 

Mais pas n’importe quel vélo. Le Buffalo, un modèle spécifique créé par Frederick Day, fondateur de l’ONG World Bicycle Relief, est assemblé en Zambie dans les ateliers de l’association. Capable de transporter 100 kilos de marchandises, ces vélos sont distribués gratuitement ou vendus et financés par des micro-crédits.

 

World Bicycle Relief est une organisation internationale à but non lucratif basée à Chicago, spécialisée à grande échelle, dans les programmes complets de distribution de bicyclettes pour faciliter l'allégement de la pauvreté et des initiatives de reprise après sinistre dans les pays en développement à travers le monde. Leurs programmes sont axés principalement sur l'éducation, le développement économique, et les soins de santé. En Septembre 2010, World Bicycle Relief avait distribué plus de 116.000 vélos dans le monde en développement. 

 

Les expériences faites en Afrique (Ouganda et Tanzanie) et au Sri Lanka sur des centaines de ménages ont montré que le vélo peut augmenter le revenu d'une famille pauvre de près de 35%. Dans le domaine du transport, l'analyse coût-bénéfice pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural, a donné l'un des meilleurs rendements à cet égard. Par exemple, les investissements routiers en Inde étaient 3-10 fois plus efficace que presque tous les autres investissements et les subventions dans les économies rurales dans les années 1990. Ce que la route fait à un niveau macro pour augmenter le transport, le vélo prend en charge au niveau micro. Le vélo, en ce sens, peut être l'un des meilleurs moyens pour éradiquer la pauvreté dans les pays pauvres.

 

World Bicycle Relief configure des vélos spécifiques à l'environnement dans lequel ils seront distribués. Le vélo 2011 WBR est surnommé le Buffalo compte tenu de sa solidité et sa durabilité. Le Buffalo WBR dispose d'un frein à rétropédalage pour la sécurité et la durabilité, et pèse 23 kg, y compris un porte-bagages arrière et les ailes. Il peut transporter une cargaison de 100 kilogrammes. Le cadre et la fourche sont surdimensionnés, en acier de calibre 16, et les roues ont 32 et 40 de calibre. Les vélos sont assemblés dans les installations WBR.

 

 

Pour assurer le maintien continu de vélos, Bicycle Relief mondial a mis en place un programme de formation à la maintenance. WBR organise des formations en groupes de 5 à 20. En outre, les mécaniciens sont équipés avec des outils de haute qualité et des uniformes. Plus de 700 mécaniciens ont été formés et équipés pour entretenir les vélos dans leurs communautés en Zambie, au Zimbabwe, au Kenya et en Ouganda.


Lancé en Juin 2009, les vélos Empowerment Program éducation (BIP) est une initiative éducative en partenariat avec le ministère zambien de l'éducation, des organismes communautaires et plusieurs ONG internationales. Son objectif est de fournir 50.000 vélos aux enfants des écoles et des enseignants dans les districts ruraux en Zambie en vue d'améliorer l'accès à l'éducation en réduisant le temps de déplacement. 70% de ces vélos sont attribuées aux étudiants, tandis que 30% sont des enseignants, les dirigeants communautaires et les mécaniciens de vélo. 70% des vélos attribués aux étudiants, le sont aux élèves filles en reconnaissance de leurs défis uniques à l’accès à l'éducation. Les premiers rapports sur le programme montrent une augmentation du pourcentage des enfants qui terminent leur scolarité à 88% dans les écoles BEEP par rapport à la moyenne nationale de 60%. Chaque bénéficiaire reçoit une formation de base sur l'entretien des vélos et la sécurité, et signe un contrat d'engagement lors de la réception de son vélo.

 

NOTRE MISSION 2018

 

 

‘’Des buffalos pour la Zambie’’ c’était le titre de notre première expédition. Nous nous étions engagés à financer 200 vélos pour des écolières. Pari tenu, Apres avoir monté une petite équipe, et l'aide du Rotary Club, nous nous sommes envolés le 23 mai 2014 pour Lusaka, pour une semaine de rencontres inoubliables avec la population et les écolières des campagnes zambiennes à qui nous avons remis nos Buffalos, au cours d’une journée de fête incroyable.

 

 

voici un article racontant ce voyage humanitaire 

 

L’expédition 2018 en Zambie prend forme et avance à grands pas.

 

Le projet consiste dans la rénovation et l'extension d'une école dans la province de Solwezi. Le souhait, en partenariat avec le Rotary international, Le Rotaract, l'ONG Global Family Action, l'ONG WBR pour les vélos, les autorités locales et le ministère de l’éducation Zambienne, est de créer en milieu rural une école pilote, vecteur d'un développement économique, principalement à l’égard des jeunes filles. 

 

Notre équipe est composée de 16 personnes, jeunes et moins jeunes, de différents horizons, mais que la volonté d'aider et de changer "un peu les choses" rassemble.

 

Le chantier se déroulera en mai, sur 2 semaines au total ( du 22 mai au 2 juin 2018). L’école sera implantée dans la région de Solwezi, à Sandang’ombe Mitukutuku. Les gros travaux et infrastructures seront bien avancés. Il restera aux volontaires, les travaux de peinture, de petite maçonnerie, menuiserie, assemblage de mobilier. L'inauguration est prévue le 1er juin 2018 dans le cadre d'une grande fête. C'est ce jour que nous remettrons les vélos Buffallo.

 

 

Grace à ce projet, nous voulons, modestement mais fièrement, changer la vie de ces écolières qui vont pouvoir continuer d’aller à l’école, suivre des études, se former pour un métier et devenir des femmes actives et libres.

 

Crédits photo de couverture : World Bicycle Relief

À quoi servira la collecte ?

L’école accueille environ 700 élèves, moitié garçons, moitié filles. La structure existe déjà, mais elle est en mauvais état.

 

La réfection de l'école est estimée à environ 5300 euros et chaque vélo coute 150 euros.

 

A ce stade, nous avons récolté près de 10 000 euros, pour participer, en partie, aux frais de rénovation de l'école et pouvoir distribuer 50 vélos.

 

Suivant le niveau de récolte de fonds, nous pourrons envisager de finaliser la rénovation ( peinture, maçonnerie, menuiserie, vitrages, mobilier...), et bien sûr, la livraison d’un maximum de vélos. Plus la collecte sera importante, plus nous pourrons distribuer de vélos au écolières ! 

 

 

Le chantier durera 2 semaines. Du 22 mai au 2 juin 2018.

 

L'Association ROTARY AUCH  percevra l’intégralité des fonds

 

UN GRAND MERCI, par avance à tous nos donateurs ! 

 

A notre retour de Zambie, nous serons ravis de faire découvrir à nos généreux donateurs les coulisses de notre voyage et de partager avec vous le sentiment d'extreme bonheur de découvrir ces petites filles à vélo :)

Derniers commentaires

Thumb_default
You are making a difference in the world! Good luck and be safe.
Thumb_default
Julian forced me :*
Thumb_default
Vergesst nicht, nen Helm aufzuziehen ;)