Création d'un lieu de vie et d'accueil pour les jeunes filles en souffrance

Aider les jeunes filles victimes de violence !

Visuel du projet Création d'un lieu de vie et d'accueil pour les jeunes filles  en souffrance
Échoué
21
Contributeurs
12/08/2019
Date de fin
1 495 €
Sur 3 000 €
50 %

Création d'un lieu de vie et d'accueil pour les jeunes filles en souffrance

L'association ISIS BAILA qui existe depuis 2010 dans le sud Aveyron à Saint Affrique propose :

- des stages de danses,

- des interventions dans les colléges et lycées pour parler des violences par le biais du théâtre- forum

- des interventions dans les écoles et centres de loisirs pour initier à la danse africaine et afro-cubaines

et un groupe de parole pour les victimes de violences sexuelles. 

voici notre site : https://isisbaila.wixsite.com/monsite

Le dernier projet de l'association est la création d'un Lieu de Vie et d'Accueil (LVA) pour les jeunes filles et femmes victimes de violences, plus particulièrement de violences sexuelles.

Nous avons trouvé la maison pour notre LVA . Elle est située dans le sud Aveyron. 


PRESENTATION DE L'EQUIPE :

Emmanuelle Bekate a depuis l’âge de 18 ans obtenu son BAFA, ce qui lui a permis d’accompagner des groupes d’enfants en colonies de vacances et des  pré-adolescents en séjours linguistiques en Irlande. Elle est titulaire d’un diplôme de Bts Secrétariat de direction et s’est formée dans le tourisme, le maraîchage, et la danse africaine et afro-cubaine. En octobre prochain, elle va passer la formation sur deux ans pour obtenir le Diplôme d’Etat de Moniteur Educateur avec les Cemea de Montpellier.  Au sein de l’association Isis Baila, Emmanuelle intervient dans les écoles pour initier les enfants à la danse ; dans les collèges pour parler des violences scolaires par le biais du théâtre forum. Elle propose aussi des ateliers pour parler de la violence en général et anime un groupe de parole mensuel pour les victimes de violences sexuelles. Elle est maman d’un garçon de 14 ans et pratique le yoga et la natation.

Isabelle Mirande est maman de quatre garçons qu’elle a élevés seule. Elle a un brevet en secrétariat, en maraîchage biodynamie, un baccalauréat de responsable d’exploitation agricole et a effectué sa première année de BTS de gestion et administration des exploitations agricoles. Elle pratique quotidiennement la marche et aime faire la cuisine et la bricolage.

Jessica Fabié est psychologue clinicienne à Saint Affrique et Albi 

 


GENESE DU PROJET : 

 Les jeunes filles et femmes qui subissent des violences sexuelles sont toujours aussi nombreuses partout en France. Emmanuelle a parlé de ce projet à des victimes de violences sexuelles via un groupe qu’elle anime sur les réseaux sociaux et la grande majorité souhaitent tellement  pouvoir trouver un lieu d'accueil comme celui-ci en France. Ce genre de structure pour les victimes de viol n'existe pas en France.

C'est un projet innovant car il n'existe pas encore en France comme forme de prise en charge et d'aide aux femmes et jeunes femmes victimes de violences sexuelles.

Les répercussions ne peuvent être que positives au niveau de la santé des victimes, qui passe par une réparation psychologique et physique. Mais aussi au niveau de la société toute entière et de la prévention des violences sexuelles car plus une jeune fille victime est entendue, crue et prise en charge tôt, moins elle risquera de reproduire dans son futur ce qu’elle a vécu ; en étant de nouveau victime ou en passant du côté des auteurs.  

LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE 

Le Lieu de Vie et d’Accueil  « ISIS BAILA » mettra en œuvre, pour ces jeunes filles des accompagnements spécifiques à leur problématique de violences sexuelles. A savoir, un travail axé sur le corps et l’esprit afin de retrouver leur unité, leur respect et leur confiance en elles. Après ce travail, nous accompagnerons chacune à leur parcours scolaire, professionnelle et relationnelle. Ce travail s'effectuera comme suit, selon le temps nécessaire à chaque personne accueillie : 

Sortir du déni

Après une agression sexuelle, la victime peut passer par une phase de déni ou de dissociation traumatique, c’est  à dire, comme si rien ne s’est passé et paraître extérieure à l’agression qu’elle a réellement subie ; ainsi elle va enfouir le traumatisme au plus profond de son inconscient. Le souci est que ce déni peut perturber toute sa vie sociale et personnelle. Son  parcours professionnel comme personnel risquent de répéter plusieurs échecs. Notre équipe va les aider pour sortir de leur déni. Selon chacune, cela prendra la temps nécessaire pour :

- Admettre leur traumatisme,

- Parler de leur histoire,

- Faire un travail corporel,

- Comprendre leur histoire,

- Se pardonner,

- Accepter leur histoire de violence sexuelle.

 

Se réapproprier son corps

 

Après un traumatisme découlant de violences sexuelles, les victimes s’en prennent souvent à leur corps de diverses façons : « c’est de sa faute si le viol est arrivé » :

- En s’engouffrant dans la boulimie ou l’anorexie ;

- En s’automutilant ou se scarifiant ;

- En le mettant dans d’autres situations de danger ;

- En lui faisant subir des régimes souvent trop draconiens 

;En y ingurgitant de la « malbouffe » ;

- En lui introduisant de l’alcool, des drogues…

La reconstruction passe par une réappropriation de son corps, l’acceptation et l’amour pour celui-ci.

Petit à petit, nous proposons aux personnes accueillies, si elles le souhaitent 

-Des conseils en nutrition pour retrouver une alimentation saine et équilibrée

-Des ateliers corporels comme la danse, le yoga, le watsu, le chant… où elles réapprennent à mieux respirer, à vivre au présent,  ne plus subir l’extérieur mais s’autoriser des moments pour soi et reprendre, à leur rythme, possession de leur corps

-Des ballades en pleine nature pour retrouver le plaisir de la marche et du silence.

-un jardin potager en permaculture  ; pour redonner du soin et de l’attention à son corps, commencer par redonner du soin et de l’attention à la Terre.

Chacune pourra, si elle le souhaite, retrouver ce lien à la Terre et découvrir un apaisement et une sérénité emmenés par cette activité.

Au sein du LVA, l’alimentation sera exclusivement de l’alimentation biologique qui proviendra de notre potager.

Voici un article sur le projet : 

 

 

 

À quoi servira la collecte

La collecte servira pour payer les premiers mois de loyers 2600 et les frais de fonctionnement de départ pour 400 euros

Choisissez votre contrepartie

Pour 5 €

Toute notre gratitude

Toute notre gratitude
  • Contributeurs : 4

Pour 10 €

L'inauguration du LVA

Toute notre gratitude + Invitation à l'inauguration du LVA
  • Contributeurs : 2

Pour 30 €

Le Cocktail de Bienvenue

Toute notre gratitude+ Invitation à l'inauguration du LVA+1 Cocktail de Bienvenue
  • Contributeurs : 6

Pour 50 €

Repas 100 % BIO

Toute notre gratitude+ Invitation à l'inauguration du LVA+1 Cocktail de Bienvenue + Un repas bio
  • Contributeurs : 5

Pour 70 €

Affichage des donateurs dans notre LVA

Toute notre gratitude+ Invitation à l'inauguration du LVA+1 Cocktail de Bienvenue + 1 repas Bio + Affichage des noms des donateurs dans notre LVA

Pour 100 €

Affichage de vos noms

Toute notre gratitude+ Invitation à l'inauguration du LVA+2 CockTails de Bienvenue + 2 repas BIO + Affichage des noms des donateurs dans notre LVA

Pour 150 €

2 Nuits au LVA

Toute notre gratitude+ Invitation à l'inauguration du LVA+2 CockTails de Bienvenue + 2 repas BIO + Affichage des noms des donateurs dans notre LVA + 2 Nuits offertes au LVA

Faire un don

Je donne ce que je veux