Participez au lancement d'un Atelier de Gravure non-toxique à Pont Aven avec Abi Parr xxx

Large_cercleblackpress-1522139358-1522748967-1522919158

Présentation détaillée du projet

UN NOUVEL ATELIER DE GRAVURE SUR CUIVRE RESPECTUEUX DE L'ENVIRONNEMENT ET DE L'ARTISTE

 

 

STAGES à venir........

 

 

 

 

ALORS, IL EST COMMENT CET ESPACE ?

 

L’espace lui-même est fini et la presse a enfin trouvé sa place définitive (merci les amis) Des meubles pour stocker le papier ont été créés, l'évier et le bac à acide vertical sont en place et fonctionnels.

 

Il me faut maintenant un dernier coup de pouce pour acheter le matériel technique spécifique à la photopolymère gravure et l'aquatinte à base d'acrylique.

 

 

 

 

 

Mon installation permettra de nombreuses techniques de gravure : pointe sèche, taille d'épargne, aquatinte, photogravure.....

 

 

 

 

Temps Presse sera habité de trois façons distinctes : 

 

1) L’atelier d’impression sera avant tout un espace de travail et de recherche

Une fois que je serai parfaitement habituée à l’espace et à mes outils je pourrai partager mes connaissances avec d’autres.

 

2) Je vais aider d’autres artistes à réaliser des projets spécifiques dans l’atelier. 

 

3) Je donnerai des stages à la journée (lino, pointe sèche), et à la semaine  (photopolymère gravure)

 

 

 

 

JE SUIS BILINGUE ;  ALORS JE POURRAI DONC ORGANISER DES STAGES EN FRANCAIS OU EN ANGLAIS

 

Il sera également possible de visiter l’atelier sur RDV ou pendant les journées portes ouvertes, journée de l'estampe etc..

 

Il est d'ores et déjà possible de boire un thé, prendre une pause-goûter entre les phases de préparation des plaques, fini les heures d’essuyage et de nettoyage, les mains plongées dans le White Spirit !!!

 

J’ai passé le DNSEP à l’Ecole Supérieure d’Art de Cornouaille à Quimper en 2013, j’y ai appris la gravure traditionnelle et j’ai adoré cette technique surtout l’aquatique. A la fin de mes études j'étais enceinte de 6 mois ; lorsque je faisais de la gravure je mettais un masque de protection et parfois des gants mais pas systématiquement. J’étais encombrée et mal à l’aise avec le matériel que je portais et je m’inquiétais pour l’absorption des résines et du White Spirit... Je me suis dit que cela ne valait pas la peine d’insister alors j’ai mis de côté ma passion de la gravure pour une date future.

 

 

 

 

Finalement, parfois le temps fait bien les choses car j’aurais sans doute créé un atelier beaucoup plus tôt si j'avais eu les moyens et le temps mais je suis ravie que cela ne se soit pas passé avant car j’aurais alors créé un atelier traditionnel sans me rendre compte qu’il y avait des alternatives plus agréables, plus responsables et moins coûteuses.

 

POURQUOI PONT-AVEN ?

 

L’atelier se trouve a Pont-Aven en Finistère Sud, il est installé dans la rue Louis Lomenech, la rue du nouveau musée. J'y habite depuis une dizaine des années.

 

J’ai créé mon atelier au-dessus du bar associatif Art de l’Oisiveté 2, créé par mon conjoint et moi il y a presque six ans ; il est devenu associatif depuis peu et nous sommes toujours très impliqués dans le projet mais je suis ravie de laisser d’autres personnes s'approprier ce lieu tandis que je poursuis mes projets personnels. Ceci dit, l’espace exposition du bar servira souvent pour l’exposition d’estampes (les miennes parfois et celles d’autres artistes) choisies par le pôle arts plastiques de l’association. Les deux espaces sont d’ailleurs interconnectés ; l’atelier sera utilisé pour créer des outils de communication pour l’association et l’espace galerie est un lieu de diffusion pour les artistes qui s’y investissent.

 

J’adore Pont-Aven mais je trouve qu’il manque des lieux de recherche et d’expression plastique, les vitrines de la ville restant avant tout commerciales. Je souhaite promouvoir un lieu d’expérimentation et de transmission. Par ailleurs, je ferai essentiellement des multiples : de petits formats en édition limitée, accessibles à tous

 

 

 

Le local de l'atelier est fini ; il ne manque plus que  quelques outils, petits appareils et des produits à acheter puis la gravure pourra démarrer. J'habite déjà l'espace et j'y travaille tous les jours mais j'ai tellement hâte de commencer à produire des estampes et d'expérimenter et confirmer divers techniques !

 

 

J’ai suivi un stage avec un des pionniers de la gravure non-toxique en Andalousie l'automne dernier, Henrik Boegh. Je pensais apprendre des techniques et connaître des produits pour faire la transition entre un atelier ’toxique’ et un atelier nouvelle-génération ‘plus sain’ mais le stage a complètement dépassé mes attentes ; cette expérience m’a donné des ailes. Les possibilités d'utiliser des nouvelles techniques de traitement et d’impression d’images semblent infinies. La superposition d’images de catégories très diverses (photo, dessin, collage, peinture etc) combinée avec la traduction de texture et formes dans une estampe sur une surface plane offre des sources d’inspiration et de recherche infinies. 

PARLONS TECHNIQUE : Les bases de la photopolymère Gravure

“On peut combiner trois façons de produire une image sur une même surface plane : les possibilités de la gravure non-toxique permettent aisément la superposition d’images analogues (produites de façon artisanale) photographiques et numériques).”

 

 

 

 

Ce film polymer (utilisé à la base pour des circuits imprimés) est laminé sur une plaque de cuivre et l’image choisie est gravée en creux dans ce film en positif par exposition de la lumière UV. L’utilisation d’une trame aquatinte (imprimée numériquement par une spécialiste) fournit une texture rugueuse, une trame de petits points. Il est exposé à la plaque de cuivre avant l'exposition de l'image sélectionnée, il est enlevé à la fin des tirages, ce qui rend la technique peu onéreuse car les plaques de cuivre peuvent être réutilisées presque à l’infini. Les films photopolymères peuvent être utilisés de deux manières distinctes : technique sans morsure/ avec morsure.

 

 

 

L'aquatique à base d'acrylique s'applique avec un airbrush ou une bombe aérosol. Les petits points d’acrylique forment ainsi une couche similaire à l’utilisation de poudre de résine (aquatinte) dans la gravure traditionnelle. L’acrylique crée une trame pour les dégradés de gris lorsque le cuivre est plongé dans l’acide, la morsure se fait donc uniformément. Stop Out Resist remplace le vernis traditionnel et ces produits s’enlèvent facilement à la fin du traitement des plaques. Nul besoin d’un système d'aération performant, pas de risque pour l’artiste et les résultats sont aussi fins qu’avec les méthodes traditionnelles, pourquoi s’en priver !!

 

A noter, le dégraissage et le nettoyage des plaques se fait avec la sauce de soja et du vinaigre !!!

 

Le début des nouvelles techniques de gravure date de 1995 aux Etats-Unis. Cependant, il y a une certaine méfiance en France, une envie de perpétuer “la tradition” au détriment de l’artiste et de l’environnement. Petit à petit, des ateliers non-toxiques se créent en France mais les Ecoles d’Art et les institutions choisissent de ne pas sauter le pas. Nous avons une responsabilité collective vis à vis de nos proches autant que de l’environnement.

 

 

 

"Au-délà même de l’aspect non-toxique on s’aperçoit vite que ces procédés, loin de représenter un frein à la créativité, ouvrent au contraire de nouvelles voies d’exploration. Le principe même de l’eau forte reste intact, identique à celui des grands maîtres : Rembrandt, Goya, Picasso. Car s’il est vrai que l’art évolue en fonction de la technique, il est également vrai que la technique, aussi complexe soit-elle, ne reste qu’un simple moyen au service de l’art.”

 

 

 

 

Calendrier Provisoire

Début Mai 2018 : Achat de Matériel de Gravure manquant

Mi-Mai 2018 : Début d'activité de Photopolymère Gravure. 

Juin 2018 : Fabrication de contreparties (gravures)

Juin 2018 : Début d'envoi de certaines contreparties, tout le monde recevra quelque chose avant décembre 2018

 

 

 


 

 

 


 


 

À quoi servira la collecte ?

 

 

J'ai besoin de votre aide pour acheter le matériel technique qui me manque pour lancer la gravure non-toxique et pour pouvoir organiser des stages et vous impliquer par la suite.

 

Je dois fabriquer des cabines de préparation pour la photo gravure :

Cabine UV avec cadre vacuum et trame aquatique numérique

Cabine Aquatinte avec airbrush et compresseur

Cabines de séchage x 2

Il me reste des achats à faire :

Petits outils propres à la gravure (pointes sèches, gouges, burins, rouleaux etc), une gamme de stylos/outils graphiques pour la photopolymère gravure, bacs de développement, minuteurs, langes pour la presse, acide chlorure de fer...encres, papier et produits à base d'acrylique, film jet d'encre et imprimante spéciale A3 (spéciale impressions sur feuilles destinées à la photogravure), plaques de cuivre polies, lino, tarlatane.....

 

Il me faut également un deuxième évier dédié au dégraissage et nettoyage des plaques, ce qui va faciliter considérablement la circulation des stagiaires dans la pièce et libérer des postes de travail.

 

 

 

Si la somme demandée est dépassée j'utiliserai l'argent pour acheter un appareil photo numérique afin de conserver, archiver et mettre en valeur les artistes et les travaux réalisés dans l'atelier.

 

 

 

 

"Je percevrai l'intégralité de la collecte"

Thumb_abi-1521736277
Cheminot

Je m'appelle Abi, j'habite en France depuis quinze ans mais je suis anglaise, originaire de Shropshire : une région du centre d'Angleterre proche du Pays de Galles. J'ai d'abord fait des études de Français à côté de Brighton puis la vie m'a amenée en France. J'ai vécu deux ans en Martinique, un an en tant qu'étudiante et la deuxième année au Marin ou je... Voir la suite

Derniers commentaires

Default-5
Bon courage pour ce beau projet!!! :-)
Default-3
What a fabulous project! Good luck!
Default-7
la la la la la la la la la la laing! x