CLEAN GENERATION

CLEAN GENERATION

Visuel du projet CLEAN GENERATION
Échoué
5
Contributeurs
26/06/2020
Date de fin
302 €
Sur 5 000 €
6 %
Zéro
déchet
Bio
Développement
local

CLEAN GENERATION

                                       CLEAN GÉNÉRATION

Depuis près d'un siècle, une partie du plastique produit par nos sociétés consommatrices se retrouve par négligence ou incivilité dans nos océans. Aujourd'hui, les pourcentages démontrent un ratio d’un morceau de plastique pour 10 poissons. C’est difficile à croire mais 100 tonnes de plastique sont déversées chaque seconde dans nos océans. Selon les estimations, 30 à 40 000 tonnes de microplastiques flottent sur les océans et peuvent parcourir de longues distances, parfois des milliers de kilomètres d'un continent à l'autre, au gré des courants, vents et marées. Une étude réalisée en 2014 estime que la pollution de la surface des océans est évaluée à 5 250 milliards de particules, soit 269 000 tonnes de plastique. Elle révèle que les plastiques et microparticules de plastiques sont présents sur l'ensemble du globe. Au vu de ces résultats, il apparaît à ce jour que l’ampleur de ces déchets représente la taille d’un continent : « Le septième Continent ».  Vidéo En 2050, si rien n’est entrepris, rapidement il y aura un poisson pour un morceau plastique. J'ai imaginé un bateau constitué d'une coque insubmersible permettant de stocker le plastique récupéré. Il sera muni de deux bras gonflables de 30 mètres à bâbord et tribord, de la forme d’un entonnoir, dont le but sera de maximiser le ramassage des déchets plastiques situés à la surface des océans. Ce bateau a une forme sphérique avec une ouverture à la proue (partie avant) comme « Pacman ». Cette ouverture accueille un tapis roulant qui plonge à un 1 mètre dans la mer et remonte afin de recueillir le plastique. A bâbord et à tribord, au niveau de la ligne de flottaison, deux trappes aspirent l’eau qui passe dans un système de filtres à particules pour retenir les micros- particules. L’eau rejetée est à 100% nettoyée des plastiques et autre détritus… Ce projet me tient à cœur au nom des générations futures. Il s’agit d’un projet à but non lucratif dont la finalité est d’assainir nos océans et de pouvoir les laisser propres pour les générations futures.      Le nettoyeur des mers est la réponse au constat alarmant de la santé de nos océans. Ce bateau traitera les microplastiques grâce à ses filtres. Il disposera de panneaux solaires et de batteries le rendant ainsi à 100% autonome. Il sera propulsé par deux moteurs électriques et possédera deux moteurs de secours. Il pourra être piloté depuis la base de tri et une fois ses cuves de stockage pleines, il rentrera seul au centre de tri pour traiter ces tonnes de plastique. Une fois vidé du plastique, le bateau repartira pour une nouvelle collecte. Il pourra déverser plusieurs fois par jour ses déchets au centre de tri. Il disposera d’un petit mât qui accueille une caméra à son extrémité et sera piloté automatiquement. Il sera possible de voir l’avancée du bateau à chaque seconde. L’idée est de le munir d'un filtre à particules à son extrémité pour capturer les particules de plastique (de toutes les tailles) et notamment les plus dangereuses. Photo Un bateau de taille plus réduite peut aussi servir à récupérer le plastique sur les zones côtières mondiales. Il sera une sentinelle côtière pour stopper l’hémorragie. Je suis conscient qu’il est bien évident qu’il faut agir en amont : réduire et contrôler en totalité les déchets plastiques qui sont produits pour notre consommation quotidienne et utiliser des matières alternatives. Mais tant les habitudes, que les coutumes, le manque de moyens, ainsi que l’augmentation démographique ne permettent pas d’espérer une amélioration significative du fléau qui détruit nos océans. J’ai décidé d’agir pour les protéger, d’où l’idée de ce nouveau bateau.  Photo Cette campagne a pour objectif fort de pouvoir réunir la somme de 50 000 € pour construire un prototype à l'échelle 1 et effectuer des tests en mer. Après des essais concluants du prototype, on pourra lancer la fabrication en série. Selon les estimations, il faudrait cent bateaux de ce type pour inverser le désastre écologique. Je suis très sensible au respect de notre belle planète et de ses océans et ce, afin de laisser aux générations futures des mers plus saines et également préserver les espèces et l’écosystème. Le déclic qui m’a décidé à entreprendre ce projet a eu lieu après avoir vu un reportage sur la pollution des océans. Depuis ce jour, eu égard aux nouvelles technologies déjà existantes, j'ai décidé de trouver une solution rapide et surtout peu coûteuse. J’ai imaginé un bateau en fibre de verre et insubmersible. Sur le dessus, se trouveront des panneaux solaires qui alimenteront les deux moteurs à bâbord et tribord dans le but de faire avancer le bateau à une vitesse de quatre nœuds. Son calculateur GPS pourra transmettre les informations au pilote automatique ce qui lui permettra de manœuvrer. La caméra située au niveau de l’extrémité du mât permettra également de sensibiliser les enfants durant leur parcours scolaire (intégration dans les programmes scolaires) et d’en faire les acteurs d’une planète propre pour demain. Les futures générations ont besoin de nous pour leur laisser des océans sains. Voici le détail de la contribution à apporter : 5€ : remerciements-  10€ : votre nom inscrit sur bateau (texte sur le côté du bateau)-  - 20€ : photo du bateau- 50€ : choix du nom du premier bateau- 100€ : possibilité d’assister à la première mise à l'eau- 500€ : possibilité de voir en direct le bateau- 10 000 € et plus : mécénat, fond d’investissement, possibilité de pub Pallier de campagne

 - 
 

À quoi servira la collecte

5 000 € finir plan € 10 000 €  construction du bateau à l'échelle 1/5 - 50 000 € : construction du bateau en taille réelle et tests en mer - 100 000 € : construction de deux bateaux à l'échelle qui seront le début d'une série de 100 bateaux Un bateau coûte 50 000 €, il en faut 100 pour inverser de manière significative ce désastre programmé.   

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux