Aller au contenu

Conference sur le cerveau: Vous en prendrez bien 100 g !

Ancrés dans une réalité planifiée, nous oublions le plaisir de découvrir son essence: le cerveau. C'est ce plaisir que je veux partager...

Visuel du projet Conference sur le cerveau: Vous en prendrez bien 100 g !
Réussi
27
Contributeurs
12/02/2014
Date de fin
2 775 €
Sur 2 600 €
107 %

Édition 2013

Europe Refresh
Soutenu par
Europe Refresh soutient le projet Conference sur le cerveau: Vous en prendrez bien 100 g !

Conference sur le cerveau: Vous en prendrez bien 100 g !

 

Ta réalité, ma réalité, notre réalité, leur réalité... Qu’est ce que c’est que cette chose qui semble se transformer au fur et à mesure de nos expériences, qui fluctue d’un individu à l’autre, d’une culture à l’autre, qui nous empêche parfois de nous comprendre ? Quelle est cette chose que j’appelle « ma réalité » ? Ancien biophysicien spécialisé dans la plasticité cérébrale, aujourd’hui acteur, je vous propose lors d’une conférence de construire, ensemble, de façon simple et ludique une théorie sur le fonctionnement du cerveau qui permette d’expliquer la nature multiple de la réalité. 

 

Yvain_conference01

 

 

Genèse du projet :

 

Ancien Biophysicien spécialisé dans la plasticité cérébrale et dans l’intégration transdisciplinaire (Biologie, mathématiques, physique, chimie), j’ai eu la chance d’effectuer un stage de recherche avec des patients héminégligents à l’INSERM de Lyon. Les patients héminégligents sont des personnes qui négligent, comme leur nom l’indique, une partie de leur champ visuel suite à une lésion de leur cerveau après un accident vasculaire le plus souvent. Ils mangent la moitié de leur assiette, ils rasent une seule moitié de leur visage. Si vous tournez leur assiette ou leur demandez de toucher leur joue qui n’est pas rasée, ils voient leur assiette de nouveau pleine et ils ne sont pas rasés. Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. C'est un choc de deux réalités aussi vraisemblable l’une que l’autre pour eux mais s’excluant mutuellement. C’est à cette même période que j’ai commencé à lire le livre d’Oliver Sachs « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau ». Et j’ai trouvé d’autres cas aussi étranges que ceux des patients que je voyais. Je me suis posé cette question qu’est ce que c’est « la réalité » et en particulier « ma réalité » ? Il était encore trop tôt pour répondre à cette question. Mes études en biologie se sont poursuivies et parallèlement, j’ai commencé des cours de théâtre.

 

Même si les outils de la recherche scientifique sur le cerveau ont fait de grands bonds ces dix dernières années, ils restent encore loin de pouvoir s’attaquer aux questions qui me poursuivent depuis mon plus jeune âge. À savoir : qu’est ce que la conscience, qu’est ce que l’identité, qu’est ce que la réalité ? Pourtant, l’acteur jongle avec ces notions depuis plus de 2000 ans. Et c'est ainsi, que j’ai continué à m’interroger sur la nature de la réalité et en particulier la mienne mais par une autre approche celle du métier d’acteur. Le théâtre me permettait de m’étudier comme acteur d’une façon tout à fait nouvelle, ce fut une révélation.

 

Après 4 ans de formation à l'INSAS et après avoir eu la chance de travailler avec des « maîtres ». J’ai décidé qu’il était temps de me confronter à nouveau à la question : Qu’est ce que la réalité ? J’ai entamé dans ce but, il y a quelques années au théâtre de l’L une résidence de recherche qui m’a conduit vers un autre domaine « l’écriture » et en l’occurrence celle d’une fiction sur un trouble de mémoire qui a reçu une bourse d’écriture à la chartreuse de Villeneuve lez Avignon. La documentation autour de ce projet a été très dense. J’ai relu de nombreux livres et magazines sur les dernières découvertes liées au cerveau, visionné de nombreux documentaires, mais également repris contact avec des amis neuroscientifiques au CNRS, rencontré plusieurs neurospsychologues, ergothérapeutes, psychiatres, neurologues spécialisés dans les troubles de la mémoire et un patient atteint du syndrome de Korsakov (Hôpital Brugmann, Clinique Fond Roy, centre hospitalier de Dave). Et, c’est à cette période qu’a commencé à se formuler une réponse simple à la question que je m'étais posé près de dix ans auparavant. Qu’est ce que la réalité ? une fabrication de notre cerveau. 

 

Cerveau_4jpg

 

Cette réponse simple confirmée par mes amis neuroscientifiques a révolutionné ma vie. D’autres questions ont suivi par exemple qu’est ce que la matière ? C’est là que ma double formation universitaire dans les sciences dites dures (mathématique, physique, chimie) et en biologie m’a permis de rapidement pousser plus loin ma réflexion sur la nature de la réalité. J’ai pu intégrer la physique quantique et élaborer une théorie. C’est-à-dire un ensemble d'explications, d’idées sur un sujet précis induites par l'accumulation de faits trouvés par l'observation ou l'expérience capable d’expliquer n’importe quel phénomène. Ceci aurait été impossible si je n’avais pas su faire mien et le point de vue du scientifique et celui de l’acteur sans en privilégier un plus que l’autre. 

 

 

Création d’une conférence :

 

Après cette première phase, celle de la découverte, a suivi une seconde phase, celle du besoin de partager cette découverte. Comment ? Écrire un livre ? Mettre en scène une conférence ? Ce qui m’a décidé furent les retours enthousiastes du public lors des rencontres après la lecture d’extraits de ma pièce sur les troubles de la mémoire (Chartreuse de Villeneuve lez Avignon) ou de la présentation d’une étape plateau du projet (Théâtre de l’Oiseau Mouche à Roubaix). Je parlais de ma recherche sur la réalité et le cerveau et j’improvisais parfois 30,40, 90 min de ce que j’ai commencé à appeler une conférence. J’ai donc continué à glaner des exemples et des expériences simples et ludiques, parfois spectaculaires (illusion d’optique, tours de magie…) pour donner du corps à mes connaissances scientifiques afin de les rendre palpables, accessibles au public. Au point que des metteurs en scène, des auteurs m’ont demandé de m’associer à eux pour développer leur recherche.

 

Img_2232

 

Europe Refresh a créé l’opportunité de donner à cette conférence une forme « dramaturgiquement » structurée dans le temps et l’espace tout en maintenant son caractère improvisé.  Le parti pris que j’ai choisi et qui m’a paru être le plus simple est de faire une conférence qui reprenne pas à pas avec le public le parcours de ma découverte à partir d’exemples et d’expériences particulièrement révélateurs. Puis de donner la parole au public pour qu’on réfléchisse ensemble sur ce que cette théorie implique aujourd’hui dans notre rapport au monde mais aussi pour remettre en cause cette théorie. Comme toute théorie si elle ne peut pas expliquer un seul fait alors cela veut dire qu’elle est fausse ou incomplète.

 

 

Où aura lieu cette conférence :

 

Img_2237

 

 

Dans un premier temps, cette conférence sera proposée à des théâtres (les halles de Schaerbeek par exemple) mais aussi aux réseaux qui développent des liens entre l’art et la science et dans tout lieu capable d’accueillir du public et désireux d’inviter cette conférence.

 

La future structure du mur du fond (toile ) est conçue pour être montée/démontée et transportée facilement afin de s’adapter à de multiples configurations. Les objets usuels (table, tabouret) pourront être trouvés sur place. Et le reste du matériel (objets divers, vidéoprojecteur, ordinateur portable) ne pose pas de problème de transport.

 

 

Pourquoi faire appel au public :

 

Img_2231

 

Les principaux enjeux de cette conférence sont :

 

-       Donner le goût des sciences au public.

-       Permettre au public de garder un lien avec les connaissances scientifiques et les nouvelles compréhensions et découvertes du monde qui nous entoure.

-       Décloisonner les domaines de connaissances (ici les neurosciences et le théâtre) pour encourager l’intégration des connaissances à l’image de savant tel que Léonard de Vinci qui était à la fois anatomiste, ingénieur, peintre, astrophysicien,…

-       D’un point de vue plus pratique ces connaissances permettent d’avoir un regard plus critique sur les stimulations quotidiennes que génère la société de consommation sur notre cerveau et qui façonnent notre réalité. A titre d’exemple un cerveau humain reçoit par jour en moyenne 15000 stimulations publicitaires.

-       Nous parlerons également de ces nouvelles formes de marketing qui empruntent les outils de la science (Neuromarketing,…) pour observer notre cerveau et influencer, sans que nous en soyons conscient, notre réalité et nos choix de consommateur.

 

Cette conférence est donc destinée à tout public désireux d’intégrer des connaissances de domaines scientifiques et non scientifique afin d’avoir une connaissance plus riche sur la nature de sa réalité. Le fait de donner la possibilité au public de devenir co-financeur de ce projet est pour moi l’opportunité de lui donner une place prioritaire dans ce projet citoyen.

À quoi servira la collecte

Pour créer l'espace scénique de la conference:

 

Sc_no_

 

Un sol et un mur (toile tendue) sur lesquels je pourrai écrire avec des craies ou des feutres effaçables. Un escabeau pour utiliser le maximum de surface de ce mur. Une table à l’avant scène avec des objets divers dont un ordinateur relié à un vidéo projecteur qui serviront à faire des expériences en direct, des illusions d’optiques et à illustrer de façon claire mon propos. 

 

 

Img_2235

 

Budget Détaillé :

 

Après différents essais et discussions avec des scénographes, il s’est avéré que pour mettre en scène cette conférence tout en lui permettant de voyager facilement d’un lieu à l’autre, de façon indépendante, nous avons besoin de :

 

-  Un mur de fond de scène de 3m sur 5m sur lequel je puisse écrire. L’option choisie est l’utilisation de deux tapis de danse blanc (deux fois 1,5 m sur 5 m) attachés ensemble par une corde fine recouverte de gaffa blanc : 350 euros

-  Une housse pour transporter les tapis de danse : 60 euros

-  Des crayons lavables et/ou des craies pour écrire sur le sol et le mur du fond : 30 euros

-  Faire réaliser des trous (œillets en laiton) dans les tapis de danse : 130 euros

-  Les cordes pour attacher le tapis de danse au cintre : 20 euros

-  Les cordes pour attacher les tapis de danse entre eux: 20 euros

-  Un vidéo projecteur : 1600 euros

-  Un escabeau trois marches : 40 euros

-  Fourniture pour fabriquer les illusions d’optique : 50 euros

-  Diffusion : 300 euros

 

Soit un total de 2600 euros.

 

Si le budget est dépassé nous achèterons un ordinateur portable qui sera dédié au projet.

 

 

Choisissez votre contrepartie

Pour 5 €

Un grand merci de notre part et un petit email avec quelques liens ludiques.
  • Contributeur : 1

Pour 15 €

Une carte postale pour ceux qui sont loin, un poster pour ceux qui viendront à la conference/spectacle. Avec en plus un grand merci et quelques liens ludiques.
  • Contributeurs : 3

Pour 25 €

Une place à la conference/spectacle, un poster et nos grands remerciements.
  • Contributeurs : 8

Pour 50 €

Une place à la conference/spectacle et un des objets ludiques utilisé pendant la conference, dédicacé. Nous pourrons aussi boire un verre ensemble après.
  • Contributeurs : 3

Pour 75 €

Une place à la conference/spectacle et un des objets ludiques utilisé pendant la conference, dédicacé. Votre nom fera partie de l'introduction à la conférence/spectacle pour toujours (si vous avez envie). Nous pourrons aussi boire un verre ensemble après.
  • Contributeurs : 3

Pour 100 €

Deux invitations à la conférence/spectacle, un des objets ludiques utilisé pendant la conférence, dédicacé. Votre nom fera partie de l'introduction à la conférence/spectacle pour toujours (si vous avez envie). Une rencontre avec l'équipe autour d'un verre.
  • Contributeurs : 2

Pour 500 €

Une conférence/spectacle à domicile. Un des objets ludiques utilisé pendant la conférence, dédicacé. Votre nom fera partie de l'introduction à la conférence/spectacle pour toujours (si vous avez envie).
  • Contributeurs : 2
  • Disponibilité : 1/3

Faire un don

Je donne ce que je veux