Camp deviendra ville

Avec la guerre, les réfugiés syriens affluent en Jordanie. Dans ces camps qui n'ont plus rien de provisoire, la vie s'organise.

Visuel du projet Camp deviendra ville
Réussi
61
Contributions
28/03/2014
Date de fin
2 260 €
Sur 1 500 €
151 %
Soutenu par
lab.davan.ac soutient le projet Camp deviendra villeIHECS soutient le projet Camp deviendra ville

Camp deviendra ville

<p> <strong>Za'atari</strong> est la quatrième plus grande ville de <strong>Jordanie</strong> et pourtant, c'est un camp de réfugiés. Avec la persistance du conflit syrien, son nombre "d'habitants" n'a cessé d'augmenter et les autorités locales, dépassées, peinent à gérer le flux des nouveaux arrivants et la vie au sein du camp. Cet espace d'accueil pour réfugiés, par définition temporaire, évolue dans le temps et est en passe de devenir une véritable ville. </p> <p>  </p> <p> <img alt="Zaatarivuduciel" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/70289/Zaatarivuduciel.jpg"></p> <p> C<em>amp de Za'atari - Crédit : AFP</em></p> <p>  </p> <p> <u><strong>Notre objectif</strong></u></p> <p>  </p> <p> Les reportages audiovisuels consacrés à ce sujet décrivent généralement les conditions de vie précaires des réfugiés. Si l'on ne peut ignorer les conséquences toujours douloureuses d'un déracinement forcé, nous avons choisi d'aborder la question de l'exil sous un angle différent. <strong>Grâce à vous</strong>, nous avons l'opportunité de réaliser un reportage qui montrera comment, à partir de rien, ces populations déplacées parviennent à créer une nouvelle société. </p> <p>  </p> <p> Imaginiez-vous qu'à Za'atari, 60% des réfugiés ont accès à la télévision et aux chaines nationales? Qu'une rue commerçante baptisée "les Champs-Elysées" s'y était développée? Que le camp s'est subdivisé en quartiers distincts, que l'eau courante sera bientôt installée et les dernières tentes remplacées? </p> <p>  </p> <p> <img alt="1920703_10152208402477210_1567015932_o" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/70287/1920703_10152208402477210_1567015932_o.jpg"></p> <p> <em>Crédit: Pierre-Yves Bernard</em></p> <p>  </p> <p> « C’est presque une ville, avec ses magasins, ses violences quotidiennes, ses problèmes de cohabitation et de voisinage » déclarait fin 2013 Kilian Kleinschmidt, administrateur auprès du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et "maire" de Za’atari.</p> <p>  </p> <p> Pourtant, du camp à la ville, la transition reste incertaine. Le HCR et les organisations non gouvernementales dirigent le camp et laissent peu de marge de manoeuvre aux réfugiés, cantonnés à des activités commerciales limitées. <strong>Sans autonomie</strong>, leurs perspectives d'avenir s'amenuisent et avec elles la survie même de Za'atari en tant que nouvelle société. </p> <p>  </p> <p> Mais plus que le simple exposé linéaire des particularités d'une ville naissante, ce que nous souhaitons traiter c'est l'ambivalence  qui subsiste dans une société que la majorité de ses membres veut quitter, tout en participant, presque malgré eux, à son émergence. En ouvrant des commerces, en scolarisant leurs enfants, en prenant part à des activités culturelles ou en respectant l'autorité de chefs de rue, chacun de ces "nouveaux citoyens" contribuent au quotidien à la lente transition que connait Za'atari, société de réfugiés. Au coeur de ce paradoxe: le rapport entre identité sociale en reconstruction et identité "urbaine" en développement. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Ce que nous allons mettre en place</strong></u></p> <p>  </p> <p> - Un compte <a href="https://twitter.com/Camptocity" target="_blank">Twitter </a>et une page <a href="https://www.facebook.com/Campdeviendraville" target="_blank">Facebook </a>que nous alimenterons régulièrement pour vous tenir informés de l'avancée du projet</p> <p> - Un compte <a href="https://www.flickr.com/photos/99017741@N05/" target="_blank">Flickr </a>pour vous exposer nos photographies </p> <p> - Un site internet </p> <p> - Le reportage audiovisuel (format court; 15 à 20min)</p> <p> - Une projection au cinéma Galeries, <em>Galerie de la reine 26, 1000 Bruxelles</em></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <u><strong>Notre équipe</strong></u></p> <p>  </p> <p> <img alt="L__quipefine" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/70321/L__quipefine.jpg"></p> <p>  </p> <p> <em>Antoine Hirchy, Caroline Renaudière, Wilson Fache et Camille Toussaint. Quatuor de choc, étudiants en journalisme à l’IHECS à Bruxelles</em></p> <p>  </p> <p> Si l'on nous posait la question, nous ne pourrions sans doute pas expliquer comment nous est venue l'idée de "<strong>Camp deviendra ville</strong>". Au détour d'une conversation, d'une remarque, des questions, des recherches et finalement un choix, comme une évidence. Un sujet qui nous a séduit puis captivé, tant ses enjeux dépassent les protagonistes en présence, tant il est universel. Nous travaillons ensemble depuis déjà plus d'un an et cette collaboration a donné naissance à une belle complicité.</p> <p> Tous partageons une même passion pour le Moyen-Orient et une vision commune du journalisme, celle de donner au public une information complète et pertinente sur des sujets de société passionnants. Un journalisme qui s'affranchit des contraintes du temps pour un travail de qualité.</p> <p>  </p> <p> <strong>"Camp deviendra ville", c'est notre projet le plus abouti, la conclusion de nos années d'études et l'opportunité, espérons-le, de continuer à exercer notre passion. </strong></p> <p>  </p> <p> --------------------------------------------------------------------------------------------------</p> <p>  </p> <p> <strong>Découvrez les premières photographies de notre premier voyage "repérage" à Zaatari, et aidez nous à y retourner pour le reportage audiovisuel ! </strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Zaatari" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/76090/zaatari.JPG"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Zaatari2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/76091/zaatari2.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Zaatari3" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/76092/zaatari3.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Dsc_0546_2" src="https://kkbb-production.s3.amazonaws.com/uploads/project_image/image/76105/DSC_0546_2.JPG"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> Notre projet est réalisable, mais ambitieux. Il demande un investissement financier important. Nous avons décidé de prendre en charge les frais liés au transport jusqu’en Jordanie (avion + visa) mais sur place, plusieurs services pourront avoir un impact sur la qualité de notre reportage. <strong>C’est là que vous pouvez nous aider</strong>.</p> <p>  </p> <p>  Les 1500 € dont nous avons besoin nous permettrons de payer :</p> <p>  </p> <p> ·      <strong>Un fixeur/ interprète</strong> : 500 €</p> <p> Pour pouvoir entrer dans le camp, il est indispensable. Il connait au mieux la région, fait office à la fois d'interprète, de guide et peut faciliter l'accès aux zones difficiles. </p> <p>  </p> <p> ·      <strong>Une voiture</strong> : 750 €</p> <p> Le camp de réfugiés Za'atari ne se trouve pas à proximité des villes. Pour y accéder et être indépendants, louer une voiture est essentiel. </p> <p>  </p> <p> ·      <strong>Le logement</strong> : 250 €</p> <p> Même si cette somme ne couvre qu'une partie des coûts d'hébergement (800 euros), elle sera déjà une aide précieuse.</p> <p>  </p> <p> Ces 1500 euros représentent déjà un soutien inespéré. Pour autant, ils ne couvrent qu'un partie des frais totaux, estimés eux à plus de 5000 euros. N'hésitez donc pas à continuer de nous soutenir si nous dépassons la barre des 100% ! De plus, sachez que si nous n'atteignons pas notre objectif, chaque KissBankers sera remboursé et nous ne toucherons rien. </p>

Choisissez votre contrepartie

5 €

Livraison estimée : janvier 2015

Merci! Votre nom apparaitra dans le générique de fin du reportage, nous vous enverrons une newsletter mensuelle puis régulière une fois sur place et, bien sûr, vous serez invité à la projection spéciale "Kissbankers" qui aura lieu au cinéma Galeries à Bruxelles
  • 8 contributions

15 €

Livraison estimée : janvier 2015

Nos remerciements les plus sincères! Nous vous enverrons une carte postale depuis la Jordanie. A cela s'ajoute la contrepartie de la donation précédente
  • 18 contributions

25 €

Livraison estimée : janvier 2015

Un tirage A4 d’une photographie de votre choix prise lors de notre séjour et un DVD de notre reportage + les contreparties précédentes
  • 17 contributions

50 €

Livraison estimée : janvier 2015

Nous vous offrons la possibilité d’être en première ligne. Pendant notre séjour sur place, nous vous inviterons pour un “hang-out”, soit l’opportunité d’une conversation en direct, juste vous et nous, pour répondre à vos questions et vous exposer l’avancée du projet. Vraiment motivé? Interrogez par notre intermédiaire certains des protagonistes du reportage. Nous vous enverrons ensuite votre interview exclusive + Les contreparties précédentes
  • 5 contributions

100 €

Livraison estimée : janvier 2015

Merci pour votre confiance! Nous vous offrons un tirage 40x60cm de votre photographie préférée en plus, naturellement, des compensations précédentes.
  • 6 contributions

300 €

Livraison estimée : janvier 2015

Un grand don implique de grandes responsabilités. Vous êtes un centre culturel, un média, une école ou encore une ONG? Devenez notre média-partenaire ! Contactez-nous pour que l’on établisse ensemble les termes de cette collaboration.
  • 1/1 disponible

Faire un don

Je donne ce que je veux